Accueil Chronique de concert Têtes Raides + Pense Bête ( Festival Avec Le Temps )
Lundi 30 mars 2020 : 9992 concerts, 25960 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.

Chronique de Concert

Têtes Raides + Pense Bête ( Festival Avec Le Temps )

Têtes Raides + Pense Bête ( Festival Avec Le Temps ) en concert

Espace Julien - Marseille 22 Mars 2014

Critique écrite le par

Après un excellent début de soirée passé au Lollipop avec Frédéric Nevchehirlian, nous voilà repartis pour l'Espace Julien. Et qu'allons-nous y faire ? Tout simplement retrouver un groupe que j'adore et que je n'ai jamais eu le plaisir de voir en live : Têtes Raides. Attention, à dire tel quel et non pas Les Têtes Raides (selon une interview du groupe entendue il y a quelques temps sur le Mouv'). Parce que sinon, ça ne leur plait pas ! " Comme on ne dit pas Les Louise Attaque " avait lancé Christian Olivier.



Pour la première partie, ce sera une découverte (comme souvent). Un trio du nom de Pense Bête. Démarrage pile à l'heure annoncée. Configuration simple : Une guitare sèche, une autre électrique et une contrebasse. Une sorte de petit Jazz Band hyper sympa, pour une musique plus que festive et surtout qui commence plus que bien.

Au second morceau, le chanteur troque sa gratte pour un accordéon. La contrebasse se met à servir de percu ... Et la musique se fait presque tzigane, avec ses dernières notes comme sorties d'une mandoline. De ces musiques à histoire, qui réussit à conquérir totalement un public hélas un peu trop éparse (mais il est encore tôt).



A chaque chanson, on change d'univers. Ils nous parlent de tout, même des quartiers nord de Marseille où tout le monde devient blanc. A présent, on est presque dans le ska d'une Karimouche. C'est plaisant et entraînant. Les textes sont mordants et sarcastiques juste ce qu'il faut. Avec Attention Mes Amis, ils se font même plaisir dans un Rock bien senti. Du coup, la guitare en reste " coincée en mode Metallica ", ce qui ne semble pas compatible avec la suivante ! Ils gèrent cela avec sourire et humour ... Avant, effectivement je confirme, de nous embarquer pour plus de douceur. Lumières tamisées et de belles cordes. Juste envie de fermer les yeux et de se laisser porter par Le Goût De L'orange.



Mais la fantaisie est bien vite de retour avec cette belle constatation : " Il y a beaucoup de chansons sur les pauvres, il était donc temps d'en faire une pour les riches ! " Pour ce faire, l'accordéon est de retour et l'ensemble tourne même à la grosse fiesta. Avec en plus un public qui emboîte le pas au quart de tour. C'est définitivement une musique qui ne peut laisser indifférent et qui donne des fourmis dans les jambes !



Sur le principe, on arrive déjà au dernier morceau et ils nous font partager leur joie et même carrément leur surprise d'être ainsi en première partie de Têtes Raides ... Puisqu'ils pensaient l'être de David Guetta ce soir !! Alors on sort les lunettes de soleil, avec chœurs des vierges en arrière et voix à réverb pour notre chanteur beau gosse (sans oublier la super choré qui va avec, bien sûr !!) C'est une une fin musclée et surprenante qu'ils nous offrent, avec une vraiment bien jolie perf de ces garçons !



Mais aller, on ne va quand même pas se quitter comme ça ! Ce sera donc une petite dernière pour la route. On a quitté le Danse Floor pour revenir sur du bon vieux Rock des familles, avec petit pont à contre temps et lumières bleues enfumées. Trois petits tours et puis s'en vont, mais non sans avoir remercié tout le monde et avoir également annoncé une prochaine date à venir à Marseille (le 25 avril, mais je ne sais pas où ... :( )



Jacques Andrieu : Chant, Accordéon & Guitare
Nicolas Bihler : Guitare
Pierre Lacube : Contrebasse

Setlist
1 - J'marche La Nuit
2 - La Main
3 - Souleiman
4 - Attention Mes Amis
5 - Le Goût De L'orange
6 - Riches
7 - Dance
8 - En Tout Pareil

***************************************************************************



Après le départ de Pense Bête, Têtes Raides entre en approche pour un Set qui s'annonce fort long : 2 heures de programmées (d'après la source sure de la table de mixage). Alors démarrage en mode vidéo, avec des musiciens qui entrent un par un. Mais surtout et avant tout, c'est cette voix chaude et sombre qui commence à s'élever dans la pénombre de l'Espace Julien ... Tous sont habillés en noir. C'est parti pour de gros effets de sons et lumières qui vont nous accompagner jusque tard dans la nuit !

Le ton bien musclé est donné (comme je les aime), avec d'imposants riffs de guitare. Bref, dès la première, on s'en prend plein la tête et c'est plus que bon ! Plus l'intensité augmente et plus sa voix devient rauque ... Alors que faire, sinon de décoller avec (et encore, intensité est un terme insuffisant je crois !!)



Pour la Ballade d‘Alice, seul le visage de Christian Olivier se retrouve dans un faisceau de lumière. Les textes s'engagent de plus en plus. La musique bastonne. Les lumières pètent. Les enchaînements sont hyper rapides. Et nous, on reste perpétuellement en haleine. " Ça va Les Terriens ?!? " On fait tout pour ! Leur Rock efficace s'habille légèrement de Blues, mais avec des guitares bien ancrées dans la musique. Lui joue tout autant qu'il ne chante, devant un grand écran sur lequel le petit bonhomme Têtes Raides sautille allègrement. Et surtout, quelle putain de voix ! C'est ma première fois en Live pour moi et c'est sacrément bon !

Après le Blues, c'est le Jazz qui nous gagne. Le chapeau est tombé et, là encore, on embarque. Il attrape son accordéon. Musicalement, ils sont époustouflants. La scénographie est hyper chiadée. Et l'Espace Julien met la barre très haute ce soir encore, en nous faisant un son et des lumières aux petits oignons.



Et puis le Rock sombre reprend ses droits, pour un spectacle aussi captivant pour les yeux que pour les oreilles. Christian avance sur nous comme un somnambule, juste avant d'attraper un mégaphone pour Le Raccourci. A chaque fois, les rythmes sont cassés pour nous garder l'esprit en alerte. On reprend un peu d'air avec un ciel bleu émaillé de nuages... Et moi je suis aux anges.

Exceptionnellement aussi ce soir, nous avons droit à un invité (local) ! Hakim Hamadouche, accompagné de sa mandoluth qui, après une intro en solo, va se mêler à eux. L'alliance avec ce nouveau larron se fait à merveille, avec ce touché paradoxalement et étonnement très Rock qu'il a. Tout cela est plutôt intense. Avec ce regard quasi fou de Christian Olivier qui semble se fixer sur une personne en particulier par moment.



Et puis, aux premières notes de Chamboule Tout, ça s'agite à nouveau dans la salle. Avec aussi le retour du mégaphone. L'interaction avec le public est permanente. Il le cherche même avec délectation, en lui faisant par exemple signe de baisser d'un ton pour s'engager avec fougue dans le grand air de corrida du Concerto du Chapeau. De savoureuses paroles, juste avant que cela ne tourne au déchaînement le plus total. On a même droit à une petite incursion dans la langue de Shakespeare (avec un accent à couper au couteau) et, avec sa grosse voix, je peux vous assurer que c'est plus que marrant !

La musique se fait atomique. Le texte prenant. La voix envoûtante ... C'est L'Oraison. De ces morceaux qui interpellent. Et puis, encore une fois, on prend un virage surprenant avec cette question existentielle : " Est-ce que vous aimez le Rock aztèque ?! " Alors je ne sais que répondre, par contre, je trouve L'Au-Delà pas si aztèque que ça, quoi qu'on puisse lui trouver un petit côté cucaracha, mais à la sauce Têtes Raides bien sûr ;)



Par moment, Christian déclame son texte, avant que la musique ne le rattrape. " Est-ce que vous connaissez Serge ? " On le connait, oui. Et on connait aussi la chanson de Prévert, celle des amours mortes qui n'en finissent pas de mourir ... Et on la chante avec lui surtout. Juste avant qu'il ne nous demande : " Ça va la France ?! " et qu'ils nous embarquent tous les 6 dans un bon Rock, qui reprend ses droits. Lui nous tendant la perche de son micro et nous criant " Allons enfants ! " La chaleur bat son plein dans la salle et ça saute de partout, même au centre. Et, à chaque fois que nous partons pour beaucoup de force, cela redescend juste après dans la plus grande des douceurs, où on a plus qu'à se laisser bercer, tant par les paroles que par la musique ... Comme avec la belle mélodie au piano des Silences. C'est là que les enchaînements surprises font le plus d'effets ! C'est avec ses reprises de volées que l'énergie repart, pour ensuite battre son plein. Et je vous garantis que, même après 1h30 de concert, ces petits réveils musclés du public sont toujours aussi efficaces !!

Mais avant de terminer le set, il reste " encore une question (j'en ai plein) : Est-ce que vous connaissez Ginette ?! " Moi non. Mais je ne demande qu'à la connaitre ... Il se retrouve sous une vieille lampe tempête. Juste ça. Tout le monde se retrouve emporté par ce dernier morceau, passant d'un pied sur l'autre, chantant et criant à chaque fois qu'il balance le plafonnier d'avant en arrière. Franchement : un moment unique. L'ampoule saute de tant de lancés et on a même droit à un changement en Live. Il s'en amuse, puis s'en sert à nouveau, pour éclairer la salle qui lui offre une mer de mains levées, juste avant la dernière reprise et ... Re-ampoule qui saute ;) (mais on va laisser tomber pour cette fois).



Le public continue tout seul Ginette pour les rappeler sur scène. Et, après un " Merci Marseille ! ", ça repart en sautillement général (oui, oui, on a encore la pêche après plus de 20 morceaux !) Quant à eux, j'ai l'impression qu'ils sont increvables ces garçons !! Et même lorsqu'il s'arrêtent, c'est la salle qui continue, avec l'accordéon pour commencer, jusqu'à ce que la clameur deviennent assez forte pour la faire chanter avec tous les instruments. Tant et si bien que nous sommes déclarés premiers ex æquo avec Paris par Christian qui joue de son accordéon levé vers le ciel, juste avant de nous embarquer dans une nouvelle course folle.

Et maintenant ?? Ben est-ce qu'on connait Gérard ma foi ! On repart pour cet humour pince-sans-rire qui les caractérise depuis le début. Avec en point d'orgue : " A Vigneux-sur-Seine coule la Seine ... Rime riche ! On fait ce qu'on peut " Puis, pour Georgia, il prend un livret à la main. La musique devient folle et dissonante, lui très calme au milieu des éclairs. On enchaîne sur un rythme effréné. La salle saute sur place pour une musique qui est cette fois devenue tonitruante. Il change même les dernières paroles par : " Et l'Espace Julien y sera beau et Marseille y sera beau... Merci beaucoup ! " Décidément, bien surprenant ce premier rappel (parce qu'il y en aura deux !)

Second rappel et il remonte sur scène en faisant signe qu'il se fait tard quand même ... Et pis qu'on s'en fout ;) ! C'est tout en douceur cette qu'ils reprennent : Accordéon et les chœurs du public, lui se mettant même à chanter sans micro. C'est vraiment très beau et comme hors du temps. Mais la re-descente est immédiate (il aime bien faire ça hein !!) quand il se met à crier : " Oh les souris, on se calme ! " Il frappe sur son drum pour scander ses phrases ... " Oulà, qu'est-ce qu'on se fait chier ! " et la salle qui lui répond à grands coups de " Hey ! "



Encore deux, rien que pour le plaisir. Monsieur Boris Vian et son " Je ne voudrais pas crever " envoyé d'une voix d'outre tombe, dans le tonnerre et les éclairs. Il remet sa veste. " Ça va Marseille ? On va en refaire une alors... " Et c'est un dernier duo avec nous, pour un Set qui aura été fort long et pourtant qui sera passé comme une lettre à la Poste. En rigolant, on lui demande d'accélérer alors, forcément, il prend tout son temps. Ils remercie tous ceux qui on participé à ce spectacle, mais aussi les Pense Bête, qui ont démarré la soirée, le guest, le Festival Avec Le Temps " Pour que vive la musique " et puis surtout ... " Merci les gens ! " Retour du chapeau. La boucle est bouclée. " Bonne nuit à vous tous tous. Merci et à bientôt "

Christian Olivier : Chant, Accordéon & Guitare
Hakim Hamadouche : Mandoluth
Serge Bégout : Guitare
Mick Ravassat : Guitare
Roch Havet : Claviers
Antoine Pozzo Di Borgo : Basse, Contrebasse & Trompette
Eric Delbouys : Batterie

Setlist
1 - Vers Où Je Vas
2 - Alice
3 - Moderato
4 - Les Terriens
5 - Oublie Moi
6 - Le Rendez-Vous
7 - Le Raccourci
8 - Mon Carnet
9 - La Tache
10 - Chamboule Tout
11 - Mon Slip
12 - Bird
13 - L'Oraison
14 - L'Au-Delà
15 - Fleur De Yeux
16 - A Ta Gueule
17 - Gainsbourg
18 - Civili
19 - Journal
20 - Les Silences
21 - Tout
22 - Ginette
–––––––––––
23 - Gino
24 - Gérard
25 - Georgia
26 - L'Identité
–––––––––––
27 - Emily
28 - Keskon
29 - Vian
30 - St Vincent

Chronique réalisée par l'équipe de Concerts en Boîte

Festival Avec Le Temps : les dernières chroniques concerts

Voyou + Choses Sauvages (Festival Avec Le Temps) en concert

Voyou + Choses Sauvages (Festival Avec Le Temps) par Sami
Le Makeda, Marseille, le 16/03/2019
Après Flavien Berger et Malik Djoudi hier dans une salle pleine à craquer, cette affiche découverte programmée en fin d'après midi n'affiche pas complète cette fois, mais ça fait... La suite

Iraka & Dario (festival Avec le Temps) en concert

Iraka & Dario (festival Avec le Temps) par Pirlouiiiit
Lollipop Music Store, Marseille, le 16/03/2019
Dans le cadre du parcours chanson qui accompagne le festival Avec le Temps (cette série de mini concert /showcases gratuits dans des lieux différents),Iraka était programmé 2... La suite

Flavien Berger + Malik Djoudi + Muddy Monk (Festival Avec Le Temps) en concert

Flavien Berger + Malik Djoudi + Muddy Monk (Festival Avec Le Temps) par Sami
Espace Julien, Marseille, le 15/03/2019
Soirée sold out encore une fois pour le festival "Avec Le Temps", après les affiches à guichets fermés de la semaine (Clara Luciani mercredi, Bertrand Belin jeudi, raté avec... La suite

Bertrand Belin (Festival Avec le Temps) en concert

Bertrand Belin (Festival Avec le Temps) par Pierre Charvet
Théâtre du Merlan Marseille, le 14/03/2019
[Attention spoiler: c'était un très bon concert]. Depuis quand Bertrand Belin n'avait pas chanté à Marseille? Y a t-il jamais chanté, d'ailleurs? Bien malin qui peut y... La suite

Les Têtes Raides : les dernières chroniques concerts

Têtes Raides en concert

Têtes Raides par Olive
Stereolux, Nantes, le 09/04/2014
Bonjour "les Terriens" !! Oui, grand Fan des Têtes Raides et depuis longtemps, je suis allé les voir et les écouter hier soir au Stéréolux de Nantes. Ben faut avouer que... La suite

Têtes Raides + Pense Bête (festival Avec le Temps) en concert

Têtes Raides + Pense Bête (festival Avec le Temps) par pirlouiiiit
Espace Julien, Marseille, le 22/03/2014
A peine le showcase de Nevche au Lollipop Music Store terminé, je file à l'Espace Julien. Ce soir, je ne prends pas de risque... Hors de question de rater ne serait-ce qu'un... La suite

Les Têtes Raides : Corps de mots en concert

Les Têtes Raides : Corps de mots par Julyzz
Théâtre des Bouffes du Nord - Paris, le 05/12/2012
Depuis décembre je dois écrire, depuis que j'ai vu ce superbe spectacle dans l'antre magnifique du Théâtre des Bouffes du Nord. J'ai laissé traîner et je ne peux vous laisser... La suite

Les Correspondances : Têtes Raides en concert

Les Correspondances : Têtes Raides par Aureza
Théâtre Jean le Bleu - Manosque, le 26/09/2012
Têtes Raides "Je suis sale. Les poux me rongent.". Corps de mots. Nous y sommes. La première du nouveau spectacle des Têtes raides a lieu à Manosque. Grande salle du théâtre Jean... La suite

Pense-Bête : les dernières chroniques concerts

Têtes Raides + Pense Bête (festival Avec le Temps) en concert

Têtes Raides + Pense Bête (festival Avec le Temps) par pirlouiiiit
Espace Julien, Marseille, le 22/03/2014
A peine le showcase de Nevche au Lollipop Music Store terminé, je file à l'Espace Julien. Ce soir, je ne prends pas de risque... Hors de question de rater ne serait-ce qu'un... La suite

Pense-Bête + Olive & Lou en concert

Pense-Bête + Olive & Lou par Pirlouiiiit
Café Julien - Marseille, le 13/10/2011
Ce soir encore beaucoup de choix ... pas étonnant nous sommes en octobre ... Tiraillé entre la Friche (Chris Bailey & H Burns suivi de La Femme) et le Café Julien (Pense-Bête +... La suite

Les Sons du Lub' : Kabbalah + Mekanik Kantatik + Deluxe + Broken Rotuls + Martin Mey + Fritz Kartofel + OK Bonnie + Nell Sin + Pense-Bête + Les Dud en concert

Les Sons du Lub' : Kabbalah + Mekanik Kantatik + Deluxe + Broken Rotuls + Martin Mey + Fritz Kartofel + OK Bonnie + Nell Sin + Pense-Bête + Les Dud par Mcyavell
Beaumont de Pertuis, le 22/05/2011
La bourse aux instruments de Beaumont de Pertuis a fait son chemin. Rebaptisée depuis 2010 "Les Sons du Lub'", elle est devenue bien plus qu'une balade dominicale dans les... La suite

Pense-Bête (la Belle Fête de Mai 2010) en concert

Pense-Bête (la Belle Fête de Mai 2010) par pirlouiiiit
Comptoir de la Victorine, Belle de Mai - Marseille, le 29/05/2010
A trois une semaine de la Fête du Panier (et de la Fête de la Musique), à une semaine de la Festival du Soleil (quartier Noailles) et en même temps que la fête des voisins a lieu... La suite

Espace Julien - Marseille : les dernières chroniques concerts

Skip The Use + Parade en concert

Skip The Use + Parade par Zulone
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2020
Mercredi 4 Mars 2020, l'espace Julien est plein à craquer... Petits et grands de tous âges confondus sont là ce soir pour voir et re re revoir les Skip The Use. Le groupe a plus de... La suite

EPMD en concert

EPMD par Sami
Espace Julien, Marseille, le 26/02/2020
Les amateurs de rap US sont gâtés ces dernières semaines avec les passages de Havoc de Mobb Deep, Talib Kweli dans cette même salle, et à quelques jours d'intervalle Das Efx à... La suite

Charlélie Couture en concert

Charlélie Couture par G Borgogno
Espace Julien, Marseille, le 14/12/2019
C'était la troisième fois où je voyais CharlÉlie. Je l'avais vu à l'époque de "Comme un avion sans ailes" (Poèmes Rock, 1981, donc). Et au moment de la tournée "Solo Boys &... La suite

Toy Dolls en concert

Toy Dolls par Griffu
Espace Julien, Marseille, le 03/12/2019
"Marseille ville rock" ? ça fait doucement rigoler... Mercredi 3 décembre, à peine 500 métalleux se pressaient au Silo - pouvant en contenir plus de 2200 - pour accueillir... La suite