Accueil Chronique de concert Festival Les Inrocks Black XS - Free Energy + Surfer Blood + Carl Barât + The Drums
Vendredi 18 juin 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Festival Les Inrocks Black XS - Free Energy + Surfer Blood + Carl Barât + The Drums

Festival Les Inrocks Black XS - Free Energy + Surfer Blood + Carl Barât + The Drums en concert

L'Aéronef, Lille 4 Novembre 2010

Critique écrite le par



Le festival Les Inrocks, sponsorisé cette année par Black XS (un parfum), faisait escale pendant deux jours à L'Aéronef de Lille. Pour cette première soirée, le programme était chargé, avec le groupe qui monte Free Energy, les déjà réputés Surfer Blood, et surtout Carl Barât, moitié des mythiques Libertines, et The Drums, le phénomène qu'il fallait avoir vu en 2010. Tout ça en une soirée, voilà qui s'annonçait chargé !



Le concert débute à 19h30 devant une salle quasiment vide, avec la prestation des Free Energy, venus tout droit de Philadelphie. Ils assènent d'entrée de bons gros riffs et y mêlent quelques rengaines vraiment sympas. Leur rock frais, sautillant, dansant, est servi avec une grosse dose d'insouciance et un plaisir évident. Malheureusement, la belle énergie que déploie le groupe n'est pas renvoyée par un public mollasson, mais surtout très éparse et carrément statique au-delà du deuxième rang. Les quelques inspirations punk adolescentes de ce rock juvénile un peu foutraque et terriblement jouissif auraient clairement mérité un meilleur accueil, mais le set de vingt minutes à peine du jeune combo ne devait servir que d'amuse-bouche.



Finalement, sans trop en dire sur la suite, les Free Energy auront livré la prestation la plus spontanée et la plus rafraîchissante de la soirée. Voilà en tout cas un groupe vraiment prometteur qu'il faudra suivre. A noter qu'ils sont venus dédicacer quelques goodies à la fin du concert avec beaucoup de simplicité et de générosité. Paul Sprangers, le chanteur, nous confiera d'ailleurs avec un grand sourire être très heureux de se retrouver à jouer dans quatre villes françaises en quatre jours.



La scène est ensuite confiée aux Californiens de Surfer Blood. Adulé par la critique branchée (le single Swim a été classé 37e meilleure chanson de l'année 2009 par le très respecté site Internet Pitchfork), le groupe, formé en 2009 seulement, était très attendu.



En effet, souvent comparé à Weezer, une petite réputation le précédait déjà, et c'était presque une surprise de le retrouver en "première partie" de cette soirée. Hélas, si l'on s'amuse du physique et du look d'anti-rock star nerdy de John Paul Pitts, le chanteur, ainsi que de son jeu de scène robotique, on subit plus qu'autre chose le déluge étouffant de distorsions foudroyantes et les stridences souvent douloureuses que les quatre compères nous infligent. Autant leur production en album est intéressante, autant ce concert est tout sauf emballant, et se déroule d'ailleurs devant un public qui a bien du mal à monter en température. La grosse charpente de ce rock clair-obscur n'est pas dénuée d'efficacité et l'on voit passer des ambiances intrigantes, mais de nombreux morceaux se révèlent finalement plus adaptés aux grands espaces et donc aux concerts en plein air (notamment le fameux Swim), et leur compression dans une petite salle comme L'Aéronef se fait vite assommante. On notera, pour l'avant-dernier morceau, le retour de deux des musiciens de Free Energy sur scène (dont Paul Sprangers, qui a pu ainsi renverser de la bière partout en bondissant dans tous les sens), geste vraiment sympa qui, dès la première soirée de cette mini-tournée de quatre dates, a montré une belle entente entre les musiciens amenés à partager la scène. Malheureusement, au final, la petite demi-heure passée en compagnie des Surfer Blood aura plutôt déçu.



Peu importe, il est temps de passer au plat de résistance : Carl Barât. Plus discret que son ancien-ex-futur-prochainement-à nouveau compère Peter Doherty, l'ex-Libertine fait parler de lui cette année avec la sortie de son premier album solo. Il arrive sur scène une clope à la main, avec sa gueule de Bashung gominé et sa femme, Edie Langley, qui se trouve être aussi sa violoncelliste. C'est d'ailleurs la première chose qui frappe : la présence d'un violoncelle, mais aussi d'une contrebasse dans ce concert de rock.



Avec le clavier, l'ensemble donne une certaine finesse aux compositions de Barât, nettement moins bordéliques que celles de son ancien-ex-futur-etc. camarade avec les Babyshambles. Ce joli mélange électro-acoustique, dans lequel émergent même quelques inspirations géniales, est servi avec une énergie savamment maîtrisée et fait incontestablement très pro, à défaut d'être enthousiasmant. Le chanteur allie reprises de ses anciens groupes (notamment Bang Bang You're Dead, des Dirty Pretty Things, qui fait enfin bouger la fosse), et compositions personnelles, parmi lesquelles de belles ballades rock, qui montrent les différentes facettes du musicien Britannique.



Pourtant, mise à part une troupe d'irréductibles fans de la première heure, en plein milieu de la fosse, qui saute et qui danse dès qu'un accord connu résonne dans la salle, on est bien loin de l'hystérie des concerts des Libertines, groupe sans doute le plus souvent évoqué de la soirée, sans être à l'affiche. Au bout de cinquante minutes, Carl Barât fait tomber la veste, puis le t-shirt avant de s'en aller, sans un mot. Il aura offert une prestation carrée, très pro, mais assez froide et pas franchement emballante. Peut mieux faire.



Enfin, il est temps pour le dessert, le groupe le plus attendu de la soirée, le phénomène The Drums, auteurs d'un premier album éponyme rempli de tubes en puissance. Leur succès fulgurant les a donc précédés et le public lillois avait hâte de voir de quoi il en retournait. Tout commence plutôt bien, avec une intro stratosphérique, magnétique et grandiloquente s'il en est. Les New-Yorkais entament Best Friend, un de leurs titres les plus connus, qui laisse déjà entrevoir les chorégraphies psychédéliques du guitariste. Toutefois, le morceau est proposé dans une livrée brouillonne, saturée de réverb', qui noie complètement la voix de l'inquiétant Jonathan Pierce. Le problème, en fait, c'est que cette recette indigeste va être servie pendant tout le concert. Problème de réglages ? Ce serait impardonnable. Choix artistique ? Ce serait raté. Dans tous les cas, c'est la purge. On dirait Franz Ferdinand sous acides, et si l'on sent les inspirations, tantôt de Depeche Mode, tantôt de Joy Division, souvent des Cure, on est très loin de la maestria d'un Robert Smith. D'ailleurs, si les Drums en font beaucoup, les spectateurs restent assez impassibles. A l'image de la scène, la prestation du groupe est enfumée, floue, indistincte, et si les quatre musiciens parviennent à instaurer une ambiance assez saisissante, le public ne les suivra jamais dans leur délire. Notons qu'entre temps, on a définitivement perdu le guitariste, qui gesticule maintenant tout seul comme un ivrogne. On a envie de partir avant le rappel, mais on leur laisse une dernière chance. Le petit temps d'attente permet même de constater que les Surfer Blood sont dans la salle, une bière à la main. Ils assistent donc au retour en scène des Drums, qui jouent l'inévitable (et excellent) Let's Go Surfing, dont ils offrent une version complètement écrasée et, en fait de surf, c'est toute L'Aéronef qui boit la tasse. Il est des groupes qui transcendent sur scène leurs productions studio, et d'autres qui les massacrent. Ce soir (et sans vouloir préjuger de leur capacité à faire mieux), les Drums auront clairement été de la deuxième catégorie, au grand dam de spectateurs qui étaient en droit d'attendre mieux de leur part, et d'attendre mieux de l'ensemble de la soirée, finalement assez décevante.

Hormis les pétillants Free Energy, expédiés à l'apéritif, on aura surtout été étouffé par Surfer Blood, assez indigeste, frustré par Carl Barât, capable de tellement mieux, et achevé par The Drums, absolument imbuvables. Ce n'était sans doute pas une mauvaise soirée, mais c'était très loin du niveau promis par l'affiche. Vraiment dommage.

Festival Les Inrocks : les dernières chroniques concerts

Festival Les Inrocks 2013 : Laura Mvula, AlunaGeorge, Christine and The Queens, Mø en concert

Festival Les Inrocks 2013 : Laura Mvula, AlunaGeorge, Christine and The Queens, Mø par Fredc
La Cigale, Paris, le 10/11/2013
18H45 - 19H15 : MØ La jeune danoise Mø faisait, à l'occasion de cette soirée, l'un de ses tout premiers (si ce n'est le premier) concerts en France, alors qu'elle est en... La suite

Pulp + Tristesse Contemporaine (Festival Les Inrocks 2012) en concert

Pulp + Tristesse Contemporaine (Festival Les Inrocks 2012) par Pierre Andrieu
L'Olympia, Paris, le 13/11/2012
PULP, THIS IS HARDCORE Concert orgasmique du groupe anglais Pulp à l'Olympia de Paris, à l'occasion de la soirée de clôture du Festival Les Inrocks 2012... 21 ans après sa... La suite

Granville + Jesus Christ Fashion Barbe + The Lanskies (Festival les Inrocks 2012) en concert

Granville + Jesus Christ Fashion Barbe + The Lanskies (Festival les Inrocks 2012) par Pierre Andrieu
La Boule Noire, Paris, le 11/11/2012
Dimanche 11 novembre 2012, 15 heures 30, on se rend avec joie et allégresse à un fort sympathique concert à la Boule Noire (Paris) dans le cadre du festival Les Inrocks : une... La suite

Benjamin Biolay (featuring Orelsan, Jeanne Cherhal et Gesa Hansen) + Yan Wagner (Festival Les Inrocks 2012) en concert

Benjamin Biolay (featuring Orelsan, Jeanne Cherhal et Gesa Hansen) + Yan Wagner (Festival Les Inrocks 2012) par Pierre Andrieu
La Cigale, Paris, le 11/11/2012
Dimanche 11 novembre 2012, avant dernier soir à Paris pour le Festival des Inrocks (non, on ne citera pas le sponsor ! ) - il reste encore le grand final avec les géniaux... La suite

Carl Barat And The Jackals : les dernières chroniques concerts

John Cale présente l'album The Velvet Underground and Nico (+ invités : Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective)  en concert

John Cale présente l'album The Velvet Underground and Nico (+ invités : Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective) par lol
Philharmonie de Paris , le 03/04/2016
Comme pour beaucoup de monde, le Velvet Underground est à mes yeux un groupe majeur, qui a bousculé et changé la face du rock en y transfigurant son côté obscur, arty et... La suite

John Cale présente <i>The Velvet Underground and Nico</i> (avec Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective) en concert

John Cale présente The Velvet Underground and Nico (avec Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective) par Charliii
Philharmonie de Paris, le 03/04/2016
Après une recherche désespérée de place pour ce concert unique, me voici à la Philharmonie de Paris pour voir John Cale et ses invités interpréter l'album The Velvet... La suite

The Libertines en concert

The Libertines par Pierre Andrieu
Olympia, Paris, le 07/03/2016
Après une prestation honorable à Rock en Seine cet été, les Libertines poursuivaient leur tournée de reformation pour assurer le service après vente de leur inespéré troisième... La suite

Carl Barât And The Jackals (Festival Europavox 2015) en concert

Carl Barât And The Jackals (Festival Europavox 2015) par vince-o-matic
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 22/05/2015
Thank you mister Carl Barât for turning the Petite Coopé into a London pub! Le festival Europavox a été lancé par un grand coup de pied aux fesses hier soir à la petite... La suite

Surfer Blood : les dernières chroniques concerts

Interpol + Surfer Blood en concert

Interpol + Surfer Blood par Zhou
Dock des Suds - Marseille, le 16/11/2010
Voir Interpol à Marseille est en soit un petit événement. Le groupe new-yorkais, pas la Police lyonnaise (blague obligatoire et d'ores et déjà évacuée). Depuis la sortie d'Antics... La suite

The Drums : les dernières chroniques concerts

The Drums + TWo Wounded Birds + Patrick Cleandenim en concert

The Drums + TWo Wounded Birds + Patrick Cleandenim par Lartsenic
Espace Julien - Marseille, le 15/11/2010
Programmation très pointue ce lundi à l'Espace Julien. Au premier coup d'oeil jeté sur le public, "jeunébranché", on comprend vite à quel type de concert on vient assister.... La suite

L'Aéronef, Lille : les dernières chroniques concerts

Trisomie 21, Guerre Froide, Dageist, DJ Der Gregolini en concert

Trisomie 21, Guerre Froide, Dageist, DJ Der Gregolini par Charliii
L'Aéronef, à Lille, le 24/11/2017
24 novembre 2017, Trisomie 21 fête la sortie de son dernier album, Elegance Never Dies, avec une série de dates françaises. Accompagnés de Dageist et Guerre Froide, T21... La suite

Grandaddy + Amber Arcades en concert

Grandaddy + Amber Arcades par Dissy
L'Aéronef, Lille, le 09/04/2017
C'est sous un soleil quasiment estival en ce début d'avril que j'arrive devant l'Aéronef, ma première fois dans cette belle salle lilloise, pour une soirée tant attendue. Amber... La suite

Dropkick Murphys + Slapshot + Skinny Lister en concert

Dropkick Murphys + Slapshot + Skinny Lister par Benjamin Wozniak
L'Aeronef, à Lille, le 29/01/2017
C'est le dimanche 29 janvier à 17 heures que l'Aéronef nous a donné rendez vous, oui, oui 17 heures, pour un moment riche en convivialité, bonne humeur, bières et légendes... La suite

Thee Oh Sees en concert

Thee Oh Sees par Xavier Averlant
Aéronef, Lille, le 15/09/2016
Pour l'ouverture de la saison de l'Aéronef, nous ne voulions pas manquer le concert de Thee Oh Sees le 15 septembre dernier. Les Magnetix ouvraient la soirée et... La suite