Accueil Chronique de concert Yeah Yeah Yeahs + HTRK
Vendredi 3 avril 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Yeah Yeah Yeahs + HTRK

Yeah Yeah Yeahs + HTRK en concert

Le Bataclan, Paris 30 avril 2009

Critique écrite le par




Concert à la fois percutant, surprenant et vite expédié au Bataclan à Paris pour les stars new yorkaises de Yeah Yeah Yeahs... Karen O (costumes de scènes flashy, cris et feulements orgasmiques, déclenchement de pluies de confettis), Nick Zinner (guitare bruitiste, synthés, coiffure à la Robert Smith), Brian Chase (impeccable batterie disco punk ou rock... ou pop) et un musicien d'appoint (aux synthés et à la guitare sèche) ont proposé au public les deux facettes de leur talent (présentes sur leur nouvel album, It's Blitz).





L'assistance a pu se délecter de "synth pop" à la Blondie produit par TV On The Radio et se faire ratatiner la gueule par un disco punk bruitistico hystérique... Si la majorité du public (nombreux, le Bataclan affiche complet) a semblé adorer le concert, certains ont paru regretter les nombreux titres assez calmes issus du dernier opus. Compte rendu d'une chaude soirée mouvementée...



HTRK, aucun effort pour séduire.

Tout commence avec le set lancinant de HTRK, qui avec sa musique expérimentalo dépressive endort presque le public d'entrée de jeu. Malgré une voix joliment monocorde (façon Nico sous Xanax), des parties de guitares agressives, une basse maléfique et des virulents coups secs sur une caisse claire, il faut dire que ce trio là ne fait strictement aucun effort pour séduire ou être d'accessible... Bel effort justement, en ces périodes de tout commercial et de pré digéré ! Cela dit, commencer le set par les morceaux les plus "plombants" n'était pas une idée si brillante que cela. En première partie de Liars (en novembre 2007 à la Coopérative de Mai) cela avait marché, le public s'attendant par la suite à une démonstration de punk expérimental, mais en première partie des Punk Pop Yeah Yeah Yeahs, c'est un peu plus dur... Néanmoins, les intransigeants et courageux HTRK méritent qu'on jette une oreille attentive à leurs odes au psychédélisme gorgé de spleen et d'invitations au décollage drogué. Même si le sombre combo accélère (à sa manière, hein !) un peu le rythme sur la fin de son set, la messe est dite : le public veut les Yeah Yeah Yeahs. Un point c'est tout.





Yeah Yeahs Yeahs, étudié en soufflerie pour donner envie d'acheter, de faire la fête et de danser...

Avant le moment tant attendu, il faudra longuement poireauter dans la fournaise du Bataclan, une très belle salle de concert parisienne, soit dit en passant... Puis après moult réglages, les trois Yeah Yeah Yeahs et leur acolyte scénique arrivent sur scène (sur l'excellent titre Heads Will Roll) avec une Karen O enrubannée dans une guirlande électrique, sous des éclairages vrillants et avec un énorme orbite oculaire (qui se transformera en lune puis en boule de lumières) au dessus du batteur. Déluges de synthés décérébrants, voix sexy en diable, morceaux catchy, c'est le nouveau visage des Yeah Yeah Yeahs : légèrement putassier (juste comme il faut !), méchamment addictif et étudié en soufflerie pour donner envie d'acheter, de faire la fête et de danser... Ce virage vers une synth pop à la Blondie est à notre avis bien négocié sur disque (grâce à David Sitek de TV On The Radio) et sur scène, grâce au talent de Karen O & co.



Certes, il y a des boucles sonores en pilotage automatique, certes on attend tous que Karen O reprenne les vieux titres (comme l'épatant Black Tongue, joué à la perfection) en hurlant comme une furie assoiffée de sexe, mais les nouveaux titres qu'ils soient lents (Skeletons... ) ou rapides (Zero, Dull Life... ), synthétiques, électriques ou synthético électrique (superbe Soft Shock) fonctionnent à plein régime. Les "slows" quant à eux permettent de reprendre son souffle sans casser l'ambiance (sauf au milieu du set où un titre trop mou fait - un peu - retomber le spectacle), constituant l'équivalent d'un changement de position ou d'un passage moins frénétique lors d'un échange de fluides sexuels. On frôle néanmoins l'éjaculation précoce quand on voit les Yeah Yeah Yeahs sortir de scène au bout de 45 minutes, et ce malgré un public de feu reprenant les paroles, réagissant au quart de tour et soutenant à fond le groupe.





Une belle envie de remettre le couvert rapidement avec les Yeah Yeah Yeahs...

Le retour triomphal du groupe sur scène permet à l'intenable Karen O (comment fait-elle pour hurler et couiner ainsi tous les soirs à la manière d'une fille spirituelle de Yoko Ono, Courtney Love, Debbie Harry et PJ Harvey ?) de donner de la voix sur de jouissifs vieux titres - dont un imparable Date with the night, un sensuellement violent Maps et un Y Control proprement infernal, en deuxième rappel.



Et puis au bout d'une heure cinq de communion public/groupe, les New Yorkais regagnent les loges, sans doute pressés de fêter l'anniversaire du très bon guitariste Nick Zinner (salué par un "Happy birthday to you" dans la salle !) en famille. Il aurait quand même été de bon goût de prolonger la fête avec la foule parisienne des grands soirs pendant au moins une vingtaine de minutes, non ? Cela dit, on repart en ayant eu sa (petite) dose d'orgasmes soniques entre pop synthétique, rock énervé, disco punk et bruit démantelé. Et avec une belle envie de remettre le couvert rapidement avec les Yeah Yeah Yeahs... Comme quoi, le coup de la légère frustration, ça marche souvent pour attiser le désir !




Photos live : Flore-Anne Roth www.floreanneroth.com


Sites internet : www.yeahyeahyeahs.com, www.myspace.com/yeahyeahyeahs, www.myspace.com/htrk, www.radical-production.fr, www.le-bataclan.com.

HTRK : les dernières chroniques concerts

Liars + HTRK en concert

Liars + HTRK par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 22/11/2007
Du bruit, oui, mais du bruit de grande qualité pour la soirée ayant vu se succèder sur scène les groupes HTRK (I hate Rock, sans les voyelles ) et Liars... La petite salle de... La suite

Yeah Yeah Yeahs : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2009, 1/3 : Keane, Gush, Yeah Yeah Yeahs, Passion Pit, Madness, Vampire Weekend, Bloc Party, Oasis (annulation de), Vitalic en concert

(mon) Rock en Seine 2009, 1/3 : Keane, Gush, Yeah Yeah Yeahs, Passion Pit, Madness, Vampire Weekend, Bloc Party, Oasis (annulation de), Vitalic par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2009
Retour à Saint-Cloud, pour la 5ème fois déjà alors qu'on aurait pas forcément parié sur l'espérance de vie d'un tel événement, pour une dernière communion en plein air, sur la... La suite

Yeah Yeah Yeahs + Vampire Weekend + Passion Pit + Gush + The Tatianas + Keane + Asher Roth (Rock en Seine 2009) en concert

Yeah Yeah Yeahs + Vampire Weekend + Passion Pit + Gush + The Tatianas + Keane + Asher Roth (Rock en Seine 2009) par Pierre Andrieu
Domaine National De Saint-Cloud, Paris, le 28/08/2009
La première journée du festival Rock en Seine 2009 a été décapitée à la dernière minute par l'annulation d'Oasis à cause d'une énième altercation entre les incorrigibles... La suite

(mes) Eurockéennes 2009 1/3 : Les Wampas, King Khan & the Shrines, Ghinzu, Noisettes, Yeah Yeah Yeahs, Sefyu, Alela Diane, The Kills, The Prodigy, The Ting Tings en concert

(mes) Eurockéennes 2009 1/3 : Les Wampas, King Khan & the Shrines, Ghinzu, Noisettes, Yeah Yeah Yeahs, Sefyu, Alela Diane, The Kills, The Prodigy, The Ting Tings par Philippe
Presqu'Ile du Malsaucy, Evette Salbert, le 03/07/2009
21ième édition des Eurockéennes de Belfort, 16ième participation d'affilée pour moi, cette fois on peut dire qu'une partie du public de 2009 n'était pas encore née, ou pas encore... La suite

Fiery Furnaces, Franz Ferdinand, Yeah Yeah Yeahs, The Vines par ABLH
Le Palais d'Auron (Printemps de Bourges), le 24/04/2004
Malgré un horaire pas vraiment habituel pour un concert de rock (17h00), l'affiche alléchante de cet après-midi du printemps de Bourges allait tenir toutes ses promesses... Le premier groupe de ce samedi était les 4 américains de The Fiery Furnaces. Enchaînant sans répit en une petite demie heure la majorité des chansons de leur excellent premier... La suite

Le Bataclan, Paris : les dernières chroniques concerts

Gossip en concert

Gossip par Samuel C
Salle Pleyel / Bataclan - Paris, le 09/07/2019
"Music for men" figure parmi les disques les plus réussis de la première décennie de ce siècle. 10 ans après sa publication, Gossip a décidé de le célébrer d'abord à Pleyel lundi 8... La suite

Courtney Barnett + Waxahatchee + Loose Tooth en concert

Courtney Barnett + Waxahatchee + Loose Tooth par Pierre Andrieu
Bataclan, Paris, le 09/06/2018
Magistral concert de Courtney Barnett au Bataclan de Paris le samedi 9 juin ! Auteure de l'assez inépuisable album "Tell Me How You Really Feel", l'ultra douée Australienne a fait... La suite

Ty Segall And The Freedom Band + Mike Donovan en concert

Ty Segall And The Freedom Band + Mike Donovan par Lebonair
Le Bataclan - Paris, le 14/06/2018
Parmi nos chouchous à Concertandco depuis quelques années, on retrouve naturellement le jeune Californien Ty Segall. Le chanteur, guitariste, batteur, multi-instrumentiste ultra... La suite

King Gizzard And The Lizard Wizard + Mild High Club en concert

King Gizzard And The Lizard Wizard + Mild High Club par Lebonair
Le Bataclan - Paris , le 01/03/2018
Dans le cadre de leur tournée européenne, les ovnis australiens de King Gizzard & The Lizard Wizard passent en France pour quelques dates et notamment à Paris au Bataclan, qui... La suite