Accueil Chronique de concert The White Stripes + The Von Bondies (White Blood Cells Tour 2001)
Mercredi 21 avril 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

The White Stripes + The Von Bondies (White Blood Cells Tour 2001)

The White Stripes + The Von Bondies (White Blood Cells Tour 2001) en concert

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 2 décembre 2001

Critique écrite le par

2 décembre 2001, suite à la sortie plus tôt cette année de leur formidable album "White blood cells", les White Stripes - from Detroit, Michigan - sont en tournée en France et font étape à La Coopérative de Mai. Pour l'occasion, le club de la salle clermontoise est bondé : le parterre est plein et la mezzanine, très bien remplie. Comme c'est dimanche, le show démarre tôt, à 19 heures (ce qui fera manquer le début des hostilités à des potes toulousains), avec une première partie de haut vol : les surexcités Von Bondies, qui vont faire monter en température les rockers fans de garage qui ont fait le déplacement rue Serge Gainsbourg  !


The Von Bondies

Ladies and gentlemen, please welcome on stage The Von Bondies, from Detroit, un combo choisi par les White Stripes, qui essayent de faire profiter le reste de la scène de Détroit des retombées de leur succès naissant. Après avoir enregistré dans son grenier la compilation "The Sympathetic sounds of Detroit", Jack White a décidé d'emmener dans ses valises les Von Bondies, un autre groupe du Michigan, pour qu'ils assurent la promo des titres de leur jouissif premier disque, "Lack of Communication". Merci de nous avoir permis de découvrir cet incroyable bande de tarés ! Petit descriptif de la troupe, car elle le vaut bien. Tout d'abord, il y a le sosie du tennisman Michaël Chang, Don Blum, qui officie à la batterie. Le mec cogne comme Jackie Chan sur ses fûts : il semble toujours à deux doigts de crever ses peaux ! A sa droite, Carrie Smith, une bassiste aussi charmante que souriante, délivre des lignes de basse basiques avec un épatant son garage. Au centre de la scène, le chanteur bien énervé Jason Stollsteimer, qui arbore une belle mèche sur le côté, vocifére tout à loisir et joue de la guitare en son clair avec beaucoup de reverb. On se croirait dans les fifties, car, en plus, le fier à bras chante parfois comme un certain Elvis Presley. Et le meilleur pour la fin : Marcie Bolen, une guitariste ressemblant à un mix entre Wonder Woman, pour le foulard dans les cheveux longs, et les héroïnes de Russ Meyer, pour l'attitude hautaine et dominatrice. Voilà, les présentations sont faites, on peut commencer...



La musique des Von Bondies est une sorte de garage rock échappé des années 50 ; l'effet est particulièrement rafraîchissant, chaque titre étant balancé avec une conviction juvénile. On remarque immédiatement que "Wonder Woman" décoche de petits riffs en exécutant des chorégraphies sexy sur ses talons hauts. Au bout de 25 minutes d'un show proprement incendiaire, le hurleur en chef finit à genoux et commence à hurler méchamment en direction des loges. Qu'est ce qu'il veut ? Qu'on monte le son ? C'est déjà assez fort ! Boire un coup ? C'est vrai qu'à force du gueuler comme le chanteur des Cramps, ça doit donner soif... C'est Jack White en personne qui vient abreuver tous les membres du groupe en plein milieu du morceau. Ce n'est pas vraiment une attitude de star, le gars semble avoir encore beaucoup de choses à apprendre à ce niveau-là. Voilà comment on doit procéder : premièrement, on bride le son de la première partie, deuxièmement, on ne lui dit pas bonjour, troisièmement, on ne monte jamais sur scène avec les minables qui ouvrent le show, il faut se faire désirer ! Au lieu de faire ce qui est prévu noir sur blanc dans la grande charte du star system moisi, Mister White répond positivement à l'invitation du chanteur qui lui tend sa guitare et usine immédiatement le riff dévastateur du titre en cours avec une énergie hallucinante. Puis le White Stripe en chef enchaîne par un solo bien déjanté et se met à chanter avec ses amis. Pour conclure sa prestation, le chanteur des Von Bondies se fait porter au milieu de la foule sur les épaules d'un membre du staff. Rock and roll ! On résume ? Un groupe excellent, une prestation originale et un final d'anthologie. Quel pauvre connard a déclaré que le rock 'n' roll était mort ? Lenny Kravitz ? Hahahahaha.


The White Stripes

A la pause, une personne avisée a la remarquable idée de passer l'album "Fun house" des Stooges. Tout le monde a le sourire aux lèvres, c'est le bonheur. Les roadies installent un drapeau de la ville de Détroit, Michigan. Le concert des White Stripes débute par "Fell in love with a girl", du punk rock garage à base de si, la, ré, mi etc. Oh yeah, ça comment fort ! Jack est en rouge, avec une ceinture blanche, Meg porte une robe rouge et un haut blanc. Elle n'a pas de chaussures, son attitude est semblable à celle de la guitariste des Von Bondies : dédaigneuse et concentrée. On dirait Betty Page ! Meg, veux-tu m'épouser ? Après le premier morceau, très sec, les Bandes Blanches enchaînent sans temps mort une dizaine de titres de leurs trois albums dont "Astro", "Jumble jumble" et "Cannon". Le son est puissant, les deux faux frère et sœur jouent avec conviction en se regardant très souvent dans le blanc des yeux. Jack navigue de son micro en front de scène à un autre, situé en face de la batterie. Guitare + batterie, c'est très minimaliste mais génial ! Comme on peut parfaitement le voir depuis la mezzanine avec vue plongeante (et imprenable) sur la scène, Jack alterne les parties rythmiques et les solos en appuyant violemment sur l'une de ses trois pédales. Le son est cradingue, brut, tant et si bien qu'on pense à l'immense Jon Spencer Blues Explosion. Au cours du show, Jack White pousse sa voix dans ses derniers retranchements : il hurle, prend une voix chevrotante pour imiter ses idoles venues du blues, se met à parler puis finit presque muet. Ce monsieur ne s'économise pas. Décidément, la charte du show-business, il s'en tamponne allègrement le petit salaud (façon de parler, le mec étant grand et baraqué, comme on peut la constater un peu plus tard quand on le croise dans la salle) !



A la première mini pause, le duo est copieusement ovationné avant de repartir pied au plancher trois secondes plus tard, toujours à fond. Quand "Hotel Yorba" déboule dans les enceintes, le public devient encore plus surexcité, la version jouée ce soir étant trois fois plus puissante que sur l'album "White blood cells", déjà énorme. Puis, c'est "Dead leaves and the dirty ground" qui nous cloue au sol... Il faut que ce groupe sorte un live, tout de suite ! Jack change de guitare et saisit un bottleneck, c'est le moment de jouer du blues garage. Il est réellement doué pour ce style : on a immédiatement envie d'acheter tous les disques de Son House, Charly Patton et Blind Willie Mc Tell, ses héros. C'est ensuite au tour de "We're going to be friends" de nous faire du bien, c'est une chanson calme et délicieusement naïve qui rappelle immanquablement les chansons de Paul McCartney, vénéré chez les White. Un grand moment, accompagné par une petite guitare rythmique et un tambourin : la simplicité a du bon (quand on est inspiré) ! Sur certains titres joué en ce soir béni, Jack joue les intros sur un piano électrique, enchaîne à la guitare puis revient au piano. Les styles abordés sont multiples, le show est donc varié malgré le minimalisme de la formule du groupe. Peu loquace (mais aimable, on aura droit à quelques signes de la main de sa part en guise de salut vers les premiers rangs du haut de la salle), Jack nous déclare quand même que sa sœur et lui remercient tout le monde d'être venu. Après 45 minutes très intenses, le groupe se casse ! Merde alors, on ne m'attendait pas à un concert de 3 heures mais quand même, là ça fait court ! Kick out the jam, motherfuckers ! Heureusement, les deux tourtereaux reviennent jouer un de leurs titres incomparables, un truc de dingue qui dure à peine deux minutes chrono. Puis, Jack laisse tomber sa guitare et prend ses jambes à son cou. 48 minutes de concert ! On aurait aimé entendre la reprise de "One more cup of coffee" de Robert Zimmerman, savourer le tube "I can't wait", assister à un autre morceau avec les Von Bondies, mais rien à dire, c'était tout de même mémorable. La preuve, à la fin du show le public reste hébété, complétement sonné par la déflagration infligée par les deux groupes hallucinants qui viennent de jouer en live.





Photo 1 : pochette intérieure de l'album "Lack Of Communication" des Von Bondies. Photo 2 : pochette du "Greatest Hits" des White Stripes, cliché pris par Pieter M. van Hattem (www.facebook.com/Pieter-M-van-Hattem-Photography) en 2001 à Détroit. Photo 3 : pochette de l'album "White Blood Cells" des White Stripes.



A lire également, des comptes-rendus de concerts des White Stripes en 2003 à Lyon et en 2004 à Paris, ainsi que la chronique du Greatest Hits du duo.



Liens : www.whitestripes.com, thirdmanrecords.com, www.facebook.com/thewhitestripes, www.instagram.com/thewhitestripes.




Jack White : les dernières chroniques concerts

The Raconteurs en concert

The Raconteurs par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 26/05/2019
Jack White à l'Olympia en 3 actes : En 2003 avec les White Stripes, le duo des vrais-faux frère/soeur est à son summum sur disque et dépoussière clairement un rock qui... La suite

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) en concert

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) par Pierre Andrieu
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 08/07/2018
Les Nuits de Fourvière ont eu droit à un grand Jack White le 8 juillet ! Venu pour présenter son dernier disque en date, l'ambitieux et un peu délicat à appréhender au début... La suite

Jack White en concert

Jack White par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 04/07/2018
Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après... La suite

Jack White - concert exclusif France Inter en concert

Jack White - concert exclusif France Inter par Samuel C
Studio 104 (Radio France) - Paris, le 29/03/2018
"Il y a 15 ans était écrit le dernier grand hymne rock" rappelle avec passion Michka Assayas, en introduction du concert de Jack White, tandis que quatre roadies au look... La suite

The Dead Weather : les dernières chroniques concerts

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) en concert

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) par Pierre Andrieu
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 08/07/2018
Les Nuits de Fourvière ont eu droit à un grand Jack White le 8 juillet ! Venu pour présenter son dernier disque en date, l'ambitieux et un peu délicat à appréhender au début... La suite

Jack White en concert

Jack White par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 04/07/2018
Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après... La suite

Jack White - concert exclusif France Inter en concert

Jack White - concert exclusif France Inter par Samuel C
Studio 104 (Radio France) - Paris, le 29/03/2018
"Il y a 15 ans était écrit le dernier grand hymne rock" rappelle avec passion Michka Assayas, en introduction du concert de Jack White, tandis que quatre roadies au look... La suite

(mes) Eurockéennes 2010 1/3 : Baroness, The Dead Weather, The Black Keys, Kasabian, Charlotte Gainsbourg, Jay-Z, Infectious Grooves, Hot Chip, The Subs en concert

(mes) Eurockéennes 2010 1/3 : Baroness, The Dead Weather, The Black Keys, Kasabian, Charlotte Gainsbourg, Jay-Z, Infectious Grooves, Hot Chip, The Subs par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 02/07/2010
22 ans déjà que la presqu'Ile du Malsaucy, paisible base nautique, se transforme au début de l'été en un formidable écrin pour amateurs de musique vivantes - de notre petite... La suite

The Raconteurs : les dernières chroniques concerts

The Raconteurs en concert

The Raconteurs par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 26/05/2019
Jack White à l'Olympia en 3 actes : En 2003 avec les White Stripes, le duo des vrais-faux frère/soeur est à son summum sur disque et dépoussière clairement un rock qui... La suite

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) en concert

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) par Pierre Andrieu
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 08/07/2018
Les Nuits de Fourvière ont eu droit à un grand Jack White le 8 juillet ! Venu pour présenter son dernier disque en date, l'ambitieux et un peu délicat à appréhender au début... La suite

Jack White en concert

Jack White par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 04/07/2018
Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après... La suite

Jack White - concert exclusif France Inter en concert

Jack White - concert exclusif France Inter par Samuel C
Studio 104 (Radio France) - Paris, le 29/03/2018
"Il y a 15 ans était écrit le dernier grand hymne rock" rappelle avec passion Michka Assayas, en introduction du concert de Jack White, tandis que quatre roadies au look... La suite

The White Stripes : les dernières chroniques concerts

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) en concert

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) par Pierre Andrieu
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 08/07/2018
Les Nuits de Fourvière ont eu droit à un grand Jack White le 8 juillet ! Venu pour présenter son dernier disque en date, l'ambitieux et un peu délicat à appréhender au début... La suite

Jack White en concert

Jack White par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 04/07/2018
Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après... La suite

Jack White - concert exclusif France Inter en concert

Jack White - concert exclusif France Inter par Samuel C
Studio 104 (Radio France) - Paris, le 29/03/2018
"Il y a 15 ans était écrit le dernier grand hymne rock" rappelle avec passion Michka Assayas, en introduction du concert de Jack White, tandis que quatre roadies au look... La suite

The White Stripes (Rock en Seine 2004) en concert

The White Stripes (Rock en Seine 2004) par Pierre Andrieu
Domaine de Saint-Cloud, Paris, le 27/08/2004
Le sexe de groupe, c'est pas mal - paraît-il -, mais on ne nous enlèvera pas de la tête que rien ne dépasse une bonne séance de Rock 'n Roll à deux, quand les partenaires sont... La suite

Von Bondies : les dernières chroniques concerts

The Von Bondies + Stuck In the Sound + Mono + Detroit7 + Lucy and The Popsonics + The Dodoz + Dead Sexy Inc (Printemps de Bourges 2009)  en concert

The Von Bondies + Stuck In the Sound + Mono + Detroit7 + Lucy and The Popsonics + The Dodoz + Dead Sexy Inc (Printemps de Bourges 2009) par Pierre Andrieu
Le 22 d'Auron, Bourges, le 22/04/2009
This is very Rock ‘n roll !!! Soirée rock de feu au 22 à l'occasion du Printemps de Bourges 2009, avec pas moins de sept furieux groupes programmés dans les deux salles... La suite

the Cramps + Von Bondies par Pirlouiiiit
Irving Plaza - New York, le 20/05/2003
Apres avoir eu toutes les difficultes a rentrer dans la salle ... c'etait Sold out et je n'avais qu'un pass photo sans ticket (et oui ici ce n'est pas pareil) Raisonnablement peu de temps après mon arrivée, je vois des jambes s'agitait derrière l'écran qui me rappelle que je viendrais voir les Fountain Of Wayne et peut être aussi Placebo... La suite

The Datsuns + D4 + The Von Bondies par Guizlamoui
La Boule Noire - Paris, le 13/09/2002
Un pur moment de bonheur. Les néo-zélandais des Datsuns ont trop bouffé d'AC/DC, mais on leur pardonne sans souci, ça fait quand même du bien de se curer les oreilles à coup de riffs rageurs et carrés comme ceux de leurs voisins d'Australie. Petite chose amusante, la tête d'affiche est passée avant une des 2 premières parties ; j'attendais les D4... La suite

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) en concert

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 03/03/2020
Dans le cadre des festivités pour le 20ème anniversaire de La Coopé (dont le "point d'orgue" était la venue des dramatiques Indochine quatre jours plus tard, il est bon de... La suite

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) en concert

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) par Didlou
Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 07/03/2020
Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la Coopérative de Mai, vingt ans ça se fête et la salle clermontoise sait le faire avec plein de concerts à l'affiche (IAM, Mustang, Iggy Pop,... La suite

Pomme (Les Failles Tour) en concert

Pomme (Les Failles Tour) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 20/02/2020
Grande Coopé quasi complète pour la pétillante et mélancolique Pomme, venue présenter de manière touchante, drôle et assurée son très beau deuxième album d'obédience chanson folk,... La suite

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) en concert

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 13/02/2020
Animée chaque année par les efforts de moult cadors rock 'n roll blues, la caravane du festival itinérant Les Nuits de l'Alligator passe une nouvelle fois par La Coopé en ce... La suite