Accueil Chronique album : The Hatepinks - Tête Malade / Sick In The Head, par Philippe
Jeudi 27 janvier 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

The Hatepinks : "Tête Malade / Sick In The Head"

The Hatepinks :

Autres / Punqueroque

Critique écrite le 17 février 2007 par Philippe

Il faut leur reconnaître une certaine constance ! Car outre nous casser régulièrement les esgourdes, dernièrement encore à la Machine à Coudre, après avoir incrusté un disque sur tous les labels punk indépendants de France, après avoir inondé de pauvres japonais déjà traumatisés de leurs Oeuvres complètes, après avoir martyrisé le malheureux peuple allemand en une énième tournée chez eux, voilà les Hatepinks partis à la conquête du dernier endroit au monde où l'on vivait heureux sans les connaître : les U.S.A., via le mythique label TKO Records !
Au programme, une ou deux arnaques : une chanson déjà enregistrée (My city is sick of pizza où ils affirment que c'est la mozzarella - et non la drogue - qui aurait baisé leur cerveau), un plagiat en anglais de leur propre Deine Mutter die Pute (In the Front) ; et un Sweep the shit au sens largement cryptique (comme souvent avec eux, il est vrai).
Et puis, quand même, plusieurs nouveautés explosives (toujours en moins de 1' 30, durée maximale de concentration du quatuor) : une Sexual Liberation is for Animals classique mais bien produite ; la fumante Tête Malade/Sickindihead qui permettra aux personnes concernées (elles sont nombreuses parmi les fans) de continuer à danser et se taper dessus comme des crétins à leurs concerts ; l'excellente et hargneuse Should I kill myself or should I go jogging ? (non, ne répondez pas à cette question, Mr Gasoil, vous savez bien que ces deux choix auraient la même conséquence pour vous...). Et un délicieux slow très drôle en sha'la'la'la où l'on se fout de Myspace et ses amis-spams, Your Ass is a stereotype ! Voilà qui fait plaisir face à la déferlante irrépressible de ce non-site débile où l'on se fait de non-amis (des qu'on avait déjà, des qu'on ne rencontrera jamais) en perdant des heures.
Ce sera donc notre réponse aux U.S.A. : vous nous avez envoyé Myspace pour nous rendre stupides (Monsieur Coincé-qui-fait-croire-qu'il-est-une-bimbo-gothique-tatouée voudrait faire partie de ton réseau d'amis) ? C'est raté, stupides on l'était déjà, et voici pourquoi : vous non plus ne résisterez pas aux chansonnettes débiles et (donc) jouissives des Haines Roses !
Hey Mr Daubeliou, Are you Plastic Congelated ?!
(TKO Records, 2007)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 17 février 2007 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

The Hatepinks : les chroniques d'albums

Les Hatepinks : Sauerkrank / Opupo 4

Les Hatepinks : Sauerkrank / Opupo 4 par Philippe
09/02/2021
"Je suis aigri, je suis malade !", c'est par ces mots posés en allemand sur une pop manifestement dépressive que commence cet album inattendu de Les Hatepinks. Présenté comme ça, ça donne dessuite envie, pas vrai ? On pensait pourtant ne jamais le... La suite

Binge Cogel : The End Of Pink (sp. Hatepinks) / Livre

Binge Cogel : The End Of Pink (sp. Hatepinks) / Livre par Philippe
19/06/2009
Puisqu'on a déjà incrusté ici par le passé divers DVD, chroniques de films et même livres, aucune raison valable de ne pas s'aventurer jusqu'à un fanzine (d'autant qu'on aime bien ici certains auteurs de fanzine aussi !), un truc local qui commence à... La suite

Les Hatepinks : Police Sandwich - Oupupo

Les Hatepinks : Police Sandwich - Oupupo par Zhou
07/04/2009
Les Haines Rose ne se fatiguent plus. Ils sont agonisants, gisant à deux doigts dans le cul d'une mort programmée (le 13 Juin à la Machine à Coudre). Tel des vieillards attendant la faucheuse dans un hospice miteux ils compilent leurs souvenirs, en... La suite

The Hatepinks : Basement Tapettes

The Hatepinks : Basement Tapettes par Philippe
07/04/2009
Ah ça, on peut avouer qu'ils ont bien essayé, les Hatepinks, de trouver un support sur lequel on ne pourrait plus les écouter - et donc les moquer. Ca a commencé avec des CD géniaux mais vendus seulement au Japon et remixés uniquement pour les USA,... La suite