Accueil Chronique de concert Charlie Jazz festival : Sergent Pépère + Quartet [Mobile] + Michel Portal & Louis Sclavis & Bruno Chevillon & Daniel Humair + La belle équipe
Jeudi 6 mai 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Charlie Jazz festival : Sergent Pépère + Quartet [Mobile] + Michel Portal & Louis Sclavis & Bruno Chevillon & Daniel Humair + La belle équipe

Domaine de Fontblanche - Vitrolles 2 Juillet 2006

Critique écrite le par

Sortis de l'autoroute à Vitrolles Le Griffon, nous nous retrouvons en moins de 10 minutes devant les grilles du domaine de Fontblanche, grâce à un fléchage minutieux sobrement étiqueté "Jazz" placé le long de la route.
Derrière l'enceinte en veilles pierres, nous découvrons une première scène face à des tables de bar et un peu plus loin sur la droite un espace restauration, réfectoire à ciel ouvert autour duquel friteuses, grills et tireuses de bière à pression tournent à plein régime. Un escalier mène sous des platanes immenses, dans un jardin en contrebas au milieu duquel trône une sculpture moderne, suivie d'une deuxième scène, plus grande, depuis laquelle partent des rangées de fauteuils dos à un drap noir sur lequel sont dessinées à la craie des silhouettes de musiciens. Tout autour, des bâtisses en réfection. Un peu plus loin, un pré au soleil d'où s'échappent des sons de cuivres et des rythmes de batteries en répétition s'immisçant dans un espace sonore remplit du chant des cigales et du décollage des avions de Marignane.

Alors que nous avons rejoint les premiers spectateurs du Charlie Jazz à l'espace restauration, la fanfare mobile des Sergent Pépère déboule en chapeaux et sur les roues depuis leurs steppes lointaines.

19h30-20h50 Sergent Pépère
Costumes folkloriques et instruments en main, les fantassins de la section cuivre suivent la batterie montée sur charrette et poussée par un artilleur percussionniste, sur un air des Balkans tout droit sorti d'un film de Kusturika.
Présentant Sergent Pépère comme "une fanfare hybride débridée", le Grand Saphir, porte-parole du groupe, nous invite à découvrir les réponses aux questions que chaque spectateur est en droit de se poser : "Qui sont-ils ?", "Que font-ils ?" et "Que veulent-ils ?".



"Qui sont-ils ?" : des musiciens accomplis qui excellent dans l'art de l'autodérision rappelant un peu Marcel et son Orchestre. Habillés en "robe de chambre en fêta de brebis", "veste de coléoptère", et "marcel en peau de léopard", ils portent des noms (presque) célèbres à l'instar du batteur Tristan Vend de l'air ( cf. Christian Vander - Magma), Lino Van Tuyo au soubassophone ("hachoir à boudins" dont il peut se servir comme d'un didjéridu, le faisant ronfler et y résonner sa voix), Stanislas Slakouldouss au trombone, Art Pépère au saxophone, et le Grand Saphir aux percussions qui "voudrait être un intermittent" comme d'autres déclarent "j'aurais aimé être un artiste", et...Nestor Pizzaïolo, certainement le personnage le plus remarqué du groupe. Petit fils d' Aimable qui aurait raté son audition chez Metallica, il accumule les stigmates du hard rocker : headbanging, cornes du diable avec la main, grimaces colériques, onomatopées.



"Que font-ils ?" : un mélange de musique tzigane et guinguette avec des rythmes latin ou disco sur des airs jazzy ou arabisants, accompagné de chants dans une langue pseudo slave ou des vocalises "la-la-laï" et "ou-ou-ou" de Nestor Pizzaïolo. Une musique inétiquetable, entraînante et gaie, qu'ils illustrent par des chorégraphies loufoques (flexions/extensions, danse yiddish suivi d'un "coulé" à la Pulp Fiction).



"Que veulent-ils ?" : communiquer leur bonne humeur au public, en le faisant même participer à leurs bouffonneries. Nestor Pizzaïolo possède, en plus de son accordéon "en fonte d'aluminium", des "pouvoirs vibratoires" qui lui permettent de retrouver une personne assise parmi le public, croisée au détour d'un regard dans le domaine de Fontblanche, en agitant ses bras comme des bâtons de sourcier. Après l'avoir invitée sur scène, il lui accroche son accordéon dans le dos pour se lancer dans des pas de valse sur une musique tyrolienne.



Sous les applaudissements gras d'huile de frites, le spectacle se termine et le Grand Saphir devenu camelot pour l'occasion vente les mérites du dernier cd de Sergent Pépère en vente au stand d'à côté.

Le temps de trouver une place sous le toit de feuilles de platanes, la "nouvelle" formation de Luis Vina s'est mise en place sur scène.

21h00 Quartet [Mobile]
Quartet [Mobile] nous propose ce soir une création : Luis Vina (saxophone ténor, clarinette) "auteur de tous les crimes" (selon ses propres termes) a écrit durant 4 jours passés au Moulin à Jazz du domaine de Fontblanche 5 compositions, spécialement pour ce festival, qu'il interprète accompagné d'Adrien Amey (saxophones alto, baryton et sopranino), de Gilles Coronado (guitare) et de Guillaume Dommartin (batterie).
L'introduction du premier morceau nous plonge dans l'univers de cette création: bruitages et percussions à la batterie, repris par un effet reverse, et violonings de guitare pour annoncer un chorus d'Adrien Amey traversant tout le morceau et sur lequel les autres musiciens viennent s'arrimer.
Alternant passages en harmonie ou à l'unisson, passages dissonants et ruptures de rythmes, les compositions se présentent rapidement comme un assemblage de séquences où la mise en place est reine. Alternance à l'instar du jeu du guitariste qui jongle entre les styles et ses pédales d'effets : arpèges mahavishnesques ou riffs lancinants repris dans un sampler et tournant en boucle, accompagnements étouffés avec légère distorsion derrière un chorus de saxophone, larsens lancés en tapant sur la tête de manche et repris par un harmonizer, chorus en son clair en duo avec la clarinette.
Et si l'on est parfois perdu au cours de l'interprétation, le batteur est toujours là, avec une frappe puissante mais retenue, pour nous faire reprendre le train musical lancé sur les portées de Luis Vina grâce à un groove de batterie "plus accessible".
Après 4 morceaux aussi cérébraux que jubilatoires, le set se termine par une composition en hommage à Tim Berne, "source d'inspiration des musiciens de la génération du compositeur" (génération des musiciens trentenaires) avant que le quartet ne revienne pour un rappel de 2 minutes mené en 5 temps 2 mouvements.



On fait rapidement disparaître sur scène le set d'instruments du Quartet Mobile, pendant que certains spectateurs retournent se rafraîchir près du bar.
Un petit rappel nous est fait sur ce festival, pour souligner son organisation essentiellement bénévole et ses 9 années d'existence dont les cinq premières passées dans la clandestinité imposée par l'ancienne municipalité.

22h20-0h00 Michel Portal
Nommé un à un les musiciens prennent place sur scène pendant que le jour disparaît. D'abord Daniel Humair à la batterie, Bruno Chevillon à la contrebasse (que j'avais eu grand plaisir à voir en février au Balthazar avec le Grand Ensemble de Marc Ducret), Louis Sclavis et enfin Michel Portal.
Quelques harmoniques à la basse sur un rythme de batterie et Michel Portal s'élance dans son premier chorus. Il ponctue ses phrases musicales d'onomatopées que l'on retrouvent de façon récurrente chez les musiciens de jazz (mes préférées : celles de Keith Jarret sur The Köln concert), libératrices d'énergie, comparables au "kaï" du karatéka. Des signes en direction de la régie semble montrer qu'il n'est pas forcément content du son, mais côté public pourtant tout est nickel.
Tempo plus rapide pour le deuxième morceau où cette fois c'est Michel Portal qui s'efface pour laisser la place à Louis Sclavis. Au terme d'un flot de notes incessant, Louis Sclavis défait le bec de son saxophone pour ouvrir une parenthèse dans le morceau. Il entonne un air en soufflant dans le bec resté dans sa main, puis le refixe sur la colonne du saxophone pour faire ronfler le corps de l'instrument. Bruno Chevillon enchaîne, archer à la main, avec un son de distorsion pour un chorus qui me rappelle Anesthesia, titre d'un groupe dont je tairai le nom par décence envers les amateurs de jazz. Bruno Chevillon, impressionnant de vélocité, fait glisser sa main gauche sur le manche de sa contrebasse l'accompagnant parfois jusqu'à se coucher sur le corps de l'instrument, sous les yeux toujours attentifs de Michel Portal. Ce dernier referme la parenthèse en reprenant le thème initié par Bruno Chevillon pour repartir dans un nouveau chorus dans lequel le rejoint Louis Sclavis. Les deux solistes semblent alors lancés, yeux fermés, côte à côte, dans une course avec leur ombre.
Sur les deux morceaux suivants, les deux leaders enchaînent chorus sur chorus, transcendant leurs instruments, pendant que Daniel Humair matraque avec délicatesse fûts et cymbales, et que Bruno Chevillon fait danser ses doigts avec une infinie dextérité sur ses 4 cordes. On sent une décontraction qui s'installe entre les musiciens, une complicité qu'ils affichent au fil des morceaux.



Un peu comme s'il avait usé toutes les possibilités de son instrument, Louis Sclavis retire à nouveau le bec de son saxophone, plaque le col ouvert de celui-ci sur le micro et en tape les clefs pour lancer un gimmick qu'il fait tourner jusqu'à l'entrée du bandonéon de Michel Portal, maintenant assis. Après un scat, et une harmonie avec la contrebasse et le saxophone, Michel Portal glisse dans le morceau le thème de Jean-Pierre de Miles Davis, comme une private joke qui ne manque pas de faire sourire un auditoire averti (et je remercie mon voisin pour m'avoir éclairé).
Duo Louis Sclavis et Michel Portal, sans section rythmique, pour un titre riche de l'émotion apportée par la sonorité du bandonéon et le phrasé de Michel Portal, contrebalancé par le final de Daniel Humair, de retour derrière les fûts pour siffloter un air en guise de conclusion.
Tempo plus enlevé pour le dernier morceau avec une introduction batterie contrebasse, rejointes par un duo de clarinettes et qui clôture une prestation acclamée par le public.
Premier rappel et nouveau trait d'esprit du batteur qui annonce une absence de "dopage chez les deux saxophonistes" leur permettant un retour sur scène, comme pour nous préparer à débarquer de ce voyage musical pour une réalité phagocytée par le cyclisme et le football. Nouvelle révérence des musiciens après une interprétation aux saxophones.
Alors que la moitié des spectateurs a quitté son siège, l'autre moitié plus opiniâtre réclame, cinq minutes durant, un nouveau retour des musiciens, et obtient un ultime morceau. Au terme de l'interprétation, Michel Portal invite ses fidèles spectateurs à lever la tête pour regarder s'envoler les dernières notes qu'il mime par des gestes de la main.



A peine évanouies les dernières mélodies de Michel Portal, que les accords de Ménilmontant de Charles Trenet nous parviennent de la seconde scène placée à l'entrée.

0h00 Quartet La belle équipe
Pour cette "troisième partie" de soirée, ce quartet composé de deux guitares, d'une contrebasse et d'un accordéon nous délivre une collection de standards du jazz, jazz et valses manouches, swing...Des airs entraînants qui invitent à danser, des mélodies qu'on sirote autour d'un dernier verre et qui nous ferait presque oublier que demain, Lundi, il faudra se lever pour aller travailler. Alors, ce sont rêveurs, que les amateurs du genre quittent le domaine de Fontblanche en jetant un dernier regard sur ces musiciens qui interprètent avec brio des standards incontournables, sur lesquels ils se sont eux-mêmes usés les doigts.



Photos de Cebil.

 Critique écrite le 11 juillet 2006 par Fred


Charlie Jazz Festival : les dernières chroniques concerts

Charlie Jazz Festival 2/3 : Dhafer Youssef 4tet + Elina Duni 4tet + Sardar Orkestra + Actuum en concert

Charlie Jazz Festival 2/3 : Dhafer Youssef 4tet + Elina Duni 4tet + Sardar Orkestra + Actuum par Mcyavell
Domaine de Fontblanche - Vitrolles, le 07/07/2012
Après une une première soirée où je n'ai pas ressenti les choses comme Mardal (j'ai pour ma part connu Vertigo Songs beaucoup plus inspiré voilà deux ans et ai été en revanche... La suite

Charlie Jazz Festival 1/3 : Dave Holland Electric Quartet + Perrine Mansuy Quartet + La Nouvelle Collection en concert

Charlie Jazz Festival 1/3 : Dave Holland Electric Quartet + Perrine Mansuy Quartet + La Nouvelle Collection par mardal
Domaine de Fontblanche - Vitrolles, le 06/07/2012
Première soirée du Charlie Jazz Festival, à Vitrolles, dans le très beau Domaine de Fontblanche. La Nouvelle Collection, Perrine Mansuy Quartet et Dave Holland Quartet se... La suite

Charlie Jazz Festival 3/3 :  Odean Pope & His All Star Odean List + Mina Agossi Quartet + Wonderbrass + Florent Pujuila Quintet 'Z' en concert

Charlie Jazz Festival 3/3 : Odean Pope & His All Star Odean List + Mina Agossi Quartet + Wonderbrass + Florent Pujuila Quintet 'Z' par Mcyavell
Domaine de Fontblanche - Vitrolles, le 04/07/2010
Dernière soirée du premier festival de jazz de l'été. Florent Pujuila Quintet ‘Z' J'avais découvert ici-même Etienne Lecomte, ses flûtes et son Vrak Trio l'année... La suite

Charlie Jazz Festival 2/3 : Enrico Rava Jazz Lab + Sashird Lao + Samenakoa + François Cordas Quartet Phare Ouest en concert

Charlie Jazz Festival 2/3 : Enrico Rava Jazz Lab + Sashird Lao + Samenakoa + François Cordas Quartet Phare Ouest par Mcyavell
Domaine de Fontblanche - Vitrolles, le 03/07/2010
La petite scène du Charlie Jazz Festival a été légèrement décalée dans l'angle du bâtiment opposé à la buvette. Les odeurs de friture si agréables à nos narines en ces soirées... La suite

Daniel Humair : les dernières chroniques concerts

Eric Longsworth Quartet et Daniel Humair Quartet en concert

Eric Longsworth Quartet et Daniel Humair Quartet par Mardal
Festival Jazz à la Tour - La Tour d'Aigues, le 12/08/2011
Le Festival Jazz à La Tour bénéficie d'un cadre exceptionnel, celui du château de La Tour d'Aigues, ou de ce qu'il en reste : de magnifiques façades, des tours et un portail... La suite

Jérôme Sabbagh & Ben Monder & Daniel Humair  en concert

Jérôme Sabbagh & Ben Monder & Daniel Humair par Pirlouiiiit
Sunset - Paris, le 08/04/2011
Jérôme Sabbagh est probablement un des premiers jazzman que j'ai vu (et apprécié), il y a maintenant presque 10 ans grâce à une copine (Flo). Français exilé à NY je l'ai donc vu... La suite

Daniel Humair par El Niño
Sunside, Paris, le 28/11/2003
Ouh là là... Imaginez, moi petit marseillais, amoureux des grands musiciens de Jazz, débarquant dans la Capitale et depuis longtemps déjà désireux de découvrir les temples parisiens de la rue des lombards. Imaginez l'affiche prestigieuse "Daniel Humair Quartet", jazz swing comme le soulignait ce cher ConcertAndCo... Tu parles, quelle déception.... La suite

Louis Sclavis : les dernières chroniques concerts

Festival 'Jazz à Porquerolles' : Romano, Texier, Sclavis + Aldo Romano, Danilo Rea, Rosario Bonaccorso + Big Butt Foundation en concert

Festival 'Jazz à Porquerolles' : Romano, Texier, Sclavis + Aldo Romano, Danilo Rea, Rosario Bonaccorso + Big Butt Foundation par Mardal
île de Porquerolles - Fort Sainte Agathe, le 10/07/2011
Il suffit de presque rien pour qu'une virée en concert, au festival de jazz de Porquerolles prenne des allures épiques. Arrivera / arrivera pas ? 150 Km en voiture, un freinage... La suite

Jazz A La Tour 1/5 : Louis Sclavis Quintet + Jean-Philippe Viret Trio + Rémi Dumoulin & Bruno Ruder Duo en concert

Jazz A La Tour 1/5 : Louis Sclavis Quintet + Jean-Philippe Viret Trio + Rémi Dumoulin & Bruno Ruder Duo par Mcyavell
Château de la Tour d'Aigues, le 11/08/2010
Ce n'est pas d'aujourd'hui que La Tour d'Aigues et son château accueillent un festival en leurs murs. La danse, le théâtre et les musiques y sont à l'honneur depuis un quart de... La suite

Jazz Sur La Ville Jour 3 : Limousine invite Louis Sclavis en concert

Jazz Sur La Ville Jour 3 : Limousine invite Louis Sclavis par Mcyavell
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 06/10/2012
Un des charmes de Jazz Sur La Ville est de pouvoir traverser Marseille après un excellent concert (le Duo At Home au Roll'Studio) pour en enchainer un autre, en l'occurrence... La suite

Louis Sclavis par gilles(marseille)
Le Méjan, le 14/05/2002
Incroyablement étonnant ou détonnant même! Ce projet musicale qui porte le nom de Napoli's Walls n'a pas grand chose à voir avec un jazz sirupeux ou un jazz rock ennuyeux. Les morceaux sont complètement déjantés sans être à aucun moment cacophoniques et ils empreintent toute l'énergie du rock et des sons électrifiés. Il faut d'ailleurs souligner la... La suite

Michel Portal : les dernières chroniques concerts

Ibrahim Maalouf & Friends : Michel Portal, Thomas Dutronc, Eric Legnini, Asa, Vincent Ségal  (Festival Jazz Des Cinq Continents 2014) en concert

Ibrahim Maalouf & Friends : Michel Portal, Thomas Dutronc, Eric Legnini, Asa, Vincent Ségal (Festival Jazz Des Cinq Continents 2014) par Sami
Palais Longchamp, Marseille, le 25/07/2014
Encore une soirée qui affiche complet et à voir l'interminable file d'attente une heure avant, un des concerts les plus attendus de cette édition. Carte blanche est donnée à... La suite

Michel Portal 'Baïlador' en concert

Michel Portal 'Baïlador' par Mardal
Grand Théâtre De Provence - Aix-en-Provence, le 21/02/2012
Une anecdote évoquée récemment (lors du concert Texier Sclavis Romano, à Porquerolles) revient encore : Ahmad Jamal qui répondait à l'invitation de Miles Davis "Nous sommes tous... La suite

Michel Portal / Yaron Herman en concert

Michel Portal / Yaron Herman par Mcyavell
Salle Emilien Ventre - Rousset, le 29/03/2011
Michel Portal aime les duos avec un pianiste. Son choix se porte vers ceux qui, comme lui, ont le don de ne faire qu'un avec leur instrument. Ce soir, au pied de la... La suite

Sergent Pépère : les dernières chroniques concerts

Joseph Arthur + Hawksley Workman + K6 + Sergent Pépère (Festival de Sédières 2002) par Pierre Andrieu
Salle de spectacle du Château de Sédières, le 28/07/2002
Pour la soirée de clôture de la partie "musiques actuelles" du Festival de Sédières, K6, Sergent Pépère, Hawksley Workman et Joseph Arthur sont au programme. Contrairement aux soirées de vendredi et de samedi avec Miossec, Dominique A. et Silvain Vanot puis The Notwist, The Tindersticks et Carlosound, le concert de ce soir n'affiche pas complet... La suite

Domaine de Fontblanche - Vitrolles : les dernières chroniques concerts

Claudia Solal Quartet 'Spoonbox' en concert

Claudia Solal Quartet 'Spoonbox' par Mcyavell
Le Moulin à Jazz - Vitrolles, le 21/05/2011
Un des derniers concerts de la saison au Moulin à Jazz avant que l'association Charlie Free ne prenne ses "quartiers d'été" pour la fête de la musique d'abord avant... La suite

Pierre Durand Roots Quartet en concert

Pierre Durand Roots Quartet par Mcyavell
Le Moulin à Jazz - Vitrolles, le 09/04/2011
On comprend aisément la présence du terme "roots" dans le nom de la formation de ce guitariste : Pierre Durand Roots Quartet. Le set débute en effet par l'histoire des origines... La suite

Marion Rampal 'Own Virago' en concert

Marion Rampal 'Own Virago' par Mcyavell
Moulin à Jazz - Vitrolles, le 13/03/2010
Le Moulin à Jazz est plein comme un œuf lorsque nous nous installons à notre table où nos étiquettes côtoient celle de "Rampal M." Marion Rampal va-t-elle s'asseoir à nos... La suite

Francesco Bearzatti Tinissima Quartet en concert

Francesco Bearzatti Tinissima Quartet par Mcyavell
Le Moulin à Jazz - Vitrolles, le 23/05/2009
Tout est prêt dans la coquette salle du Moulin à Jazz pour accueillir Francesco Bearzatti. Sur les petites tables rondes figurent des étiquettes avec le nom des habitués ayant eu... La suite