Accueil Last Train en concert
Samedi 15 août 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Last Train propose un surpuissant rock très 70's, oscillant entre influences punk et stoner. Enorme groupe de scène, Last Train joue partout en live en 2016 et 2017 ! En première partie de Placebo lors d'une tournée des zéniths en avril 2017... Nouvel album, "The Big Picture", et nouvelle tournée en 2019 ! Concert à l'Olympia de Paris le 4 novembre 2020 !

Last Train : vos chroniques d'albums
Site

Last Train : les dernières chroniques concerts 7 avis

Last Train + We Hate You Please Die

Critique écrite le 28 novembre 2019, par Nino

La Vapeur, Dijon 8 novembre 2019

Last Train + We Hate You Please Die en concert

Une soirée rock s'offre à nous ce soir avec deux groupes à l'approche brute dans cette belle salle de la Vapeur à Dijon. Qui a été rénovée et agrandie il y a moins de deux ans et accueille de belles affiches tout au long de l'année. Sa grande salle de 1200 places permet d'avoir belles ambiances et de garder aussi une proximité avec la scène et les artistes présents, une intimité aussi parfois... We Hate You Please Die En première partie, le groupe We Hate You Please Die, qui fait du garage rock brut et un peu punk. De l'énergie épileptique du chanteur au stoïcisme glacial de la batteuse c'est un groupe à part, ou chaque personnalité est à l'opposé de son voisin de scène, mais tous tentent de proposer un truc à eux. On ne sait qui regarder pour écouter tant c'est visuellement éclectique, on se perd parfois dans toute cette énergie et on ne parvient à distinguer si elle est maîtrisée, ressentie ou surjouée. Qu'importe, le chanteur envoie ses tripes sur scène et vient parfois faire un tour en fosse s'imprégner de l'ambiance... Un jeune groupe de Rouen qui peut se targuer d'avoir déjà foulé de belles scènes et que l'on imagine tourner dans les oreilles de collégiens rebelles, avec un premier album sorti récemment, en octobre, et qui... Lire la suite

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017)

Critique écrite le 20 juillet 2017, par Lily Rosana

Aix-Les-Bains 13-16 juillet 2017

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017)   en concert

"Les 15 ans de Musilac !", "Déjà !" diront les musilakiens de la première heure. "Seulement !" crieront les gourmands. J'ai eu la chance de pouvoir être spectatrice des 4 jours de folies que nous a offert la belle et grandiose programmation du festival dont on peut profiter les pieds dans l'eau. Retour sur 20 concerts qu'il ne fallait pas louper ! (Choisir était un exercice des plus difficiles, croyez-moi...)" Jeudi 13 juillet Lulu Gainsbourg : Assis devant son grand piano noir laqué, un chignon au sommet de sa tête et sous le soleil tapant, Lulu ouvre l'un des plus grands et attendus festival estival : Musilac. Sensible et harmonique, il chante les maux comme pour un remède contre la mélancolie. Il est accompagné de talentueux musiciens et de Jérémy Loucas, son ami de toujours. Il reprend " Tequila ", son dernier titre, soulignant : " Par un temps pareil, cela va nous rafraîchir un peu ". Les doigts de Lulu courent sur le piano qui résonne encore et encore à notre plus grand plaisir. Le ton est donné : ce sera le festival de la volupté. Last Train 4 jeunes dans le vent, des rythmes éclatés, une passion dévorante, des basses et des guitares hypnotiques : voici Last Train, la nouvelle génération Rock. Après... Lire la suite

Muse, The Lumineers, Aaron, Lia, Grand Blanc, Courtney Barnett, Last Train, The Deaf (Paléo Festival 2016)

Critique écrite le 12 août 2016, par Lionel Degiovanni

Nyon 19 Juillet 2016

Muse, The Lumineers, Aaron, Lia, Grand Blanc, Courtney Barnett, Last Train, The Deaf (Paléo Festival 2016) en concert

Nous voilà ici, de retour en Suisse, pour assister au Paléo 40+1 !!! La barre des 40 est passée, et l'ambiance du Paléo est toujours présente. On y retrouve aussi pas mal de têtes que l'on connait déjà autant parmi les autres photographes que parmi les festivaliers. Si, si ! Même au milieu de plusieurs milliers de personnes on en reconnait quelques-uns ! Pour démarrer ce Paléo, en ce jour de Mardi 19 Juillet, on assiste au traditionnel show case qui a lieu au Cosmo : petite lieu bien sympa avec sa petite terrasse et son lot de découvertes d'année en année. Lia Ici, c'est au tour de Lia de démarrer. Lia est un groupe suisse avec à la base Félicien Donzé. Sa musique est bien spontanée, attachante aussi et les textes sont sincères. Une certaine mélancolie apparaît cependant, mais l'énergie est là et leur show case est tout à fait intéressant. Cela donne très envie d'aller les voir sur scène cette semaine. Pour voir ce qu'ils font allez sur : 2016.liamusique.ch et sur https://www.facebook.com/LiAmusique/ Grand Blanc Ensuite, place à Grand Blanc, qui est un groupe venu de France. Concernant leur style de musique, les Suisses appellent cela de la musique Cold Wave Chromée. Allez savoir pourquoi.... Lire la suite

(mes) Eurockéennes 2016, 1/2 : Last Train, Elle King, The Inspector Cluzo, Allah Las, Bibi Bourelly, Beck, Otherkin, Air, Foals

Critique écrite le 05 juillet 2016, par Philippe

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert 2 juillet 2016

(mes) Eurockéennes 2016, 1/2 : Last Train, Elle King, The Inspector Cluzo, Allah Las, Bibi Bourelly, Beck, Otherkin, Air, Foals en concert

Il en a fallu, des amitiés fidèles depuis nos lointaines études, des tentes défoncées puis des hébergeurs adorables et constants, des déménageurs compatissants, des mamans gentilles et compréhensives, de la santé et un peu de chance sans doute, mais il a fallu aussi que les Eurockéennes soient un festival terriblement attachant, peu importe que son affiche théorique soit mortelle ou décevante (en réalité on est jamais, jamais encore repartis déçus de notre week-end !), il en a fallu des choses positives, pour qu'à 40 balais désormais sonnés, on puisse écrire, toujours bon pied bon oeil en touchant terre sur la presqu'Ile du Malsaucy après les plus de 4 h de TGV de rigueur, accompagné de la bande habituelle et bien-aimée : "Ces Eurockéennes 2016 seront ma 23ième édition d'affilée !" Le seul mérite qu'on peut s'en attribuer est une constance à avoir chroniqué les 22 week-ends précédents sans jamais faiblir ni douter de rien, sans jamais savoir si on était lu par 6 ou par 6000 personnes (... on a bien une idée sur la question...), au fil d'errances nous ayant mené : de (nombreux) concerts époustouflants en averses sordides et froides, de (quelques) concerts minables en délicieux après-midi de glande ensoleillée, de joyeuses flammekueche... Lire la suite

Last Train : les chroniques d'albums

Last Train : Weathering

Chronique écrite le 23/05/2017, par Philippe

Last Train : Weathering

Après un EP remarqué en 2016, après une longue attente mais aussi une longue tournée, que Concertandco a croisé à plusieurs reprises depuis 2015 (la dernière fois pour nous, à domicile aux Eurockéennes pour un concert d'anthologie), voici enfin venir le disque Weathering, des jeunes et ô combien cool Last Train from Mulhouse, France. Aussi cool que leur son rock est dur, rentre-dedans et punchy. Pas du rock pour minettes, non, ou alors des minettes bagarreuses, roteuses de bières et chaussées de Dr Martens (...qui ont toujours été nos préférées, au final). Le premier titre donne le ton en sonnant garage agressif de type Black Rebel Motorcycle Club, voix reverbée incluse. C'était déjà pas du petit-lait mais voici Never Seen the Light, où des coups de ceinturon s'ajoutent aux coups de poing et à un riff porteur - on est plutôt chez Lords of Altamont ! Original ? Non, juste musclé, efficace et catchy - on sait déjà que l'album va marcher sur ses deux pieds et sur une solide base de blues bien assimilé - et bien défoncé à coups de boutoir. Si on peut alors penser qu'un album entier de la même trempe va être l'équivalent épuisant des 12 rounds du Foreman/Ali de 1974, arrive à point nommé Jane, longue balade prenante aux accents... Lire la suite

Last Train : Vidéo







Last Train : écoute