Accueil Chronique de concert (mes) Eurockéennes 2011, 2/3 : Anna Calvi, Kyuss Lives !, Raphaël Saadiq, Motörhead, Queens of the Stone Age
Jeudi 28 octobre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mes) Eurockéennes 2011, 2/3 : Anna Calvi, Kyuss Lives !, Raphaël Saadiq, Motörhead, Queens of the Stone Age

(mes) Eurockéennes 2011, 2/3 : Anna Calvi, Kyuss Lives !, Raphaël Saadiq, Motörhead, Queens of the Stone Age en concert

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, 3 juillet 2011 2 juillet 2011

Critique écrite le par

La veille, c'est par ici !


Pour ce deuxième jour, la tempête de ciel bleu se poursuit, joliment agrémentée de nuages : il fait très chaud et, en attendant ses petits camarades qui font la queue, le chroniqueur regarde les hommes tomber, comme des mouches : certains arrivés "fatigués" de leur après-midi au camping s'effondrent une fois passé l'entrée : ils ont tout donné ! D'autres qui ont trop joué dehors, comme ce musicien de la fanfare rock Les Archers/Artsonic retrouvé en position latérale de sécurité - encore que pour celui-ci, on a un doute puisqu'il semble avoir été secouru par les faux vigiles de la compagnie Théatre Group'...


En goguette sur le site, décidément si agréable que même les stars ont envie de s'y balader, on croise le grand Nick Oliveri accompagné du nouveau guitariste de Kyuss, tous deux en admiration devant le Klaxonarion. A ce sujet, un grand coup de chapeau à l'organisation qui a mobilisé, pas moins de 7 ou 8 compagnies d'arts de rue (selon qu'on compte le Ullmann Kararocke et le Silent Party, ou non) : même sans avoir croisé ou été chez tout le monde, on a été surpris au moins une fois par jour, et c'était fort agréable !


Mais trêve de flânage, on est venus très à l'heure aujourd'hui et ce n'est pas par hasard. Si des lecteurs de ce site ont tapé récemment Anna Calvi dans le moteur de recherche, ils n'ont pas manqué de remarquer que votre serviteur est tombé en amour loup-de-tex-avery-esque de sa musique sur disque, et s'est longuement épanché sur son éblouissante performance scénique à Saint-Brieuc, il y a trois semaines (autant dire, sans elle, une éternité !).


Retour tout devant la green room donc, pour découvrir un show un poil moins intense et tendu : rapport au beau temps et à la scène ouverte, peu propices à la communion, ou à ses cheveux aujourd'hui détachés, trahissant une humeur plus détendue ? Il n'en reste pas moins que la set-list, trop courte, est encore magistrale. Rider to the sea, la belle griffe rageusement sa Telecaster ; Suzanne and I, Blackout, elle laisse sa voix (et son trio toujours discret et impeccable) se dégourdir les jambes ; I'll be your Man, premier moment de sensualité troublante, appuyé par un guitariste rythmique qu'on verra assez peu aujourd'hui...


On remarque que cette délicieuse petite chose est montée sur des talons aiguille vertigineux : mais quelle taille peut-elle bien faire ? Et question subsidiaire, où cache-t-elle les poumons qui lui donnent un tel coffre ? First We Kiss, mes amiEs me confirment qu'en effet, c'est très beau, même sans la chorale et les violons (il faut dire qu'elle a tout enregistré elle-même, sur son disque !). Moulinette ? Jeff Buckley a joué sur cette même scène en 1995, et cette guitariste lui rend superbement hommage... Surrender ? C'est Elvis lui-même qui se déhanche, dans l'ombre : reprise sublime, qui occasionne quelques hurlements de plaisir dans la foule...


Desire ? La chair de poule, inattendue sur ce titre, me cueille à chaud, et cette fois, pas sur la pourtant toujours intense Jezebel d'Aznavour : elle n'a pas crié aussi fort que l'autre fois, ça ne se fait pas, à l'heure de la sieste, là-bas sous les arbres ... Car la jeune fille est timide et polie, ose à peine présenter ses musiciens, avant de reprendre la musique et la transe : fin sur la magnifique Love won't be leaving, agrémentée d'un long solo où sa guitare crache du feu. 40 minutes à peine, ouch ! et même pas de The Devil : voilà encore un splendide concert d'Anna Calvi qui engendre une délicieuse frustration : à très bientôt, mademoiselle !


On avouera n'avoir pas pris le temps de réviser aussi sérieusement qu'il aurait fallu l'oeuvre très lourde et très riche de Kyuss, dont l'historique album éponyme est un peu la Pierre de Rosette du rock stoner. On en est pas moins surexcités de voir sur scène ce groupe, parents indignes des QOTSA, également à l'affiche ce jour, et qu'on croyait disparu à tout jamais... On arrive alors qu'ils sont occupés, depuis quelques secondes, à déverser des hectolitres de plomb liquide sur la plage, appuyés par la voix fascinante de John Garcia et occasionnellement, celle de Nick Oliveri.


On espérait vaguement le voir sur scène (même si leur rupture fut douloureuse), mais en tout cas il est bien présent en coulisse : Josh Homme est bien évidemment venu écouter Nick Oliveri et Brant Bjork, ses potes du lycée, venus rallumer les cendres jamais vraiment éteintes : Kyuss Lives ! Ca sonne comme une incantation... Des bières volent par dessus nos têtes, et des festivaliers aux t-shirts Motörhead aussi, nombreux aujourd'hui et déjà très énervés. Victimes des vapeurs toxiques que distille cette musique ? Celles du Malin, à n'en pas douter.


Ce groove vrombissant qui est au fond la synthèse de tout ce qu'on aime dans le rock, et dont les morceaux sont tendus, telluriques, globalement fascinants. Une avalanche de titres parmi lesquels on reconnaît les bétonnées Gardenia & Conan Troutman, les riffs vrombissants et la fin-qui-ne-finit-jamais de Supa Scoopa And Mighty Scoop, la célèbre et géniale Odyssey aux longs ponts de basse, ou encore bien plus tard, l'infernale El Rodeo, acclamée à juste titre dès ses premières notes !


Titre pendant lequel je réalise qu'on voit à travers les oreilles, mais aussi à travers le nez de ma voisine, qui est décidément très, très piercée... Aïe aïe aïe ! Le groupe, pas hyper causant, affiche en tout cas des bananes jusqu'aux oreilles et un plaisir évident de rejouer ensemble. 1 h 30 de Kyuss, c'est copieux - plus que le flammekueche avalé pendant le show à l'occasion d'une petite pause - et presque un peu bourratif, mais quel plaisir qu'un set si complet (désolé Gaëtan, mais on a pas eu le temps de dire bonjour : "nous ne faisons que passer !", etc), set terminé par la bouillante 100 ° et la jouissive Green Machine !


Autre moment attendu du festival, une performance live du soulman Raphaël Saadiq, annoncé par un speaker magnifiquement déguisé en Lemmy, et venu présenter son chaud-bouillant Stone Rollin'. Cette fois-ci, on sera déçu : les morceaux sont joués hyper-speedés, enchaînés comms s'il craignait qu'on s'échappe : le groupe envoie Heart Attack, Radio et les autres sans souffler, et du coup, pratiquement sans groover non plus ! L'essai réussi sur disque n'est donc pas transformé sur scène, contrairement à Amy Winehouse ou à Gnarls Barkley, qui nous ont enflammé par le passé...C'est raté donc : on a rien écouté et au final, on s'échappe quand même !


Il est vrai qu'on s'est aussi donné pour but d'être bien placés pour saluer comme il se doit les dieux du rock'n'roll binaire : jamais venu ici sauf erreur, Motörhead est dans la place ! Troisième rendez-vous (à peine ? diront les vrais fans de Lemmy et sa bande...) avec le groupe de vieux messieurs indignes : la dernière fois on avait les pieds dans la boue jusqu'aux chevilles, et très franchement, ça ne va pas nous manquer particulièrement ! En plus, ils ont sorti un 435 ième album album qui s'est avéré, ô joie, plus varié et plus plaisant que les précédents.


Toujours très urbain, le Sudiste de L.A. déclare : Good afternoon, ladies & gentlemen, We are Motörhead, and we play rock'n'roll ! (a-t-il jamais dit autre chose ?) Et c'est directement dans un grand brouillard de décibels et de poussières que partent les premières grenades, dans une ambiance déchaînée : Iron Fist et Stay Clean ! Dès Back in Line, des mosh-pit se forment un peu partout et on comprend que ne pas perdre ses lunettes dans ce bordel va être coton... Le chanteur cherche comme toujours vaguement (et d'un ton goguenard) à placer son dernier album, mais s'autorise aussi des vieilleries plaisantes comme Metropolis, pas reconnue à vrai dire !


Over The Top, par contre, déclenche ce qu'il faut bien appeler une baston générale dans la fosse. A ce stade, lassées d'être bousculées par des trains de viande saoûle qui se ruent vers la scène, les filles ont fui - mais les garçons s'amusent comme des petits fous, un certain nombre s'envolent par dessus les autres, tandis que Lemmy gargouille une recette de groupie flambée quelconque, que Phil Campbell assaille nonchalamment mais bruyamment sa guitare (et son chewing-gum) et que Mickey Dee, toujours plus proche du batteur du Muppet Show, pratique un énorme et impressionnant raffut sur son incroyable bazar !


I know how to die (laissez-moi rire, m'sieu Kilmister !) est donc suivie de l'inévitable solo de batterie de 27 minutes, puis du message politique (Just because you got the power...), du rock'n'roll servi saignant avec Gone to Brazil, de la totalement jouissive Killed by Death - la plus belle LaPalissade de l'histoire du rock anglophone, indeed ! - hurlée en choeur par toute la fosse. Et puis bien sûr l'indépassable Ace of Spades (aaaargh ! mais quel pied bordel de Zeus !), la présentation des musiciens et la tuerie totale (et trois fois reprise, comme le veut la tradition) qui finit tous leurs gigs : OverKill ! Concert totalement parfait et ultra jouissif qui nous laisse proprement assommés, rouges de poussière jusque dans les oreilles et sur les rotules : ça fait du bien aussi quand ça s'arrête ! L'acouphène après Motörhead, c'est encore du Motörhead...


Seul petit souci, la soirée n'est pas exactement terminée... On est restés sur place, à regarder des extraits de vieux concerts des Eurocks (Noir Désir, 1997, toute une époque !), pour notre x-ième rendez-vous (dont au moins un ici-même en 2007), avec les Queens of the Stone Age, l'un des tous meilleurs groupes de scène du monde, et grands arpenteurs de festivals. A chaque rendez-vous, les prestations de Josh Homme (y compris en configuration Them Crooked Vultures), tout comme ses disques fabuleux d'ailleurs, nous font l'effet d'un coup de boule rotatif !


C'est avec son habituel (et très sexy) déhanché que le grand rouquin (plus ou moins barbu aujourd'hui !) ouvre une set-list à en vomir ses 12 bières de bonheur : Feel Good Hit of the Summer, The Lost art of Keeping a Secret, c'est toujours de la balle. Le frontman s'amuse de notre mal à repartir, ricane et nous refait crier jusqu'à atteindre le volume souhaité, sûr de son fait. Et avec You think you ain't worth..., il nous re-scotche au plafond d'où on était brièvement redescendu après les précédents !


"Goddammit, I Love Motörhead !", précise d'ailleurs en passant Josh qui, avec sa veste en jeans siglée Cramps, a décidément des goûts irréprochables en musique ! Il faut dire que Joey Castillo, Troy van Leuwen ou Dean Fertita, tous impeccables à leur poste, auraient déjà chacun le charisme suffisant pour tenir un groupe ! Burn The Witch & Do it Again, un peu de groove dans ce monde de brutes - mais du venin stoner instillé sans qu'on s'en aperçoive, Make it with Chu à l'attention des filles dans la place (généralement fascinées par le bonhomme), et l'explosive Little Sister (géante, mais plutôt pour les garçons)...


Ou encore, 3's and 7's pour se rouler par terre en bavant devant ces désormais 3 guitaristes (Dean est venu prêter main forte), First it Giveth comme toujours fabuleuse et qui met le public sous hypnose... N'en jetez plus, ô Reines de l'Age de Pierre, ou plutôt si, jetez nous encore les magistrales Gone with the flow, donnez-nous aujourd'hui notre No One Knows quotidien, votre plus grand tube et qui met toute le public de la grande scène sens dessus-dessous, et soumettez-nous à la tentation zombie avec Song for the Dead, énorme et vénéneuse, pour achever de nous tuer... Amen !


Car oui, après ces énormes raclées de rock, plus personne parmi nous n'a l'envie de se frotter à Boys Noize dont on ne connait de toutes façons que le superbe remix de Feist (My Moon, My Man), encore moins à Atari Teenage Riot dont on a déjà subi assez souvent, ici ou ailleurs, les hilarants mais affreux décibels techno-metalloïdes de son allumé de leader. Même plus le courage pour les habituellement très bons Birdy Nam Nam (quoiqu'apparemment nous n'avons rien raté ce samedi)... Et tout le monde a déjà mangé sa tarte flambée quotidienne (posologie bien connue des alsaciens, nombreux sur le festival) : hop-là hein, tout le monde au lit, après cette hénaurme journée, car demain, il y a encore du beau linge, voire de la belle lingerie !

Illustrations par Philippe, Photos par Andy Trax !

Bonus : quelques vidéos-souvenir par ici !

La suite et fin, c'est par là !

Les Eurockéennes de Belfort : les dernières chroniques concerts

En attendant les Eurockéennes 2022... une balade au Malsaucy ? en concert

En attendant les Eurockéennes 2022... une balade au Malsaucy ? par Philippe
Presqu'ïle du Malsaucy, Evette Salbert, le 04/07/2021
Dimanche 4 juillet 2021... Voilà 2 ans, jour pour jour, qu'ont résonné les dernières notes des Eurockéennes de Belfort (celles d'Arnaud Rebotini, sauf erreur), sur la Presqu'Île... La suite

Daft Punk (Eurockéennes de Belfort 2006) en concert

Daft Punk (Eurockéennes de Belfort 2006) par Pierre Andrieu
Presqu'île du Malsaucy, Belfort , le 24/02/2021
Après avoir permis de voir défiler sur scène The Strokes, Arctic Monkeys, Two Gallants, Dionysos, Malajube etc., la journée du 30 juin 2006 aux Eurockéennes de Belfort se... La suite

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2019
Malgré la fatigue cumulée depuis jeudi, on est tout de même monté en régime au fil du week-end. Au programme, on retrouve notamment à l'affiche Stray Cats, Christine and the... La suite

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2019
Dans l'ambiance orageuse, bouillante et poussiéreuse d'un Malsaucy qui a fait le plein ce samedi, ceux sont les filles qui furent à l'honneur lors de cette troisième journée... La suite

Anna Calvi : les dernières chroniques concerts

Anna Calvi + Warmduscher + Boy Harsher + Drahla (La Route du Rock Collection Hiver 2019) en concert

Anna Calvi + Warmduscher + Boy Harsher + Drahla (La Route du Rock Collection Hiver 2019) par Pierre Andrieu
La Nouvelle Vague, Saint-Malo, le 23/02/2019
Après un vendredi de haut vol permettant de voir à l'œuvre à La Nouvelle Vague Marble Arch, Mermonte, Flavien Berger, Bodega et Cannibale, le dernier soir de la Route... La suite

Anna Calvi (+ Roland Moog) en concert

Anna Calvi (+ Roland Moog) par Philippe
Paloma, Nîmes, le 26/01/2019
Déjà notre 6ième concert d'Anna Calvi depuis 2011 mais, quand on aime... on ne compte pas (on l'a d'ailleurs déjà poursuivie à vélo jusqu'à Lyon cet automne). Et puis on ne... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc)  en concert

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc) par Demi Playmobil
Carnegie Hall, New York, le 01/04/2016
Soirée hommage à David Bowie au Radio City Hall, à New York, hier soir... Le groupe de Mc Caslin qui joue sur le dernier album de du Thin White Duke Blackstar a composé une... La suite

Kyuss Lives : les dernières chroniques concerts

Kyuss Lives en concert

Kyuss Lives par Lebonair
Le Bataclan, Paris, le 25/06/2011
Samedi dernier, c'est un évènement important qui a eu lieu à Paris avec le concert de Kyuss Lives. Mené à leurs débuts par John Garcia, Josh Homme, Nick Oliveri et Brant... La suite

Motörhead : les dernières chroniques concerts

Ladies Ballbreakers + Rocket Queens + Motörqueens (tribute bands AC/DC, Guns N' Roses et Motorhead) en concert

Ladies Ballbreakers + Rocket Queens + Motörqueens (tribute bands AC/DC, Guns N' Roses et Motorhead) par Jérôme Justine
La Puce à l'Oreille (salle Dumoulin), Riom, le 14/12/2019
Tout juste un an après la réussite d'une première édition qui avait vu les performances des Into the Deep, Zep Set, et Iron Troopers, en ce samedi 14 décembre 2019, Rock the Night... La suite

Phil Campbell And The Bastard Sons + 4Links en concert

Phil Campbell And The Bastard Sons + 4Links par Jérôme Justine
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 23/03/2017
Il y a parfois des reconversions difficiles. C'est le triste constat que nous allons vivre au concert de Phil Campbell ce jeudi 23 mars à la Coopérative de Mai. Il ne suffit pas... La suite

Nous avons décidément une chance incroyable (ou une petite épitaphe pour Lemmy & David)           <i>[Bowie / Motörhead]</i> en concert

Nous avons décidément une chance incroyable (ou une petite épitaphe pour Lemmy & David) [Bowie / Motörhead] par Philippe
11/01/2016
Nous avons décidément une chance incroyable ! Et d'ailleurs des milliards de gens pourraient, non, devraient nous envier, à s'en rouler par terre de dépit et de jalousie !...... La suite

Kill it Kid + Motörhead + The Animen + Skunk Anansie + The Coronas en concert

Kill it Kid + Motörhead + The Animen + Skunk Anansie + The Coronas par Mkhelif
Festival Caribana - Crans-sur-Nyon Suisse, le 05/06/2013
Première soirée de la 23ème édition du festival Caribana. Un festival à la programmation très éclectique : rock, pop, hip-hop. Situé dans le petit village de Crans-sur-Nyon, les... La suite

Queens Of The Stone Age : les dernières chroniques concerts

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 7 juillet 2018 BCUC - Chapiteau Greenroom - 17h30 18h30 Pour notre premier concert de la journée, on a choisi le... La suite

(mes) Eurockéennes 2018, 2/2 : BCUC, Touts, Caroline Rose, At the Drive in, Queens of the Stone Age, Viagra Boys en concert

(mes) Eurockéennes 2018, 2/2 : BCUC, Touts, Caroline Rose, At the Drive in, Queens of the Stone Age, Viagra Boys par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 07/07/2018
Retour en goguette et sans trop de pression, après un délicieux repas entre amis (dont certains ont du repartir élever leurs heureusement adorables enfants), pour un deuxième et... La suite

Queens Of The Stone Age + Broncho (Villains World Tour 2017) en concert

Queens Of The Stone Age + Broncho (Villains World Tour 2017) par Pierre Andrieu
AccorHotels Arena, Paris, le 07/11/2017
En tournée pour assurer le service après vente de leur très bon dernier album Villains (oui, "très bon", n'en déplaise aux gens qui veulent qu'un groupe sorte toujours le même... La suite

Queens of the Stone Age + Broncho en concert

Queens of the Stone Age + Broncho par Philippe
Bercy, Paris, le 07/11/2017
Nuit fraiche mais pas glaciale à Paris (ces gens-là, qui passent leur temps à se plaindre du temps, ne connaissent pourtant pas le mistral, les veinards...). Comme d'habitude à... La suite

Raphael Saadiq : les dernières chroniques concerts

Raphaël Saadiq en concert

Raphaël Saadiq par Chandleur
La Cigale, Paris, le 14/03/2012
Deux ans que je l'attends le lascar - Raphaël Saadiq - et il arrive après 3 dates parisiennes sold out cette semaine. Son band attaque un instru, la chair de poule court sur... La suite

Raphael Saadiq + Nasser + Jack Ollins + Silent Disco (Bobzilla, Eve & Tom, Mars Blackmoon) + La Banda du Dock + So?Mash! + Balkan Brass Battle (Fanfare Ciocarlia Vs Boban I Marko Markovic Orkestar) + Soirée Do It (Fiesta des Suds 2011) en concert

Raphael Saadiq + Nasser + Jack Ollins + Silent Disco (Bobzilla, Eve & Tom, Mars Blackmoon) + La Banda du Dock + So?Mash! + Balkan Brass Battle (Fanfare Ciocarlia Vs Boban I Marko Markovic Orkestar) + Soirée Do It (Fiesta des Suds 2011) par Pirlouiiiit
Dock des Suds - Marseille, le 22/10/2011
Parti pour faire une soirée pépère à la maison ... nous décidons finalement après le showcase de UT au Lollipop Music Store d'aller faire un tour aux Archives Départementales du... La suite

Raphaël Saadiq+ Lenny Kravitz en concert

Raphaël Saadiq+ Lenny Kravitz par Sylvain Cabaret
Arena - Montpellier, le 20/10/2011
LAISSONS L'AMOUR NOUS GUIDER Raphaël Saadiq C'est par des riffs allongés que Saadiq commence son concert. Normalement, une première partie doit s'assurer de bien chauffer la... La suite

Katerine + Raphael Saadiq + Nasser + Angus & Julia Stone + Aloe Blacc (Printemps de Bourges 2011) en concert

Katerine + Raphael Saadiq + Nasser + Angus & Julia Stone + Aloe Blacc (Printemps de Bourges 2011) par Pierre Andrieu
Le Phénix et le 22 d'Auron, Bourges, le 22/04/2011
Printemps de Bourges 2011, troisième levée le vendredi 22 avril après les concerts de Moriarty, Baptiste Trotignon feat. Christophe Miossec, Chocolate Genius Inc, Catherine... La suite

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, 3 juillet 2011 : les dernières chroniques concerts

En attendant les Eurockéennes 2022... une balade au Malsaucy ? en concert

En attendant les Eurockéennes 2022... une balade au Malsaucy ? par Philippe
Presqu'ïle du Malsaucy, Evette Salbert, le 04/07/2021
Dimanche 4 juillet 2021... Voilà 2 ans, jour pour jour, qu'ont résonné les dernières notes des Eurockéennes de Belfort (celles d'Arnaud Rebotini, sauf erreur), sur la Presqu'Île... La suite

Daft Punk (Eurockéennes de Belfort 2006) en concert

Daft Punk (Eurockéennes de Belfort 2006) par Pierre Andrieu
Presqu'île du Malsaucy, Belfort , le 24/02/2021
Après avoir permis de voir défiler sur scène The Strokes, Arctic Monkeys, Two Gallants, Dionysos, Malajube etc., la journée du 30 juin 2006 aux Eurockéennes de Belfort se... La suite

Kraftwerk (Eurockéennes de Belfort 2005) en concert

Kraftwerk (Eurockéennes de Belfort 2005) par Pierre Andrieu
Presqu'île du Malsaucy, le 03/07/2005
Les quatre informaticiens allemands de Kraftwerk nous avaient fait très fort impression lors des dernières Trans Musicales de Rennes, ils ont réitéré leur robotique performance... La suite

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2019
Malgré la fatigue cumulée depuis jeudi, on est tout de même monté en régime au fil du week-end. Au programme, on retrouve notamment à l'affiche Stray Cats, Christine and the... La suite