Accueil Chronique de concert New Order + Experience + Hawksley Workman + The Music
Mardi 24 mai 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

New Order + Experience + Hawksley Workman + The Music

Olympia, Paris 11 Novembre 2001

Critique écrite le par

Hier soir, j'avais donc décidé de ma faire une nouvelle opération Jurassic Park, troisième du nom après avoir vu le revival des "Sex Pistols" et celui de "Bauhaus" : essayer de comprendre dans un live de "New Order" ce qui d'une part avait pu constituer une des premières pierres de la Techno européenne, mais éventuellement aussi tenter de percevoir le fantôme d'un lointain " Joy Division" sur scène.

Dans le cadre du festival des inrockuptibles, trois premières partie en line-up :

>> Première partie >> EXPERIENCE :
Ca c'est un groupe français. Le chanteur, du genre introverti, est un type sur la défensive, un ch'ti peu agressif avec le public dès que deux trois trous du cul dans l'assistance beuglent des trucs incompréhensibles. Le groupe produit des morceaux de rock mou efficaces, déclamant des textes voulus "recherchés" qui sentent visiblement le prozzac light d'une adolescence lointaine (il y est fortement question de 20 ans, 25 ans, et autres petites révoltes acnéiques). Alors on essaie de se concentrer essentiellement sur la musique, qui parfois rappelle de bons trucs entendus dans les premières parties de Noir Désir à la fin des 80 ‘s, mais on ne peut s'empêcher régulièrement de se dire que c'est un peu juvénile tout ça, quand même, et que si New Order n'est pas encore sur scène, on se sent déjà un peu plus vieux, et que ce n'est pas bon signe. Bref, après 50 minutes et un final gnagna-bruitesque qui se perd dans la facilité acid-rock (que la "techno-transe" a tué depuis bien longtemps), on est content de les voir partir, en leur souhaitant plus de maturité pour la suite.

>> Première partie (bis) >> HAWKSLEY WORKMAN :
Etonnant, pas le genre de musique sur laquelle je serais naturellement porté. Ca me rappelle parfois du Prince, et je décide de rester (bien m'en prend) pour essayer de décrypter quelque chose que je n'ai pas l'habitude de voir sur scène.
Le lead-singer se fait de plus en plus efficace, et petit à petit, je me met à penser à Prince, à Led Zep, on est clairement dans le son des states. Les compositions sont très éloignées du couplet-refrain-couplet, le monsieur se tortille un peu devant une assemblée hétéro en bloc, il a du culot ! Et il réussi à la retourner, qui plus est, alors les filles se rapprochent de la scène. C'est bon signe, et plus les morceaux progressent, plus je trouve ça bien. Assurément, Hawksley Workman est indiscutablement le meilleur moment de l'ensemble de la soirée. Un groupe qui va non seulement percer, mais je pense aussi prendre l'envergure d'un Prince ou d'un Ben Harper. De la pure Soul, du pur Rock, et du sourire. En un mot : par totalement mon truc, mais je suis bien obligé d'admettre que là, il y a du génie et un potentiel extraordinaire pour les années à venir.

>> Première partie (ter) >> THE MUSIC :
Et voilà, on y est, les lavettes de Manchester, c'était inévitable. Un groupe de d'jeuns, dérivés des Happy Mondays, avec un chanteur qui fait furieusement penset au David de Loft-Story après une cure d'amaigrissement. Sweep, sweep, il se dandine sur de l'acid-pop-noise qu'auraient aussi pu produire les musiciens de Houelbeck. Le son ? Tout dans la même fréquence, on s'ennuie ferme, j'ai l'impression d'assister à un concert de lycéens de campagne, qui y croient grave, mais là, franchement, ça dure trop longtemps, est c'est nullissime.

>> Et après ... >> NEW ORDER :
Un petit coup d'oeil en arrière, pour me rendre compte que l'Olympia est archi-comble, de 17 à 57 ans, avec beaucoup d'anglais de base. Ils ouvrent sur leur single-radio actuel, bien. Deuxième track : Transmission de Joy division. Avec un Barney qui se la pète en annoncant ca pour faire plaisir à un type qui possédait un tee shirt de Joy dans la salle, comme un évènement inattendu. Manque de pot, j'avais eu vent de la playlist des concerts de Londres sur Internet, c'était bien prévu à l'avance. Qu'importe, je me jette au premier rang, histoire d'exorciser quelque chose.
Après quoi on revient à du New Order milieu de période, je là, je commence à m'emmerder sec. Le son est 15 fois trop fort, le public trop compressé, et les New Order son autant des bêtes de scène qu'un paquet de "Donuts" laissé trop longtemps au soleil. Alors comme d'hab je m'intéresse à leur façon de jouer de la musique. Et là, surprise : la cure de jouvence que s'offre le groupe tient totalement sur une nouvelle recrue, un d'jeun qui prend visiblement plaisir à ce qu'il fait. Heureusement qu'il est là d'ailleurs, car sinon, je pense que le son des reprises de Joy Division comme le côté vaguement techno des nouveaux morceaux n'existerai pas du tout. Sans trop bouger, j'ai franchement l'impression qu'il fait tout, et réussi à marquer par moments le fait que les New Order ne savent absolument pas jouer d'un instrument de musique, tant dans la technique que dans le feeling.
Et force est de constater que Ian Curtis portait Joy Division à bout de bras sur tous les plans, tant les New Order d'origine sont mauvais à tout point de vue. Le public à l'air content, et tant mieux pour lui. Mais franchement, par moment, je ressenti est celui de la plouc-itude d'un fan club de football de Liverpool, ca sent la sueur molle et la bière pas bonne, et si New Order était une bouteille de vin, ce serait un cru très moyen et totalement passé au niveau de l'âge.

Massacre ultime : "love will tear us apart", dans la plus mauvaise version qu'il ne m'ait jamais été donné d'entendre. Je pense que même Britney Sprears aurait fait mieux.
Le concert se finira sur un Blue Monday, qui vient confirmer la sensation d'être dans une boite de nuit de campagne ultra-ringarde.

En résumé : en matière de Rock, les New Order sont nuls, car délivrés de l'influence d'un Ian Curtis omniprésent, ils ne sont qu'un mauvais groupe de pop FM opportunistes et sans talent.
En matière d'électro, pour avoir vu la nouvelle génération mercredi dernier avec "VNV Nation" à la Locomotive, les New Order sont totalement has-been, et ne doivent leur rang actuel d'en tant que matière à sampling pour les remixers actuels. Il ont finalement plus leur place à coté des Village People pour "In the Navy" (coté football), que du coté de la scène Techno, des Nine Inch Nails ou de la mouvance eletro-indus actuelle.

En un mot, New Order, c'est bien à sampler, parfois correct à écouter sur CD, et totalement nul en live.
Seule découverte digne de ce nom : Hawksley Workman, qui lui vaut franchement le détour.

 Critique écrite le 12 novembre 2001 par Brazilli


Expérience : les dernières chroniques concerts

No One Is Innocent + Experience + Prototypes par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 15/10/2004
Quand on se fait chier à faire de la musique de merde, ne faudrait-il pas savoir dire stop au lieu de faire semblant dans l'espoir de récolter un peu d'argent ? Voilà la question prégnante que nous a évoquée la soirée réunissant Prototypes (une parodie électro rock sans conviction), Experience (l'émanation pseudo intello et foireuse des déjà... La suite

Experience + Exeunt par silver-mount-zion
La clef St Germain en Laye, le 01/06/2002
Tout d'abord, je voulais dire une choses... bravo à La Clef qui arrive à avoir une programmation plus que correcte pour une salle de "banlieue" et qui arrive surtout à trouver des premières parties géniales...J'y avait découvert Elista pour Luke et là c'était Exeunt pour Experience. Nous étions au moins 30 dans la salle venus pour voir Exeunt... La suite

Experience par @rn@ud P.
Olympia, Paris, le 11/11/2001
Experience est un groupe qui devrait réussir mais pour différentes raisons on les attend toujours! "Aujourd'hui maintenant" est puissant ! Et en live c'est 10 fois mieux ! Ils ont été bien, malgré les trips assez bizarres du chanteur, et des fois on entendait pas sa voix !! Les débuts sont difficiles mais ils s'en sont bien sortis !! La suite

The Married Monk + Calc + Experience + Lazzi par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 03/10/2001
Le trio lillois Lazzi débarque devant trois pelés et un tondu. Leur nom signifie "moquerie" en italien, mais ils n'en récolteront aucune. Les morceaux de Lazzi, oscillant entre power pop et pop intimiste, sont réussis et recueillent l'adhésion du public. Leur principale influence ne semble pas être les ignobles Motlëy Crue : les musiciens sont très... La suite

Hawksley Workman : les dernières chroniques concerts

Interview d'Hawksley Workman à l'occasion de son passage au festival de Sédières en concert

Interview d'Hawksley Workman à l'occasion de son passage au festival de Sédières par Pierre Andrieu
Salle de spectacle du château de Sédières, le 29/08/2002
Hawksley Workman est un phénomène ! Ses disques et ses concerts ne peuvent laisser indifférents : le monsieur a vraiment une classe incroyable. Il est en effet capable d'émouvoir,... La suite

Joseph Arthur + Hawksley Workman + K6 + Sergent Pépère (Festival de Sédières 2002) par Pierre Andrieu
Salle de spectacle du Château de Sédières, le 28/07/2002
Pour la soirée de clôture de la partie "musiques actuelles" du Festival de Sédières, K6, Sergent Pépère, Hawksley Workman et Joseph Arthur sont au programme. Contrairement aux soirées de vendredi et de samedi avec Miossec, Dominique A. et Silvain Vanot puis The Notwist, The Tindersticks et Carlosound, le concert de ce soir n'affiche pas complet... La suite

Noird Désir + Hawksley Workman par Nico
Arenes d'Arles, le 23/07/2002
Que de choses à dire sur ce concert!!!! J'ai découvert Hawksley Workman ce soir-la au milieu de ces magnifiques arènes. C'est un furieux, qui met une peche d'enfer au public. Il enchaine sur n'importe quel instrument et fait claquer sa voix. Depuis je suis bien fan. Je crois qu'il y avait autant de fan d'Hawskley que de Noir Des ( j'exagere un... La suite

DAVID BOWIE + N*E*R*D* + HAWKSLEY WORKMAN par Sami
Arènes de Nimes, le 14/07/2002
Ça faisait longtemps que je n'étais pas allé à un concert et encore moins un de cette importance. La dernière fois que je m'étais déplacé (hors festival) c'était pour Radiohead en 2000 à Frejus. Même si Nimes n'est qu'à une heure et demie de Marseille, j'étais un peu perplexe vu le temps exécrable de ce 14 juillet et donc la peur d'une annulation... La suite

New Order : les dernières chroniques concerts

New Order + Mermonte (Nuits de Fourvière 2019) en concert

New Order + Mermonte (Nuits de Fourvière 2019) par Ylxao
Théâtre antique de Fourvière - Lyon, le 28/06/2019
Toute la journée, tentant vainement de travailler sereinement, je lutte intérieurement contre la grande menace qui sourde : l'impatience. Lyon : L'été est là. Les Nuits de... La suite

Peter Hook & The Light (Gonzaï Night) en concert

Peter Hook & The Light (Gonzaï Night) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 21/01/2019
Encore un joli coup "marketing" de La Coopé, qui invite le légendaire bassiste de Joy Division et New Order, Peter Hook, et son nouveau groupe The Light, à venir jouer le titre... La suite

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division) en concert

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division) par Philippe
Espace Julien, Marseille, le 09/05/2014
Joy Division est l'exemple parfait du groupe de gamins à l'alchimie miraculeuse, finalement dépassé par ses propres chansons après une métamorphose issue des plus rugueux Warsaw.... La suite

Bat For Lashes + Bad Lieutenant + Wave Machines + La Fiancée + Violens (Festival des Inrocks 2009) en concert

Bat For Lashes + Bad Lieutenant + Wave Machines + La Fiancée + Violens (Festival des Inrocks 2009) par Pierre Andrieu
Olympia, Paris, le 04/11/2009
Affiche avec du bon et du moins bon à l'Olympia de Paris pour le festival des Inrocks 2009... Les cinq artistes programmés - Wave Machines, Violens, La Fiancée, Bad... La suite

The Music : les dernières chroniques concerts

Rock Dans Tous Ses Etats par samuel charon
Evreux, le 28/06/2002
Vendredi 28 Juin : Alors que s'égosille la jeune pousse de The Music, qui semble rencontrer des difficultés liées à la mue et à son statut de groupe Anglais du mois, la majorité des festivaliers patiente encore à l'extérieur de l'enceinte, qui accueille la 19ème Edition du "Rock Dans Tous Ses Etats". La première soirée, complète depuis... La suite

The Music par Ni_ko_la
Boule Noire Paris, le 16 Septembre 2004
Mercredi soir à Paris déboule en retard "The Music". Une attente des plus longue... Le groupe se la joue un peu trop star? Que faire...Ils commencent enfin à jouer...et à rythmer une soirée endiablée. Sur Scene vraiment génial, rock rock rock et rythm a fond les ballons. Il faut attendre une bonne demi heure avant qu'un chevelu se mette à... La suite

Olympia, Paris : les dernières chroniques concerts

Enrico Macias en concert

Enrico Macias par lol
Olympia, Paris, le 02/04/2022
Enrico (les "vrais" prononcent Anrico !) Macias est une figure connue de tous. Sociétaire des Grosses Têtes, assis sur le canapé rouge de Michel Drucker, en Smoking dans les années... La suite

The Hives en concert

The Hives par Samuel C
Olympia - Paris, le 17/11/2021
Au cours des décennies précédentes, on a pu déclarer notre flamme aux Ramones, aux Cramps, à Neil Young, à Iggy Pop, à Jon Spencer, à Tom Morello, aux Wampas ou encore à... La suite

Popa Chubby en concert

Popa Chubby par Electric Eye
L'Olympia, Paris, le 10/10/2021
Sous le nom de guerre grivois de Popa Chubby, le poids-lourd (au propre comme au figuré) du blooze-rock new-yorkais Theodore Horowitz est devenu en France une véritable... La suite

The White Stripes en concert

The White Stripes par Samuel C
Olympia - Paris, le 22/05/2003
Soirée blanche et rouge. Mais c'est le blues qui nous envahit en quittant de la salle des Coquatrix. Tant la prestation des White Stripes aura été décevante et convenue. Face à... La suite