Accueil Idles en concert
Mardi 24 novembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Idles est un groupe anglais de punk rock dont le premier album (qui est sorti en 2017) s'intitule fort justement Brutalism ! En concert au Printemps de Bourges en avril 2017. Idles était en concert au Point Ephémère à Paris le 7 décembre 2017 puis en tournée. Idles était de retour en 2018, avec un concert au Trabendo à Paris le 20 avril 2018, une tournée des festivals (Papillons de Nuit, Art Rock, Primavera Sound, This Is Not A Love Song Festival, Cabaret Vert, Rock en Seine), puis une tournée française en salle fin 2018 et un concert au Bataclan à Paris le 3 décembre 2018 ! En tournée partout en 2019 pour promouvoir l'album "Joy as an Act of Resistance". De retour pour 4 dates exceptionnelles en France afin de promouvoir l'album "Ultra Mono" (sortie : 25 septembre 2020, chronique à lire ici) : 10 juin 2021 Toulouse - Bikini, 11 juin 2021 Lyon - Transbordeur, 15 et 16 juin 2021 Paris - Elysée Montmartre (Photo : Titouan Massé)

Idles : vos chroniques d'albums
Site

Dernière news

Idles en tournée française en juin 2021 [Le 19/11/2020] Dans le cadre de la sortie de son magistral nouvel album nommé "Ultra Mono", le groupe punk Idles sera en concert le 10 juin 2021 à Toulouse (Bikini), le 11 juin à Lyon (Transbordeur) et les 15 et 16 juin à Paris (Elysée Montmartre) ! Billets en vente ici : La suite

Idles : tous les concerts

Je.

10

Juin

2021

Idles Le Bikini - Ramonville / Toulouse (31)
20H30 Mise en vente générale billets vendredi 11 septembre 11h ici:

Ve.

11

Juin

2021

Idles Transbordeur - Lyon - Villeurbanne (69)
20H30 Mise en vente générale billets vendredi 11 septembre 11h ici:

Idles : les dernières chroniques concerts 8 avis

Tame Impala, Idles, Stereolab, Black Midi, Fontaines D.C., Pond (La Route du Rock Collection Été 2019)

Critique écrite le 22 août 2019, par Pierre Andrieu

Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo 15 août 2019

Tame Impala, Idles, Stereolab, Black Midi, Fontaines D.C., Pond (La Route du Rock Collection Été 2019) en concert

Chaude (surtout le jeudi) et humide (le vendredi et le samedi) La Route du Rock Collection Été numéro 29, avec comme tous les ans une prog bien au-dessus de la moyenne dans un cadre relativement intimiste et assez idyllique... On dénombrait plus de 10 000 personnes le premier soir dans la sympathique moiteur du Fort de Saint-Père pour le show des stars australiennes électro pop synthético psyché de Tame Impala et ceux des autres artistes à l'affiche, souvent à fond dans les guitares, eux, comme Idles, Fontaines D.C. ou Black Midi. En cadeau bonus, les trop peu connus du grand public, les rois du krautrock pop expé indé, Stereolab. Ah, et puis en apéritif parfois un peu léger/FM, Pond, néanmoins idéal pour lancer la soirée, qu'on vous raconte juste après... Pond Jeudi 15 août, 18 heures 30, Pond attaque sur la scène des remparts avec un set très pop, ultra psyché et truffé de good vibrations... Le leader du groupe Nick Allbrook (ex membre de Tame Impala) en fait des caisses à la voix haut perchée, aux solos de guitares trippant et aux grimaces, ses acolytes aux synthés déclenchant, quant à eux, un déluge de sirop de glucose. Tout cela est idéal pour remuer le bassin en profitant du soleil, même si certains titres sont un peu... Lire la suite

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019)

Critique écrite le 29 juillet 2019, par Lebonair

Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort 5 juillet 2019

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

John Butler Trio Grande Scène 19h15 20h15 Pour leur seconde journée, les Eurockéennes de Belfort font le plein. Sur la grande scène, en tout début de soirée, John Butler Trio va durant 60 minutes faire planer un parfum de Woodstock. L'Australien débute assis façon Ben Harper avec sa guitare slide sur les genoux. Il joue toujours comme un virtuose et nous offre sa musique folk teintée de blues, de rock et de reggae. Il claque des mains et frotte sa guitare d'une manière prodigieuse. Il tranche totalement avec les shows des rappeurs qui défileront durant 4 jours sur la presqu'ile. John est toujours aussi charismatique, ses fans sont aux anges. Ceux qui le découvrent tombent eux-aussi sous le charme. Debout sur une majorité du set, il laissera éclater tout son talent. On atteint le moment de grâce quand seul sur scène, il interprète un morceau qu'il étire un maximum grâce à une séquence qui nous collera des frissons. Derrière, sa formation n'est pas en reste. La magnifique contrebasse, la batterie et le clavier forment un ensemble qui accompagne sublimement John Butler. Cette heure passée fut un des grands moments de cette édition 2019. Rival Sons La plage 21h15 22h30 C'est la première fois qu'on se rend à la... Lire la suite

Interpol + Idles (Nuits de Fourvière 2019)

Critique écrite le 06 août 2019, par Cathy et Jeff Ville

Théâtre Antique de Fourvière - Lyon 1er Juillet 2019

Interpol + Idles (Nuits de Fourvière 2019) en concert

Idles Ils n'ont pas le même look, les visages juvéniles imberbes ont été supplantés par des visages d'hommes murs garnis de barbes bien taillées, les coupes en pétard voir à l'iroquoise ont laissé place à des cheveux abondants presque coiffés, à l'exception du bassiste qui compense sa calvitie par une barbe digne du père créateur. J'oubliais les épingles à nourrice, prémisse du piercing, qui se sont transformées en tatoo d'enfer. La musique, les sons, les arrangements, enfin presque tout a changé, mais oui, fuck it, c'est bien du PUNK. Les sujets de sa majesté ont bien cela dans le sang et inutile de tenter une quelconque riposte, ou pire imitation, c'est du pur. Soi-disant en première partie d'Interpol, Idles a joué une bonne heure, comme si c'était le groupe principal et je ne m'en plaindrai point. Même si la météo n'était pas de notre côté car nous avons essuyé un orage pendant une bonne partie du concert. Fort heureusement pas au niveau de ce qu'ont subi les Savoyards ou les Stéphanois, mais pas de tout confort tout de même. Le côté sympa, c'est que le groupe a joué le jeu en revêtant les ponchos en plastique transparent vendus par les organisateurs des Nuits de Fourvière, tout comme une bonne partie du public. Ce qui... Lire la suite

Idles, Bertrand Belin, Amyl & The Sniffers, Ho99o9, Requin Chagrin, Le Villejuif Underground, Namdose, Slift, Muddy-Gurdy, Rendez-Vous, Structures, We Hate You Please Die, Lysistrata, Mourn, The Psychotic Monks (Printemps de Bourges 2019)

Critique écrite le 13 janvier 2020, par Pierre Andrieu

Bourges 17-20 avril 2019

Idles, Bertrand Belin, Amyl & The Sniffers, Ho99o9, Requin Chagrin, Le Villejuif Underground, Namdose, Slift, Muddy-Gurdy, Rendez-Vous, Structures, We Hate You Please Die, Lysistrata, Mourn, The Psychotic Monks (Printemps de Bourges 2019) en concert

43ème édition sous un soleil estival pour le Printemps de Bourges, qui a une nouvelle fois permis de prendre une grande rasade de concerts marquants. Et en bonne compagnie s'il vous plait: 200 000 festivaliers étaient réunis dans les salles et les rues du mardi 16 au dimanche 21 avril 2019. Muddy-Gurdy On commence notre marathon du live mercredi place Séraucourt avec Muddy-Gurdy, qui déroule un set mélangeant brillamment le blues du Sud des Etats-Unis avec une vielle à roue made in Auvergne (il y a une vielle à roue au sein du trio) et des clins d'œil vers les rythmes africains. C'est enlevé, original et tout se termine en apothéose avec une cover percutante du "Pretty Thing" de Bo Diddley. Structures Direction ensuite le 22 d'Auron pour découvrir trois prometteurs groupes français : Structures, avec son post punk totalement hystérique et son chanteur très en rogne, We Hate You Please Die, qui se vautre avec délectation dans un garage teinté de punk sauvage, et Slift, adepte d'un kraut garage psyché maléfique, dans la lignée des Oh Sees. Le Villejuif Underground Jeudi, grosse soirée au Nadir... Avec tout d'abord Namdose (fusion inspirée des groupes BRNS et Ropoporose), qui chauffe le public avec sa pop... Lire la suite

Idles : les chroniques d'albums

IDLES : Ultra Mono

Chronique écrite le 23/09/2020, par Pierre Andrieu

IDLES : Ultra Mono

Troisième long format ultra percutant pour les excités notoires d'IDLES, qui comme le laisse supposer la pochette, assènent une copieuse série d'uppercuts dans les gencives de leurs fans, ravis, et de leurs détracteurs, penauds... Connu pour ses concerts incendiaires et ses textes (ou déclarations) pro migrants, anti brexit et pas exactement fans de la royauté, le combo furieusement post punk basé à Bristol poursuit sur sa belle lancée avec "Ultra Mono" : ici, tout est très rentre dedans et frontal (mais produit de mains de maître et donc aux allures tubesques) tout en étant agrémenté de paroles, certes premier degré (c'est ce que leur reprochent Sleaford Mods et Fat White Family, sans doute un peu jaloux et qui ont droit à une cinglante réponse sur "The Lover"), mais ayant le mérite d'être claires dans leurs intentions humanistes. On se disait qu'il était un peu imprudent de lâcher quatre hits explosifs dans la nature avant la sortie du disque ("Grounds", "A Hymn", "Model Village" et "Mr Motivator") mais, loin de brûler toutes ses cartouches avant le combat, IDLES savait que l'album était rempli à ras bord de morceaux prêts à enflammer les playlists, les radios, les télés et les lives ! Car, en plus des titres cités à l'instant, Joe... Lire la suite

Idles : Vidéo