Accueil Chronique de concert Sly Johnson + Alice Russel + Lizzy Parks + Beatspoke (Soirée Hangtime)
Vendredi 22 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Sly Johnson + Alice Russel + Lizzy Parks + Beatspoke (Soirée Hangtime)

Sly Johnson + Alice Russel + Lizzy Parks + Beatspoke (Soirée Hangtime) en concert

Cabaret Aléatoire - marseille 18 Février 2011

Critique écrite le par

21h au Cabaret Aléatoire de la Friche de la Belle de Mai. Quelques skaters bien couverts enchaînent les derniers ollies et varial Flips. Skateboarding is not a crime rappellent les néons rouges mais attendre l'ouverture de la billetterie dans le froid en est presqu'un !

J'arrive parmi les premiers. Soulist est aux platines. Il ambiance la salle une trentaine de minutes laissant le temps aux frileux de se débarrasser de leur manteaux. Quelques coudes au bar commandent des bières. J'ai du mal à apprécier la qualité du mix n'étant pas une grande amatrice du style.



La scène est pleine de promesses que j'attribue à Alice Russell. Le matériel promet un ensemble guitare, basse, batterie. Je prends mon mal en patience. Je sais qu'elle va envoyer.

Le concept de la soirée m'avait échappé. Je ne l'ai compris qu'en voyant les animateurs de Radio Grenouille arriver sur scène. Nous sommes en direct pour la soirée évènement des Hangtime Awards. Ce soir sont récompensés des artistes de quatre catégories élus par les auditeurs de Mars Blackmoon.



Les deux animateurs annoncent les prochains à monter sur scène. Beatspoke, meilleur premier album de 2009. Ils sont deux : une chanteuse et un DJ. J'ai du mal à accrocher. Le style ne me touche pas. Les personnages ne sont pas particulièrement scéniques. Il mixe dans son coin, elle chante. Les mélodies ne me transcendent pas. Je n'ai pas envie de la suivre. Et puis, elle nous snoberait pas un peu avec ses lunettes de soleil cette jolie chanteuse ?



Au bout d'une vingtaine de minutes, elle explique à son public un peu dissipé mais un peu plus dense qu'elle a besoin de lui, qu'elle sait qu'il est tôt mais qu'elle voudrait qu'on lui montre ce qu'on a à offrir. " What I've got to offer " sera peut être le seul moment où je lirai le plaisir sur le visage de mes voisins. Les têtes commencent à hocher et les pieds à battre la mesure.



Leur show terminé, les deux animateurs refont leur apparition. Cette fois, il s'agit de présenter Lizzy Parks - marraine des Hangtime- accompagnée de Thomas Dusseune. Je sais que la jolie rouquine a du potentiel, une de ces voix suaves et sensuelles qui vous laissent pantois. Raté. Là encore, c'est une chanteuse accompagnée par un DJ. Je comprends les économies réalisées mais quel dommage ! Ca n'a plus de sens ! On écoute une jeune femme, paraissant intimidée mais volontaire, chanter quelques titres à elle. On la regarde. On ne partage rien. Rien ne se passe, c'est creux. Pour nous réveiller, elle reprend I need a dollar d'Aloe Blacc. Oui, elle l'a bien chantée mais ça commence à m'agacer un peu. Attendons qu'elle se connaisse mieux et donnons lui sa chance avec des cuivres. Peut-être que là, la joie ou la douleur pourront être expulsés et partagés dignement.



Mars Blackmon et son acolyte reviennent, c'est bon signe. Ils vont nous présenter Alice Russell. On va enfin entendre rugir. On va enfin vivre la Musique. On va assister à la maîtrise parfaite de chaque note, entre musiciens et voix. Encore raté. Alice est elle aussi accompagnée de son DJ, T.M. Juke. Contrairement à ses compatriotes précédentes, notre anglaise envoie. Pour commencer, sa célèbre reprise de Crazy de Gnarls Barckley. A cappella et pas entièrement mais le rire offert nous fait comprendre qu'il s'agissait là d'un clin d'œil.



On sent que cette fille est pétillante, qu'elle a une puissance à vous retourner les tripes. Encore une fois, l'accompagnement n'est pas à la hauteur de la voix. On a envie qu'elle s'énerve, pour nous faire sortir de notre réserve et nous transmettre son énergie et sa force. Le DJ est bien présent mais sait toutefois se faire oublier. Let us be loving, la présence du DJ est nécessaire pour la rythmique mais même s'il manque les chœurs, Alice nous transporte. On est bercé par ses goodbye et ses keep on. Elle s'en sort bien toute seule. On partage tous son besoin de continuer à aimer. Aucune pause entre les morceaux, elle enchaîne sans transition avec le suivant. Je regrette qu'elle ne cherche pas à nous connaître. C'est quand même la tête d'affiche de ce soir.



Elle fait son boulot mais avec le sourire alors on lui pardonnerait presque. Music takes me on. Sa voix est toujours profonde, pleine d'âme mais il manque un je ne sais quoi de renversant. J'entends mon voisin expliquer à sa copine que  " là c'est pas mal mais avec les instruments, ça change tout ". Ca me conforte dans mon idée. Alice, on ne vient pas t'écouter, ça on le fait dans la voiture ou à la maison, on vient te vivre. Transporte nous, retourne nous la tête ! Vous l'aurez compris, je suis un peu désappointée. Seven nation army en guise de dessert passe bien sur la fin mais c'est pour faire plaisir à la salle, tout le monde connaît le morceau et sa version. Un dernier signe de la main et puis s'en va.



Les musiciens sont donc avec Sly Johnson. Plutôt ironique pour un spécialiste du Beatboxing ! Finalement, c'est lui la vedette de sa soirée, un set d'environ une heure et demi, haut en couleur. Accompagné des 74ers, il nous balade. Sa voix groove et il fait l'effort de saluer Marseille à plusieurs reprises afin de chauffer la salle. Avec le groupe, il envoie, la choriste le suit et leur chorégraphie semble rodée. Malgré les efforts et le travail, je trouve l'ensemble un peu creux. L'énergie est bien présente et mais il ne transmet pas sa pêche : on le regarde faire. Il reprend Sad song d'Otis Redding et obtient le Fa-Fa-Fa-Fa-Fa repris par la salle. Sans le groupe, on est face à un performer qui nous emmène avec lui. Seul sur scène, il demande à son ingénieur du son plus de retour et moins de basse en chanson et avec de l'humour. Grâce à sa platine, il se sample, montre quelques mimiques d'insatisfaction, retravaille et improvise un groove autour de trois prénoms au hasard.



Le public danse au rythme d'Amélie/Assia/Sarah. Il impressionne par sa présence. Cet ancien du Saïan Supa Crew sait mener son public. Il clotûre son show par une reprise toute en douceur de Everybody got to learn sometimes des Korgis accompagné uniquement du clavier. On est suspendu à ses lèvres. Les 74ers reviennent jouer quelques titres toniques à souhait tels que Sexy et Nina's dream et Sly Johnson en fait encore plus. Il danse et balance : un véritable showman. Il salue la salle et quitte la scène pendant que le groupe joue encore. Une bonne dose de bonne humeur dans nos têtes.


Alice Russell : les dernières chroniques concerts

Alice Russell + Selecter The Punisher en concert

Alice Russell + Selecter The Punisher par Sami
Usine - Istres, le 30/03/2013
Ça doit bien faire une quinzaine d'années que j'annonce leurs concerts parfois très alléchants mais c'est la première fois que je viens à l'Usine à Istres. Il fallait bien une... La suite

Quantic & Alice Russell With The Combo Barbaro en concert

Quantic & Alice Russell With The Combo Barbaro par Sami
Espace Julien, Marseille, le 26/04/2012
Une soirée qui commence à mon arrivée par le "Check The Rhyme" d'A Tribe Called Quest ne pouvait être que parfaite. La salle se remplit doucement aux sons des galettes du dj... La suite

Orelsan + Eli Paperboy Reed And The True Loves + DJ Kentaro  + Belleruche + General Elektriks + Alice Russell + Chinese Man (Printemps de Bourges 2009)  en concert

Orelsan + Eli Paperboy Reed And The True Loves + DJ Kentaro + Belleruche + General Elektriks + Alice Russell + Chinese Man (Printemps de Bourges 2009) par Pierre Andrieu
Le 22 d'Auron, Bourges, le 25/04/2009
Superbe soirée éclectique au 22 d'Auron pour l'avant dernier jour du Printemps de Bourges 2009... Du hip hop polémique (sur le papier) d'Orelsan au hip hop électronique de... La suite

Alice Russell + Ysaé en concert

Alice Russell + Ysaé par Sami
Cabaret Aléatoire - Marseille., le 22/04/2009
Beaucoup de voitures sur le chemin qui mène à la Friche, et cela se confirme en arrivant, le Cabaret est presque plein, chouette. La soirée commence avec Ysaé, rappeur... La suite

Lizzy Parks : les dernières chroniques concerts

Andreya Triana + Lizzy Parks (Festival Jazz Sur La Ville) par Mardal
Le Poste à Galène - Marseille, le 09/10/2010
J'arrive en courant après avoir assisté au premier set des Black Brothers, pour entendre les trois dernières chansons de Lizzy Parks. Du coup je n'ose pas trop en parler, sinon pour en dire du bien : la voix de la chanteuse est agréable à écouter et très pêchue, ce qui est une nécessité quand on navigue en zone internationale Jazz, Soul et Funk.... La suite

Sly Johnson : les dernières chroniques concerts

Sly Johnson en concert

Sly Johnson par Ysabel
Cargo de Nuit - Arles, le 13/11/2010
Concert au Cargo de Nuit .... Ce soir Sly Johnson, chanteur français de soul musique (mais quelque peu à sa façon), qui chante en anglais. Bon, je ne vais pas faire la maligne ; je... La suite

Erik Truffaz et Sly Johnson en concert

Erik Truffaz et Sly Johnson par Vilay
Lo Bolegason à Castres, le 09/10/2009
Imaginer passer tout un concert d'Erik Truffaz assis sur une chaise en plastique, c'est un peu comme aller regarder un film dans un cinéma sans fauteuils. Beaucoup de spectateurs... La suite

Erik Truffaz & Sly Johnson en concert

Erik Truffaz & Sly Johnson par Mcyavell
Artea - Carnoux, le 04/04/2009
Il ne faut pas dire "Je vais voir Erik TruffaZ à Carnou", mais "Je vais voir Erik Truffa à CarnouX". J'avais fait le déplacement à Montpellier où j'avais été littéralement... La suite

Erik Truffaz & Sly Johnson  en concert

Erik Truffaz & Sly Johnson par Mcyavell
Le Jam - Montpellier, le 26/02/2009
Je ne connaissais pas Sly Johnson avant sa collaboration avec Erik Truffaz. Leur album Rendez-Vous / Paris m'a fait découvrir une superbe voix et des prouesses vocales qui ont... La suite

Cabaret Aléatoire - marseille : les dernières chroniques concerts

Altın Gün + Diaspora Orchestra en concert

Altın Gün + Diaspora Orchestra par odliz
Le Cabaret Aléatoire, Marseille, le 31/10/2019
Après avoir joué de la manœuvre et des amortisseurs pendant un bon quart d'heure, pour trouver ce qui servira de place de parking le temps du concert, on traverse les allées... La suite

Peter Hook & the Light en concert

Peter Hook & the Light par Prakash
Le cabaret aléatoire , Marseille, le 05/05/2019
Alors c'est toujours un peu glauque d'aller à un concert en se disant "je veux le voir avant qu'il claque". Bon j'avoue, j'avais ça dans un coin de ma tête quand je me suis bougé... La suite

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division) en concert

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division) par Philippe
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 05/05/2019
Deuxième passage à Marseille, après celui de 2014 à l'Espace Julien, de Peter Hook, le légendaire bassiste de Joy Division et de New Order. Mauvaise surprise, le concert semble... La suite

Arch Enemy + the Charm the Fury en concert

Arch Enemy + the Charm the Fury par Jgaz Photo
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 11/06/2018
Les suédois d'Arch Enemy étaient de passage à Marseille, dans le cadre de leur tournée Européenne 2018 "Will To Power Tour". Et c'est le groupe " The Charm The Fury " qui a... La suite