Accueil The Brian Jonestown Massacre en concert
Vendredi 17 novembre 2017 : 12230 concerts, 24717 chroniques de concert, 5185 critiques d'album.


The Brian Jonestown Massacre propose une musique rock psyché où les influences (Velvet Underground, My Bloody Valentine, Rolling Stones, Beatles, Dylan, The Byrds, Joy Division, Jesus And Mary Chain... ) se mêlent admirablement. BJM est ébouriffant sur scène ! En tournée en 2014 pour présenter l'album Revelation. A consulter, une interview d'Anton Newcombe à l'occasion de la sortie de cet opus... En tournée française en 2016 !

The Brian Jonestown Massacre : vos chroniques d'albums
Site

The Brian Jonestown Massacre en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

The Brian Jonestown Massacre : l'historique des concerts

Lu.

05

Sept.

2016

The Brian Jonestown Massacre Rockstore - Montpellier (34)

Ve.

26

Août

2016

Rock en Seine en concert
Rock en Seine 2016 - 26 août : Last Shadow Puppets, Two Door Cinema Club, BJM, Birdy Nam Nam, Caravan Palace, Damian Marley, Anderson .paa, Breakbot, Caravan Palace, Clutch, Adrien Soleiman, Flavien Berger, Royal Republic, Jack Garratt, Slaves, Bombino Rock en Seine | The Last Shadow Puppets | Clutch | Damian Marley | Birdy Nam Nam | The Brian Jonestown Massacre | Caravan Palace | Two Door Cinema Club | Breakbot | Royal Republic | Bombino | Flavien Berger | Slaves | Anderson .Paak
Parc de Saint Cloud - St Cloud (75)

Je.

25

Août

2016

Festival Cabaret Vert en concert
Festival Le Cabaret Vert 2016 : Indochine, M83, Damian Marley, King Gizzard And The Lizzard Wizard, Brian Jonestown Massacre, The Internet, Fat White Family, Anderson. Paak, Highly Suspect, Seratones Festival Cabaret Vert | M83 | Indochine | Damian Marley | The Brian Jonestown Massacre | The Fat White Family | King Gizzard & The Lizard Wizard | Anderson .Paak
Stade Bayard - Charleville Mezieres (08)

Ve.

01

Juillet

2016

Festival Beauregard en concert
Festival Beauregard - Pass 1 Jour 1er Juillet : Chemical Brothers, Ghinzu, Brian Jonestown Massacre, Feu! Chatterton, Nekfeu, Beck, The Shoes, Rone, AA, Nuit Festival Beauregard | The Shoes | Beck | The Chemical Brothers | Ghinzu | Feu! Chatterton | The Brian Jonestown Massacre | Rone | Nekfeu
Chateau de Beauregard - Herouville St Clair (14)

Je.

30

Juin

2016

The Brian Jonestown Massacre Coopérative de Mai - Clermont Ferrand (63)

Me.

29

Juin

2016

The Brian Jonestown Massacre Espace Julien - Marseille (13)

Ma.

28

Juin

2016

Brian Jonestown Massacre + Guest (Complet) Epicerie Moderne - Feyzin (69)

Lu.

27

Juin

2016

The Liminanas en concert
The Brian Jonestown Massacre + The Liminanas The Brian Jonestown Massacre | The Liminanas
Trianon - Paris 18ème (75)

The Brian Jonestown Massacre : les dernières chroniques concerts 13 avis

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016)

Critique écrite le 07 septembre 2016, par Stéphane Pinguet

Domaine de Saint-Cloud 26 au 28 août 2016

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante, elle nous a tout de même réservé son lot de surprises. Récit de trois jours musicaux particulièrement chauds. Jour 1: Brian Jonestown Massacre, Two Door Cinema Club, Clutch & The Last Shadow Puppets. C'est avec beaucoup de retard que nous nous rendons sur le site vendredi 26. Il fait beau, très chaud, du coup, on part vite se rafraîchir au bar (mauvaise idée) histoire de ne pas mourir de déshydratation (bonne idée). On regrette un peu de rater les sales gosses de Slaves qui ont apparemment donné un excellent concert. On se rattrape sur Brian Jonestown Massacre, idéal pour commencer cette journée dans le parc de Saint-Cloud. La bande d'Anton Newcombe, en très grande forme, offre une version allégée de sa tournée estivale en SMAC (les Américains jouaient de deux à trois heures), mais tout autant bourrée de tubes ("Servo", "Nevertheless" ou "Anemone"). Voilà une formation qui, comme le bon vin, se bonifie avec le temps! Pendant que les Irlandais de Two Door Cinema Club transforment la grande scène en club géant (avec succès), les Américains de Clutch,... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre

Critique écrite le 09 juillet 2016, par Pierre Andrieu

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 30 juin 2016

The Brian Jonestown Massacre en concert

Plus de 2 heures 30 de bonheur psyché en compagnie du Brian Jonestown Massacre d'Anton Newcombe dans le club de la Coopé, ça ne se refuse pas ! Pas de première partie (on aurait bien vu les très bons locaux psyché de Woody Murder Mystery, mais bon... ), pas de timing serré comme dans les festivals, pas de grande salle où l'ambiance se dissout, mais un club bondé rempli à ras bord de fans et un groupe, certes un peu fatigué par l'enchaînement des concerts mais toujours capable de faire monter la sauce avec ses tubes agrémentés de montées trippantes. Bref, le bonheur ! BJM à domicile et (presque) en famille, quoi ! Attifé tel un gourou hippie en partance pour Tanger ou Katmandou, Anton Newcombe a beau être un peu malade, il assure au chant torturé et à la guitare décérébrante, sans oublier de garder son humour acide : " Je suis pas super en forme, j'ai chopé la crève à Paris, c'est sans doute à cause de tous ces putain de footballeurs... ". Son mister tambourine man personnel, l'inénarrable Joel Gion, a l'air un peu moins au top que d'habitude (il retrouvera sa vista sur la fin... ), mais il n'oublie pas de délivrer moult rythmiques imparables aux tambourins et aux maracas. Le tout en semblant filer le parfait amour avec son... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre

Critique écrite le 06 juillet 2016, par Prakash

Espace Julien, Marseille 29 Juin 2016

The Brian Jonestown Massacre en concert

Concert très attendu ce soir, celui de The Brian Jonestown Massacre à l'Espace Julien. Avant le début du concert, toujours le rituel agréable de discuter avec les amis dont j'étais sûr de croiser les têtes ce soir. On se demande comment sera le concert connaissant le caractériel Anton Newcombe. Pour ceux qui ne connaitraient pas le personnage, je leur conseille de voir ou revoir DIG!, le mythique film documentaire qui était consacré au groupe. On m'annonce un concert de près de 3 heures donc pas de première partie. Ce n'est pas pour me déplaire, moi qui suit fervent des morceaux longs et très psyché qui sont la marque de fabrique du groupe. A l'entrée en scène d'Anton Newcombe, je suis étonné par son changement physique, il est plus affûté que lorsque je l'avais vu en 2014 au festival TINALS et il arbore clairement un style très baba-cool. Bon, trêve de discussion mode, le premier morceau commence fort, très psyché. Je ne donnerai pas le titre de toutes les chansons jouées ce soir près d'une trentaine, mais il y aura la set-list à la fin de cette chronique. Mais les morceaux couvrent l'ensemble de la carrière du groupe allant de l'album Space girl & Other Favorites à Revelation, paru en 2014. Le groupe alterne les morceaux... Lire la suite

Entretien avec Joel Gion à l'occasion de la sortie de l'album Apple Bonkers et du festival Levitation France

Interview réalisée le 15 octobre 2014, par Pierre Andrieu

Octobre 2014

Entretien avec Joel Gion à l'occasion de la sortie de l'album Apple Bonkers et du festival Levitation France

"Apple Bonkers", le premier véritable album solo du mythique percussionniste de Brian Jonestown Masssacre, Joel Gion, est une véritable tuerie truffée de mini tubes pop psyché, sur lesquels "le mec qui joue du tambourin dans BJM", prouve qu'il est bien plus que ça. C'est juste un putain de songwriter doublé d'un showman assez incroyable ! Ce qu'il a prouvé sur scène lors de ses prestations nonchalantes et classe au festival Levitation France, à Angers fin septembre, (l'un sur la scène en plein air, l'autre dans un minuscule bar à vins le lendemain... ), deux shows qui nous ont laissé un très bon souvenir. Comme ceux du fameux combo précité emmené par Anton Newcombe d'ailleurs, où le gars aux énormes rouflaquettes est plus que jamais l'attraction visuelle... Bref, nous avons posé quelques questions à une authentique légende du rock qui devrait faire parler d'elle encore longtemps ! Interview : Dans quel état d'esprit étiez-vous au moment de commencer à travailler sur l'album "Apple Bonkers" ? Joel Gion : Agité ! J'ai finalement réussi à passer outre ma nature paresseuse pour me lancer dans un processus créatif et faire un truc qui n'appartienne qu'à moi... Je me suis dit, "merde, lance toi, fais le cet album, il n'y a... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre : les chroniques d'albums

The Brian Jonestown Massacre : Don't Get Lost

Chronique écrite le 24/02/2017, par Pierre Andrieu

The Brian Jonestown Massacre : Don't Get Lost

A peine remis du précédent album de BJM, Third World Pyramid, (un très bon cru dans la discographie du groupe... ), les fans du combo d'Anton Newcombe - décidément inarrêtable et en forme olympique depuis qu'il mène une vie saine - vont pouvoir se délecter d'une nouvelle sortie de très haut vol... Il s'agit de Don't Get Lost, un album fleuve (14 titres) enregistré et produit entre mars et octobre 2016 au Cobra Studio à Berlin, avec les habituels musiciens de Brian Jonestown Massacre, Ricky Maymi, Dan Allaire, Collin Hegna et Ryan Van Kriedt, mais également Emil Nikolaisen (de Serena-Maneesh), Pete Fraser (The Pogues, New Young Pony Club, au saxophone miraculeux sur " Geldenes Herz Menz "), plus les vocalistes Tim Burgess (des Charlatans, très bon sur " Fact 67 "), Tess Parks (cœur avec les doigts) et Shaun Rivers... Toujours à fond dans une veine trippante et psychédélique, les nouveaux morceaux peuvent partir dans des directions ultra barrées avec des dérapages très bien contrôlés façon krautrock/post punk/jazz/dub de l'espace, comme sur le très surprenant " Melodys Actual Echo Chamber ". Dès l'infernal et très réussi titre inaugural, " Open Minds Now Close ", on comprend bien que BJM veut encore du bien à ceux qui souhaitent... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre : Third World Pyramid

Chronique écrite le 19/12/2016, par Pierre Andrieu

The Brian Jonestown Massacre : Third World Pyramid

Fin juin, lors d'un concert d'anthologie à la Coopé (Clermont-Ferrand) à l'occasion de la maxi tournée française de BJM, on avait clairement senti qu'Anton Newcombe et son groupe (Ricky Maymi, Dan Allaire, Joel Gion, Collin Hegna et Ryan Van Kriedt) étaient en grande forme : 2 heures 30 de show avec plein de tubes, de géniales montées psyché et du neuf, le tout offert par des musiciens en osmose totale, visiblement contents de jouer ensemble malgré la fatigue accumulée lors des visites poussées des Etats-Unis, du Canada et de l'Europe... Et forcément, ce sentiment de plénitude artistique se retrouve lors du nouvel enregistrement du Brian Jonestown Massacre, réalisé début 2016 avec la troupe au grand complet citée à l'instant, plus le musicien norvégien Emil Nikolaisen (de Serena-Maneesh) et le duo Tess Parks / Katy Lane pour les vocalises félines et torturées. Mis sur bandes au Cobra Studio, la nouvelle antre berlinoise de Newcombe, le quinzième (!) album de BJM fait partie des tout meilleurs de la pléthorique discographie des chantre américains du rock psyché, on pourrait même parler d'une sorte de best of entièrement composé d'inédits ! Les fans retrouveront tout ce qui les fait tripper quand ils mettent un disque de leurs chouchous sur... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre : Revelation

Chronique écrite le 14/05/2014, par Pierre Andrieu

The Brian Jonestown Massacre : Revelation

Toujours aussi productif, le cerveau embrumé (même si le patron est désormais clean... ) d'Anton Newcombe vient d'accoucher de Revelation, un nouvel opus joliment hallucinogène enregistré à Berlin et signé The Brian Jonestown Massacre... Cet album réalisé en compagnie de Ricky Maymi, Joachim Alhund, Constantine Karlis et Ryan Van Kriedt a tout pour cartonner tant il est bâti pour faire décoller les fans de pop psyché amoureux de l'âge d'or de BJM ! Après les dérapages expérimentaux carrément bruitistes des récents albums, l'intarissable et fringant Mister Newcombe - visiblement en forme et apaisé, il vient même de monter sur scène avec les Dandy Warhols au festival Austin Psych Fest - vient de créer une sorte de best of composé d'inédits ! Avec au menu, des pop songs truffées de riffs qui tuent, de gimmicks de synthés qui catapultent dans les étoiles et de parties vocales droguées dignes d'un gentil gourou sixties... De l'inaugural Vad hands med deem (chanté en islandais et sonnant comme un tube à emporter sur son tapis volant... ) au dernier titre Goodbye (Butterfly) - une ode au psychédélisme avec des " Hoo Hoo !! " emplis de sympathie pour le diable... - en passant par les hits... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre : Aufheben

Chronique écrite le 16/04/2012, par Pierre Andrieu

The Brian Jonestown Massacre : Aufheben

Après la parution d'une compilation en 2011, The Singles Collection 1992-2011, le Brian Jonestown Massacre d'Anton Newcombe revient aux affaires le 30 avril 2012 avec un nouveau disque enregistré à Berlin, Aufheben... Toujours psychédélique en diable et magistralement barrée, cette livraison prouvant la forme actuelle de BJM s'oriente néanmoins vers des chemins plus pop et accessibles. Cela devrait permettre à un nouveau public d'embarquer dans le vaisseau spatial dirigé par Captain Newsome. Et à ceux qui avaient un peu décroché suite aux virées outrageusement déjantées des deux derniers disques - Who Killed Sgt. Pepper ? en 2010 et My Bloody Underground en 2008 - de reprendre un billet pour un tour. Car les onze titres figurant sur Aufheben, mis en boite en compagnie de Matt Hollywood, Will Carruthers, Constantine Karlis, Thibault Pesenti et Eliza Karmasalo, sont dans la lignée de ce qui a rendu BJM célèbre ; c'est du rock psyché velvetien et stonesque mâtiné de cold wave et de bidouillages étranges. De Panic in Babylon (un instrumental enlevé habité par une sorte de cornemuse) à Blue Order New Monday (joli clin d'œil à deux influences prégnantes sur un titre faisant penser à du... My Bloody Valentine, comme Clouds Are Lies... ) en... Lire la suite

The Brian Jonestown Massacre : Vidéo

The Brian Jonestown Massacre : écoute