Accueil Chronique de concert Steven Wilson
Vendredi 24 septembre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Steven Wilson

Steven Wilson en concert

Le Transbordeur - Villeurbanne 5 Novembre 2013

Critique écrite le par



Ce mardi soir, je me rends au Transbordeur avec un mélange de nervosité et d'excitation qui m'envahit peu à peu à l'approche de la salle. La peur d'arriver en retard, que ça ait déjà commencé, qu'il n'y ait plus de places. Eh bien oui, car ce soir-là, Steven Wilson joue à Lyon... Autant dire que ce n'est pas chose commune. Le passage du musicien britannique dans Lyon a rameuté du monde. Son nom ne vous est peut-être pas inconnu, il baigne dans plusieurs projets musicaux dont son très fameux groupe Porcupine Tree, Blackfield ou encore Storm Corrosion (avec Mikael Åkerfeldt d'Opeth) pour n'en citer que quelques uns et compte plusieurs cordes à son arc (compositeur, guitariste, chanteur, ingénieur du son et producteur). Ce multi instrumentiste ne chôme pas, les idées sont abondantes et la musique florissante !



Arrivée à bon port, je me dirige avec empressement à l'entrée du Transbo. On me recommande de ne prendre des photos uniquement sur les 3 premiers morceaux sans flash. Ce détail qui peut-être relativement sans importance et courant dans les concerts est ici minutieusement respecté à la lettre à la demande de l'artiste. Une amie m'a précisé que Steven Wilson ne désirait pas être enregistré par quelconque appareil afin de préserver l'authenticité et l'unicité de chacun de ses concerts. Pour lui, chaque rencontre avec sa musique est appréhendée "en direct" avec le ressenti du moment présent et non par retransmission. Une très belle pensée attachée aux sensations, à l'instinct et à l'instant spontané.



Pas de première partie ce soir-là. Le groupe fait son apparition. Et bien oui, Steven Wilson a beau être le leader, il est accompagné dans son périple-tournée 2013 par de talentueux musiciens : Guthrie Govan à la guitare, Chad Wackerman à la batterie, Theo Travis au saxo, à la flûte se partageant le clavier avec Adam Holzman, qui jouera aussi du Mellotron, et Nick Beggs à la basse. Steven Wilson est brillamment entouré, chacun contribue à la réussite, à la virtuosité des morceaux interprétés. Et Steven Wilson, à la fois au chant et "chef d'orchestre", presque sur tout les fronts quasiment, ne manque pas de nous étonner par la diversité de sa maîtrise musicale. Dés le commencement, avec la chanson "Trains", (de Porcupine tree), on ne doute pas de la beauté qui va hanter nos oreilles le reste de la soirée.



Ce soir-là, l'ingénieux musicien joue également la quasi l'intégralité de son album : The Raven That Refused to Sing (And Other Stories) excepté "The pin Drop". Les titres défilent ("Luminol, The Holy Drinker, Drive Home,The Watchmaker, The raven that refused to sing") Déjà que sur cd, c'est un véritable petit bijou à tout point de vue...
Sur scène, autant dire que... c'était magique, onirique même.
La qualité du son, subtilement ajusté a permis de déguster vraiment toutes les tonalités, les variations et les croisements de chaque instrument. Tout un voyage à la fois atmosphérique et somme toute très concret (frissons garantis !) au travers d'une musicalité envoûtante ! Par ailleurs, Steven Wilson nous a également donné une petite leçon d'histoire au sujet du Mellotron, petit instrument polyphonique (composé de plusieurs voix) qui lit les sons sur des bandes magnétique (particulièrement prisé par la scène du rock progressif, merci Wikipédia pour les infos complémentaires !) "Harmony Korine" issu du premier album "Insurgentes", "Postcard", "index", "Sectarian", "Raider II" extraits du second album "Grace for Drowning" sont venus compléter la setlist pleine de morceaux enchanteurs.



On a également eu l'agréable surprise de découvrir deux titres inédits : "Happy Returns" + "untitled" (titre encore indéfini), la joie d'entendre "Radioactive toy" de Porcupine et pour clore le spectacle "Ljudet Innan" de Storm Corrosion. Si la musique était enivrante ce soir-là, c'est sans compter également les images de certains clips qui ont réellement eu leur part de puissance ce soir là. Sur "The Watchmaker", une grande toile s'est déroulée sur la scène, un montage alterné d'un vieil homme et d'horloges avec en fond sonore les bruits mécaniques des aiguilles du temps est venu se glisser sous nos yeux et dans nos oreilles. Nous étions saisis du spectacle. Les musiciens derrière l'envers du décor, derrière la grande toile blanche venaient nourrir les images, œuvrant tels des magiciens avec quelques notes furtives échappés de leurs instruments...



Et puis, le très beau clip de "The Raven refused to sing" signé Jessica Cope est venu nous éblouir ensuite sur le dernier morceau éponyme avant le rappel. Et quel morceau... + un petit coup de cœur très subjectif pour le petit corbeau du clip... Fameux petit charognard qui malgré son refus de chanter cache bien des mystères sous son obscur plumage... Au rappel, qui est venu bien trop tôt, des applaudissements impatients et subjugués invitaient les musiciens à revenir sur scène pour nous faire rêver encore un peu... Au dernier morceau, mélancoliques et pourtant émerveillées, beaucoup de personnes traînaient encore un peu dans l'espoir de ne perdre aucune miette de ce qui avait été un très bon moment musical, et bien plus encore !


La setlist :

1. Trains
2. Luminol
3. Postcard
4. The Holy Drinker
5. Drive Home
6. Untitled New Song
7. The Watchmaker
8. Index
9. Sectarian
10. Harmony Korine
11. Raider II
12. The Raven That Refused to Sing

Au rappel :

13. Happy Returns
14. Radioactive Toy
15. Ljudet Innan

Steven Wilson : les dernières chroniques concerts

Steven Wilson en concert

Steven Wilson par jorma
Le Silo, Marseille, le 04/02/2018
crédit : William Kopecky Truth / Family / Fake / Enemy / Information / Religion / Desinformation / Love / Death... des mots sur des images des mots qui se décalent et des... La suite

Steven Wilson en concert

Steven Wilson par Jacques 2 Chabanne
Espace Julien - Marseille, le 10/11/2013
"Dreaming Barefoot" (Lumineux et sans failles...) Le plus difficile, au niveau de l'hyperactif Steven Wilson, c'est de se tenir constamment à la page, d'arriver à le "marquer à... La suite

Steven Wilson en concert

Steven Wilson par Ysabel
Trianon - Paris, le 04/05/2012
Dès notre arrivée au Trianon nous comprenons bien que nous allons nous retrouver devant la même scène que l'année passée ... 6 mois ont passé, mais la scénographie est la même... La suite

Steven Wilson en concert

Steven Wilson par Ysabel
Bataclan - Paris, le 26/10/2011
Une soirée très particulière se prépare (ou plutôt une journée devrais-je dire ...) Mercredi 26 Octobre 2011 : Je pars à Paris à la rencontre de Steven Wilson. Oui, oui, Steven... La suite

Le Transbordeur - Villeurbanne : les dernières chroniques concerts

Flèche Love en concert

Flèche Love par cathy
Club Transbo - Villeurbanne, le 21/12/2019
En ce dernier week end avant les fêtes de fin d'année, samedi 21 décembre, l'association Mediatone propose un plateau exclusivement féminin avec trois artistes aux styles... La suite

Temples + Raoul Vignal + Pom Poko + Marble Arch + Lebanon Hanover (Festival Transfer 2019) en concert

Temples + Raoul Vignal + Pom Poko + Marble Arch + Lebanon Hanover (Festival Transfer 2019) par Kx Santos
Transbordeur, Lyon, le 08/03/2019
Deuxième jour, ce vendredi 8 Mars, au Transbordeur, pour la troisième édition du Festival Transfer. La soirée démarre aux alentours de 20h et se poursuivra assez tardivement... La suite

Beak>, Toy, Ditz, Lice, Off Models, She Past Away, Drahla (Festival Transfer 2019) en concert

Beak>, Toy, Ditz, Lice, Off Models, She Past Away, Drahla (Festival Transfer 2019) par Dissy
Transbordeur - Villeurbanne, le 09/03/2019
Quoi de mieux qu'un festival de musique indé pour faire passer un week-end hivernal un peu trop maussade. Le Festival Transfer revient cette année pour une troisième édition,... La suite

Rendez-Vous + Balladur en concert

Rendez-Vous + Balladur par Cathy Ville
Le Transbordeur - Villeurbanne, le 13/02/2019
Gros dilemme en ce mercredi 13 février : deux excellents concerts dans deux styles différents se déroulant à Lyon, j'ai dû faire un choix difficile entre Brendan Perry au Ninkasi... La suite