Accueil Chronique de concert Overhead + Nicholson (Festival Marsatac 2004)
Mercredi 13 novembre 2019 : 11977 concerts, 25765 chroniques de concert, 5274 critiques d'album.

Chronique de Concert

Overhead + Nicholson (Festival Marsatac 2004)

Poste a Galene - Marseille 23 septembre 2004

Critique écrite le par



Quand on entre au Poste à Galène, le groupe marseillais Nicholson vient tout juste d'entamer son set. Et tout en remplissant le papier pour la carte d'adhésion de la nouvelle saison, j'ai le temps de me faire une impression. Malheureusement, mon sentiment final restera fidèle à cette première impression et si je devais résumé en un mot cette première partie, je dirais : Dommage !!!



Le line up de Nicholson est pourtant assez original : un guitariste/chanteur, un bassiste/guitariste/choriste et un DJ/machiniste/choriste. Les mélodies sont parfaitement à mon goût : entre pop, funk, rock et électro, tout en ne pouvant être classées dans l'une ou l'autre de ces catégories.



Allons droit au but, ce qui m'a déplu, ce sont les textes et la voix. Bon, pour cette dernière, ce n'est qu'une question de goût puisque le chanteur ne chante pas faux, mais son timbre, son flow et ses intonations ne me plaisent guère. Par contre,le truc qui m'a vraiment bloqué, ce sont les paroles en français, volontairement simplistes et abordant des thèmes... comment dire...
Prenons un exemple, le refrain d'une chanson pour les enfants (dixit le chanteur) : "Qu'est-ce que les animaux ont de moins que nous ? Qu'est-ce que les animaux ont de moins que nous ? Qu'est-ce que lesanimaux ont de moins que nous ? C'est qu'ils ne savent pas ce qu'ils ont de moins que nous !!!". Bref, j'ai pas vraiment accroché quelque soit les titres : de L'homme à la tête d'ail à Andy Warhol en passant par Les animaux. Dommage donc, parce que les mélodies sont très belles, bien structurées, assez originales et leur prestation était plutôt carrée. En gros, à réserver aux fans de chanson française minimaliste (n'est-ce pas M. Pirlouiiiit ?).

La réponse de Nicholson : ici



Du coup, autant dire que j'attends avec une impatience grandissante l'arrivée sur scène de Nicolas Leroux et de ses 3 comparses d'Overhead. Je les ai découvert un an auparavant, sur la scène du Café Julien et à cette occasion, j'avais été littéralement séduit. Et de manière générale, quand on aime le grand Jeff Buckley et quand sa voix hors du commun nous manque, on ne peut que triper sur Overhead.



Je suis donc content d'être là, à attendre le meilleur groupe de pop-rock français, n'ayons pas peur des mots.
Ca me fait autant plaisir de les voir sur une scène un peu plus grande que l'année dernière (signe d'une notoriété grandissante) que de les voir installer eux-mêmes leur matos (signe d'absence de starification, pour le moment tout du moins).



La lumière s'estompe et le groupe s'installe pour de bon sur scène. L'occasion de remarquer que le line up a légèrement évolué. A la batterie, aux guitares et au chant, on prend les mêmes et on recommence, à savoir, respectivement Christophe Demaret, Chakib Chambi et Nicolas Leroux. Mais à la basse, exit l'excellent Jean-Claude Kebaïli, remplacé par Richard Cousin. Le concert commence de façon plutôt énergique avec deux des meilleures chansons du second opus du groupe (No Time Between) : 100 years et Handsome Machine. Le rythme redescend ensuite un petit peu avec Second Thought, une petite ballade jazzy pleine de charme, et Slow Dive, morceau mélodiquement très proche du mythique Airbag du non moins mythique Radiohead.



Puis vient le tour de Uprising et là, je rentre pour de bon dans le concert. Après 4 morceaux de chauffe, la voix de Nicolas atteint son paroxysme. Celle-ci possède un "grain", une pureté, elle est parfaitement cristalline et, je dois l'avouer, terriblement enviable.
Ensuite, c'est le retour des tueries du 1er album avec You call it love et Air qui ont pris un sacré coup de jeune au passage et qui constituent pour moi un pur moment de bonheur. A ce moment précis, je suis sur un petit nuage d'autant que suivent Out of your sleep et Here it comes again, deux morceaux merveilleux qui partent tranquillement pour finir en trombe avec la voix puissante de Nicolas, exploitée au maximum de ses possibilités. Le son est bon, l'ambiance aussi. Les musiciens sont à fond dedans et moi de même.



Pour ce qui des petits bémols (ça sert à ça une critique...), je dirais que Nicolas ne parle pas assez entre les morceaux pour annoncer de quoi parle les textes (tout le monde ne maîtrise pas parfaitement la langue de Shakespeare) et pour dire qu'il est content d'être de retour à Marseille (ça fait toujours plaisir...). Chakib, le second guitariste, complète les mélodies merveilleusement bien, à tel point que j'aurais aimé le voir tenter 1 ou 2 soli un peu plus ambitieux. Richard, le bassiste fraîchement débarqué, semble un peu stressé et peu sûr de lui parfois, mais ça peut se comprendre. Christophe enfin, le batteur, est quant à lui absolument irréprochable. Il a tout, un touché, un style, une finesse, un feeling... Bref, toutes les qualités d'un bon batteur de jazz, le solo d'une demie heure en moins.



Le concert continue avec une version quasi punk de Let us be à laquelle je n'accroche pas trop, contrairement au Pinguin qui sautille comme un p'tit fou à côté de moi, pendant que ma moitié commence à tourner de l'œil. Trop de monde, trop de fatigue, trop de son... et le concert se terminera un peu plus tôt pour nous, non sans avoir écouter les 3 derniers morceaux du set : Talk Real, Tight and turned et Head on ainsi que les premières notes du rappel : Innerself.



Je me rentre donc avec un sentiment de plénitude, heureux d'avoir assister à ce concert. Vivement le retour d'Overhead à Marseille, et au Moulin cette fois... Je l'espère et avec un Dazuntski en première partie pourquoi pas (non là, faux pas abuser non plus...).



P.S : merci à Pirlouiiiit*, jeune étudiant en biiiiiiip, qui, entre deux TP, a pris le temps de venir prendre quelques photos pour illustrer cette chronique trop longue ...

* "moi j'ai bien aimé les 3 dernieres chansons de Nicholson, comme lorsque je les avais vu la première fois ... la en plus le son était bon ! Overhead ne m'a pas deplu non plus mais sans vraiment m'emballer ... "

Festival Marsatac : les dernières chroniques concerts

Festival Marsatac : Rejjie Snow, Kokoko, Nasser, Paul Kalkbrenner, Aloha Orchestra, Nekfeu... en concert

Festival Marsatac : Rejjie Snow, Kokoko, Nasser, Paul Kalkbrenner, Aloha Orchestra, Nekfeu... par Sami
Parc Chanot, Marseille, le 16/06/2018
Après le carton plein vendredi pour le concert d'IAM raconté par Laurent, quelques photos et lignes de la soirée de samedi, moins courue mais également sous le signe du rap et de... La suite

Festival Marsatac : IAM, Lomepal, Romeo Elvis, Petit Biscuit ... en concert

Festival Marsatac : IAM, Lomepal, Romeo Elvis, Petit Biscuit ... par lb photographie
Marseille Parc Chanot, le 15/06/2018
20 ans, le bel âge ! Marsatac fêtait cette année un anniversaire mémorable. Impossible de ne pas voir les choses en grand, 20 ans après. Et bien c'est chose faite avec une prog qui... La suite

Festival Marsatac 2017 : Meute + Die Antwoord + Kid Francescoli + Guirri Mafia + Nova Twins + WhoMadeWho en concert

Festival Marsatac 2017 : Meute + Die Antwoord + Kid Francescoli + Guirri Mafia + Nova Twins + WhoMadeWho par Lb Photographie
Parc Chanot à Marseille, le 24/06/2017
Une 19e édition - déjà - placée sous le signe du rouge (" Ton été sera rouge " qu'ils disent sur le site) et un festival qui gagne chaque année toujours plus de notoriété, autant... La suite

Festival Marsatac 2017 : Fonky Family, Soulwax, Princess Nokia, Demi Portion, Nicolas Jaar en concert

Festival Marsatac 2017 : Fonky Family, Soulwax, Princess Nokia, Demi Portion, Nicolas Jaar par Sami
Parc Chanot, Marseille, le 23/06/2017
Marsatac 19ème edition en mode papy de la résistance ce soir, principalement motivé par la venue de Soulwax cette année. Exit la friche de la Belle de mai, les organisateurs... La suite

Nicholson : les dernières chroniques concerts

Nicholson + Gulcher en concert

Nicholson + Gulcher par Pirlouiiiit
Intermediaire - Marseille, le 07/09/2007
Grosse grosse soirée ce soir avec beaucoup de choses qui me tentent comme Ed Mudshi (sortie d'album) + Lazy Bones (première scène depuis l'accident d'un des membres du groupe) a la... La suite

Nicholson - interview pour la sortie de <i>Moderne</i> en concert

Nicholson - interview pour la sortie de Moderne par Pirlouiiiit
Marseille, le 07/04/2006
Lorsqu'il y a quelques années je découvrais le groupe Nicholson (a la Part des Anges en compagnie de Quaisoir) j'étais agréablement surpris de voir un groupe neuf (aucun des... La suite

Nicholson + Adam Cohen (Festival Avec Le Temps) en concert

Nicholson + Adam Cohen (Festival Avec Le Temps) par Pirlouiiiit
Intermediaire - Marseille, le 30/03/2005
Nicholson : Adam Cohen (oui oui le fils de Leonard) et re Nicholson : La suite

Nicholson (Festival Avec Le Temps) en concert

Nicholson (Festival Avec Le Temps) par Mystic Punk Pinguin
Intermediaire - Marseille, le 30/03/2005
Nicholson c'est un trio guitare/chant, basse (parfois 2e guitare) et machines. C'est avant tout un groupe qui délivre une pop inventive. De certains morceaux rock et... La suite

Overhead : les dernières chroniques concerts

Overhead+ Feist + THE CURE !! par Crackdry
Six fours, le 03/07/2004
Que c'était agréable de voir the Cure sous le ciel étoilé de Six-fours! Les lieux et la préstation du groupe (qui était parait il malade la veille à Werchter) m'ont laissé sur un nuage pendant quelques jours ;) voici la playlist Plainsong, Fascination Street, Before Three, High, The End of the World, Anniversary, Inbetween Days, Jupiter Crash,... La suite

overhead+feist+the cure par Fairy
festival du gaou (six fours), le 03/07/2004
Debut du concert prévu à 21h00, arrivée à 20h30 overhead finissait son set, légerement déçue car ils donnaient bien, bon son, bonne voix (gros rapprochement avec jeff buckley), mais tant pis arrivée trop tard. Jeune demoiselle du moment Leslie Feist: jolie, belle voix, bons musiciens, bref tout pour elle mais aucune pêche et juste 4... La suite

Overhead + The Raveonettes par Augustulus
Le Botanique, Bruxelles, le 15/05/2003
Salut à tous, retour au Bota une semaine après le grand ramonesage de tympans à la sauce punk, cette fois-ci en charmante compagnie puisque Claire et Mélanie ont décidé ce soir d'envoyer bouler Chopin et Beethoven pour plonger dans le grand chaudron rock... Chapeau mesdemoiselles ! 20h, il n'y a presque personne alors qu'Overhead prend place... La suite

Overhead par Merylax
Salle de la tour, Voisins le Bretonneux, le 10/05/2003
Dans une salle à moitié pleine (ou à moitié vide pour les pessimistes)Overhead a joué en région parisienne... Le groupe n'est pas très connu mais ne sera certainement pas connu pour la qualité de ses représentations "live". Bien que la musique soit prenante, les musiciens sont on ne peut plus statiques et communiquent fort peu d'émotions au public.... La suite

Poste a Galene - Marseille : les dernières chroniques concerts

the Fuzz and Drums + No Jazz Quartet (Tchoc Fest 2)  en concert

the Fuzz and Drums + No Jazz Quartet (Tchoc Fest 2) par Pirlouiiiit
Makeda, Marseille , le 12/10/2019
Pas facile de savoir par où commencer ce soir. Au Café Julien il y a l'émouvante Shannon Wright en solo au piano et au Makeda il y a le 2ème Tchoc Fest avec Mure, Doc Vinegar,... La suite

Minuit 10 en concert

Minuit 10 par Pirlouiiiit
Makeda, Marseille, le 26/09/2019
Compliqué d'écrire sur ce concert dont je n'ai vu que la toute fin, pris aucunes notes et sachant que depuis j'ai vu pas moins de 25 groupes en live ... (David Lafore et les... La suite

The Dizzy Brains en concert

The Dizzy Brains par Lb Photographie
Le Makeda - Marseille, le 26/09/2019
The rock band from Madagascar passait ce soir, et pour la 2ème fois à Marseille. J'avais repéré ce groupe de petits jeunes bien énervés il y a quelques années. Il faut dire qu'ils... La suite

Conger ! Conger ! + Poutre en concert

Conger ! Conger ! + Poutre par Catherine B
Makeda, Marseille, le 19/09/2019
a ... Donc hier soir et parce qu'il y a de la poésie dans la noise, à cause d'eux. Il y a ce qu'on entend, c'est fort, douloureux, l'exutoire pour le mal dedans... et la violence... La suite