Accueil Chronique de concert (mon) Rock en Seine 2009, 2/3 : Kitty Daisy & Lewis, Cheveu, The Asteroids Galaxy Tour, Ebony Bones, Dananananaykroyd, Zone Libre vs Casey & B.James, The Horrors, Yann Tiersen, Faith No More, Birdy Nam Nam
Mardi 18 juin 2019 : 9472 concerts, 25522 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mon) Rock en Seine 2009, 2/3 : Kitty Daisy & Lewis, Cheveu, The Asteroids Galaxy Tour, Ebony Bones, Dananananaykroyd, Zone Libre vs Casey & B.James, The Horrors, Yann Tiersen, Faith No More, Birdy Nam Nam

(mon) Rock en Seine 2009, 2/3 : Kitty Daisy & Lewis, Cheveu, The Asteroids Galaxy Tour, Ebony Bones, Dananananaykroyd, Zone Libre vs Casey & B.James, The Horrors, Yann Tiersen, Faith No More, Birdy Nam Nam en concert

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud 29 août 2009

Critique écrite le par


Le début par ici !

Deuxième journée à Saint-Cloud, sur le papier la plus attendue par un certain nombre de gens de notre connaissance, filles et garçons confondus, sous le vague prétexte qu'une légende vivante s'y produirait avec son ancien groupe pour la première fois depuis 11 ans (et depuis plus longtemps encore en France). On les a donc chambrés un peu à propos d'une annulation toujours possible en dernière minute "suite à une altercation entre les membres", mais ça ne les fait curieusement pas beaucoup rire - décidément quels qu'ils soient, les fans n'ont pas tellement d'humour. En tout cas en tant que chroniqueur s'efforçant d'être curieux de tout, on veut bien miser pour voir, d'autant qu'un paquet d'autres belles choses nous attendent par delà le Pont de Saint-Cloud.


Et en premier lieu, une découverte plutôt enthousiasmante : Kitty, Daisy & Lewis, saignant trio de jeunes gens (âgés de 16 à 21 ans), qui semblent inexplicablement nés dans une boucle spatio-temporelle située quelque part dans les années 50. Cheveux en arrière et costume vintage pour monsieur, mini-Elvis en herbe, robe sage et coiffures à la mode Betty Page pour mesdemoiselles, le trio envoie sans aucun second degré apparent des salves continues de rockabilly, dans du matériel certifié conforme (et donc environ 40 ans plus âgé qu'eux) et des micros hors d'âge, appuyés tout de même par papa et maman sur scène (qui savent se faire discrets).


Quelques reprises sans doute (voire même la totalité du set ?), mais pas assez plan-plan pour qu'on puisse les identifier facilement. Le jeune Lewis maltraite en tout cas sa Gretsch comme s'il jouait dans une session du Town Hall Party en 1959 devant des jeunes filles hurlantes et défaillantes, sa première soeur souffle dans un harmonica au point de le chauffer à blanc, tandis que l'autre cogne hardiment sur une caisse claire, et l'effet produit est tout à fait bluffant - en plus ils sont beaux ! - jusqu'à la dernière mêche gominée, sur les quelques minutes que nous en avons vu.


A vrai dire puisqu'on parle de kératine, notre première idée était plutôt d'arriver à temps pour voir les ch'tarbés français de Cheveu, dont le déconcertant mais splendide vinyle rouge crème vous orne agréablement un salon - impossible toutefois d'en citer le moindre titre. Comme on pouvait s'y attendre, le trio voix-machines-guitare livre une prestation brute de décoffrage et violente (devant une population encore clairsemée et très partiellement enthousiaste), alternant slam hurlé (on pense par moments à Buck 65), disco-trash, rock déconstruit d'inspiration industrielle et autres expérimentations soniques. De quoi zapper les bien plus conventionnelles Noisettes et leur troublante créature (qu'on a revues il n'y a pas longtemps...) Ils finissent sur un titre appelé Clara Venus, rock bruitiste en français, très classieux : à revoir en salle à l'occasion ou la nuit, plus approprié pour être encore plus dedans.


C'est avec joie qu'on va pouvoir checker en cette fin d'été le bronzage de la jolie chanteuse de The Asteroids Galaxy Tour qui nous avait plutôt emballé malgré sa pâleur début juillet. Le fait est qu'elle porte des tenues bien trop couvrantes (là encore, le doré est à l'honneur) pour avoir pu bronzer, ainsi qu'une impressionnante chevelure, certifiée écran total. Son groupe est pour sa part idéal pour une fin d'après-midi ensoleillé, et même s'il n'y a rien de plus marquant à vendre que son mini tube Around the Bend (musique d'une pub pour des téléphones qui vous pètent à la gu...), et sa soul-funk agréable. A défaut, le public groove donc au rythme des oscillations des paillettes, des cuivres rutilants et de la batterie mise en avant, au sens propre comme au sens figuré. La chanteuse annonce que le premier album est à paraître et en offre un autre titre en single funky assez chouette : on a donc encore passé un bon moment en sa compagnie.


On l'a trouvée un peu surchargée en fringues et couleurs, mais c'était avant d'aller voir sur la grande scène une autre grande excentrique devant l'éternel, Mlle Ebony Bones ! et ses tenues proprement hallucinantes, dévoilées après une entrée pétaradante sur w.a.r.r.i.o.r.. A vrai dire on avait pas soupçonné que l'ensemble de son groupe adopterait les mêmes codes vestimentaires qu'elle - c'est-à-dire marier un maximum de fringues bariolées en s'appliquant à ce que tout jure surtout bien avec tout, et en se maquillant au paint-ball. Elle a tout de même des accessoires en plus que les gens du groupe : colliers et cubes autour des avant-bras, remettant à plat notre propre définition du kitsch. Elle a également pour elle une voix sensuelle, un charisme indéniable et une musique assez originale.


D'ailleurs le rédacteur du programme du festival entend chez Ebony Bones ! de l'afro-beat, du post-punk, du ska et même (sic) de la no-wave mid-eighties. Certes, mais on peut aussi dire qu'on y entend plutôt un espèce de fourre-tout, pas forcément avec tout ça, par moment plaisant (les basses quasiment telluriques de We know all about U), mais rarement entraînante même si on vibre un peu au riff électro-ska de The Musik. La furie poursuit tout le concert ses harangues pour faire bouger le public dans tous les sens, avec des fortunes diverses - ça ne marche pas trop. Or pour ce genre de musique dite festive, c'est pourtant bien le minimum exigé, que de mettre le feu aux poudres non ?


Bref à la longue, tandis que tous les titres du premier album du groupe sont égrenés, le mélange deviendrait presque indigeste pour les oreilles autant que pour les yeux - on ne restera donc pas jusqu'au bout. Certes il semble que Mlle Ebony B ait connu plusieurs vies artistiques (elle vient de la comédie), ce qui est généralement intéressant : la limite ici est qu'elle est en effet plus comédienne que chanteuse. Dans un genre proche, Santo/Santigold a moins de panache mais des chansons et des mélodies bien plus percutantes que, par exemple, I'm your future ex-wife. A voir pour le fun visuel donc, plus que pour la musique.


Deuxième découverte de la journée, les Dananananaykroyd de Glasgow ! Ils ont beau avoir un nom consternant, on va sacrément apprécier un peu de rock bien costaud pour changer, avec un son punk mais travaillé et plus complexe qu'il n'en a l'air (disons à la Art Brut / McLusky), de purs pétages de plomb, avec des passages metal ou fusion à la RATM. Curieusement, tous les postes sont pratiquement doublés : 2 guitares et 2 batteries qui jouent la même chose (mais un peu plus fort donc), 2 chanteurs assez similaires vocalement, le tout pour jouer du trash ou du punk pop sous le cagnard, même quand les titres commencent calmement.


Grâce à leur "wall of hugs" (faire séparer les gens puis se foncer dessus pour s'embrasser, c'est quand même plus malin que le Braveheart des débiles légers de Mass Hysteria dont le chanteur se pavane aussi sur site), ils parviennent à mettre une grosse ambiance, plus grosse même qu'Ebony Bones (alors que sauf erreur ils sont relativement inconnus). Les chanteurs finissent en prodiguant force mamours au premiers rangs, avant de prendre brièvement les guitares afin que les autres puissent faire pareil. Voilà un groupe taillé pour la scène et qui aime ça !


Trois fois cette année qu'on voit Zone Libre vs. Casey & B.James (explosifs notamment à la loggia des Eurocks) et devinez quoi ? On aime de plus en plus ça ! Mariage détonnant entre la pointe du rock expérimental français et le rap le plus exigeant, le plus sombre et le mieux écrit, le groupe formé des meilleurs morceaux de Noir Désir, Sloy et Yann Tiersen, ainsi que d'un très bon rappeur et d'une créature positivement fascinante et terrifiante, Joeystarr en version fille, commence devant une assistance clairsemée. Et pour cause, ils ont été annoncés il y a une semaine.... La délicieuse et douce Mlle Casey se foutra d'ailleurs ouvertement de la gueule des programmateurs qui avaient d'abord jugé le groupe trop violent, avant de les rappeler la queue entre les jambes.


Bien évidemment c'est immédiatement fascinant. Les titres L'angle Mort (nom de l'album), 1 sur 20 ou la géniale Une Tête à la traine attirent irrésistiblement le public, y compris celui qui ne les connaît pas... Je croise avec plaisir mon collègue Pierre Andrieu (voir ses chroniques par ailleurs) qui m'annonce, le dégonflé, que lui non plus n'ira pas voir les vieux faux surfeurs ados d'Offspring (c'était pourtant un challenge que je lui avais lancé, ayant déjà donné en 2008), ni peut-être même Faith No More - les amateurs de Mr Patton n'ont donc pas d'alternative, il va falloir continuer à me lire ! D'autant que Môssieu part vite se placer pour ses chouchous de The Horrors...


Nous restons donc, fascinés par la complainte du Mort-Vivant, tout comme la simplement géniale Une tête à la traîne, son riff simple et génial où notre quasi-idole Serge Teyssot-Gay fait des bonds de cabri sur un riff d'une simplicité foudroyante et sur une magnifique guitare, tandis que Marc Sens maltraite lui un vieil engin déglingué (parfois même, à la perceuse !), et que Casey attire malgré elle toute la lumière, par sa présence fascinante ! Zone Libre and co délivre d'ailleurs pour le même prix un certain nombre de chansons ne figurant pas sur l'album (peut-être compos des deux rappeurs ?) que certains fans semblent très bien connaître.


Après les remerciements goguenards de la chanteuse (mais si, on est venu pour vous, enfin mademoiselle !), on repart gonflé à bloc de la banane et de l'énergie que ce fabuleux groupe nous a transmis, et avec une grosse envie de gueuler "Mort aux cons !" (vaste programme, comme disait l'autre...). Au fait pour ceux qui auraient découvert et aimé le groupe ce jour-là : leur album est génial, et les textes sont largement assez intelligents pour résister à cinquante écoutes... Alors si vous n'achetez qu'un disque de hip hop ou de rock français cette année ne vous trompez pas, d'accord ?


On doit à The Horrors une effrénée et inutile traversée de Paris il y a deux ans, où ils avaient annulé ici sans crier gare (ou sans qu'on ait pensé à nous en prévenir la veille). Ils nous sont donc théoriquement redevables d'un formidable concert en retour : leur son un peu noyé de nappes shoegazers et leurs tenue sombres ne suffiront pas, ça part plutôt mal ! Le (très bon) chanteur à la voix miaulante quelque part celle de Suede et celle d'Editors, semble particulièrement souffrant, à moins qu'il n'étouffe simplement dans son pantalon slim et sous son épais casque de cheveux, ou qu'il surjoue un peu le poète torturé... Du genre qui ne dit ni bonjour ni merde, et joue en regardant fixement un arbre tout au fond du parc. Heureusement que leur musique parle un peu pour eux !


Si certaines chansons font vraiment mouche (Who Can Say ou New Ice Age par exemple), on s'ennuye quand même un peu à la longue sur d'autres un peu répétitives comme Do You Remember ou Primary Colors. La foule commence d'ailleurs à se clairsemer une fois passé l'effet de surprise : leur musique est quand même peu aimable pour le grand public... D'ailleurs la tête nous tourne aussi un peu sur Scarlet Fields et son orgue dissonant qui vous donne l'impression d'être bourré. Pour tout dire on a un petit faible pour la première époque du groupe, plus garage/gothique/punk, avec par exemple la fabuleuse Count in Five. Epoque hélas peu représentée par ailleurs dans ce concert (pas de Jack the Ripper, ni même de Sheena ...), qui se finit avec le long et plutôt prenant synthé électro vintage de Sea within a sea. Belle performance de corback certes, mais pas complètement fascinante en plein jour et en plein air - même Mademoiselle K n'a pas l'air à fond, c'est dire.


On a beau avoir complètement perdu de vue Yann Tiersen depuis la B.O. d'Amélie Poulain (qui résumait admirablement le début passionnant de sa carrière), on ne snobera pas une redécouverte de son nouveau virage vers l'électricité et l'amplification - il a composé récemment un album entier avec Miossec. A 7 sur scène, dont un chanteur et une chanteuse, mais surtout deux guitares et une basse, le son est en effet nettement plus rock mais parvient à rester musical et plutôt charmant - on y reconnait toujours sa patte de fabuleux mélodiste, avec chant de femme par moments hypnotique, pianos aériens et autres bruits de scies musicales...


On finit par s'apercevoir que c'est même vachement, bien malgré un réglage un peu gueulard. D'ailleurs la prairie se peuple à vitesse grand V (2e effet de The "I've got no self esteem" Offspring sans doute ?), et même le videur à tête de tueur en bas de la scène oscille involontairement en rythme ! On appréciera toutefois l'aspect sec d'une unique incursion dans le passé, un Sur le fil toujours fascinant exécuté seul au violon. Mais aussi divers titres rock, un pogo instrumental, et pour finir une amusante version électro-pop de la Valse d'Amélie. Finalement on s'est peut-être désinteressé un peu vite de Yann Tiersen sous prétexte qu'il avait pondu deux B.O.F. un peu feignantes... il va falloir s'y remettre !


Alors que du public spécialisé (du genre qu'on a déjà croisé à Metallica et Nine Inch Nails cet été !) arrive précisément sur site à cette heure-là, on se retrouve embringué pour aller se placer tout devant pour Faith No More, occasionnant une heure entière d'attente, tolérée uniquement parce que l'électro pompage de Calvin Harris et ses lunettes de con n'ont aucun intérêt. Comme dit précédemment, on ne fait pas partie des fans de ce groupe pourtant mythique, qui flirte sur disque assez souvent avec du hard FM, et qu'on a juste un peu révisé sur best-of (pas retrouvé trop de titres donc).


Mais il faut avouer que cela en vaudra la peine. L'entrée sur le slow Reunited du quarteron en costards couleurs pastel a vraiment de la gueule. C'est l'occasion pour Mike Patton de crooner comme Tom Jones, avec une classe innée et une voix d'une rare élégance. L'enchaînement n'en sera que plus violent avec la formidable From Out to Nowhere qui déclenche une furieuse bronca dans la fosse. A l'image de tout le concert où des titres calmes seront enchaînés par le leader avec des tueries comme Be Agressive ou Midnight Crisis, déjà prenantes sur disque mais carrément fabuleuses en live.


Il faut dire que le père Patton est hautement charismatique et même assez drôle, plus libre de s'amuser ici avec des compositions moins complexes que dans ses multiples projets plus expérimentaux (Tomahawk, Mr Bungle, Fantomas et autres collaborations souvent géniales mais parfois imperméables). Et sa voix extraordinairement caméléon lui permet de tout faire, du miaulement de chat aux hurlements de metalleux, en passant par la pop nasale en italien (et pas en espagnol !). Son guitariste et le clavier ont également une classe plutôt époustouflante (le gratteux ne tombera même pas la veste !) - seul détonne le batteur, en short et marcel comme un vulgaire membre de hair metal band... mais qui cogne comme un sourd, merci pour lui.


Etant placé dans les fans dont l'un nous a averti qu'il allait peut-être pleurer de bonheur au milieu d'un pogo (on l'a perdu assez vite de vue hélas), on est évidemment brassé dans tous les sens à chaque retour vers le brutal (un titre metal pop effectué au mégaphone, par exemple), mais aussi complètement pris dans ce très enthousiasmant concert. Le chanteur aura beau se foutre de notre incapacité à chanter, claquer des doigts ou bouger les bras correctement, il nous régale de la plus belle manière avec le tube totalement 90's qu'est la groovy Epic ! Au rayon calme, on est transporté par leur mythique cover ... de Lionel Ritchie (Easy conclue par un beau solo de guitare), et avec une reprise très salace et finalement assez explosive du kitschissime I started a Joke... des Bee Gees. A croire qu'il n'y a pas de chanson qui ne puisse sonner classieusement, jouée par Faith No More !


Le concert franchement assez captivant, passe en l'espace d'un souffle. A signaler aussi vers la fin, un très beau morceau au melodica, instrumental tout morriconien (Midnight cowboy ?), ainsi qu'une introduction déchaînée mais osée sur les Chariots de Feu de Vangelis (merci les gars, on l'a traînée toute la soirée ensuite celle-là !) qui débouche heureusement sur un vrai morceau metal, et pour finir la très amusante We Care a Lot (parodie des band aids des années 80). On a beau avoir pris d'autres claques dans la journée, il faut reconnaître que là, il y avait la fessée cul-nul en bonus : ces mecs qu'on pensait un peu lourdauds ont en fait la classe absolue, et on ne peut que se réjouir d'avoir été là pour leur seule date en France !



Après cette prestation de haut-vol, on fera plus ou moins l'impasse sur Birdy Nam Nam, dont on a de toutes façons déjà raté une bonne partie et dont la galette et les session live sont excellentes mais peu variables d'une fois à l'autre. C'est donc depuis une table et une place assise, pour se remettre de ces grosses émotions scéniques, que l'on les écoutera - ça tombe bien, leur show lumineux se prête admirablement à être vu de loin. D'ailleurs les gens ont les bras levés jusqu'au fond de l'esplanade de la Cascade, sur des titres toujours accrocheurs comme Manual for Successful Rioting, Bonne Nouvelle et autres The Parachute Ending. En voilà qui déclenchent aussi dans un autre style, la joie partout où ils passent.


Rideau sur cette deuxième journée, terriblement chargée de bonnes choses, dont on sait déjà à l'avance que Pierre Andrieu retiendra The Horrors et nous autres Faith No More, tandis qu'une bonne partie des lecteurs - mais pas nos préférés - nous détesteront en bloc pour n'être pas allé voir The Offspring... On a en tout cas passé une excellente journée, admirablement conclue par un délicieux Yassa poulet vendu par une charmante demoiselle - ce qui change radicalement de la peu digeste croûte de pain au fromage et jambon ingurgitée la veille. Dernier apéro, puis métro, et au dodo !

Suite et fin du festival par ici !

Vidéos-souvenir (oui, aussi de FnM !) par !

> Réponse le 02 septembre 2009, par lebonair

Faith no more de retour sur scène après 11 ans d'absence. 3 albums qu'on peut considérer comme des chefs d'oeuvre, The real thing en 1989, Angel dust en 1992 et King for a day en 1995, ce groupe à marquer son époque, groupe culte, sûrement....... En ce deuxième jour du festival Rock en seine, direction la grande scène pour l'apéro avec Billy Talent, sympathique mais sans plus, Offspring à 20h avec un chanteur qui a pris du poids, (j'ai même cru que c'était Elton John) pour un bon moment et une belle ambiance....poussiéreuse (à cause du terrain) et pour finir Faith no More à 22h15. Le reste, pas vu mais toute mon énergie se porte sur Faith No More. Nous sommes en 2009 et les retrouver plus de 10 ans après leur split, ça ressemble un peu à un rêve. Que doit-on attendre de cette...  La suite | Réagir

> Réponse le 08 septembre 2009, par Anne

D'accord avec tes avis sur les groupe vus en commun. Hommage pour la partie sur Zone Libre and Friends. (Je n'apprécierai juste pas de me faire traiter de Joey Starr, gare à la perceuse !!) Pour ma part, j'ai détesté The Horrors, j'avais envie de SECOUER le chanteur pour qu'il nous regarde quoi, qu'il fasse un truc, réagisse. En gros, j'avais l'impression qu'il se faisait chier et par extension qu'on le faisait chier. Bon, Faith no More, no more comments. Et Birdy Nam Nam me font tout doucement chier. En tous cas, ils ne pèseront plus dans mes prises décisions de choix de festivals.   Réagir


Birdy Nam Nam : les dernières chroniques concerts

Massive Attack, Birdy Nam Nam, Marina Kaye, Francis Cabrel, Jain, Stephan Eicher, Le Roi Angus, Tatum Rush, Alex Beaupain, The Two (Paléo Festival 2016) en concert

Massive Attack, Birdy Nam Nam, Marina Kaye, Francis Cabrel, Jain, Stephan Eicher, Le Roi Angus, Tatum Rush, Alex Beaupain, The Two (Paléo Festival 2016) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 21/07/2016
Le Roi Angus Pour le jeudi, on démarre toujours tranquillement avec le rituel du show case et là je découvre Le Roi Angus. Les 5 musiciens, bien dans leurs baskets... La suite

Birdy Nam Nam en concert

Birdy Nam Nam par odliz
Le Cabaret Aléatoire, le 22/01/2016
C'est dans un Cabaret plein à craquer que les trois acolytes de Birdy Nam Nam enchaînent leur nouvelle tournée marathon pour la sortie de leur quatrième opus, quatre ans... La suite

SOLIDAYS - JOUR 1 : Birdy Nam Nam, Orelsan, Don Rimini, Huoratron, Baadman, We Are The 90's en concert

SOLIDAYS - JOUR 1 : Birdy Nam Nam, Orelsan, Don Rimini, Huoratron, Baadman, We Are The 90's par Fredc
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 22/06/2012
On conviendra aisément que, à l'instar de presque tous les festivals cet été (et ce aussi bien en France qu'à l'étranger), le programme de cette édition 2012 de Solidays n'était... La suite

Birdy Nam Nam + La Femme en concert

Birdy Nam Nam + La Femme par Coline Magaud
Le Zénith, Paris, le 19/11/2011
Grosse soirée qui s'annonce au Zénith de Paris ce soir avec le concert quasi complet des enfants du pays, Birdy Nam Nam. La première partie est assurée par le groupe de new... La suite

Casey : les dernières chroniques concerts

6ème continent : Expeka trio : Casey - Troupé - Wa en concert

6ème continent : Expeka trio : Casey - Troupé - Wa par pirlouiiiit
La Meson, Marseille, le 11/11/2018
Le contexte : Ce concert est un des 68 évènements du festival Jazz Sur La Ville. Et c'est, en plus de la Meson, à l'émission "Le Coton Club" et Stéphane Galland que l'on doit ces... La suite

Martin Mey / Casey en concert

Martin Mey / Casey par Ysabel
Théatre des Salins : Martigues, le 11 Avril 2013
Acte 2 de la saison, pour les Soirées Incisif du Théâtre des Salins de Martigues. On retrouve la belle salle en béton ciré Du Bout De La Nuit, avec son fond de scène en brique... La suite

Casey + L'addition en concert

Casey + L'addition par Audrey H
Fuzz Yon, La Roche sur Yon, le 21/12/2012
Et ça commence, pour moi, par un retour aux sources après plus de 10 ans où je n'avais pas mis les pieds dans cette salle. Nous voilà au Fuzz'yon, en Vendée! Je redécouvre les... La suite

Cheveu : les dernières chroniques concerts

The Black Angels, Slowdive, A Place To Bury Strangers, Bo Ningen, Jen Cloher, Acid Mothers Temple, The KVB, Group Doueh & Cheveu, Elephant Stone, Cosmonauts, Ulrika Spacek, Moon Gogo, CFM, The Murlocs, The Holydrug Couple, Beach Fossils, Petit Fantome (Levitation France 2017) en concert

The Black Angels, Slowdive, A Place To Bury Strangers, Bo Ningen, Jen Cloher, Acid Mothers Temple, The KVB, Group Doueh & Cheveu, Elephant Stone, Cosmonauts, Ulrika Spacek, Moon Gogo, CFM, The Murlocs, The Holydrug Couple, Beach Fossils, Petit Fantome (Levitation France 2017) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 16/09/2017
Encore une super édition pour le festival Levitation France, l'immanquable version française du grand rassemblement d'obédience psychédélique initié à Austin, Texas par les... La suite

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire en concert

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 09/07/2017
Le samedi, c'était par ici ! Pour commencer sous des nuages antipathiques, après les anecdotiques Rocky et leur belle chanteuse, on est assez content de pouvoir retourner voir... La suite

Cheveu & Groupe Doueh en concert

Cheveu & Groupe Doueh par Phil2guy
Théâtre le Merlan - Marseille., le 18/05/2017
C'est le début de d'une tournée pour le trio électro garage Cheveu qui donne une série de concert en commun avec Le Groupe Doueh qui vient du Sahara Occidental. Les deux groupes... La suite

Groupe Doueh + Cheveu en concert

Groupe Doueh + Cheveu par Philippe
Le Merlan, Marseille, le 18/05/2017
Suite et fin des 10 ans du glorieux label Born Bad, commencés la semaine dernière avec un concert furieux de J.C. Satàn et Frustration au Cabaret Aléatoire... Plutôt que ses... La suite

Dananananaykroyd : les dernières chroniques concerts

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) en concert

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, Paris, le 29/08/2009
L'excellente deuxième journée du festival Rock en Seine a complètement fait oublier l'annulation d'Oasis la veille... A une ou deux exceptions près (Faith No More et les... La suite

Kaiser Chiefs + Dananananaykroyd en concert

Kaiser Chiefs + Dananananaykroyd par Zys
Le Transbordeur - Villeurbanne / Lyon, le 28/01/2009
Ce 28 janvier, les Kaiser Chiefs, que je suis depuis leur premier album, mais que je n'avais jusque là vu qu'une seule fois sur scène, se produisaient dans la salle intime du... La suite

Ebony Bones : les dernières chroniques concerts

Black Strobe, Ebony Bones, Ok Bonnie en concert

Black Strobe, Ebony Bones, Ok Bonnie par Sami
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 19/04/2013
Belle soirée electro rock proposée par le label Bi Pole. Le premier groupe, Ok Bonnie, attaque pied au plancher avec des assauts guitaristiques assez éloignés des quelques... La suite

Ebony Bones + Tristesse Contemporaine en concert

Ebony Bones + Tristesse Contemporaine par sami
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 04/03/2011
Première soirée des "Break Series" qui vont voir se succèder pas mal de bons concerts rock/electro en Mars. Contrairement à ce que son nom pourrait le suggérer le trio Tristesse... La suite

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) en concert

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, Paris, le 29/08/2009
L'excellente deuxième journée du festival Rock en Seine a complètement fait oublier l'annulation d'Oasis la veille... A une ou deux exceptions près (Faith No More et les... La suite

Faith No More : les dernières chroniques concerts

Hellfest 2015 (2/3) : Faith No More, Scorpions, Slash, Airbourne, Obituary, L7, Body Count, Ace Frehley, Marilyn Manson...  en concert

Hellfest 2015 (2/3) : Faith No More, Scorpions, Slash, Airbourne, Obituary, L7, Body Count, Ace Frehley, Marilyn Manson... par Gandalf
Clisson, le 20/06/2015
SAMEDI 20 JUIN Bizarrement, on se lève plus tard et on est moins frais en ce deuxième jour, allez comprendre hein... Par contre, une fois les festivités lancées, on... La suite

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) en concert

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, Paris, le 29/08/2009
L'excellente deuxième journée du festival Rock en Seine a complètement fait oublier l'annulation d'Oasis la veille... A une ou deux exceptions près (Faith No More et les... La suite

Sonisphère : Armored Saint, Faith No More, Lacuna Coil, Machine Head, Marilyn Manson, Porn Queen, Soulfly, The Darkness, Wolfmother par Rama
Snowhall Park - Amnéville, le 08/07/2012
Après un Sonisphère 2011 hors norme, les amateurs de métal ont retrouvé le Galaxie d'Amnéville les 07 et 08 Juillet 2012. Une deuxième édition "light", due, notamment, à l'annulation de dernière minute d'Evanescence suite au décès de la grand-mère d'Amy Lee. Ajoutons à cela les aléas climatiques qui ont également contraint l'annulation de Bloody... La suite

Kitty Daisy And Lewis : les dernières chroniques concerts

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) en concert

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, Paris, le 29/08/2009
L'excellente deuxième journée du festival Rock en Seine a complètement fait oublier l'annulation d'Oasis la veille... A une ou deux exceptions près (Faith No More et les... La suite

The Asteroïds Galaxy Tour : les dernières chroniques concerts

Sigur Ros, Get Well Soon, Dark Dark Dark, Grimes, Para One, The Asteroids Galaxy Tour, Crane Angels, Placebo, Owlle (Festival Rock en Seine 2012) en concert

Sigur Ros, Get Well Soon, Dark Dark Dark, Grimes, Para One, The Asteroids Galaxy Tour, Crane Angels, Placebo, Owlle (Festival Rock en Seine 2012) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, le 24/08/2012
On fête en grande pompe les 10 ans du festival Rock en Seine au Domaine National de Saint-Cloud du 24 au 26 août 2012, avec une programmation éclectique idéale pour contenter... La suite

Rock en Seine 2012 - Jour 1 : Placebo, Bloc Party, Dionysos, C2C, Asteroids Galaxy Tour, Miike Snow, Grimes, Owlle en concert

Rock en Seine 2012 - Jour 1 : Placebo, Bloc Party, Dionysos, C2C, Asteroids Galaxy Tour, Miike Snow, Grimes, Owlle par Fredc
Domaine National de Saint-Cloud, Saint-Cloud, le 24/08/2012
Pour sa dixième édition, le festival francilien, qui a déjà vu passer sur ses pelouses des artistes aussi renommés que Muse, Radiohead, Massive Attack, The White Stripes, Rage... La suite

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) en concert

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, Paris, le 29/08/2009
L'excellente deuxième journée du festival Rock en Seine a complètement fait oublier l'annulation d'Oasis la veille... A une ou deux exceptions près (Faith No More et les... La suite

(mes) Eurockéennes 2009 2/3 : The Answer, Peter Bjorn & John, The Asteroids Galaxy Tour, Tricky, Nneka, Kylesa, Passion Pit, Yuksek, Birdy Nam Nam en concert

(mes) Eurockéennes 2009 2/3 : The Answer, Peter Bjorn & John, The Asteroids Galaxy Tour, Tricky, Nneka, Kylesa, Passion Pit, Yuksek, Birdy Nam Nam par Philippe
Presqu'Ile du Malsaucy, Evette Salbert, le 04/07/2009
Pour le vendredi c'est par ici ! Encore des nuages lourds de menace et un cul bordé de nouilles pour cette deuxième journée des Eurockéennes. Dans la série festival engagé,... La suite

The Horrors : les dernières chroniques concerts

MIEN en concert

MIEN par Samuel C
Le Café de la Danse - Paris, le 24/09/2018
Dans un Café de la Danse à l'éclairage judicieusement tamisé, une invitation à une expérience spatio-temporelle était proposée par MIEN, un groupe composé de membres de The Black... La suite

Depeche Mode + The Horrors en concert

Depeche Mode + The Horrors par Xavier Averlant
Stade Pierre Mauroy, Villeneuve d'Ascq, le 29/05/2017
Lundi soir a eu lieu le grand retour de Depeche Mode dans le nord après le rendez vous manqué de 2013. En effet à l'époque, le concert de la tournée "Delta Machine" avait été... La suite

(mon) Rock en Seine 2014, 2/2 : Junip, St Paul & the Broken Bones, Thee Oh Sees, The Ghost of a Saber Tooth Tiger, Cheveu, Lucius, Emilie Simon & ONDIF, Portishead, Frànçois & the Atlas Mountain, The Horrors, St. Vincent en concert

(mon) Rock en Seine 2014, 2/2 : Junip, St Paul & the Broken Bones, Thee Oh Sees, The Ghost of a Saber Tooth Tiger, Cheveu, Lucius, Emilie Simon & ONDIF, Portishead, Frànçois & the Atlas Mountain, The Horrors, St. Vincent par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 23/08/2014
Le vendredi, c'est par ici ! Deuxième (et hélas dernière journée) pour nous dans cette bonne ville de Saint-Cloud, pour communier avec quelques 39 999 autres personnes dans... La suite

Midi Festival 2013 : The Horrors, Peter Hook & The Light en concert

Midi Festival 2013 : The Horrors, Peter Hook & The Light par Sami
Hippodrome de la Plage, Hyères., le 26/07/2013
Alors que les autres bons festivals Varois (Rockorama et Plages De Rock) ont du malheureusement annuler leur édition cette année, on est plutôt content de pouvoir se rendre à la... La suite

Yann Tiersen : les dernières chroniques concerts

Yann Tiersen en concert

Yann Tiersen par Mirabelwhite
Les Passagers du Zinc - Avignon, le 08/04/2011
Yann Tiersen en concert, c'est une grosse claque au niveau du Rock. Il entre en scène comme un papillon de nuit, un peu effrayé par la lumière, timide mais au premier cri " Yann... La suite

Yann Tiersen + Nestor is Bianca en concert

Yann Tiersen + Nestor is Bianca par Stephanie K
Salle Polyvalente de Montfavet, le 08/04/2011
Nestor is Bianca. Une montée toute en douceur avec une quinte masculine très agréable. Nestor is Bianca prend place, alors que la fosse termine tout juste de se remplir. Et... La suite

Yann Tiersen + Lonski & Classen en concert

Yann Tiersen + Lonski & Classen par Douarte
Cabaret Aléatoire, Friche Belle de Mai, Marseille, le 23/11/2010
Le Cabaret aléatoire était pratiquement plein en ce début de semaine. Je ne m'attendais pas à autant de monde même pour Yann Tiersen sachant qu'il y avait une grosse semaine de... La suite

The Black Angels + Yann Tiersen & Dust Lane Inc. + Dum Dum Girls + Owen Pallett +  Lonesome French Cowboy + Michel Cloup (La Route du Rock 2010) en concert

The Black Angels + Yann Tiersen & Dust Lane Inc. + Dum Dum Girls + Owen Pallett + Lonesome French Cowboy + Michel Cloup (La Route du Rock 2010) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 13/08/2010
Retour sur la première soirée passée à arpenter la Route du Rock 2010 en compagnie de Dum Dum Girls, Owen Pallett, Lonesome French Cowboy, Yann Tiersen & Dust Lane Inc. et The... La suite

Zone Libre : les dernières chroniques concerts

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) en concert

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) par Philippe
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2016
Programmation un poil hétéroclite ce soir pour le Festival Avec le Temps, dont on peut tout de même saluer un petit regain d'audace, malgré qu'ils ont inexplicablement raté les... La suite

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) en concert

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) par Vand
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2016
Une paye que je n'avais pas foutu les pieds à l'Espace Julien ! Totalement séduit par l'idée de (re)voir Zone Libre sur mes terres (pour rappel, la dernière fois c'était ici), je... La suite

Zone Libre vs Casey : les dernières chroniques concerts

Zone Libre + Solat en concert

Zone Libre + Solat par Lacrymoboy
Salle des Terres Blanches - Bouc Bel Air, le 05/11/2011
Bon allons à l'essentiel : Sous une pluie certaine direction Bouc-Bel-Air pour ce concert organisé par Aix'qui (Tour du Pays d'Aix). L'accueil est sympa (même la sécurité fait... La suite

Zone Libre vs Casey & B.James + Jesus is my girlfriend en concert

Zone Libre vs Casey & B.James + Jesus is my girlfriend par Mystic Punk Pinguin
Passagers du Zinc - Avignon (84), le 23/04/2011
Direction Avignon pour le concert de Zone Libre vs Casey et B. James. Zarb' qu'ils ne repassent pas par Marseille, les deux concerts précédents, de même que ceux de Casey en solo,... La suite

Zone Libre & Casey & B. James + Stone Black en concert

Zone Libre & Casey & B. James + Stone Black par Rockrollpadawan
L'Affranchi - Marseille, le 21/11/2009
Rien à dire. Y être et voir ça ! C'est sans doute la seule chose pertinente qu'on puisse dire après ce concert de l'Angle Mort. Une guitare, une basse, du flow, du rap, du rock,... La suite

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) en concert

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, le 26/08/2017
Mémorable concert de PJ Harvey en tête d'affiche sur la grande scène du festival Rock en Seine, dans le toujours très agréable parc de Saint-Cloud... Dès son apparition sur... La suite

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco en concert

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2017
Hélas, trois fois hélas, l'été se termine déjà, puisque son marqueur de fin, le toujours aimable festival Rock en Seine (15 ans déjà ! on a pas vu le temps passer depuis les... La suite

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Le samedi, c'était par ici ! On commence (mal) notre journée clodoaldienne en ratant (la faute à un repas en terrasse bien trop sympa) les Blues Pills hélas programmés à une... La suite