Accueil Chronique de concert (mes) Eurockéennes de Belfort 2013, 1/2 : Black Rebel Motorcycle Club, JC Satàn, Valerie June, Dinosaur Jr, Von Pariahs, Two Door Cinema Club, Fauve, Busy P, Phoenix, Kavinsky, ASAP Rocky, Cassius
Mardi 17 septembre 2019 : 14287 concerts, 25676 chroniques de concert, 5264 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mes) Eurockéennes de Belfort 2013, 1/2 : Black Rebel Motorcycle Club, JC Satàn, Valerie June, Dinosaur Jr, Von Pariahs, Two Door Cinema Club, Fauve, Busy P, Phoenix, Kavinsky, ASAP Rocky, Cassius

(mes) Eurockéennes de Belfort 2013, 1/2 : Black Rebel Motorcycle Club, JC Satàn, Valerie June, Dinosaur Jr, Von Pariahs, Two Door Cinema Club, Fauve, Busy P, Phoenix, Kavinsky, ASAP Rocky, Cassius en concert

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert 06 juillet 2013

Critique écrite le par


Vingtième année d'affilée aux Eurockéennes ! Sans interruption, au moins 1 jour à chaque fois, depuis 1994, et tout est chroniqué sur Concertandco, yes Ma'am ! Coïncidence, ça tombe pile-poil pour les 25 ans du Festival : on peut donc espérer un grand cru pour nos anniversaires respectifs ? A première vue pourtant, le line-up est plus que raisonnable pour ces 25 ans... Le festival a toujours géré prudemment son porte-monnaie, ce qui explique sans doute qu'il était là avant la plupart des autres festivals, et sera encore là, espérons-le, bien après ! En tout cas en 2013, ce n'est plus le Live Nation d'Arras qui lui taille des croupières : dans leurs têtes d'affiche, aussi mainstream, défraîchies et/ou abominables que Prodigy, Greenday, 30 seconds to Mars, Sting ou Indochine, on voit mal qui aurait manqué aux Eurockéennes (à part les Hives, bien sûr, puisque comme chacun sait, on ne voit jamais trop de concerts des Hives !), d'autant que les "milieux de gamme", comme toujours, sont les mêmes un peu partout cet été (-M-, Alt-J, etc...).


Non, le dernier coucou voleur de dates et d'exclusivités début juillet est plutôt à chercher en Normandie, à Beauregard (5e année seulement), festoche qui a (hélas !) bien meilleur goût qu'Arras de façon générale, et a donc comme qui dirait potentiellement piqué (selon nous !) à ces Eurockéennes au moins 2 inédits ici : New Order et Jake Bugg. Et qui nous prive surtout d'une légende, Nick Cave (et puis bien sûr The Hives, puisque...). M'enfin, on s'en remettra... D'ailleurs la dernière fois que Nick Cave a joué ici, il y a 5 ans et dans un des meilleurs concerts de tous les temps au Malsaucy avec son velu Grinderman, très peu de gens (estimés à 5000 max !) le savaient et il en est peut-être, qui sait, resté un peu froissé ?


Bon et sinon, la vie de jeune papa fait qu'il n'est évidemment pas question de passer 4 jours ici, pour tout un tas de raisons (Attention, la fréquentation d'un "Mini-Me" est une drogue dure, sachez-le et ne commencez pas !) : on se concentre donc sur les deux derniers jours, où il y a déjà largement de quoi faire, s'exonérant ainsi avantageusement des épuisants Asaf Avidan & Jamiroquai, et du laborieux tâcheron Woodkid. En cerise sur le gateau, une météo annoncée radieuse, éventuellement avec 1,3 mm de pluie orageuse dimanche en fin d'après-midi selon l'habituellement très précis meteociel.fr. De toutes façons l'an dernier on a pris la méga-chavane et on y a survécu, sans même annuler le concert des Cure : il paraît donc raisonnable d'espérer s'en bien tirer encore cette fois-ci. Au pire, en se mouchant couleur rouge brique pendant deux ou trois jours.


On commence cette édition avec un très grand groupe de poseurs, ou plus exactement un groupe de très grands poseurs... Black Rebel Motorcycle Club a certes eu l'immense mérite, au tournant du siècle dernier, d'amorcer le retour d'un certain rock viril en cuir, ouvrant la voie aux Strokes et à tous les autres. Pour autant, ce groupe au nom coolissime mais au son un peu monolithique n'a jamais réussi à nous passionner vraiment sur album. Ca ne va pas complètement fonctionner sur scène non plus - déjà parce qu'ils ignorent le précepte des vrais porteurs de cuir (on en est pas, mais on en connaît) : on ne quitte jamais son cuir, mec, on s'y pèle l'hiver et on y crève l'été ! Heureusement qu'entre le gominé et l'autre qui recoiffe tout le temps sa houpette, il y a une gonzesse, Leah Shapiro, une vraie sans chichi, qui tire la gueule mais taquine sa batterie sans faire la belle !


Bref le BRMC ne ressemble quand même pas tellement à un vrai gang de motards côte ouest type SAMCRO, surtout avec un geau gosse un peu maniéré, Peter Hayes, comme frontman... Mais il déroule un son pop/rock/psyché/californien agréable (à commencer par Let the Day Begin), souvent sans basse, volontiers lent (Beat The Devil's Tattoo), sans pour autant faire sauter au plafond un public encore en sortie de sieste digestive. Les chansons sont souvent assez ressemblantes, mais efficaces - puisque fonctionnant toujours sur les mêmes deux ou trois riffs (Conscience Killer ou Rival ne sont certes pas des titres révolutionnaires...). Par la suite, les moments enlevés (Six Barrel shotgun, bien !) se font hélas rares, des titres plus lents et peu appropriés viennent même plomber l'ambiance : il est donc temps d'aller se chercher une autre bière. "Rock USA" disait le programme : c'est bien ce qu'on a eu, merci, mais là on est prêts pour autre chose !


On a déjà subi les turpitudes soniques des turino-bordelais de JC Satàn, l'an passé dans une salle microscopique et précédée de leurs mentors les Thee Oh Sees : on sait que leur rock garage explosif et lo-fi va être un baume à nos oreilles, d'autant qu'ils n'ont que 45 minutes pour tout donner ! Et en effet, cette belle bande de freaks tatoués qu'une bonne partie du public découvre aujourd'hui a priori, va cartonner sur la scène Loggia, prise d'assaut ! Comme sur leur récent premier album, un début lent et noisy est suivi de la chanson-titre, la très réussie Faraway Land, mettant le feu aux poudres. Le public étant ferré, ils n'ont ensuite plus qu'à dérouler leurs admirables compositions - Dragons, More Power & Damnation, la fumante Believe Me (très Thee Oh Sees) et quelques autres - pour être plébiscités ! Le rock garage, longtemps tricard dans les festivals, jouit décidément d'un retour en grâce bien mérité, et on ne peut que se féliciter d'avoir des groupes nationaux au niveau des plus grands. Espérons que le public, manifestement enchanté par leur prestation, en parlera autour de lui afin qu'ils accèdent à la notoriété qu'ils méritent !


Malgré des écoutes répétées, le blues très old school et plaisant de Valerie June doit toujours faire ses preuves à l'examen scénique, au moins pour confirmer qu'elle n'est pas juste un beau produit marketé - on est donc venu assister à la fin de son set. La jeune femme surmontée d'une pieuvre de dreadlocks est occupée à jouer au banjo un blues hillbilly (a priori pas sur son album) devant un public flâneur, d'une voix de fillette à la June Carter Cash, assez agréable et originale. Puis son groupe la rejoint pour un beau slow, Pushing against a Stone. On remarque en passant que la déco "Green Room" du sponsor Heineken est nettement moins moche que les années passées, même s'il faut toujours boire sa détestable bière sans caractère. You can't be Told est également sympa sur scène et la demoiselle est bien jolie à regarder, dans sa robe blanche en dentelles... Elle termine une prestation plaisante, mais un peu en retenue, sur son Working Woman Blues teinté d'afro-beat, avant de sortir sans crier gare. Bonne impression générale, mais pas de quoi tomber amoureux cette fois-ci. Au contraire de l'ado de notre groupe, toute fière et excitée de s'être fait prendre en photo avec le rappeur Mykki Blanco pendant ce temps...


Pas une folle envie de revoir les vaillants Dinosaur Jr. qui, comme leur nom l'indique, représente un genre de musique aujourd'hui à peu près disparu, le grunge. Mais enfin on n'allait quand même pas aller voir l'affreux Kery James... Le chanteur Jay Mascis dont la voix rappelle (non, en fait, a inspiré !) celle d'Eddie Vedder, interprète en mode trio une série de chansons bien fichues et agréables, pendant qu'on traîne dans le food court à la recherche du flammekueche du jour. Bonne idée, un nouvel écran géant y permet de continuer à suivre le concert sur la plage. On y repère de beaux t-shirts de geek trentenaire, floqués respectivement "36 15 Ulla" et "Allez Chirac 1995" - je vous parle d'un temps que les fans de Fauve ne peuvent pas connaître... Pendant que des grands enfants jouent au sable, le groupe assure l'ambiance musicale (notamment un bon passage sur Don't Pretend you didn't know et surtout Feel the Pain, leur plus grand tube), bien décidé à tirer sur la corde jusqu'à avoir tous leurs points retraite. Ce qui ne doit plus être si loin, à en juger par la couleur de cheveux du chanteur... Le meilleur moment est néanmoins quand ils interprètent un titre hardcore de leur tout premier groupe, ainsi que la toute fin avec une idée très efficace : une reprise de la cultissime Just like Heaven, en version noisy sympa ! Plutôt une bonne suprise, au final.


Elle a beau être jolie, bien née et au moins aussi douée en live que sa célèbre demi-soeur, l'album de Lou Doillon n'est quand même pas particulièrement marquant (ni les 5 minutes de ICU aperçues), on préfère donc partir à la découverte des prometteurs frenchies de Von Pariahs, dont les deux titres en ligne à ce jour dépotent bien du slip. On arrive précisément sur la pétaradante Someone New, pour découvrir une bien belle bande de 6 musiciens no-look, emmenés par un petit chanteur joufflu, du genre qui vous enlève vos complexes, mais terriblement charismatique et habité par ses chansons ! Leur set chaleureusement encouragé par un public survolté, se termine (je crois) par un titre nommé Repetita, aussi lancinant qu'explosif. Belle présence, compos en forme de classiques instantanés allant du punk'n'roll crampsien avec aboiements, au post-punk à guitares vrillantes sous influence Joy Div'/Editors and co, que demande le peuple ? Ce sera la plus belle surprise du jour - vivement l'album annoncé fin septembre !


Au rayon pop pétillante, on se souvient avec plaisir d'un concert à la Route du Rock 2010 des Two Door Cinema Club, dont le deuxième album n'est hélas pas aussi prenant que le premier : au moins on sait qu'on va passer un bon moment, d'autant que les jeunes cons ont bien du finir par avoir vingt ans ! Blague à part, c'est en grande tenue d'entertainers, mais sans trop se prendre au sérieux quand même, que le sympathique gang emmené par son chanteur rouquemoute, déroule les tubes de son premier album (Do You want it All, This is the Life), comme du second (Sleep Alone et Next Year, très bien fichues), devant un public pleinement conquis. Le chanteur ne manque pas de préciser qu'ils sont tout contents d'être cette fois sur la grande scène, qu'ils tiendront sans problème.


Il faut dire qu'ils ont développé une science de la petite mélodie guillerette qui vous reste dans la tête (ça, c'est facile, Patrick Sebastien y arrive très bien aussi) mais sans la faire exploser (ça, c'est plus dur). Y compris quand elle se teinte d'une délicate mélancolie comme Come Back Home, superbe, touchante autant que dansante. D'ailleurs le groupe traverse aisément les générations : celle qui vient a manifestement adopté la nostalgique Sun comme son hymne de l'été - pas un si mauvais choix les mômes ! - tandis que les croulants de plus de 25 ans (voire 35) se retrouvent davantage dans le son jouissif de I Can Talk . Tout n'est pas hyper marquant dans le concert, mais les bonnes chansons sont assez nombreuses pour faire le lien entre elles sans qu'on s'éloigne au delà des premiers stands de bouffe... Et tout le monde communie pour finir sur la proprement irrésistible What you know - on a envie de croire que ce n'est pas parce qu'elle a servie de musique de pub, mais plutôt parce qu'elle capte idéalement l'air du temps. "I can tell just what you want : you don't want to be alone !", voilà qui prend tout son sens devant 25 000 personnes venues exprès de toute la France pour être ensemble...


Dans un tout autre style, le succès générationnel de Fauve est une énigme : plutôt mal écrits, moyennement scandés et sur des mélodies assez banales, on doit pourtant avouer qu'on n'arrive pas à détester complètement leurs textes, habités d'une urgence désespérée et a priori sincère, déclenchant chez le trentenaire l'empathie navrée qu'on pourrait avoir pour un petit frère un peu benêt ("quand tu allais, on revenait", comme disait IAM...). En tout cas ce n'est pas aujourd'hui qu'on pourra en savoir plus : il y a un tel moulon devant la scène Loggia (décidément maudite depuis que le village pro a remplacé son emplacement initial) qu'on ne pourra pas s'en approcher à moins de 100 mètres. N'étant pas prêts à se battre pour si peu, on laissera donc la fameuse "génération Y" communier sur Haut les Coeurs et Epiphanies, qu'ils semblent déjà connaître par coeur. Un point positif, le chanteur a une bonne diction (c'est bien le moins qu'on puisse lui demander...). A revoir s'ils passent l'hiver !


Passage sur la plage pour voir un peu Busy P, qui arrive hélas en retard. Pedro Winter est indéniablement un producteur avisé (le label Ed Banger fête ses 10 ans cette année) et éminemment sympathique, avec sa bonne bouille et sa casquette. Mais c'est quand même un pousseur de potards électro sans grand génie et qui ne se foule pas le tronc. Si les projections sur une structure gonflable sont assez jolies, on se lasse donc assez vite de son DJ set, surtout quand il s'aventure dans la tendance actuelle electro-funky du label et de sa locomotive, Breakbot. Dommage, cela aurait pu être l'occasion d'un joli best-of de ses plus belles réussites, celles de Justice en tête... Mais peut-être a t'il fini son set comme ça ?


En tête d'affiche de ce samedi, puisqu'il en faut une chaque jour, revoici les Phoenix qui ont déjà donné d'assez bons concerts aux Eurockéennes, notamment en 2009, sans jamais nous passionner autant qu'ils passionnent (inexplicablement ?) les américains. Quoique l'explication est peut-être simple : prestation carrée, chansons efficaces et qu'on retient sans fatigue comme Try & Succeed... On est quand même agacé rapidement par le chanteur, à la chemise bleue et la coupe au bol inamovibles, ainsi que par l'interminable projection d'un bassin de château - pour insister sur leur côté versaillais peut-être ? Communard dans l'âme, on avoue une antipathie historique pour ce qualificatif et pour cette ville ! Plus objectivement, ils sont toujours plus 5 ou 6 sur scène, et on ne les trouve pas assez beaux pour comprendre pourquoi ils ne se montrent toujours qu'à 4 sur leurs photos. On s'en lasse donc après un gros quart d'heure, tout comme des dizaines de personnes qui roupillent paisiblement sur la colline - mais il serait malhonnête de ne pas préciser que nos amis ont aimé le final du concert, très réussi, avec projection sur la foule de faux billets de 500 francs pour accompagner leur nouveau titre Bankrupt.


C'est l'heure de retrouver Kavinsky sur une plage bondée, à peine entr'aperçu l'an dernier (concert interrompu par la tempête), et dont l'album aussi régressif que jouissif est devenu entre-temps notre squatteur d'iPod numéro 1. Hélas trop peu confiant dans la force pourtant évidente de ses mélodies, ou peut-être soucieux de ne pas avoir l'air de passer simplement son disque, il embraye presque systématiquement après 30 secondes de musique, sur du beat plus ou moins bête et méchant et/ou en version house, massacrant quelque peu notre plaisir à entendre, par exemple, Rampage ou Blizzard malgré des jolis visuels dans l'esprit de son album. Fort heureusement à la fin, la décidément tuante Roadgame (la seule musique au monde qui vous donnerait presque envie d'acheter une voiture...), échappe à ce traitement pour être passée en bonne et due forme, tout comme Nightcall, totalement hors-sujet du reste du set et qu'il a donc casé à la fin, ne sachant pas trop quoi en faire en live à part monter et descendre les différentes pistes. Au final un set sympatoche mais qui exploite mal le potentiel de sa musique ! Alors qu'un vrai batteur ou une guitare pour la jouer en partie en live nous auraient facilement rendus dingues...


Rien à signaler sur Cassius qu'il va pourtant falloir se fader en entier, car la section moins de 15 ans de notre équipe est encore très en forme. Par ailleurs le dégueulis sonore de ASAP Rocky, caricature du rappeur branleur US, "younowadamsayin ?", qu'on a envie d'assommer violemment avec un objet contondant et si possible coupant, est totalement insupportable - impossible d'attendre nos amis en subissant cette horreur. Mais Cassius vaut à peine mieux : boum-boum sans saveur ni mélodies, avec des visuels d'une pauvreté affligeante qui n'occupent même pas l'oeil, laissant environ 99 % de temps de cerveau disponible pour se faire chier. A recommander aux foules déjà préalablement décérébrées donc, à défaut convenablement éméchées/amphétaminées. On attend stoïquement que ça passe, dans la nuit heureusement douce. Une fois passés leurs remix tout concons de Justice ou de Rage Against the Machine, on va enfin pouvoir rentrer se crasher, morts de fatigue.

C'est qu'après ce samedi inégal mais globalement très plaisant, un beau dimanche en pente douce nous attend encore ... Et le dimanche, c'est par là !

Photos pro par Andy Trax.
Quelques Vidéos-souvenir : par ici !

> Réponse le 12 juillet 2013, par Dina la rousse

Eh bien moi j'ai trouvé les Fauve bien plus inspirés que pas mal de groupes trop "Bisounours" (TDCC,Phoenix et tous les groupes électro de la plage). disons que dans un cas on réfléchit, dans l'autre on s'amuse : les deux font du bien. dommage que tu n'ais pas insisté un peu pour les voir mieux ! sinon bluffée aussi par JC Satan & Von Pariahs, à découvrir !  Réagir


Les Eurockéennes de Belfort : les dernières chroniques concerts

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2019
Malgré la fatigue cumulée depuis jeudi, on est tout de même monté en régime au fil du week-end. Au programme, on retrouve notamment à l'affiche Stray Cats, Christine and the... La suite

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2019
Dans l'ambiance orageuse, bouillante et poussiéreuse d'un Malsaucy qui a fait le plein ce samedi, ceux sont les filles qui furent à l'honneur lors de cette troisième journée... La suite

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 05/07/2019
John Butler Trio Grande Scène 19h15 20h15 Pour leur seconde journée, les Eurockéennes de Belfort font le plein. Sur la grande scène, en tout début de soirée, John Butler... La suite

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 04/07/2019
La 31ème édition des Eurockéennes de Belfort s'est achevée dans la nuit du dimanche au lundi à 1 heure 30 du matin. Après 4 jours de musique qui ont reflété notre époque au... La suite

Black Rebel Motorcycle Club BRMC : les dernières chroniques concerts

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) en concert

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 21/07/2018
Le festival Samedi 21 juillet débutait la seconde édition de la version française du Lollapalooza. Cet événement est porté par le tourneur Live Nation et accueille des... La suite

Depeche Mode, Black Rebel Motorcycle Club, Kasabian, Portugal. the Man (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 1) en concert

Depeche Mode, Black Rebel Motorcycle Club, Kasabian, Portugal. the Man (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 1) par Coline Magaud
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 21/07/2018
La deuxième édition de la version française du grand festival américain lollapalooza se déroulait le week-end des 21 et 22 juillet à l'Hippodrome de Longchamp à Paris. Une... La suite

Eddy de Pretto, Vianney, Black rebel motorcycle club, Ibeyi, Jain, MGMT, Lysistrata, Idles, Angèle (Paleo Festival 2018)   en concert

Eddy de Pretto, Vianney, Black rebel motorcycle club, Ibeyi, Jain, MGMT, Lysistrata, Idles, Angèle (Paleo Festival 2018) par Lionel Degiovanni
Paléo Festival, Nyon, le 18/07/2018
Pour démarrer le deuxième jour de Paléo, je commence avec le fameux Eddy de Pretto et son fameux fête de trop et je dois avouer que là c'est la claque. Cet artiste ne se... La suite

Black Rebel Motorcycle Club en concert

Black Rebel Motorcycle Club par Samuel C
Élysée Montmartre - Paris, le 22/11/2017
En sortant du concert de Black Rebel Motorcycle Club du 2 novembre 2005 à l'Elysée Montmartre, j'écrivai notamment ceci : "[...] Comparé depuis ses débuts à The Jesus & Mary... La suite

Busy P : les dernières chroniques concerts

BusyP, Jacques, Pional (L'Edition Festival) : 2ème soirée en concert

BusyP, Jacques, Pional (L'Edition Festival) : 2ème soirée par Marcing13
Rooftop Marseille, le 27/05/2016
Pour ma deuxième soirée au festival l'Edition #2, on se dirige au Rooftop des terrasses du port, lieu récent mais vite devenu à la mode pour un jeune public (un peu bling-bling)... La suite

BusyP, Jacques, Pional (L'Edition Festival) en concert

BusyP, Jacques, Pional (L'Edition Festival) par Marcing13
Rooftop Marseille, le 27/05/2016
Deuxième soirée pour moi à l'Edition (et 3ème soir pour le festival !), on arrive pour la soirée au Rooftop des terrasses du port. Pional sera notre Dj qui ouvrira la soirée,... La suite

The Breeders, Dinosaur Jr, Daniel Johnston, Jesse Boykins III, Busy P, Jackson and his computer band...(This Is Not A Love Song Festival 2013) en concert

The Breeders, Dinosaur Jr, Daniel Johnston, Jesse Boykins III, Busy P, Jackson and his computer band...(This Is Not A Love Song Festival 2013) par Sami
Paloma, Nimes, le 24/05/2013
Nimes, troisième soir du festival. (les premiers soirs c'était ICI) Birth Of Joy Les grandiloquants Birth Of Joy enflamment la grande scène avec un chanteur habité et un... La suite

Justice + Ed Banger All Star en concert

Justice + Ed Banger All Star par Coline Magaud
L'Olympia, Paris, le 04/02/2012
Une soirée qui pouvait s'annoncer des plus prometteuses et réjouissantes s'avère finalement relativement moyenne et ce malgré une prestation agréable du duo phare de la... La suite

Cassius : les dernières chroniques concerts

Fiesta des Suds 2016 - Soir 3 - Cassius - Puppetmastaz - Naive New Beaters - Broken Back - PinkNoColor - Eve Dahan en concert

Fiesta des Suds 2016 - Soir 3 - Cassius - Puppetmastaz - Naive New Beaters - Broken Back - PinkNoColor - Eve Dahan par Julien 13ru
Docks des Suds - Marseille, le 22/10/2016
De la pluie...De la pluie nous accueille à notre arrivée à la Fiesta des Suds. Ce soir c'est samedi soir et si on fait pas gaffe on va vraiment l'attraper, la fievre du samedi... La suite

Cassius (Festival Rock en Seine 2016) en concert

Cassius (Festival Rock en Seine 2016) par lol
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Rien n'est plus galvaudé que le label "french Touch" quand on parle d'électro. S'il est souvent accolé au premier péquin français qui fait de la musique avec un ordinateur,... La suite

Justice + Ed Banger All Star en concert

Justice + Ed Banger All Star par Coline Magaud
L'Olympia, Paris, le 04/02/2012
Une soirée qui pouvait s'annoncer des plus prometteuses et réjouissantes s'avère finalement relativement moyenne et ce malgré une prestation agréable du duo phare de la... La suite

Cassius, DJ Zebra, Ultra Orange par Joseph
Fiesta des Suds - Marseille, le 26/10/2007
Il fait plutôt frais ce vendredi soir pour un concert en extérieur. On espère tous que les beats de Cassius nous feront oublier que ça pince un peu. La Fiesta des Suds donc, toujours fidèle à elle même, a encore déversé une montagne d'invitation pour cette soirée ou l'on cherche le Sud. Car Ultra Orange, DJ Zebra et Cassius n'ont rien de bodega,... La suite

Dinosaur Jr : les dernières chroniques concerts

J Mascis en concert

J Mascis par Samuel C
La Maroquinerie - Paris, le 06/07/2019
Il a souvent été décrit comme une personne oisive voire adepte du "jemenfoutisme". Avec son air d'éternel slacker... de 55 balais, sa casquette de base-ball et son t-shirt informe,... La suite

Pointu Festival 2017 :  Dinosaur Jr. - Slowdive - Ride - Ryan Adams - Kurt Vile - Hanni El Khatib - Red Fang - The Spitters en concert

Pointu Festival 2017 : Dinosaur Jr. - Slowdive - Ride - Ryan Adams - Kurt Vile - Hanni El Khatib - Red Fang - The Spitters par Phil2guy
Six-Fours-Les-Plages, Presqu'île du Gaou, le 08/07/2017
C'est la deuxième édition du Pointu Festival qui a lieu pendant deux jours sur le magnifique site de la presqu'île du Gaou à Six Fours-les Plages. L'affiche est réellement... La suite

Shellac, Ty Segall & The Muggers, Dinosaur Jr, Algiers, The Mystery Lights, Nots, Metz, Cavern Of Anti-Matter, Quetzal Snakes, Parquet Courts, Girl Band, Dirty Fences, Steve Gunn, Daddy Long Legs, Dilly Dally (This Is Not A Love Song Festival 2016) en concert

Shellac, Ty Segall & The Muggers, Dinosaur Jr, Algiers, The Mystery Lights, Nots, Metz, Cavern Of Anti-Matter, Quetzal Snakes, Parquet Courts, Girl Band, Dirty Fences, Steve Gunn, Daddy Long Legs, Dilly Dally (This Is Not A Love Song Festival 2016) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 05/06/2016
Prog démente, site impeccable (superbe salle, jardin éphémère avec deux scènes extérieures bucoliques), soleil garanti, tarifs modérés, le This Is Not A Love Song Festival,... La suite

Dinosaur Jr. (This Is Not A Love Song Festival 2016) en concert

Dinosaur Jr. (This Is Not A Love Song Festival 2016) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 04/06/2016
Point d'orgue d'une très belle deuxième journée à Nîmes pour le This Is Not A Love Song Festival, la prestation de Dinosaur Jr. le 4 juin sur la paradisiaque scène extérieure... La suite

Fauve : les dernières chroniques concerts

Fauve en concert

Fauve par Xavier Averlant
Le Bataclan, Paris, le 26/09/2015
Dieu que c'était bien ce concert ! Annoncé comme le "pot de départ" de Fauve, chacun comprendra ce qu'il a envie de comprendre : fin de tournée ? split du groupe ? album... La suite

Fauve + Woodkid (Voix du Gaou) en concert

Fauve + Woodkid (Voix du Gaou) par Calie Coto
Six Fours les Plages, le 16/07/2014
Voilà, l'heure a bientôt sonné. La fosse commence à se remplir, les mots se perdent dans le vent, le soleil diffuse ses derniers rayons, le ciel s'embrase et se fond sur le bleu... La suite

Entretien avec le groupe Fauve à l'occasion du festival Les Voix du Gaou en concert

Entretien avec le groupe Fauve à l'occasion du festival Les Voix du Gaou par Caroline CAMPO
Six Fours les Plages, le 16/07/2014
" Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait " MarK Twain Imaginez une plage posée délicatement dans un écrin de verdure, bercée par le chant des... La suite

J.C. Satàn : les dernières chroniques concerts

Frustration + JC Satan (10 ans de Picture Organic Clothing) en concert

Frustration + JC Satan (10 ans de Picture Organic Clothing) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 08/12/2018
Non, contrairement aux apparences, et même s'il y a Frustration et JC Satan en haut de l'affiche du soir à La Coopé, ce n'est pas un concert pour fêter les 10 ans du label Born... La suite

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) en concert

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 21/09/2018
Encore un week-end bien rempli à Angers pour le festival Levitation France, déclinaison française du rassemblement organisé à Austin par les Black Angels et leurs potes... Les... La suite

Interview avec Arthur de J.C. Satan à propos de l'album Centaur Desire (sorti le 2 mars 2018 chez Born Bad Records) en concert

Interview avec Arthur de J.C. Satan à propos de l'album Centaur Desire (sorti le 2 mars 2018 chez Born Bad Records) par Pierre Andrieu
Bordeaux, le 17/05/2018
Juste avant qu'il ne se lance dans un Tour de France en utilisant moult produits dopants (parmi lesquels nous citerons le Jack Daniel's) afin de promouvoir sur les routes en... La suite

J.C Satàn (Release Party de l'album Centaur Desire) en concert

J.C Satàn (Release Party de l'album Centaur Desire) par Lebonair
La Maroquinerie - Paris, le 11/04/2018
On était très heureux de se rendre à La Maroquinerie en ce mercredi 11 avril afin de fêter la sortie du 5ème album d'un groupe qu'on aime énormément, J.C Satàn. Sorti le 3 mars... La suite

Kavinsky : les dernières chroniques concerts

Kavinsky en concert

Kavinsky par Nec
Stereolux, Nantes, le 16/05/2014
Une ambiance qui a mis du temps à décoller ! Avec un Kavinsky qui prend son temps pour nous faire monter en pression et finalement lorsque, à l'apogée de son art, sur le tube... La suite

Breton + Jackson and His Computer Band + Kavinsky + Klaxons + Carbon Airways + Sarah W_Papsun + A Tribe Called Red + Salut C'est Cool (Rock 'n Beat Party - Le Printemps de Bourges 2014) en concert

Breton + Jackson and His Computer Band + Kavinsky + Klaxons + Carbon Airways + Sarah W_Papsun + A Tribe Called Red + Salut C'est Cool (Rock 'n Beat Party - Le Printemps de Bourges 2014) par Pierre Andrieu
Le W, Bourges, le 26/04/2014
Samedi 26 avril 2014, avant dernier jour du Printemps de Bourges avec un morceau de choix, la fameuse Rock 'n Beat Party, soirée qui permet de voir défiler de très nombreux... La suite

(mon) Marsatac 2013, 2/2 : JC Satàn, Andromakers, Nasser, Stubborn Heart, Bonobo, Sexy Sushi, Breton, Squarepusher, Zombie Zombie, Kavinsky en concert

(mon) Marsatac 2013, 2/2 : JC Satàn, Andromakers, Nasser, Stubborn Heart, Bonobo, Sexy Sushi, Breton, Squarepusher, Zombie Zombie, Kavinsky par Philippe
Le Dock des Suds, Marseille, le 28/09/2013
Pour la première soirée au Silo c'est par ici. "Pensez moins, Dansez plus !" Alors ça c'est du slogan qui donne envie au chroniqueur, en effet, de s'abandonner dans les foules... La suite

Phoenix : les dernières chroniques concerts

Charlotte Gainsbourg, Protomartyr, King Tuff, Phoenix, The Lemon Twigs, Superorganism (La Route du Rock 2018) en concert

Charlotte Gainsbourg, Protomartyr, King Tuff, Phoenix, The Lemon Twigs, Superorganism (La Route du Rock 2018) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 19/08/2018
Dernière salve de concerts pour la collection été 2018 de La Route du Rock, le "plus petit des grand festivals" (selon l'édito du programme officiel de cette édition), avec de... La suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Chorale La Paloma, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall en concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Chorale La Paloma, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall par Philippe
Paloma, Nîmes, le 02/06/2018
Le vendredi, c'était par ici ! Deuxième journée et pas la moindre à TINALS, qui se joue encore une fois des nuages vaguement menaçants qu'on aperçoit ici ou là pendant la... La suite

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017)   en concert

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017) par Lily Rosana
Aix-Les-Bains, le 13/07/2017
"Les 15 ans de Musilac !", "Déjà !" diront les musilakiens de la première heure. "Seulement !" crieront les gourmands. J'ai eu la chance de pouvoir être spectatrice des 4 jours... La suite

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire en concert

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 09/07/2017
Le samedi, c'était par ici ! Pour commencer sous des nuages antipathiques, après les anecdotiques Rocky et leur belle chanteuse, on est assez content de pouvoir retourner voir... La suite

Two Door Cinema Club : les dernières chroniques concerts

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016) par Stéphane Pinguet
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante,... La suite

Two Door Cinema Club en concert

Two Door Cinema Club par FL
Studio SFR - Paris, le 12/09/2012
Avec "Beacon", sorti le 3 septembre dernier, les Two Door Cinema Club nous offrent un des deux meilleurs albums pop rock de la rentrée avec celui de The Vaccines. "Tourist... La suite

Les Voix du Gaou : The Rapture + Two Door Cinema club + Hyphen Hyphen en concert

Les Voix du Gaou : The Rapture + Two Door Cinema club + Hyphen Hyphen par stephane
Les Voix du Gaou - Six Fours, le 17/07/2012
Seconde soirée du festival du Gaou avec une affiche qui paraissait alléchante : un jeune groupe repéré par les inrocks, un combo pop irlandais et une référence de l'électro-rock... La suite

Main Square Day 2 : Triggerfinger + Mai + Kaiser Chiefs + The National + Yodelice +Moby + Kasabian + Arcade Fire + Aloe Blacc + Two Door Cinema Club + The Shoes     en concert

Main Square Day 2 : Triggerfinger + Mai + Kaiser Chiefs + The National + Yodelice +Moby + Kasabian + Arcade Fire + Aloe Blacc + Two Door Cinema Club + The Shoes par Boby
Citadelle, Arras, le 02/07/2011
Main Square - Jour 2 Pas besoin d'introduction c'est le second jour ! Si tu es trop feignant pour lire le premier jour des épisodes précédent, tu ne mérites pas la... La suite

Valerie June : les dernières chroniques concerts

Valerie June + Adam Wood en concert

Valerie June + Adam Wood par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 08/04/2014
Bon concert de l'Américaine Valerie June à la Coopérative de mai, à Clermont-Ferrand, le 8 avril 2014, avec en première partie une prestation bien envoyée du prometteur... La suite

Von Pariahs : les dernières chroniques concerts

IAM, FFF, Skip The Use, Vitalic, Anna Calvi, Von Pariahs, Thomas Fersen, Tagada Jones, Super Discount 3, Yodelice, Shantel, St Lo, The Skints, Triggerfinger, Blitz the Ambassador, Billy Hornett, Nasser, Kings of Nothing, The Seasons (Festival Au Pont Du Rock 2014) en concert

IAM, FFF, Skip The Use, Vitalic, Anna Calvi, Von Pariahs, Thomas Fersen, Tagada Jones, Super Discount 3, Yodelice, Shantel, St Lo, The Skints, Triggerfinger, Blitz the Ambassador, Billy Hornett, Nasser, Kings of Nothing, The Seasons (Festival Au Pont Du Rock 2014) par Benji
Malestroit, le 26/07/2014
Kings of Nothing Vendredi 25 juillet 2014, c'est le groupe de Malestroit Kings of Nothing qui nous accueille pour l'ouverture du festival Au Pont du Rock, 25ème du... La suite

Von Pariahs en concert

Von Pariahs par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 18/12/2013
Concert en forme d'uppercut bien placé (c'est à dire en plein dans le menton, pour bien mettre KO) pour les Von Pariahs à La Coopérative de mai, à Clermont-Ferrand, le 18... La suite

Entretien avec les Von Pariahs à l'occasion de la sortie de leur album Hidden Tensions et de leur tournée française en concert

Entretien avec les Von Pariahs à l'occasion de la sortie de leur album Hidden Tensions et de leur tournée française par Pierre Andrieu
01/10/2013
Paru depuis le 30 septembre 2013 chez Yotanka - Differ-ant, Hidden Tensions, le premier album des franco-anglais de Von Pariahs est une véritable tuerie post punk qui... La suite

Egyptian Hip Hop + The Phenomenal Handclap Band + Funeral Party + Von Pariahs + Donso + The Pack A.D + Lars & The Hands Of Light (Transmusicales de Rennes 2010) en concert

Egyptian Hip Hop + The Phenomenal Handclap Band + Funeral Party + Von Pariahs + Donso + The Pack A.D + Lars & The Hands Of Light (Transmusicales de Rennes 2010) par Pierre Andrieu
Parc Expo, Rennes, le 09/12/2010
Début en fanfare pour les Transmusicales de Rennes 2010, avec une première soirée riche en découvertes étonnantes et mémorables au Parc Expo et au 4 Bis... Parmi les très... La suite

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert : les dernières chroniques concerts

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2019
Malgré la fatigue cumulée depuis jeudi, on est tout de même monté en régime au fil du week-end. Au programme, on retrouve notamment à l'affiche Stray Cats, Christine and the... La suite

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2019
Dans l'ambiance orageuse, bouillante et poussiéreuse d'un Malsaucy qui a fait le plein ce samedi, ceux sont les filles qui furent à l'honneur lors de cette troisième journée... La suite

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 05/07/2019
John Butler Trio Grande Scène 19h15 20h15 Pour leur seconde journée, les Eurockéennes de Belfort font le plein. Sur la grande scène, en tout début de soirée, John Butler... La suite

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 04/07/2019
La 31ème édition des Eurockéennes de Belfort s'est achevée dans la nuit du dimanche au lundi à 1 heure 30 du matin. Après 4 jours de musique qui ont reflété notre époque au... La suite