Accueil La Coopérative de Mai - Clermont Ferrand
Jeudi 12 décembre 2019 : 10385 concerts, 25839 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

La Coopérative de Mai - Clermont Ferrand

Rue Serge Gainsbourg
63100 Clermont Ferrand

Plus d'info :

La Coopérative de Mai : Dernières news

The Mystery Lights en tournée en France en 2020 [Le 07/12/2019] The Mystery Lights en concert du 12 au 16 février 2020 avec Les Nuits de l'Alligator à L'Echonova (St Avé), La Coopé (Clermont-Fd), L'Autre Canal (Nancy), Le 106 (Rouen) et La Maroquinerie (Paris) ! Dates ici :
En concert le 13/02/2020
IAM en concert à l'AccorHotels Arena + tournée fin 2020 [Le 05/12/2019] Après l'Olympia de Paris le 24 avril 2020 et son début de tournée française en mars/avril 2020 pour présenter son 10ème album "Yasuke", IAM enchaînera avec un énorme concert à l'AccorHotels Arena de Paris le 20 novembre 2020 et un nouveau Tour de France dans des zéniths en...
En concert le 08/03/2020
Iggy Pop en concert partout en France en 2020 [Le 04/12/2019] Dans le cadre de la publication de son album "Free", Iggy Pop sera en concert en formation jazz / rock (presque) acoustique le 3 avril 2020 à l'Amphi (Lyon), le 5 au Corum (Montpellier), le 7 au Silo (Marseille), le 10 à Monaco, le 12 à La Coopé (Clermont-Fd), le 14 à Micropolis...
En concert le 12/04/2020

La Coopérative de Mai - Clermont Ferrand : les prochains concerts

Sa.

14

Déc.

2019

Di.

09

Fév.

2020

Ho99o9 en concert
Ho99o9
Ho99o9
20H30 17.00 €

Me.

12

Fév.

2020

Redouanne Harjane en concert
Redouanne Harjane
Redouanne Harjane
20H30 De 24.00 à 28.00 €

Di.

16

Fév.

2020

Black M en concert
Black M
Black M
19H30 30.20 €

Ma.

18

Fév.

2020

Kadebostany
Kadebostany
20H00 25.00 €

Je.

20

Fév.

2020

Pomme en concert
Pomme
Pomme
20H30 22.00 €

La Coopérative de Mai : les dernières chroniques concerts 600 avis

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) - Diabolique Tour

Critique écrite le 10 décembre 2019, par Pierre Andrieu

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 30 novembre 2019

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) - Diabolique Tour en concert

Bien envoyé, le premier concert français du "Diabolique Tour" de L'Épée ! C'est dans une grande salle de La Coopé remplie correctement (à vue de nez, 500 personnes) qu'Emmanuelle Seigner, The Limiñanas et Anton Newcombe ont fait tripper dans les règles de l'art les fans de psyché rock mâtiné de pop et de krautrock. Comme fin septembre à Levitation France pour le show inaugural du supergroupe au nom tranchant, le set démarre par l'inquiétant et prenant titre "La brigade des maléfices". Portée par le rock psyché entêtant usiné par son groupe au grand complet (six Limiñanas + le leader de The Brian Jonestown Massacre), Emmanuelle Seigner met progressivement le public dans l'ambiance avec un talk over de fort bon aloi. Sur le deuxième titre, le tout aussi excellent "Une Lune Étrange", le groupe et le public amorcent un décollage vers une planète nichée dans une galaxie inconnue mais plutôt rock 'n roll : Lionel Limiñana s'acharne avec jubilation sur sa gratte, Marie donne fermement le ton à la batterie, Seigner chante de manière distanciée, sexy et dominatrice, Newcombe larde le tout de solos pénétrants et le reste de la troupe assure à mort. Tout est en place pour le reste de la soirée, qui se révèle être de qualité... Lire la suite

Etienne Daho (EdenDahoTour)

Critique écrite le 09 décembre 2019, par Pierre Andrieu

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 21 novembre 2019

Etienne Daho (EdenDahoTour) en concert

Impeccable concert d'Etienne Daho à La Coopé lors de son passage à Clermont-Fd pour la tournée EdenDahoTour, avec une set list vintage garantie sans tubes (ou presque) proposant l'intégralité des albums "Eden" et "Reserection", plus de nombreux morceaux jamais joués sur scène et quelques reprises bien senties. C'est dans une salle qui affiche complet (et qui fera preuve d'un bel enthousiasme malgré l'absence des traditionnels hits du Monsieur) que Daho redonne vie à l'album "Eden", initialement paru en 1996. C'est un disque ambitieux, enregistré à Londres et coûteux à produire qui avait été un semi échec à sa sortie, avant de devenir culte chez les fans. Très marqué par la jungle et l'électro pop, l'album ne fait pas partie de nos favoris, mais comme nos derniers rendez-vous avec Daho à Rock en Seine, Europavox et La Route du Rock ont été plus que réussis, on se dit que sa classe et sa prestance vont le conduire à en proposer une version scénique séduisante. Et c'est effectivement ce qui s'est passé ! En voix, entouré de ses fidèles (et très bons) musiciens mais également d'une excellente section de cordes, le french dandy pop attaque bille en tête avec l'intégralité de l'album "Eden". Le son est bon, la scénographie - laissant... Lire la suite

Bilal + Dj Sioul

Critique écrite le 20 novembre 2019, par Jérôme Justine

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 19 novembre 2019

Bilal + Dj Sioul en concert

J'aurais dû faire mes devoirs avant de venir. J'ai eu la flemme. Trop confiant le gars Jérôme. Un peu paresseux aussi. La faute à la météo, à la saison, à la raclette. J'avais bien été faire un tour sur le net pour écouter vite fait un ou deux titres comme ça. J'avais trouvé ça sympa, un peu love, version lumière tamisée, bougie parfumée, bas qui glissent et tétons qui pointent. Sympa, un peu easy listening. Et puis totale confiance au maître des lieux, au programmateur de jazz à la coopé. Donc je suis allé totalement confiant écouter Bilal au club de la Coopérative de Mai en ce mardi soir. Evidemment, un concert de soul après trois heures de répétitions punk, c'est déjà un peu osé, surtout avec uniquement un Lemmy dans le ventre (un tiers de Jack deux tiers de coca). Mais une arrivée un peu tardive pour la fin du set de Dj Sioul me permit tout de même de me mettre gentiment en condition avec quelques bons disques bien envoyés. Placé sur un côté de la salle, moyennement remplie, afin de profiter d'un son qui sera bien entendu très bon, ce qui est la moindre des choses lorsque c'est monsieur Didier Lamaze derrière la console, j'attends l'arrivée de Bilal. Afin, tout de suite, d'éviter les erreurs d'interprétation, le Bilal en... Lire la suite

Daughters + Untitled With Drums

Critique écrite le 04 novembre 2019, par Pierre Andrieu

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 8 octobre 2019

Daughters + Untitled With Drums en concert

Soirée "noir, c'est noir" à la Coopé début octobre avec en tête d'affiche les Américains noise metal aussi dérangés que suicidaires de Daughters et en ouverture de show les sombres metalleux clermontois d'Untitled With Drums... Untitled With Drums Sur disque, on n'est pas forcément fan du truc (voix trop "propre", son un peu metal pour nos goûts) mais il faut avouer qu'Untitled With Drums a fait fort lors de ce show pourtant donné devant une salle glaciale, avec la fameuse distance de sécurité de deux mètres devant la scène, qui plus est remplie de photographes et autres vidéastes pendant tout le set (mauvaise idée). En live, le puissant groupe basé à Clermont-Ferrand joue de manière concentrée et joliment agressive, boosté qu'il est par un batteur ultra violent. Ce qui donne une saveur inédite à des compositions marquées au fer rouge par le son des années 90. Le chant, plus hurlé que sur album, évoque lointainement celui d'un Kurt Cobain en proie aux affres de la dépression, les guitares inextricables et les rythmes brisés créant, quant à eux, une sorte de maelstrom noise metal, légèrement prog ou post rock. C'est efficace et percutant, et ça le serait encore plus dans une salle chauffée à blanc. Daughters Après cette... Lire la suite

Whispering Sons (Club Europavox)

Critique écrite le 01 novembre 2019, par Pierre Andrieu

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 30 octobre 2019

Whispering Sons (Club Europavox) en concert

Belle découverte que celle de Whispering Sons lors du Club Europavox organisé à La Coopé fin octobre... Emmené par une androgyne chanteuse à la voix magnétique, ce jeune groupe belge basé à Bruxelles se joue admirablement des codes du post punk et de la cold wave en y mettant la conviction et l'intensité nécessaires. Certes, Fenne Kuppens (voix très grave), Kobe Lijnen (guitare insidieuse), Sander Hermans (synthétiseurs vrillants), Tuur Vandeborne (basse lourde) et Sander Pelsmaekers (batterie martiale jouée debout) n'ont à proprement parler rien inventé sur les chansons figurant au générique de leur (bon) premier album nommé "Image". Mais en partant de Joy Division et Ian Curtis (pour les parties vocales et la batterie) mais également de The Cure et Robert Smith (pour le son des guitares et des synthés), ils arrivent à créer un truc qui fonctionne, prolongeant avec maestria la grande légende de la musique gothico dépressive, comme sur leurs tubes "Got a light" et "Hollow". Les "secrets" de Whispering Sons : des morceaux bien écrits qui prennent l'auditeur de plein fouet, une voix qui tétanise dès la première note, des arrangements à la fois accrocheurs et délicieusement froids. Sur scène, le groupe joue sec et dur... Lire la suite

Keren Ann

Critique écrite le 31 octobre 2019, par Pierre Andrieu

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 22 octobre 2019

Keren Ann en concert

De passage dans le club de La Coopé pour présenter son dernier album en date, intitulé "Bleue", Keren Ann a une fois de plus fait montre d'une classe au dessus de la moyenne. On dit "une fois de plus" car chaque fois qu'on l'a vue sur scène, que ce soit au Printemps de Bourges en 2001, à l'Opéra de Clermont-Ferrand en 2002, puis deux ou trois autres fois par la suite, sa superbe voix légèrement voilée, son jeu de guitare impeccable et ses morceaux épatants avaient fait forte impression. Cette soirée clermontoise intimiste n'a clairement pas fait exception à la règle, et ce malgré quelques "péripéties"... Il faut bien reconnaître que le concert a mis un peu de temps à démarrer, les nouvelles chansons en français - jouées en ouverture de show - étant sans doute moins accrocheuses, ou plus anecdotiques, que celle écrites par le passé. Si l'on ajoute à cela que le public, composé de fans et de curieux, n'est pas très nombreux (les places étaient initialement vendues 30 euros, et même une baisse de dernière minute du tarif à 10 euros n'a pas permis d'attirer la foule), il est tout à fait compréhensible que tout le monde semble avoir un peu de mal à se mettre dans l'ambiance. L'attitude assez froide et distante de Keren Ann, très... Lire la suite

Accès