Accueil Chronique de concert (mon) Hellfest 2023, 3-3 : Bloodywood, Kalandra, Spiritworld, Puscifer, Arch Enemy, Powerwolf, Iron Maiden, The Hu, Carpenter Brut (+ The Dali Thundering Concept, King Buffalo, Crowbar, Beasts in Black, Pro-Pain, Earthless, Black Flag, Voivod)
Mercredi 19 juin 2024 : 6219 concerts, 27115 chroniques de concert, 5413 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mon) Hellfest 2023, 3-3 : Bloodywood, Kalandra, Spiritworld, Puscifer, Arch Enemy, Powerwolf, Iron Maiden, The Hu, Carpenter Brut (+ The Dali Thundering Concept, King Buffalo, Crowbar, Beasts in Black, Pro-Pain, Earthless, Black Flag, Voivod)

(mon) Hellfest 2023, 3-3 : Bloodywood, Kalandra, Spiritworld, Puscifer, Arch Enemy, Powerwolf, Iron Maiden, The Hu, Carpenter Brut  (+ The Dali Thundering Concept, King Buffalo, Crowbar, Beasts in Black, Pro-Pain, Earthless, Black Flag, Voivod) en concert

Site du Hellfest, Clisson 17 juin 2023

Critique écrite le par


Hey, mais c'est déjà le "toujours-difficile-troisième-jour-du-Hellfest" ?! On a pourtant mieux dormi, on a toujours la patate (une fois écartée la légère gueule de bois d'hier soir), il fait toujours à peu près beau... Certes Madame s'est plainte au réveil d'être fracassée et de n'en plus pouvoir, elle a même exigé un exosquelette, la pauvre petite chose... Sauf erreur c'est pourtant bien la même personne qui dansera 17 heures plus tard comme une folle, les bras levés à 2 heures du mat', jusqu'à la fin d'un concert de synthwave parfaitement déchaîné ?


La seule chose qui commence à nous épuiser pour notre part, ce sont ces milliers de T-shirts Hellfest, qui fatiguent l'oeil à force... Bien sûr qu'on en a un, nous aussi, et on le met très souvent ... Mais jamais, jamais on ne porterait le t-shirt du concert ou du festival auquel on est en train d'assister, m'enfin ! C'est du snobisme rock de base, ça, et les metalleux n'en sont pas dispensés ! On peut attester qu'on est déjà allé à un concert de Nine Inch Nails avec un T-shirt d'AC/DC, et inversement ! Bref, heureusement qu'ils sont toujours jolis, les artworks du festival, mais cette année, on a pas trouvé ni le temps ni l'envie de faire la queue au nouveau Sanctuary, le temple du merchandising, pour s'en procurer un...


Quoi qu'il en soit, un ami à distance nous a heureusement recommandé de ne pas rater Bloodywood, presque en ouverture ce matin, et c'est une belle surprise que cet "indian folk metal" : ça sonne tout à fait indien en effet, avec notamment des tambours de là-bas et des sons orientaux, mais aussi totalement metalleux avec des voix en duo bien vénères, qui font passer crême un côté nu metal dont on est pourtant pas fan habituellement. Les mecs en costumes envoient une purée - un thali ? - d'enfer, furax et déchaîné, ils sont superbes ! Ils savent tenir une foule et font asseoir, puis jumper le public sans difficulté, mettant une très grosse ambiance en cette heure pourtant matinale, tel un chaînon manquant entre Asian Dub Foundation, les Beastie Boys et ... Machine Head peut-être ? Bref, ça dépote et ça réveille bien, notre journée est idéalement lancée !


On a pas aimé, ou alors pas compris The Dali Thundering Concept, vilain groupe de djent (ici une sorte de hip hop growlé), surtout occupé à faire faire des wall of death au public (puisqu'ils n'ont pas vraiment de chansons). Par contre le groupe norvégien Kalandra, assez décalé dans la programmation, avec sa chanteuse lyrique et des rythmes tranquilles, nous a bien plu. Et presque filé des frissons par moments à vrai dire (notamment Borders, la première), avec cette voix qui nous a rappelé Dead Can Dance, ces musiques à la Sigur Ros qui peuvent en effet virer au plus méchant (très chouette Naïve)... L'effet ne marche pas sur toutes les chansons mais ça reste original, et bien sûr c'est un baume pour les oreilles, entre deux brutalités à côté... Très original pour le Hellfest, dans la lignée de ces trucs tribaux/celtiques/pagan étranges que le festival sait nous ménager chaque année, sous la tente Temple (Heilung, Skald, Wardruna, etc).


On retourne tout de même vers des rives plus connues avec King Buffalo, efficace trio stoner (un style qu'on affectionne), un peu austère quand même : pas du tout de chant sur le moment écouté ! On trouve refuge agréablement pour manger dans les conteneurs ouverts (et ombragés) au bord de la scène, où Madame se fera même une bonne copine. Malgré le cagnard, on s'aventure donc en solo à Spiritworld, côté Warzone, et ça par contre c'est fun et assez magnifique, malgré ce nom totalement à chier : des types avec des looks de cowboy, un son en béton de type punk harcode, voire un peu Pantera sur les bords. Ultra-efficace et fun, avec des riffs claquant comme des Colt .45, ils nous ont littéralement sulfaté la gueule - à réécouter sans fautes ! Beaucoup plus fun en l'occurrence que Crowbar, stoner/sludge sans humour et monolithique qui nous a ennuyé rapidement, malgré quelques saillies à la Kyuss aux meilleurs moments.


On dépose alors les armes pendant un bon créneau pour aller reposer nos couennes usées : pour faire la sieste, quel meilleur endroit que le camping, à la fraîche ? D'autant plus fraîche d'ailleurs qu'une courte averse nous permettra même d'y essayer nos capes de pluie ! On note avec une certaine inquiétude que des mains, certes rapides et pleines de sollicitude, ont couvert depuis ce matin toutes les Kartent de plastique, agrafé aux 4 coins... Auraient-ils finalement un doute sur la résistance à de la vraie pluie de nos habitats temporaires ? De quoi instiller un doute, en tout cas, qui ne nous empêchera pas de faire un bon pénéquet, une fois l'averse passée, à l'ombre d'un barnum aimablement prévu à cet effet par les tauliers du Easycamp... En revenant on aperçoit la fin des caricaturaux Beasts in Black, du power metal scandinave (on l'aurait parié), très souriants et sympas, cela dit.


Mais en fait on est là pour découvrir enfin ce que vaut Puscifer, projet extraverti du pourtant maniaco-paranoïaque Maynard James Keenan, chanteur de Tool. En 2018, on avait paisiblement dormi ici au son (tardif) d'A Perfect Circle... Visuellement c'est très réussi, avec ses costumes cintrés et ses têtes qui semblent toutes en plastique, le groupe a de l'allure et son délire graphique et chorégraphique, presque plus marquant que sa musique tendance rock indie. Shut the fuck up ! , ça commence chelou et fun à la fois, mais on dirait souvent du Tool (voix oblige) qui ne décolle pas, ce qui reste un peu frustrant. Il y a quand même des moments amusants en vidéo, quelques titre qui sonnent super cool, en plus d'un son maniaquement bon (forcément) : ça reste très sympa, mais sans l'image, pas sûr que ça fonctionne aussi bien... on restera donc dans la team Tool !


Mais voici le moment, assez attendu avouons-le, de notre rendez-vous avec Alicia White-Gluz et ses sbires d'Arch Enemy, vus sur la même scène en 2018. Ah, les "Ennemis jurés", notre péché mignon... Bien sûr ce groupe suédois de death mélodique est un peu too much et frôle souvent le mauvais goût (comme la tenue, vraiment très très bleue, de la chanteuse), mais au moins il est fun et accessible. Et comment résister à cette tornade azuréenne, à son growl puissant qu'elle peut aussi colorer de chant lyrique, au fait qu'elle en fait des caisses pour mettre l'ambiance, dans un français pafait puisqu'elle est canadienne ? Elle est objectivement irrésistible, et son groupe aussi...


Le fait est que leur son est toujours énorme, que leurs concerts sont de grandes communions metal, et qui restent largement plus dignes que beaucoup de choses aperçues sur les Mainstages. Evidemment on vous voit venir mais non, le fait que la chanteuse soit une bombe, à tous les sens du terme, n'est pour rien dans notre tendresse pour ce groupe. La preuve, on l'aimait déjà avec la chanteuse d'origine. Ah, oui, zut, c'était déjà une bombe aussi, Angela Gossow... Bref. Avec leurs titres les plus saignants, ils font mouche comme à chaque fois : My apocalypse (à jamais notre préférée, depuis 15 ans), The eagles flie alone ou, en fin explosive, Nemesis. Rhaâââ, fun-tas-tic ! En plus il fait beau mais pas caniculaire, on envie un peu cette jolie dame devant nous, surtout vêtue de sa peau (et un tout petit peu de cuir), et qui doit donc bien profiter de la fraîcheur. Certes notre physique moins avantageux exclut a priori de nous balader nous aussi en string cuir... encore que le Hellfest serait l'endroit idéal !


Sur le créneau suivant, on passe à Pro-Pain, du classic HxC bien torché, emmené par un daron en surpoids et en short (un mec comme nous, quoi), un son efficace pour la baston des plus motivés en fosse, mais dont on entend pas toujours très bien les cordes dans le mix hélas. Efficace, mais ça ne sert plus à grand chose en 2023, à part à pogoter ! Pas plus d'ailleurs que ce qu'on a entendu d'Earthless : au bout de 10 minutes très atmosphériques, le temps que Madame finisse une copieuse Mamiflette (rien à voir avec la miniature Spätziflette d'hier !), ça n'a toujours pas décollé à la Valley. Il faudra donc continuer sans nous, désolé. Burp...


On pensait juste, non sans une certaine vilénie, aller se placer stratégiquement sur la scène jumelle, bien avant la grosse tête d'affiche du jour. Mais en fait nous attend là une belle surprise : les très distrayants allemands de Powerwolf, sortes de chaînons manquants entre Rammstein, Ghost et ... Iron Maiden justement. Leur délire soutanes et maquillages, leurs images grandiloquentes de héros en forme de loup bodybuildé sont assez drôles - à ce stade on est bien au delà du kitsch, avec du powermetal sous inspiration latine et wagnérienne ! On est d'abord gêné par le côté ouvertement bigot et les croix partout (second degré ?), avant finalement de s'en accommoder - à chacun ses fantasmes après-tout, alors si le leur est de se rouler sur une peau de bête avec des nonnes sexy, hein, qui sommes-nous pour les envoyer au ciel ou en enfer ?


Un côté celtique/folk est aussi bien présent en plus de riffs bien fichus, pour des titres qui sonnent comme des cantiques de heavy metal : les mecs font le spectacle même si leur pyrotechnie est un peu petit-bras et que les grands panneaux illustrés d'heroic fantasy flirtent avec le bon goût ... sans jamais y tomber. Evidemment on aime pas trop leur musique, mais une partie de nous n'arrive pas à les détester totalement, le chanteur étant rigolo et attachant et le spectacle au final, super plaisant. Tant qu'on nous demande pas de réécouter le pétaradant La Bête du Gévaudan, en français dans le texte, à la maison... Avec le nombre de gens qui connaissent leurs textes autour de nous et l'ambiance qu'ils mettent, on constate leur grande popularité, justifiée : c'est un vrai groupe de grande scène alors qu'on en attendait absolument rien !


Et justement, les suivants, pourtant mega-groupe de live, dont on attendait sans doute trop, vont nous décevoir en comparaison. Iron Maiden, qu'on écoute rarement mais dont le show nous avait ébloui ici-même en 2018, va cette fois nous laisser quasiment de marbre. Oh, visuellement on y est pourtant, certes les mecs n'ont pas pris une ride et Bruce Dickinson n'a pas pris une taille de fute en 5 ans. Par contre, côté scénographie, c'est tout tristounet et ça semble d'autant plus vide que la scène est immense : où sont les mots vibrants de Churchill ("We shall never surrender !"), l'avion entier vrombissant sur scène, la mega-mascotte gonflable d'Eddie, le Trooper de 3 mètres de haut, etc. etc. ?


Ils n'ont rien déballé aujourd'hui ! Pire, le groupe ne voulant manifestement pas ou plus jouer en mode best-of - et c'est son droit - il privilégie les nouveautés, qu'on ne connaît donc pas... Mais sans les magnifiques gadgets grand-guignol, on remarque davantage ce qui nous gonfle chez eux : d'abord, trop de blabla (oui, même en français, Bruce !) - "Me raconte pas ta vie si tu viens pour me tuer !", comme dirait l'autre... Trois guitaristes (dont un au moins est un peu aux fraises) et donc trois soli par morceau, c'est le tarif et c'est un peu longuet ...


Et on a d'ailleurs pas eu l'impression que l'ambiance soit si folle que ça, au delà des fanatiques à l'avant, ça roupille un peu manifestement, on est pas les seuls à s'emmerder poliment. Même la voix un peu vacillante du vaillant pilote de ligne a fini par nous fatiguer : on s'est déjà éloigné pour aller s'asseoir et se ressourcer au bar quand, après 1 h 30 de show, le groupe joue enfin Fear of the Dark et The Trooper... mais jamais Number of the Beast ni même Run to The Hills : un pur scandale qui, de notre point de vue, devrait valoir remboursement de notre pass de festival !


On enchaîne sans se désespérer avec Black Flag, un groupe de punk hardcore théoriquement mythique dans son genre mais qu'on ne connaît pas. Problème, il n'y a qu'un mec sur scène qui a l'âge d'avoir, peut-être, été là en 1976 : ce n'est plus un groupe, mais une franchise ! Dont d'anciens membres ont d'ailleurs bastonné pour récupérer le nom... Le chanteur actuel est une grosse bête qui sonne bien par ailleurs mais du coup, quel intérêt ? On a quand même du mal avec ce principe de remplacement de tout le personnel, et on ne s'attardera pas. Arrivé à la scène Temple, on entend la fin de Voivod, théoriquement thrash metal expérimental et qui paraît vraiment très étrange - pas très musical, pas forcément rythmique non plus, mais on certes a pu passer à côté...


Pourquoi Temple ? Eh bien parce qu'il y a là une grosse sensation dépaysante, le groupe mongol de The Hu, qui va provoquer un énorme bouchon par son attractivité exotique ! L'emballage visuel et auditif est très classe, c'est un fait : instruments intrigants et performance vocale incluant du chant guttural et du diphonique, ce qui produit évidemment un son un peu tribal, très original. Visuellement aussi, ces gaillards costauds aux longs cheveux nous emmènent loin dans les steppes.


Par contre, leur genre musical reste un heavy metal, pour ne pas dire hard FM, assez bas-de-gamme si, comme dit, on oublie l'habillage sonore particulier : on est plus près de Mötley Crüe que de Bloodywood... Le charme finit donc par s'évaporer et on s'échappe péniblement de la tente bondée, où continuent d'arriver des wagons de viande saoûle et un peu brutale, forçant les bénévoles à maintenir à grand peine les barrières de la zone PMR... Comme quoi le metalleux, contre-contre-cliché comme dirait l'autre, peut être occasionnellement très con, comme tout le monde !


Après avoir pu observer de loin la fin de, euh, Within Temptation, c'est ça ? On confond un peu tous ces groupes de metal melodique emmenés par une jolie cantatrice ... On est là et chaud-patates pour notre dernier rendez-vous cette année, et le troisième avec Carpenter Brut ! Deux minuscules regrets : il n'utilise plus ses vidéos hilarantes et tordues d'origine ("Comment détecter si votre adolescent écoute du metal ?"), et il ne jouera aucun titre de la (fantastique) B.O.F. du navet Blood Machines - on s'était pourtant formellement engagé à danser cul-nu s'il le faisait : on peut le regretter... ou pas.


Par contre, quelle fête sur scène ! Désormais avec un vrai groupe complet et pas mal de featuring mâles et femelle, il commence en pop presque élégante (The Widow Maker) avant de déraper sans vergogne vers ses tubes disco/metal/synthwave, scientifiquement putassiers et donc fatalement irrésistibles, appuyés par un light show déchaîné : Disco Zombi Italia, Roller Mobster, Turbo Killer... Avant de finir en apothéose avec Maniac, évidemment phénoménale. On repartira donc du site avec exactement le même ver d'oreille qu'en 2018 - et une scie discoïde des années 80 en l'occurrence ! Bien la peine de s'être tapé du metal sous toutes ses formes les plus exotiques dans la journée, des Indiens aux Mongols en passant par les Teutons et les Australiens... Concert totalement jouissif cependant, et donc fini en pleine forme à 2 heures du matin !


C'est avec cette longue et très copieuse journée (la plus touffue, pour nous) que se termine notre séjour au Hellfest pour cette année. Le dimanche, quel dimanche ? Pour nous, la décision a été prise en amont (et rien à voir avec la météo changeante, précisons-le), pour diverses raisons familiales et professionnelles, de rentrer sans doute dès dimanche matin (pas taper, pas taper !). Tant pis pour les quelques grosses affiches restantes, Jack Black, Phil Anselmo... On ne sera pas les seul.e.s d'ailleurs, puisqu'on arrivera fort bien à remplir le TER de 11h08 pour Nantes !


Trois jours au Hellfest, à vrai dire, c'est notre durée idéale ! Entre foule, files, fatigue, moquez-vous si vous voulez mais en 3 jours on est bien éclaté.e.s ! Si c'est trop fort c'est que vous êtes trop vieux... Mais cette expérience reste globalement formidable et, si on se sent prêt à laisser passer une ou deux éditions, nul doute qu'on y reviendra un jour, à notre bien-aimé rendez-vous clissonnais ! Ne serait-ce que pour rencontrer la future Gardienne des Ténèbres, en construction aux merveilleuses Machines de l'Ile, à Nantes...


Alors pour finir, un merci tout particulièrement chaleureux aux bénévoles qui rendent cette expérience possible. Et parmi eux, merci plus espécialement encore aux valeureux petits jeunes d'Animaje - qui servent dès tôt le matin, ce qui nous entre par en haut... Et aux encore plus valeureux grands nettoyeurs des Gandousiers - qui traitent jusqu'à tard le soir, ce qui nous sort par en bas. Non, on ne mettra aucune photo illustrative mais sans cette précieuse aide à l'harmonie de nos mécaniques des fluides, notre festival ne serait vraiment pas le même...

Longue Vie au Hellfest !

Flashback : Chroniques de (mes) Hellfests 2018, et 2022 !


Hellfest : les dernières chroniques concerts

Beyond the Styx, Wolvennest, Shcizophrenia, The Old dead tree, Evil Invaders, Treponem Pal, Dozer, Electric Callboy, Amon Amarth, Tenacious D, Pantera, Slipknot en concert

Beyond the Styx, Wolvennest, Shcizophrenia, The Old dead tree, Evil Invaders, Treponem Pal, Dozer, Electric Callboy, Amon Amarth, Tenacious D, Pantera, Slipknot par Pipoulem
Hellfest Clisson, le 18/06/2023
Hellfest 2023 18 juin 2023 - Beyond the Styx, Wolvennest, Shcizophrenia, The Old dead tree, Evil Invaders, Treponem Pal, Dozer, Electric Callboy, Amon Amarth, Tenacious D, Pantera,... La suite

Meshuggah, Clutch, Iron Maiden, Porcupine Tree, Gorod,Grandma's Ashes, Loathe, Svalbard, Fever 333, Hierophant, Bloodywood, Scarlean en concert

Meshuggah, Clutch, Iron Maiden, Porcupine Tree, Gorod,Grandma's Ashes, Loathe, Svalbard, Fever 333, Hierophant, Bloodywood, Scarlean par Pipoulem
Hellfest Clisson, le 17/06/2023
Hellfest 2023 17 juin 2023 - Meshuggah, Clutch, Iron Maiden, Purcupine Tree, Gorod,Grandma's Ashes, Loathe, Svalbard, Fever 333, Hierophant, Bloodywood, ScarleanApres deux jours de... La suite

Sum41, Bloodbath, Triggerfinger, Flogging molly, Aborted, Vreid, Unearth, Der Weg Einer Freiheit, Silmaris, Akiavel, Nostromo, Acod, Candy (Hellfest 2023 - jour 2)  en concert

Sum41, Bloodbath, Triggerfinger, Flogging molly, Aborted, Vreid, Unearth, Der Weg Einer Freiheit, Silmaris, Akiavel, Nostromo, Acod, Candy (Hellfest 2023 - jour 2) par Pipoulem
Clisson, le 16/06/2023
Candy (Altar) Deuxième jour. Après une courte nuit je voulais arriver pour voir Vended, le fils de Corey Taylor, mais 10h30 c'est décidément trop tôt. Je commence donc par Candy... La suite

(mon) Hellfest 2023, 2-3 : Komintern Sect, Les Vulves Assassines, Der Weg Einer Freiheit, Weedeater, Greg Puciato, Gorgoroth, Mötley Crüe, Gogol Bordello  (+ Skid Row, Flogging Molly, Def Leppard, Triggerfinger, Rancid) en concert

(mon) Hellfest 2023, 2-3 : Komintern Sect, Les Vulves Assassines, Der Weg Einer Freiheit, Weedeater, Greg Puciato, Gorgoroth, Mötley Crüe, Gogol Bordello (+ Skid Row, Flogging Molly, Def Leppard, Triggerfinger, Rancid) par Philippe
Site du Hellfest, Clisson, le 16/06/2023
Tôt ce matin-là (vers 2h30) , il s'est avéré qu'en fait ce n'était pas encore l'heure de dormir pour tout le monde... 30 minutes à peine que l'on écrasait, et il y a soudain eu de... La suite

A Perfect Circle : les dernières chroniques concerts

A Perfect Circle + Black Peaks en concert

A Perfect Circle + Black Peaks par Samuel C
Olympia - Paris, le 26/06/2018
Invité sur quelques dates au début de la tournée européenne d'A Perfect Circle, Black Peaks ne cachait pas sa joie d'assurer de nouveau sa première partie à Paris. Le public... La suite

A Perfect Circle en concert

A Perfect Circle par Coline Magaud
L'Olympia, Paris, le 26/06/2018
Après une prestation classieuse au Hellfest (si, si, je vous jure que ces deux mots vont ensemble), A Perfect Circle, le groupe créé par le guitariste Billy Howerdel et porté... La suite

(mon) Hellfest 2018, 1-3 : Malemort, Bunkum, Bukowski, The Walking Dead Orchestra, Darkenhöld, The Chris Slade Timeline, Sons of Apollo, Celeste, Joan Jett, Meshuggah, Mysticum, Europe, Hollywood Vampires, Bad Religion, Judas Priest, Napalm Death, A Perfect Circle en concert

(mon) Hellfest 2018, 1-3 : Malemort, Bunkum, Bukowski, The Walking Dead Orchestra, Darkenhöld, The Chris Slade Timeline, Sons of Apollo, Celeste, Joan Jett, Meshuggah, Mysticum, Europe, Hollywood Vampires, Bad Religion, Judas Priest, Napalm Death, A Perfect Circle par Philippe
Hellfest, Clisson, le 22/06/2018
"Eh, les copains ! Si on se sortait les doigts avant d'être trop vieux, et si on arrêtait d'aller flâner ici ou là dans des festivals metal, du Sonisphère au Graspop ou au... La suite

A Perfect Circle par Fred
Laiterie - Strasbourg, le 16/01/2004
Envoûtant... Un brin parano-mégalo (pas de fumée, ni de flashes)notre ami Maynrad en hauteur et en retrait de la scène, caché derrière sa tignasse mais c'était bien lui, une voix magnifique, des guitaristes androgynes, un batteur de folie. Un concert qui reflète parfaitement l'esprit des albums !!! Un pur bonheur pendant seulement 1h15... La suite

Arch Enemy : les dernières chroniques concerts

Arch Enemy + the Charm the Fury en concert

Arch Enemy + the Charm the Fury par Jgaz Photo
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 11/06/2018
Les suédois d'Arch Enemy étaient de passage à Marseille, dans le cadre de leur tournée Européenne 2018 "Will To Power Tour". Et c'est le groupe " The Charm The Fury " qui a... La suite

Kreator + Arch Enemy en concert

Kreator + Arch Enemy par Abigail Darktrisha
@ Bikini Toulouse (Ramonville), le 01/12/2014
Si un certain groupe chante "les soirées parisiennes", je pourrai presque chanter "les soirées toulousaines" cette semaine car deux fois le Bikini en moins de sept jours ce... La suite

Hell/Arch Enemy/Kreator en concert

Hell/Arch Enemy/Kreator par jorma
l'Usine à Istres, le 27/11/2014
C'est soirée mondaine et musique de chambre à l'Usine d'Istres, en cette maussade après midi de novembre. Les habits noirs de fêtes sont de rigueurs, les petits plats sont dans les... La suite

(mon) Graspop Metal Meeting 2011 : Kylesa, Firewind, Triptykon, Black Label Society, Moonspell, Times of Grace, Electric Wizard, Arch Enemy, Monster Magnet, Whitesnake, Pain, Cradle of Filth, Judas Priest en concert

(mon) Graspop Metal Meeting 2011 : Kylesa, Firewind, Triptykon, Black Label Society, Moonspell, Times of Grace, Electric Wizard, Arch Enemy, Monster Magnet, Whitesnake, Pain, Cradle of Filth, Judas Priest par Philippe
Graspop Metal Meeting, Dessel, Belgium, le 25/06/2011
Quand on ne connaît pratiquement que les noms des groupes qu'on y programme, est-il raisonnable d'aller à un festival de metal ? La question peut se poser. En tout cas, avec... La suite

Carpenter Brut : les dernières chroniques concerts

Carpenter Brut + Gost en concert

Carpenter Brut + Gost par fred
Le Moulin - Marseille, le 04/11/2018
Un concert au Moulin une veille de rentrée scolaire, un dimanche pluvieux. Pas le plan le plus engageant à la base. Mais on parle de Carpenter Brut, groupe/artiste solo (les lignes... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite

Thee Oh Sees - The Soft Moon - Deap Vally - Fidlar - Carpenter Brut (Pointu Festival 2018) en concert

Thee Oh Sees - The Soft Moon - Deap Vally - Fidlar - Carpenter Brut (Pointu Festival 2018) par Phil2guy
Presqu'île du Gaou- Six-Fours-les-plages, le 07/07/2018
Le Pointu Festival est en train de devenir un de ces festivals d'été réellement incontournables qui contraste avec les grosses machines habituelles aux programmations... La suite

(mon) Hellfest 2018, 3-3 : Orden Ogan, The Good the Bad & the Zugly, The Lords of Altamont, L7, Tombs, Nebula, Les Sheriff, Arch Enemy, Megadeth, Baroness, Alice in Chains, Iron Maiden, Amenra, Carpenter Brut en concert

(mon) Hellfest 2018, 3-3 : Orden Ogan, The Good the Bad & the Zugly, The Lords of Altamont, L7, Tombs, Nebula, Les Sheriff, Arch Enemy, Megadeth, Baroness, Alice in Chains, Iron Maiden, Amenra, Carpenter Brut par Philippe
Hellfest, Clisson, le 24/06/2018
Troisième jour de festival après une nuit un peu courte, la fatigue commence quand même à se faire sentir (et nos chaussures, aussi...), dans ce "Vietnam pour quadras émasculés"... La suite

Iron Maiden : les dernières chroniques concerts

Meshuggah, Clutch, Iron Maiden, Porcupine Tree, Gorod,Grandma's Ashes, Loathe, Svalbard, Fever 333, Hierophant, Bloodywood, Scarlean en concert

Meshuggah, Clutch, Iron Maiden, Porcupine Tree, Gorod,Grandma's Ashes, Loathe, Svalbard, Fever 333, Hierophant, Bloodywood, Scarlean par Pipoulem
Hellfest Clisson, le 17/06/2023
Hellfest 2023 17 juin 2023 - Meshuggah, Clutch, Iron Maiden, Purcupine Tree, Gorod,Grandma's Ashes, Loathe, Svalbard, Fever 333, Hierophant, Bloodywood, ScarleanApres deux jours de... La suite

Iron Maiden (The Legacy Of The Beast World Tour 2022) en concert

Iron Maiden (The Legacy Of The Beast World Tour 2022) par Florentine Pautet
Paris La Défense Arena, le 26/06/2022
C'était la soirée des pointures du metal en France. Si Metallica jouait au Hellfest, c'est dans la capitale qu'il fallait être pour l'autre tête d'affiche : Iron Maiden. Se... La suite

The Iron Troopers + Into the Deep + Zepset en concert

The Iron Troopers + Into the Deep + Zepset par Jérôme Justine
Salle Dumoulin, Riom, le 08/12/2018
En ce samedi 8 décembre 2018, c'est vers la belle ville d'Auvergne nommée Riom le Beau, et plus exactement vers une Puce à l'Oreille délocalisée dans la Salle Dumoulin que je me... La suite

Iron Maiden - Legacy of the Beast Tour (Hellfest 2018) en concert

Iron Maiden - Legacy of the Beast Tour (Hellfest 2018) par Philippe
Hellfest, Clisson, le 25/06/2018
(...) Petit bonus, en étant plutôt en avant, on ne sera pas trop mal placés pour le concert-évenement de la journée, juste après sur la scène voisine... ... Celui que beaucoup... La suite

Powerwolf : les dernières chroniques concerts

Powerwolf + DragonForce + Warkings en concert

Powerwolf + DragonForce + Warkings par Florentine Pautet
Zénith de Paris, le 26/11/2022
Une soirée qui s'annonçait très qualitative déjà de par l'affiche (Powerwolf + DragonForce + Warkings), et qui a été à la hauteur de toutes nos espérances. Retour sur un... La suite

Behemoth, Powerwolf, Young Gods, Clutch, Slift, Dark Funeral, Les Wampas, Perturbator, My Own Private Alaska, Hangmans Chair, Exodus, The Libertines, The Hives... (Motocultor Festival 2022) en concert

Behemoth, Powerwolf, Young Gods, Clutch, Slift, Dark Funeral, Les Wampas, Perturbator, My Own Private Alaska, Hangmans Chair, Exodus, The Libertines, The Hives... (Motocultor Festival 2022) par Kévin Cenier
Saint-Nolff, le 21/08/2022
Petit bilan du festival Motocultor 2022. On va commencer par le négatif, même si franchement je n'ai pas tant à me plaindre que ça... Ouverture du camping en retard mercredi,... La suite

Powerwolf / Amaranthe / Kissin' Dynamite en concert

Powerwolf / Amaranthe / Kissin' Dynamite par Gandalf
Espace Julien à Marseille, le 27/01/2019
Trois jours après le fantastique concert de Uriah Heep au même endroit, changement de style, d'ambiance et de public avec les allemands heavy speed de Powerwolf, plus en ouverture... La suite

HELLFEST 2017 - JOUR 1 : DEEP PURPLE, MONSTER MAGNET, OBITUARY, MINISTRY, POWERWOLF, DEVIN TOWNSEND PROJECT, QUEENSRYCHE, AVATAR, EVERGREY, ANIMAL AS LEADERS, BOOZE & GLORY, MYRATH et SIDILARSEN en concert

HELLFEST 2017 - JOUR 1 : DEEP PURPLE, MONSTER MAGNET, OBITUARY, MINISTRY, POWERWOLF, DEVIN TOWNSEND PROJECT, QUEENSRYCHE, AVATAR, EVERGREY, ANIMAL AS LEADERS, BOOZE & GLORY, MYRATH et SIDILARSEN par Holy Vier
Clisson, le 16/06/2017
HELLFEST JOUR 1 Arrivée à 11 heures, et le temps de passer les contrôles, on découvre un site très sensiblement agrandi devant les mainstages, et trois écrans géants qui... La suite

The HU : les dernières chroniques concerts

The HU en concert

The HU par Florentine Pautet
Le Transbordeur, Lyon, le 15/11/2022
Une soirée bien spéciale a lieu en ce mardi 15 novembre 2022. En effet, le Transbordeur accueille le groupe de metal mongol, The HU. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que... La suite

Voivod : les dernières chroniques concerts

Hellfest 2013 3ème jour : Newsted + Voivod + Dark funeral + Moonspell + Danzig + Lordi + Volbeat + Ghost en concert

Hellfest 2013 3ème jour : Newsted + Voivod + Dark funeral + Moonspell + Danzig + Lordi + Volbeat + Ghost par abigail
@ Clisson, le 23/06/2013
Le calme revenu après la tempête de la veille, c'est un site beaucoup plus fréquentable malgré une odeur sournoise que nous retrouverons en ce dimanche après-midi et pour... La suite