Accueil The Brian Jonestown Massacre en concert
Mercredi 17 octobre 2018 : 14180 concerts, 25196 chroniques de concert, 5229 critiques d'album.


The Brian Jonestown Massacre propose une musique rock psyché où les influences (Velvet Underground, My Bloody Valentine, Rolling Stones, Beatles, Dylan, The Byrds, Joy Division, Jesus And Mary Chain... ) se mêlent admirablement. BJM est ébouriffant sur scène ! En tournée en 2014 pour présenter l'album Revelation. A consulter, une interview d'Anton Newcombe à l'occasion de la sortie de cet opus... En concert en 2018 !

The Brian Jonestown Massacre : vos chroniques d'albums
Site

The Brian Jonestown Massacre en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

The Brian Jonestown Massacre : l'historique des concerts

Ma.

25

Sept.

2018

Dead Horse One en concert
The Brian Jonestown Massacre + Dead Horse One The Brian Jonestown Massacre | Dead Horse One
La Laiterie - Strasbourg (67)

Di.

23

Sept.

2018

Dead Horse One en concert
The Brian Jonestown Massacre + Dead Horse One The Brian Jonestown Massacre | Dead Horse One
L'Aéronef - EuraLille (59)

Sa.

22

Sept.

2018

Ouest Park Festival en concert
Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra, The Brian Jonestown Massacre, Charlie Winston, Caballero & Jeanjass, The Go! Team, The Soft Moon, Too Many T's, Mmnqns, Boys Noiz, Jahen Oarsman, Ouai Stephane, Mortal Combat Ouest Park Festival | Caballero & Jeanjass | Charlie Winston | The Brian Jonestown Massacre | Emir Kusturica | MNNQNS | The Soft Moon | Boys Noize
Fort de Tourneville / Sonic - Le Havre (76)

Sa.

22

Sept.

2018

Ouest Park Festival en concert
Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra, The Brian Jonestown Massacre, Charlie Winston, Caballero & Jeanjass, The Go! Team, The Soft Moon, Too Many T's, Mmnqns, Boys Noiz, Jahen Oarsman, Ouai Stephane, Mortal Combat Ouest Park Festival | Caballero & Jeanjass | Charlie Winston | The Brian Jonestown Massacre | Emir Kusturica | MNNQNS | The Soft Moon | Boys Noize
Fort de Tourneville / Sonic - Le Havre (76)

Ve.

21

Sept.

2018

Levitation France en concert
Levitation France 2018 - Pass 2 Jours : The Brian Jonestown Massacre, Spiritualized, The Soft Moon, Jc Satan, Flavien Berger, Mien, Holy Wave, Sextile, La Luz, Jc Satan, The Blank Tapes, Prettiest Eyes ... Levitation France | Prettiest Eyes | Sextile | Holy Wave | J.C. Satàn | Spiritualized | MIEN | Flavien Berger | La Luz | The Soft Moon | The Brian Jonestown Massacre
Le Quai - Théâtre 900 - Angers (49)

Ve.

21

Sept.

2018

Levitation France en concert
Levitation France 2018 - Vendredi 21 Septembre : The Brian Jonestown Massacre / The Soft Moon / J.c. SatÀn / Holy Wave / La Luz / The Blank Tapes / Prettiest Eyes / Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs / Wild Fox Levitation France | Holy Wave | J.C. Satàn | Prettiest Eyes | La Luz | The Soft Moon | The Brian Jonestown Massacre
Le Quai - Théâtre 900 - Angers (49)

Je.

20

Sept.

2018

Les Big Byrd en concert
The Brian Jonestown Massacre + Les Big Byrd Les Big Byrd | The Brian Jonestown Massacre
La Cigale - Paris 18ème (75)

Ve.

17

Août

2018

La Route du Rock en concert
La Route Du Rock - Pass 3 Jours : Daho, Grizzly Bear, Bjm, Limiñanas, Shame, Patti Smith, Nils Frahm, Ariel Pink, Phoenix, Charlotte Gainsbourg, Jungle, The Black Madonna, Protomartyr, The Lemon Twigs, Superorganism, Black Angels La Route du Rock | The Black Madonna | Shame | Ezra Furman | Föllakzoid | Forever Pavot | The Liminanas | Ariel Pink | Charlotte Gainsbourg | The Brian Jonestown Massacre | Patti Smith | Le Villejuif Underground | The Lemon Twigs | Protomartyr | Jungle | King Tuff | Nils Frahm | Josh T. Pearson | The Black Angels | Ellen Allien | Phoenix | Etienne Daho
Fort de Saint Père - Saint Père Marc en Poulet (35)

The Brian Jonestown Massacre : les dernières chroniques concerts 19 avis

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018)

Critique écrite le 12 octobre 2018, par Pierre Andrieu

Le Quai, Angers 21 septembre 2018

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) en concert

Encore un week-end bien rempli à Angers pour le festival Levitation France, déclinaison française du rassemblement organisé à Austin par les Black Angels et leurs potes... Les fans de psyché et de musique indé au sens large ne s'y trompent pas et font le pèlerinage tous les ans ; cette année, la grand messe en la cathédrale du Quai avait lieu les vendredi 21 et samedi 22 septembre 2018. Compte rendu du premier jour placé sous le haut patronage du maître de cérémonie Anton Newcombe du Brian Jonestown Massacre, en tête d'affiche de l'incontournable raout psyché made in France : Wild Fox En apéritif local dans le club du Quai, on s'enfile dès 18 heures 30 les jeunots doués et énervés de Wild Fox, qui ont tout pour monter sévèrement en puissance à l'avenir : des morceaux garage psyché shoegaze qui pètent grave, une juvénile envie de tout casser et des looks de voyous classe. De loin, le chanteur ressemble à un jeune Jim Reid, le vocaliste mal embouché de The Jesus And Mary Chain. Ce signe de goût est contrebalancé par un nom de groupe un peu ridicule, "Renard sauvage" in french, mais après tout "La Chaîne de Jésus et Marie", c'est pas hyper intelligent non plus, hein. L'essentiel, c'est que le son de Wild Fox soit efficace : entre... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre

Critique écrite le 27 septembre 2018, par lol

La Cigale, Paris 20 septembre 2018

The Brian Jonestown Massacre en concert

Je dois l'avouer, je connaissais mal The Brian Jonestown Massacre au moment d'aller à ce concert parisien du mois de septembre. Mais les nombreux articles et chroniques positives faisant état d'un rock psyché hypnotique de haut vol et de prestations scéniques mythiques avaient fini par m'allécher. Avec 25 ans de carrière et un public plus que fidèle, BJM semblait avoir tous les atouts pour être une vraie découverte scénique. Coup de chance, le concert avait lieu à La Cigale, qui est sans doute la meilleure salle de concert de Paris, tant du point de vue de la sonorité que de l'esthétisme et de sa taille. C'est une salle archicomble, dont la clameur au moment de l'entrée sur scène du groupe marquait bien l'impatience qui l'avait précédée. C'est avec une ballade semi acoustique, "We never had a chance", que le concert s'ouvre brillamment. Le son est excellent. Le groupe a une patine vintage du meilleur effet et Anton Newcombe chante sur ce premier titre avec une désinvolture quasi adolescente qui est assez touchante. Le groupe enchaîne avec une série de titres plus accrocheurs qui sonnent comme un... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre, Etienne Daho, The Black Angels, Grizzly Bear, Shame, The Liminanas, Le Villejuif Underground (La Route du Rock 2018)

Critique écrite le 07 septembre 2018, par Pierre Andrieu

Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo 17 août 2018

The Brian Jonestown Massacre, Etienne Daho, The Black Angels, Grizzly Bear, Shame, The Liminanas, Le Villejuif Underground  (La Route du Rock 2018) en concert

Après une première soirée de fort bon aloi à La Nouvelle Vague de Saint-Malo en compagnie de Marlon Williams, Ezra Furman et The KVB, c'est avec une joie non dissimulée que l'on foule pour une énième fois le sol du Fort de Saint-Père le vendredi 17 août. Pour l'occasion, le lieu est baigné de soleil et s'apprête à accueillir une énorme programmation dont La Route du Rock a le secret, avec une foule d'artistes à la fois pointus et fédérateurs dont les têtes d'affiche de grand luxe sont Etienne Daho et The Brian Jonestown Massacre. Le Villejuif Underground Sur la scène des remparts, à 18 heures 30, c'est le Villejuif Underground qui se charge de lancer officiellement l'édition 2018 du festival, avec un set 100% branleur et 0% naze comme à son habitude. Habillés en guenilles tels des clodos se fournissant chez Emmaüs, complètement hallucinés, les membres du groupe francilien et leur leader australien Nathan Roche ne déçoivent pas, bien au contraire. Car, sous un vernis nonchalant et joyeusement débile, le Villejuif Underground offre de véritables morceaux de garage rock décavé chantés avec une voix revenue de tout, un peu à la Lou Reed (d'où le drolatique nom du groupe). Entre deux conneries lâchées au micro (dont un... Lire la suite

The Limiñanas (avec Anton Newcombe, Bertrand Belin et Emmanuelle Seigner en invités)

Critique écrite le 06 avril 2018, par Lebonair

Le Trianon - Paris 29 mars 2018

The Limiñanas (avec Anton Newcombe, Bertrand Belin et Emmanuelle Seigner en invités) en concert

C'est une magnifique aventure qui est vécue par le couple Liminana, Lionel et Marie. Plus qu'un groupe, c'est surtout une belle histoire d'amour, notamment musicale, qu'ils ont su maintenir et faire vivre depuis leur rencontre sur les bancs du lycée. Activistes dans le domaine sur Perpignan et sa région pendant de très nombreuses années, ils ont été tour à tour ou à la fois, vendeurs à la Fnac, organisateurs de concerts, gérants d'un magasin de disques qu'ils ont malheureusement dû fermer (la passion ne suffit pas toujours) et ils ont joué dans divers groupes. En 2009, après avoir balancé deux titres "I'm Dead' et 'Migas 2000' sur MySpace, ils se sont fait repérer par deux labels américains Trouble In Mind et Hozac. C'est là que leur aventure personnelle a débuté. Sur les trois premiers albums, le duo qui ne joue évidemment jamais seuls en live était plus connus aux Etats-Unis et dans le circuit "garage" européen comme aux Pays-Bas, en Allemagne ou en Belgique. En France, ils étaient proches du niveau zéro en terme de popularité. Une rencontre a tout changé, celle avec Pascal Comelade. Ils ont réalisé un album en commun, "Traité De Guitarres Triolectiques (À L'usage Des Portugaises Ensablées)" et cela leur a permis de faire... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre : les chroniques d'albums

The Brian Jonestown Massacre : Don't Get Lost

Chronique écrite le 24/02/2017, par Pierre Andrieu

The Brian Jonestown Massacre : Don't Get Lost

A peine remis du précédent album de BJM, Third World Pyramid, (un très bon cru dans la discographie du groupe... ), les fans du combo d'Anton Newcombe - décidément inarrêtable et en forme olympique depuis qu'il mène une vie saine - vont pouvoir se délecter d'une nouvelle sortie de très haut vol... Il s'agit de Don't Get Lost, un album fleuve (14 titres) enregistré et produit entre mars et octobre 2016 au Cobra Studio à Berlin, avec les habituels musiciens de Brian Jonestown Massacre, Ricky Maymi, Dan Allaire, Collin Hegna et Ryan Van Kriedt, mais également Emil Nikolaisen (de Serena-Maneesh), Pete Fraser (The Pogues, New Young Pony Club, au saxophone miraculeux sur " Geldenes Herz Menz "), plus les vocalistes Tim Burgess (des Charlatans, très bon sur " Fact 67 "), Tess Parks (cœur avec les doigts) et Shaun Rivers... Toujours à fond dans une veine trippante et psychédélique, les nouveaux morceaux peuvent partir dans des directions ultra barrées avec des dérapages très bien contrôlés façon krautrock/post punk/jazz/dub de l'espace, comme sur le très surprenant " Melodys Actual Echo Chamber ". Dès l'infernal et très réussi titre inaugural, " Open Minds Now Close ", on comprend bien que BJM veut encore du bien à ceux qui souhaitent... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre : Third World Pyramid

Chronique écrite le 19/12/2016, par Pierre Andrieu

The Brian Jonestown Massacre : Third World Pyramid

Fin juin, lors d'un concert d'anthologie à la Coopé (Clermont-Ferrand) à l'occasion de la maxi tournée française de BJM, on avait clairement senti qu'Anton Newcombe et son groupe (Ricky Maymi, Dan Allaire, Joel Gion, Collin Hegna et Ryan Van Kriedt) étaient en grande forme : 2 heures 30 de show avec plein de tubes, de géniales montées psyché et du neuf, le tout offert par des musiciens en osmose totale, visiblement contents de jouer ensemble malgré la fatigue accumulée lors des visites poussées des Etats-Unis, du Canada et de l'Europe... Et forcément, ce sentiment de plénitude artistique se retrouve lors du nouvel enregistrement du Brian Jonestown Massacre, réalisé début 2016 avec la troupe au grand complet citée à l'instant, plus le musicien norvégien Emil Nikolaisen (de Serena-Maneesh) et le duo Tess Parks / Katy Lane pour les vocalises félines et torturées. Mis sur bandes au Cobra Studio, la nouvelle antre berlinoise de Newcombe, le quinzième (!) album de BJM fait partie des tout meilleurs de la pléthorique discographie des chantre américains du rock psyché, on pourrait même parler d'une sorte de best of entièrement composé d'inédits ! Les fans retrouveront tout ce qui les fait tripper quand ils mettent un disque de leurs chouchous sur... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre : Revelation

Chronique écrite le 14/05/2014, par Pierre Andrieu

The Brian Jonestown Massacre : Revelation

Toujours aussi productif, le cerveau embrumé (même si le patron est désormais clean... ) d'Anton Newcombe vient d'accoucher de Revelation, un nouvel opus joliment hallucinogène enregistré à Berlin et signé The Brian Jonestown Massacre... Cet album réalisé en compagnie de Ricky Maymi, Joachim Alhund, Constantine Karlis et Ryan Van Kriedt a tout pour cartonner tant il est bâti pour faire décoller les fans de pop psyché amoureux de l'âge d'or de BJM ! Après les dérapages expérimentaux carrément bruitistes des récents albums, l'intarissable et fringant Mister Newcombe - visiblement en forme et apaisé, il vient même de monter sur scène avec les Dandy Warhols au festival Austin Psych Fest - vient de créer une sorte de best of composé d'inédits ! Avec au menu, des pop songs truffées de riffs qui tuent, de gimmicks de synthés qui catapultent dans les étoiles et de parties vocales droguées dignes d'un gentil gourou sixties... De l'inaugural Vad hands med deem (chanté en islandais et sonnant comme un tube à emporter sur son tapis volant... ) au dernier titre Goodbye (Butterfly) - une ode au psychédélisme avec des " Hoo Hoo !! " emplis de sympathie pour le diable... - en passant par les hits... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre : Aufheben

Chronique écrite le 16/04/2012, par Pierre Andrieu

The Brian Jonestown Massacre : Aufheben

Après la parution d'une compilation en 2011, The Singles Collection 1992-2011, le Brian Jonestown Massacre d'Anton Newcombe revient aux affaires le 30 avril 2012 avec un nouveau disque enregistré à Berlin, Aufheben... Toujours psychédélique en diable et magistralement barrée, cette livraison prouvant la forme actuelle de BJM s'oriente néanmoins vers des chemins plus pop et accessibles. Cela devrait permettre à un nouveau public d'embarquer dans le vaisseau spatial dirigé par Captain Newsome. Et à ceux qui avaient un peu décroché suite aux virées outrageusement déjantées des deux derniers disques - Who Killed Sgt. Pepper ? en 2010 et My Bloody Underground en 2008 - de reprendre un billet pour un tour. Car les onze titres figurant sur Aufheben, mis en boite en compagnie de Matt Hollywood, Will Carruthers, Constantine Karlis, Thibault Pesenti et Eliza Karmasalo, sont dans la lignée de ce qui a rendu BJM célèbre ; c'est du rock psyché velvetien et stonesque mâtiné de cold wave et de bidouillages étranges. De Panic in Babylon (un instrumental enlevé habité par une sorte de cornemuse) à Blue Order New Monday (joli clin d'œil à deux influences prégnantes sur un titre faisant penser à du... My Bloody Valentine, comme Clouds Are Lies... ) en... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre : Vidéo





The Brian Jonestown Massacre : écoute