Accueil Chronique de concert (mon) Rock en Seine 2006, 2/2 : Skin, The Dead 60s, The Rakes, Grand Corps Malade, Editors, Radiohead
Dimanche 8 décembre 2019 : 10067 concerts, 25830 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mon) Rock en Seine 2006, 2/2 : Skin, The Dead 60s, The Rakes, Grand Corps Malade, Editors, Radiohead

(mon) Rock en Seine 2006, 2/2 :  Skin, The Dead 60s, The Rakes, Grand Corps Malade, Editors, Radiohead en concert

Parc de Saint-Cloud, Paris 25 août 2006

Critique écrite le par


Photos par Philippe !


Pour le premier jour c'était par !

La pluie a bien fait mine de venir taquiner Paname, qui ne s'en est pas laissé compter. Certains des provinciaux (merde, déjà un gros mot) que nous sommes ont profité des nuages matinaux pour se ruer au paradis du vinyle, chez Gibert... Tout ça pour en repartir atrocement frustrés avec 2 à 3 galettes à peine, après en avoir amoureusement tripoté une cinquantaine. Retour sur le site donc, assurés quoi qu'il en soit d'avoir déjà fait une excellente journée la veille !


Nettement moins à l'heure qu'hier, on retrouve la sculpturale panthère Skin, ex-chanteuse du groupe Skunk Anansie et auteure de l'un des plus beaux stage-diving de l'histoire des Eurockéennes, il y a dix ans déjà : un jump sacrément culotté, avec élan et toutes dents blanches en avant, dans une mer de k-ways mâles trempés et rêvant de lui palper les formes. La belle ne semble pas avoir vieilli depuis, hélas son rock US standard, malgré une belle énergie, ne nous passionne pas. Elle reprendra une ou deux chansons de son ex-combo de power pop, mais pas les meilleures, pendant qu'on s'éloigne déja pour ne pas rater l'un des objectifs majeurs du festival.


Car The Dead 60's sont dans la place ! L'explosif quatuor ska-punk de Liverpool dont l'album éponyme est la meilleure surprise de l'année. Après une sirène de chantier destinée à avertir les personnes sensibles, les 4 gueules de petites frappes, sapées cintré, attaquent avec Loaded Gun (battez-vous autant que vous voudrez à la sortie des pubs mais à la maison... méfiez-vous des filles qui ont un pistolet chargé) puis A Different Age où le fuzz commente à monter en flèche...


Suivent deux nouveautés (une très chouette, une un peu faiblarde). Puis We get High où des fumées clandestines commencent évidemment à envahir la scène. Et puis sans crier gare retentit le meilleur riff de l'année 2006, Riot Radio qui transforme instantanément la fosse de la grande scène en parc à kangourous ! D'autant plus qu'elle est enchaînée avec une chanson inédite très proche du punk des Clash (à l'usage des ronchons, oui ils leur ressemblent ainsi qu'à Madness, oui c'est fait exprès et c'est pour ça qu'on les aime !!). Le concert alterne judicieusement les plages sautillantes comme Red Light et les dubs lancinants genre Control this.


Le casse du siècle (soit le braquage de tout le best-of de la scène liverpuldienne des années 80) se termine par la phénoménale The Return of the Ghost Faced Killer, ses bruits de série Z et ses orgues apoplectiques et morbides dignes de rameuter toute la famille Addams. La partouze ska se continuera d'ailleurs plus tard avec le Tokyo Ska Paradise Orchestra (pas vu pour cause de Radioheadomanie mais raconté par Céline).


Pour les avoir chroniqués au Moulin de Marseille il y a peu, on sait que The Rakes donne mieux sur album que sur scène où leur charisme de palourdes (mention spéciale au bassiste) refroidit un peu... Cela étant le jeu de scène a (un peu) progressé puisque le chanteur gesticule frénétiquement pour pousser l'ambiance et pense désormais à s'adresser au public dans un français de vache espagnole. Le guitariste (une sorte de Milouse devenu grand) envoie ses riffs imparables sur les bombinettes que sont Strasbourg, We are all animals ou encore The Guilt, et ça le fait pas mal même si ça ne vaut pas leurs grand frères Franz Ferdinand.


L'excitante Open Book est aimablement (sarcastiquement ?) dédicacée à l'équipe de France via la pub zidanesque qui l'avait reprise, tandis que Binary Love, pourtant l'une des plus recherchées, sera un peu gâchée par une guitare inaudible. Le concert continue judicieusement sur la très plaisante reprise du Poinçonneur des Lilas (enregistrée pour Monsieur Gainsbourg revisited), avec en exclu le refrain chanté in french (Déptitwou, déptitwou, toujou'déptitwou' !) puis Retreat sont le punk/funk radical transforme la fosse en dance floor. Une très longue nouveauté (sympa sur la fin, comme nous en a averti le chanteur) et 22 Grand Job finissent un concert fort bien troussé !

Après ces deux concerts dûrs pour les genoux, un rafraîchissement houblonné sera le bienvenu tandis que les trois-quart du public du festival s'en vont, l'air de rien, faire semblant de connaître tout Beck pour pouvoir se placer tout devant... Pas stressé à ce point par l'enjeu, et pas fan de lui après ses deux premiers albums, on n'en entendra que Loser de loin mais, pour faire une digression, un certain XOF a fort bien raconté ce concert à marionnettes apparemment hilarant par ici (ainsi qu'a peu près tous les shows du samedi non relatés ici) !


On rejoint donc une scène clairsemée mais motivée venue applaudir le slammeur Grand Corps Malade dont l'album Midi 20 (surtout après le buzz l'entourant) nous avait pas mal déçu. Quoi qu'il en soit à la fin de Saint Denis a capella, l'oreille est déjà intéressée par cette grosse voix grave qui berce et son humour ravageur ('Ici on est fier d'être dionysiens, j'espère que j't'ai convaincu. Et si tu m'traites de parisien, j't'enfonce ma béquille dans l'c...').


On rit de bon coeur aux jeux de mots néo-Devos de Ma Tête, mon Coeur et mes Couilles. Midi 20 est même assez bouleversante, et plus encore Chercheur de Phase où le grand escogriffe, désormais flanqué d'un très classieux orchestre de chambre, arrivera même, le salaud, à nous filer le frisson ! Qui l'eut crû, même Les voyages en train dont on croyait être saoûlé, gagne à être réécoutée dans un silence religieux et ému. Retour à plus de légèreté avec la très bien vue Le Célibataire qui déclenchera l'hilarité, et fin avec piano sur Rencontres sacrément belle aussi.


Ce fut donc un bonheur de redécouvrir ces textes dans un contexte idéal : 90 % du public étant à la grande scène, Fabien arrive même à reconnaître ses postes slammeurs dans une audience qui, au moins, est vraiment là pour lui. C'est incontestablement la grosse claque du festival. Le public fait une juste ovation à ce ... Grand Artiste en Devenir, qui confesse lui aussi avoir aimé ce concert improbable dans un festival de rock !


Alors que s'approche l'heure du concert tant attendu, les happy few qui ont déjà vu Grand Corps Malade et quelques centaines de popeux hardcore font un tour à Editors. Groupe de nous à peu près inconnu, il distille une pop glaçante de très haute tenue. On pense à Morrissey (en plus speed), mais aussi à Interpol (en moins statique et en plus chaleureux). Tenues de poseurs classe, son réglé au cordeau, lumières chiadées, les chansons lentes ennuient un peu mais les chansons rock (voire disco-rock pour celle annoncée en nouveauté) sonnent sacrément bien ! (Encore une) excellente surprise, et album à creuser sans tarder !


Bon, on a traîné tant qu'on a pu mais quand faut y aller... jetons-nous sans retenue dans le moulon énorme qui s'est formé pour Radiohead. La pression monte, le groupe est en retard, impossible de s'approcher à moins de 30 mètres (donc pas de belles photos non plus), des jeunes filles défaillent et des grands garçons vomissent : grosse ambiance pour le seul concert annoncé en France des auteurs inoubliables de (entre beaucoup d'autres) Hail to the thief. Qui il est vrai nous délaissent un peu depuis 2003, un sublime concert vu à Nîmes où je crois bien avoir chialé quelques instants, et le très bon The Eraser de Thom Yorke.


La lumière s'éteint brutalement, le petit chanteur torturé arrive, et envoie Airbag avec un light show déjà dantesque et des images extrêmement travaillées projetées sur les grands écrans splittés en 4 (il doit y avoir des caméras planquées partout autour de la scène). Faut-il préciser que le meilleur groupe de pop du monde a un son absolument énorme ?
Pas évident de reconstituer la playlist pour leurs albums concepts et psychotropes qu'on a toujours écoutés d'une traite en se foutant pas mal du nom des chansons (et même un peu de ce qu'elles racontent), mais un (ou une) fanatique la complètera surement par ailleurs ! En tout cas pour la deuxième, facile, une de mes préférées : 2+2=5 où se produit (sur le mot "because" bien sûr) le fameux frisson radioheadomane que j'attendais. Puis en route pour l'aventure sonique dans les albums étranges et beaux : The National Anthem de Kid A, Morning Bell d'Amnesiac. Plongeon dans le passé avec (il me semble) Fake Plastic Trees, le chanteur seul à la guitare et sa voix, THE voice, qui parle directement au cerveau reptilien.


Plongeon aussi dans le futur avec deux nouvelles chansons (une pas mal du tout, qui part lentement et explose sur la fin, et un très beau slow ou Thom Yorke fait encore des merveilles). On remarque la "splendide" veste jaune et rose fluo de Colin Greenwood qui, au moins ressort quelle que soit la couleur de l'éclairage. Bizarroïde The gloaming et sa basse vrombissante de Hail to the Thief (qui sera au fond l'album le moins visité ce soir). on se fait la réflexion que les lumières sont presque de trop : même jouée dans le noir total, la musique de Radiohead aurait des ... couleurs. Enorme pied avec Paranoïd Android, une des dix chansons totales du rock anglais, sans laquelle il ne saurait y avoir un concert complet.


Encore une nouvelle chanson, jolie, Jonny Greenwood y joue du xylophone... pas étonnant, on dit que le groupe en a 70 sous le coude ! Pyramid Song, piano-voix, frissons garantis, on ferme les yeux et on décolle (Radiohead ne joue que pour moi, je suis seul au monde). Tant pis pour la prochaine, extraite d'OK Computer, trop loin pour la reconnaître, pas plus que la suivante (mon collègue m'a soufflé The Bends ?). La suivante par contre, facile : I Might be wrong et son riff tellurique, et putain de nom de zeus, une Idioteque dont la batterie tape au fond du ventre, sublime - le chanteur se déchaîne en une de ses danses chelou et habitées dont il a le secret. Voici la trippante Everything is in it's right place où le piano à roulettes revient et où Thom filme son gracieux visage en gros plan, donnant un curieux résultat coupé en 4... mais le groupe file tandis que les boucles tournent encore et du coup, on se sent un peu orphelins.


C'était oublier la règle d'or de Rock en Seine : (seule) la tête d'affiche a droit à un rappel ! Ca commence avec la douce You and whose army ?, ça continue avec l'inévitable There there où trois personnes martyrisent des percussions en même temps. Et cette heure et trente minutes en apesanteur se finit avec Karma Police reprise en coeur par un public chaviré de bonheur, laissant forcément des regrets à tout le monde (avec une telle discographie, chacun sera frustré au moins d'une chanson, pour moi Where I end and you begin et, pour le fun, Creep qui fut parait-il rejouée récemment en concert). Quoi qu'il en soit la communion est totale à la fin du concert, où chacun regagne à regret la sortie du site après cette deuxième journée au moins aussi classieuse que la première.


Au final, Rock en Seine a proposé une série de concerts très attendus dont aucun n'a déçu : Wolfmother, The Raconteurs, The Dead 60's, Radiohead, quelques excellentes surprises (Dirty Pretty things, TV on the Radio, Grand Corps Malade), et des performers honnêtes qui ont assuré l'ambiance entre temps (The Rakes, Editors, CYHSY). Alors grâce leur soit rendue et, évidemment, à l'année prochaine !
Longue Vie à Rock en Seine ! (et gloire à Jean-Paul Huchon).

A lire également si vous n'êtes pas mort desséché devant l'écran : un retour de Rock en Seine 2005 et un (plus court !) de 2004

PS : big up à Steve et Flo dont la base arrière nous fut précieuse et douce !
RPS : Réactions, coups de gueule, échanges bienvenus !

Et enfin quelques petites vidéos pour se faire une idée, c'est par !

Rock en Seine : les dernières chroniques concerts

Foals (Festival Rock en Seine 2019) en concert

Foals (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Une heure de show à haute teneur en tubes pour l'imparable passage de Foals à Rock en Seine fin août... Remontés à bloc et visiblement ravis de jouer une nouvelle fois à Paris,... La suite

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Dimanche 25 août en plein après-midi dans le caniculaire été parisien, le groupe irlandais The Murder Capital retourne tout sur son passage au festival Rock en Seine... Sous le... La suite

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2019
©Mauro Melis Contrairement à PNL en 2018, The Cure a fait le plein cette année à Rock en Seine, le festival francilien affichant complet vendredi 23 août, jour tant attendu du... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite

Editors : les dernières chroniques concerts

Editors + October Drift en concert

Editors + October Drift par Cathy VIILLE
Transbordeur - Villeurbanne, le 25/04/2018
Initialement planifié à Lyon le dimanche 15 novembre 2015, le concert du groupe Editors fut annulé suite aux attentats du Bataclan le 13 novembre. C'est donc avec un certain... La suite

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar,  Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) en concert

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar, Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 23/07/2017
Live Nation avait assuré ne pas gagner d'argent en organisant le premier Lollapalooza parisien. Le cachet des artistes devait en effet être conséquent pour réunir sur 48 heures... La suite

Editors (Festival Rock en Seine 2016) en concert

Editors (Festival Rock en Seine 2016) par lol
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Jouer à 16 h en plein cagnard dans un gros festival n'est jamais une chose aisée pour qui que ce soit. Le public est à cette heure de la journée souvent dispersé et peu... La suite

Editors en concert

Editors par lol
Le Trianon, Paris, le 28/10/2015
Au milieu des années 2000, une multitude de groupes apparurent avec la volonté de creuser le sillon du son de Joy Division mâtiné d'influences de Cure et de Sonic Youth ; un... La suite

Grand Corps Malade : les dernières chroniques concerts

Festival Paléo : Verveine + Grand corps malade + Murmures Barbares + Lisa Leblanc + Elton John + Klô Pelgag + La Rue Ketanou + Oy + The Parov Stelar band  en concert

Festival Paléo : Verveine + Grand corps malade + Murmures Barbares + Lisa Leblanc + Elton John + Klô Pelgag + La Rue Ketanou + Oy + The Parov Stelar band par Lionel Degiovanni
Nyons ( suisse ) , le 24/07/2014
Pour ce début de jeudi, nous assistons au showcase de Verveine. Cette jeune Veveysane a eu bien du mal à être à l'aise lors de ce show case. En effet, elle était toute... La suite

Les Francofolies de La Rochelle 2014 : Grand Corps Malade en concert

Les Francofolies de La Rochelle 2014 : Grand Corps Malade par Lebonair
La Coursive-Grand Théâtre, La Rochelle, le 13/07/2014
Juste après la prestation de La Maison Tellier à la Salle Bleue, je reste à la Coursive mais je file juste à côté au Grand théâtre pour ne rien rater de la prestation de... La suite

Grand Corps Malade + Sourire à la Vie en concert

Grand Corps Malade + Sourire à la Vie par Ysabel
Le Silo - Marseille, le 22/01/2014
Ce soir, Le Silo a revêtu sa configuration assise pour recevoir Grand Corps Malade, un artiste hors norme, tant par sa taille que par son talent. Nous prenons donc place sagement,... La suite

Grand Corps Malade en concert

Grand Corps Malade par audrey
Pasino (Aix en provence), le 21/01/2011
Ambiance slam au Pasino (Aix en provence) en ce début d'année avec Grand Corps Malade. Étant fan du premier album "midi 20" et ayant été plutôt déçue par le second "enfant de la... La suite

Radiohead : les dernières chroniques concerts

Thom Yorke en concert

Thom Yorke par Daddrock
Transbordeur, Lyon, le 14/06/2018
Pour paraphraser une rubrique d'un célèbre canard du mercredi, le concert de Thom Yorke est la soirée qu'on peut ne pas aller voir. Au lendemain d'un concert passionnant à... La suite

Main Square Festival 2017 - jour 3 : RADIOHEAD, SAVAGES, LEMON TWIGS, MARK LANEGAN, LA FEMME, SEASICK STEVE, SPOON en concert

Main Square Festival 2017 - jour 3 : RADIOHEAD, SAVAGES, LEMON TWIGS, MARK LANEGAN, LA FEMME, SEASICK STEVE, SPOON par Xavier Averlant
La Citadelle d'Arras, le 02/07/2017
Le troisième et dernier jour du Main Square festival est placé sous le signe des groupes "à guitares"... MARK LANEGAN On commence l'après midi avec l'ex Screaming... La suite

Rock Werchter 2017 - Jour 2 : Radiohead - White Lies - Jaïn - Royal Blood - James Blake en concert

Rock Werchter 2017 - Jour 2 : Radiohead - White Lies - Jaïn - Royal Blood - James Blake par Cabask
Werchter, le 30/06/2017
2ème jour de festival vendredi 30 juin après une bonne nuit de sommeil. Nous faisons même un détour dans le centre de Malines pour y (très bien) manger. En arrivant, nous... La suite

Radiohead + Caribou en concert

Radiohead + Caribou par Pierre Andrieu
Palais Omnisports de Paris Bercy, le 12/10/2012
Un concert en forme de tour de force scénique de plus de deux heures quinze, voilà ce qu'a proposé le groupe Radiohead aux 17 000 personnes réunies dans l'enceinte du Palais... La suite

Skin : les dernières chroniques concerts

Placebo + Skin par Duarte
Dome / Marseille, le 23/10/2003
Le dôme de Marseille était plein a craquer pour la venue de Placebo après leur dernier album "sleeping with ghosts". La premiere partie était assurée par Skin (ex chanteuse de Skunk Anansie) avec son look un peu punk. Malheureusement je suis arrive un peu en retard alors j ai n ai pu écouter que les dernières chansons dont le fameux tube... La suite

Radiohead, Xavier Rudd, Beck... par Alys
Saint-Cloud, le 26/08/2006
Je suis assez d'accord avec la critique de XOF , mais ce qui m'étonne dans sa critique, c'est qu'il n'a pas du tout mis en avant le son anormalement bidon qu'à eu Radiohead pour son unique concert en france en tête d'affiche de ce festival. J'ai été vraiment deçue, c'est la troisième fois que je les vois sur scène et ce concert gagne la dernière... La suite

Placebo + Skin par ???
Dôme Marseille, le 23/10/2003
Un groupe très propre en concert, peut être un peu trop. Le son était correct, la mise en scène aussi. Un petit bémole : le groupe n'a pas assez communiqué avec le public, en première partie Skin à beaucoup mieux fait son boulot (puisque c'est avant tout un boulot) à se niveau la. Ou alors c'est le public qui n'a pas donné envie au groupe de se... La suite

The Dead 60's : les dernières chroniques concerts

(mon) Marsatac 2007 : Architecture in Helsinki, HifiKlub, The Divine Comedy, The Dead 60s, The Young Gods, Gus Gus, Simian Mobile Disco en concert

(mon) Marsatac 2007 : Architecture in Helsinki, HifiKlub, The Divine Comedy, The Dead 60s, The Young Gods, Gus Gus, Simian Mobile Disco par Philippe
Esplanade Saint-Jean, J4 de Marseille, le 28/09/2007
Alors d'abord je tiens à dire que toutes les chroniques postées jusqu'ici sur ce festival sont vraiment particulièrement nazes ! Non c'est bon, je plaisante les gars... C'est au... La suite

Marsatac : Architecture In Helsinki + The Divine Comedy + Dead 60s +  Gus Gus + Simian Mobile Disco + Para One en concert

Marsatac : Architecture In Helsinki + The Divine Comedy + Dead 60s + Gus Gus + Simian Mobile Disco + Para One par Sami
J4 - Marseille, le 28/09/2007
Neuvième édition déjà pour ce qu'il est convenu d'appeler ‘plus grand festival de musiques actuelles' à Marseille, et comme chaque année une affiche plaisante sur le papier avec... La suite

Architecture In Helsinki ; The Divine Comedy ; The Dead 60s ; The Young Gods ; GusGus en concert

Architecture In Helsinki ; The Divine Comedy ; The Dead 60s ; The Young Gods ; GusGus par McYavell
Esplanade Saint-Jean / J4 Marseille, le 28/09/2007
Ah !!! Le festival Marsatac ! Ils font exprès de programmer chaque année deux groupes que j'apprécie, un en tout début de soirée (Architecture in Helsinki) et l'autre à 2 heures du... La suite

The Dead 60s, the Divine Comedy, Architecture in Helsinki, Swayzak, Nathan Fake, Hifiklub, Henry et Georgette... en concert

The Dead 60s, the Divine Comedy, Architecture in Helsinki, Swayzak, Nathan Fake, Hifiklub, Henry et Georgette... par stéphane sarpaux
festival Marsatac, J4, Marseille, le 28/09/2007
Il fut un temps où le festival Marsatac, mieux reconnu en France que dans sa bonne vieille ville de Marseille, ne savait pas trop où poser ses scènes. Et c'est vraiment par... La suite

The Rakes : les dernières chroniques concerts

The Rakes + Akron/Family + Bromheads Jacket +  Deerhoof + Galaxie + Acoustic Ladyland + Naast (Printemps de Bourges 2007) en concert

The Rakes + Akron/Family + Bromheads Jacket + Deerhoof + Galaxie + Acoustic Ladyland + Naast (Printemps de Bourges 2007) par Pierre Andrieu
Le 22, Bourges, le 19/04/2007
Après une journée déjà bien remplie, et dès la fin de Joan As police Woman au théâtre Jacques Cœur, nous avons juste le temps de traverser en quatrième vitesse... La suite

The Rakes + Lo en concert

The Rakes + Lo par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 05/04/2006
The Rakes, on est bien content de les revoir par ici. Je me souviens parfaitement qu'ils ont assuré le meilleur moment du concert - tout à fait raté par ailleurs - des très... La suite

The Rakes + Asyl par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 05/11/2005
The Rakes vainqueurs par KO après 50 minutes de combat rock Des concerts coup de poing comme celui donné par le groupe anglais The Rakes à la Coopérative de Mai, le samedi 5 novembre 2005, on en redemande ! En 50 minutes chrono et 16 titres (dont autant de tubes !), les quatre Londoniens ont littéralement mis à genoux le public, saoulé... La suite

Bloc Party + The Rakes en concert

Bloc Party + The Rakes par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 13/05/2005
Bloc Party. est la dernière étoile filante en date du rock'n'roll, celle qu'un buzz vrombissant précède, avec retours de scène enthousiastes, couv' de magazines et même pubs télé !... La suite

Parc de Saint-Cloud, Paris : les dernières chroniques concerts

Foals (Festival Rock en Seine 2019) en concert

Foals (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Une heure de show à haute teneur en tubes pour l'imparable passage de Foals à Rock en Seine fin août... Remontés à bloc et visiblement ravis de jouer une nouvelle fois à Paris,... La suite

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Dimanche 25 août en plein après-midi dans le caniculaire été parisien, le groupe irlandais The Murder Capital retourne tout sur son passage au festival Rock en Seine... Sous le... La suite

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2019
©Mauro Melis Contrairement à PNL en 2018, The Cure a fait le plein cette année à Rock en Seine, le festival francilien affichant complet vendredi 23 août, jour tant attendu du... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite