Accueil Chronique de concert Festival Jazz des Cinq Continents : Willy DeVille + Joëlle Génisson
Mardi 19 octobre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Festival Jazz des Cinq Continents : Willy DeVille + Joëlle Génisson

Festival Jazz des Cinq Continents : Willy DeVille + Joëlle Génisson en concert

Parc longchamp - Marseille 26 juillet 2007

Critique écrite le par

2ème soirée du jazz des 5 continents. La seule à laquelle j'assisterai - intérêt d être la bonne ;-)
faut dire qu un nom s était détaché de la programmation au moment où j avais consulté celle ci : Willy DeVille. Grosse surprise pour moi :
"tiens, c était pas ce chicos qui avait fait une reprise mariachi (avec fifres et trompettes et tout le tremblement ) de Hey Joe d Hendrix...il s est mis au jazz, lui, maintenant ?"



Sans avoir été emballé par sa mouture cantina et ranchera (savez ces chansons qui se jouent dans les mariages mexicains) du mythique morceau de Jimmy, j avais été piqué par la curiosité.



Et les étoiles scintillent ardemment dans le ciel noir et calme au dessus de Palais Longchamp quand le set de Willy DeVille, ex- Willy DeSade, commence.
Il réserve d ailleurs avec une forte galanterie la primeur d ouvrir le concert à ses 5 musiciens. Un instrumental. ça commence délicatement par une introduction très classsique au piano avant que les guitares et la section rythmique ne viennent prendre le relais façon pétaradante. C est bien ryhtmné et cela annnonce un concert aux sonorités très New Orleans et Louisianne...mais plus bluesy que jazzy (y a pas photo)



Ce 1er morceau passé, Willy arrive. Silhoutette à la Giaccometti, costume noir, bandana noir sur la tête soulignant son tein hâve, visage émacié...On est plus impressionné par le gus que par le décorum assez tristounet de la scène ( pensez donc simplement 2-3 panneaux qui changent de couleurs ) . Il me fait penser à Elrik le nécromancien (personnage d'héroic fantaisy qui était nanti d une charmante épée répondant au doux nom de Stormbringer et qui avait la particularité de se délecter d'âmes humaines...ah mes tendres années).



Outre un physique hors du commun et une présence magnétique, c est avant tout sa voix qui arrête notre attention : sa voix si caractéristique - éraillée façon Springsteen mais en plus grave et en moins travaillée (je crois) exprimant quand même 30 ans de pérégrination à traver sun monde musical profond et émouvant si on en croit la présentation faite par le président du festival juste avant le concert.



Dès sont entrée, le public s est levé comme un seul homme et s'est rapproché de la scène. DeVille lui réservera d ailleurs une performance très variée : compos originales (j'imagine), et pas mal de reprises (bcp), un spectacle alternant chansons pechues où il aime bien hurler et faire hurler son harmonica que des chansons qui prennent leur temps... Et je pense notamment à une étonnante reprise d Heathbreak Hotel d Elvis.
Il communique facilement avec le public. S'essaie même à maintes reprises à quelques mots en français. Willy est français dans l âme. C'est lui qui le dit : il a quand même une mère d origine basque si jai bien compris son esperanto fançais/anglais. Et pis façon j'ai souvenir, il y a quelques années de ça en arrière, justement au moment de son énorme succès médiatique avec Hey Joe ( 1993-1995 ? ), d'avoir lu une interview du gus où il expliquait toute son admiration pour Edith Piaf qu'il considérait comme étant une vraie punk ! Il avait même écrit "le chat bleu" en hommage à la nana de Marcel Cerdan (et d'Yves Montand).
plus tard, il invitera sur scène l harmoniciste ( est-ce bien comme cela que l on dit ? ) J-J Milteau et joueront du Muddy Waters en offrande aux marseillais conquis et venus massivement ( certains sont perchés sur les branches d arbres, c est dire le succès de cette soirée ).
Bien sûr, Hey Joe ne manquera pas. Bien sûr moins orchestrale que sa version qui le révéla au grand public.

Avec tout ce beau monde, j ai oublié de vous croquer les 2 choristes, 2 blacks corpulentes, qui sont arrivées en même temps que lui sur scène et qui resteront assises le temps du concert entier. J avais jamais vu ça moi perso. Mais bon elles feront correctement leur boulot, rien à dire sans être dotées de voix marquantes pour autant.
Au finish un set bien plus rock (de la grande ville enfumée), et blues (des travailleurs noirs américains) - le tout empreint d influence sudiste : de La Louisianne, DeVille a gardé certains instruments du blues tels le washboard ou le bottleneck - que jazz mais qui aura bien fait guincher le public. Rythmnes syncopés, musique chaloupée forçant au déhanchement. Et les guitares encadrant à merveille la voix de rogome de cet homme aux allures d"écorché vif. DeVille a bien fait de revenir à la musique, lui qui s'était éclipsé tant de temps dans un ranch après le succès rencontré au début des années 90. Dailleurs, à part sa fameuse reprise je ne connaissais pas grand chose de son univers musical. J'ai alors demandé autour de moi et on m'a prêté CADILLAC WALK album qui rassemble le meilleur des débuts de l'artiste à l'époque où profondément influencé par Ben E. King et autre Phil Sector il sevissait dans les salles de la scène punk new yorkaise aux côtés des combos punk. C'est funky, rock'n'roll et folk et bien sûr déjà hispanisant. Avec son groupe le Mink DeVille il se détache du lot tant les chansons de Willy puisent dans les profondeurs de l'histoire de la musique afro-américaine. On y retrouve notamment la chanson mentionnée plus haut Le Chat Bleu mais également des chansons interprétées ce soir comme Venus Of Avenue D ou Spanish Troll. là aussi entre ballades romantiques et morceaux plus soutenus. Une excellente façon d'entrer dans l'univers varié de Willy pour ceux auxquels le concert aura donné envie d'en savoir plus.

Je ne concluerai toutefois pas sans vous parler de la 1ère partie,



plus qu'honorable, de Joelle Genisson, l'enfant du pays comme elle ne sait pas fait faute de le rappeler 105 000 fois au public, un peu mou c'est vrai en début de soirée.



Joelle Genisson joue du jazz bien plus franc que Willy, là pas de doute et à la double casquette de pianiste, ce par quoi elle commencera son show et de bassiste, instruments qu elle alternera avec une aisance insolente tout au long de ce début de soirée (bien que je l'ai trouvé véhiculant plus d'émotions au piano qu'à la basse et ce malgré sa virtuosité dans ce 2ème instrument). Avec son combo Latin project et ses nombreux invités, elle offrira un large spectre musical allant de la musique africaine en passant - bien sûr - par le jazz via la bossa nova et autre genre brésilien.



Parmi ses invités, et en dépit de la plastique vertigineuse de la chanteuse brésilienne Luciana et de chute de reins à vous faire perdre la mémoire, la palme d'or des invités revient pour moi sans conteste à Omar Kouyaté, ce jeune chanteur guinéen à la voix douce et chaleureuse, jouant également de la Kora.



Au cours de ses 3-4 interventions, j'ai vraiment décollé pour l'afrique, l'impression de survoler Konakri, les senteurs et les couleurs chaudes des façades des rues, le soufle du vent, les dunes, le brouhaha des marchés, une parfaite réussite que tous ses passages.

Photos July pour www.liveinmarseille.com

> Réponse le 30 août 2007, par sylvie

[palais longchamp à Marseille - 26 juillet 2007] Un concert genial ! Un pur moment de bonheur : willy Deville une fois de plus nous a enchanté et transporté, ok je suis fan depuis l'époque de mink de ville donc... mais je suis certaine que les personnes qui l'ont découvert ont été séduites par sa générosité, son rythme, et l'échange qu'il donne avec son public. Un conseil : ne ratez pas ses prestations , et vous aurez toujours un grand moment d'émotion.  Réagir


Festival Jazz des Cinq Continents : les dernières chroniques concerts

Marion Rampal, Cecile McLorin Salvant, Kimberose (Festival Jazz des Cinq Continents) en concert

Marion Rampal, Cecile McLorin Salvant, Kimberose (Festival Jazz des Cinq Continents) par Sami
Palais Longchamp, Marseille, le 25/07/2021
C'est donc parti pour la 20eme et dernière du festival, qui s'est déroulé sur 6 lieux différents avec une configuration inédite pour cette clôture au Palais Longchamp. Jauge... La suite

Ayo + Chassol & Friends (Festival Jazz des Cinq Continents) en concert

Ayo + Chassol & Friends (Festival Jazz des Cinq Continents) par Sami
Théâtre Silvain, Marseille, le 17/07/2021
Retour en douceur ce soir après plus d'un an et demi sans concert, retour avec le théâtre Silvain et avec le festival jazz des cinq continents. La soirée affiche complet et... La suite

Marc Ribot (Festival Jazz des Cinq Continents) en concert

Marc Ribot (Festival Jazz des Cinq Continents) par Pirlouiiiit
Musée Cantini, Marseille, le 13/07/2021
Comme je le disais à Mae hier, j'ai une conception assez personnelle de l'élasticité du temps. Si bien que plutôt que de me débrouiller pour rentrer tôt ce soir et de me... La suite

Bloom (Cabaret Jazz des Cinq Continents) en concert

Bloom (Cabaret Jazz des Cinq Continents) par Pirlouiiiit
Villa Gaby, Marseille, le 08/06/2021
Une semaine après le bout de concert Maluca Beleza me voici de retour à la Villa Gaby, cette fois pour découvrir Bloom nouveau projet regroupant (par ordre de nombre de fois où... La suite

Joëlle Génisson : les dernières chroniques concerts

El divinia trio en concert

El divinia trio par Pvi
Roll'Studio - Marseille, le 06/02/2010
Ambiance jazz latinos sous la voute du Roll'studio de Marseille, avec la passion et la fouge de Ritta Bellardi au chant et de Joëlle Genisson au piano, soulignées par la... La suite

Willy Deville : les dernières chroniques concerts

Willy DeVille par Eric
BFM - Genève, le 22/10/2003
Mr Willy DeVille ! Voilà un artiste que je me réjouissais de revoir live. Ca faisait bien 8 ou 9 ans que je n'avais plus eu le plaisir d'entendre sa voix d'outre-tombe en live. Et la formule en trio accoustique laissait présager d'une belle soirée dans le cadre feutré de cette salle habituellement réservée au classique ou aux ballets. Et le... La suite

Willie De WILLE par JyD
Bataclan, Paris, le 17/04/2000
C'est vrai que ce n'était pas un show spectaculaire mais tout est dans la cohésion du groupe et le charisme du chanteur. Les chansons se succèdent et sont véritablement à tomber par terre. C'est fluide, inspiré, prenant et enchanteur. Je pensais avoir à faire à qq chose de plus rock et carré. Et pourtant la richesse mélodique à réussi à m'enivrer... La suite

WILLY DE VILLE par vincent
BATACLAN, Paris, le 14/04/2000
Bon concert dans l'ensemble mais pas assez rock.Au début, Willy arrive constumé avec une peau de loup ou de lapin sur un tempo de musique apache ( trés étonnant). Puis le concert commence , lui vétu d'un costume rouge ecarlante, cheveux au vent et les oreilles percées de ses fideles boucles dorées. En ce qui concerne la formation : Willy de ville à... La suite

Parc longchamp - Marseille : les dernières chroniques concerts

Pumpkin & Vin-s Da Cuero en concert

Pumpkin & Vin-s Da Cuero par Sami
Palais Longchamp, Marseille, le 02/10/2021
On connaissait le Festival Jazz des 5 continents mais ce superbe endroit qu'est le Palais Longchamp devient l'écrin ce weekend de soirées gratuites rassemblées sous le nom de... La suite

Marion Rampal, Cecile McLorin Salvant, Kimberose (Festival Jazz des Cinq Continents) en concert

Marion Rampal, Cecile McLorin Salvant, Kimberose (Festival Jazz des Cinq Continents) par Sami
Palais Longchamp, Marseille, le 25/07/2021
C'est donc parti pour la 20eme et dernière du festival, qui s'est déroulé sur 6 lieux différents avec une configuration inédite pour cette clôture au Palais Longchamp. Jauge... La suite

John Zorn Bagatelle Marathon -Festival Marseille Jazz des Cinq Continents en concert

John Zorn Bagatelle Marathon -Festival Marseille Jazz des Cinq Continents par Phil2guy
Palais Longchamp - Marseille, le 25/07/2019
John Zorn qui joue à 200 mètres de chez soi, c'est quand même un événement à pas manquer. Dans cadre du Festival Marseille Jazz des Cinq Continents, le saxophoniste-compositeur... La suite

José James + Marcus Miller (Festival Jazz Des Cinq Continents) en concert

José James + Marcus Miller (Festival Jazz Des Cinq Continents) par Sami
Palais Longchamp, Marseille, le 23/07/2019
Après le Theatre Silvain et le Mucem, le festival finit avec une semaine au Palais Longchamp avec un programme de choix, du rock de Damon Albarn aux expérimentations de John Zorn... La suite