Accueil Chronique de concert (mon) Rock en Seine 2015, 2/2 : Kadavar, Pond, Last Train, Fuzz (Ty Segall), Jungle, Mark Lanegan Band, Parquet Courts, (Chemical Brothers)
Mardi 11 décembre 2018 : 10868 concerts, 25285 chroniques de concert, 5236 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mon) Rock en Seine 2015, 2/2 : Kadavar, Pond, Last Train, Fuzz (Ty Segall), Jungle, Mark Lanegan Band, Parquet Courts, (Chemical Brothers)

(mon) Rock en Seine 2015, 2/2 : Kadavar, Pond, Last Train, Fuzz (Ty Segall), Jungle, Mark Lanegan Band, Parquet Courts, (Chemical Brothers) en concert

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud 30 août 2015

Critique écrite le par


Après une bien belle première journée passée vendredi au Parc de Saint-Cloud, et un samedi où nous avons vaqué ailleurs dans la capitale (...à entendre les retours et à voir les vidéos des Libertines hier soir ici, nous n'avons rien manqué de crucial, à part sans doute une énième occasion de nous foutre de ce brave Pete Doherty...), retour à Rock en Seine, par un après-midi objectivement caniculaire. Personne ne se plaindra de ne pas finir les festival sous une de ses pourtant traditionnelles averses, mais quand même, heureusement qu'il y a des arbres partout, et des robinets ici ou là... Et donc d'autres moyens de se rafraichir que ces nouveaux verres, d'une mesquinerie sans nom, de 47 cl... et souvent servis trèèèèèèèèèès lentement ! Curieusement, un certain nombre de bars du festival semble en effet avoir recruté comme barmen et barmaids, des enclumes unijambistes sous Tranxène, tout en leur mettant dans les pattes une application dont on se demande bien à quoi elle peut bien servir, à part à les ralentir encore et à leur éviter du calcul mental de niveau CM1... Les organisateurs ne semblent pas réaliser le manque à gagner que peut représenter un tel niveau de service, mais après tout, tant mieux pour eux, s'ils n'ont pas besoin des recettes des bars...


Ce n'est certes pas dans les contrées germaniques d'où viennent les trois Kadavar, ou dans les festival de metal où ils se produisent habituellement, qu'on serait aussi maladroit à servir les flots de bière nécessaires : les barmen et barmaids finiraient immanquablement cul-nu, couvert(e)s de goudron et de plumes ! Petite déception originelle malgré leur apparence de type "fraichement décongelé des années 70", et le très gros son Zeppelino-Sabbathique développé d'entrée : que l'un des membres du trio ait changé, ja, kein problem, mais les trois musiciens sont quand même notoirement moins bien coiffés que sur leur somptueux disque précédent ! Il est vrai qu'ils en ont un tout nouveau et tout frais à vendre. Autre déception, ils manquent un tout petit peu d'humour, et leur orientation récente vers un hard rock un peu FM (Into the Night), via ce nouveau disque, est sans doute inappropriée. Par contre, ô grande joie, les splendides monuments heavy-psyché-stoner de leurs premiers albums sont bien là : la puissante Living in your head (et non pas "living in your hair"... comme on a cru l'entendre - il est vrai qu'il y aurait presque la place), ou Doomsday Machine et son riff totalement orgiaque ! Une fois trouvé un petit coin d'ombre au pied de la scène, on passe donc un très bon moment, rejoint par nos ami(e)s du jour, à se faire ramoner les écoutilles par ce trio puissant et pittoresque. Qui termine son set, sauf erreur, sur un Come Back Life qui déchire tout... Très tonique entrée en matière, donc !


En comparaison, aller s'avachir à l'autre bout du site, en compagnie des charmants Pond - d'assez beaux jeunes gens néanmoins affublés de chemises très discutables - sera une vraie récréation. Le jeune groupe (qu'on avoue connaître encore assez mal), est extrêmement doué pour trousser de bien belles balades psychédéliques à rallonge comme Man It Feels like space Again - ce qui nous ramène encore dix ans en arrière de Kadavar... Le groupe aura aussi l'avantage de nous permettre une impasse, plus tard, sur Tame Impala, déjà vu et ayant un son et des influences relativement proches et même, des musiciens en commun. Comme cet autre groupe, celui-ci sait aussi préserver des ponts et des passages tout à coup surpuissants et punchy, histoire que personne ne s'endorme trop longtemps sur les pelouses pourtant bien tentantes de la scène Pression Live... A noter par exemple une fin discoïde et franchement enthousiasmante avec leur autoproclamée "dance song" chantée d'une voix grave : Don't look at the Sun or you'll go blind, que tout un chacun finit en ondulant joyeusement des fesses au soleil. Bravo !


Mis devant le fait accompli et devant nos propres faiblesses - impossible de tout voir et grosse flemme de tout retraverser, on prend ensuite la décision d'aller découvrir Last Train, bien plus proche de nous que My Morning Jacket. Le jeune gang français qui assaille alors l'Industrie réoriente l'après-midi vers un rock plus noir et plus lourd, moins fun et plus référencé également, introduit par la B.O. de Kill Bill. Le look "dark, sexy et mystérieux" façon BRMC, c'est bien, mais le guitariste réalise quand même rapidement qu'un cuir fermé à double tour et une capuche ne sont pas forcément les tenues les plus appropriées pour jouer en bondissant en plein aprème, face au soleil, par 36 °C... Avec un son parfait dans le genre, mais des compositions un peu monolithiques, le groupe a l'avantage de garnir la scène rock française d'une bonne nouvelle référence, emmenée par un chanteur très content et même un peu ému d'être là. On ratera néanmoins la fin à l'occasion d'une de ces attentes déraisonnables à une buvette, dont on a déjà parlé.


Dans des temps pas si anciens, et ça avait son charme, une star pouvait se planquer dans un side-project et y être presque incognito. Tel Nick Cave qui avait joué devant 5000 personnes à peine à Belfort, sous l'appellation Grinderman - un concert où l'auteur de ces lignes avait failli trépasser de bonheur. Mais à cause des moyens de communication modernes, personne ne peut plus ignorer qu'aujourd'hui à la batterie de ce trio de rock au nom assez banal, Fuzz, va s'asseoir l'auteur du meilleur vinyle de 2014 (et possiblement du meilleur concert aussi), notre bien-aimé Ty Segall ! Le fait qu'il soit maquillé de blanc et porte une chemise à rayures, et que son bassiste soit attifé en fille à chaussettes blanches et robe-qui-pique-les-yeux, n'y changeront rien, d'autant que la patte du jeune et déjà immense rocker de SF s'entend même sur les instruments dont il ne joue pas... Il s'avère en effet instantanément, et jusqu'à la fin du concert (malgré quelques petits flottements ici ou là) que ce groupe a un son proprement génial, passionnant et par moments même, encore plus blacksabbathique que celui des teutons d'avant (décidément le choix personnel d'un T-shirt à l'effigie de ce groupe était plus que pertinent aujourd'hui...).


Certes, les compositions sont moins marquantes et fonctionnent davantage à l'énergie (breaks d'enfer, riffs surpuissants) que dans son oeuvre solo : avouons que Fuzz est un peu moins intéressant, sur disque, que Ty Segall... Mais putain de bordel, ce qu'elles peuvent être jouissives en live, ces chansons rock/psyché/stoner, groovy et déjantées, chantées ou aboyées tour à tour et sans faillir par chaque membre du groupe, par une batterie bouillonnante et des amplis portés à ébullition par des assauts incessants de cordes déchaînées ! D'ailleurs, tout en nous soulevant littéralement de terre avec sa rythmique, le groupe prend aussi très au sérieux l'ambiance infernale qu'il a mis dans la fosse, encourageant par exemple le public à ne pas lâcher un crowdsurfer au long cours ("If this guy falls, we're done !", ce qui n'arrivera pas, heureusement). Une nouvelle rassurante pour finir : en plus d'avoir l'air relativement équilibré (et en tout cas jamais pris défoncé sur scène), Ty Segall a officiellement eu 28 ans au début de l'été : voilà enfin un pur génie du rock qui a échappé à la malédiction du Club des 27... Et qui, à notre humble avis, a donné le meilleur concert de rock de cette édition 2015, salué par une gigantesque ovation qu'il n'a pas volée !


Après un tel concert, il faut savoir céder à ses bas instincts et aller s'asseoir pour récupérer et blaguer avec les copains qu'on ne voit pas souvent... On ne reprendra donc nos esprits qu'en arrivant un peu tard (leur jolie scène est déjà trop prise d'assaut pour s'en approcher), pour revoir les super chouettes Jungle, découverts sur la plages du Malsaucy l'été dernier. Bring the heat ? Elle est déjà là, merci ! Fort d'un charisme certain et d'un répertoire globalement chaud comme une paire de fesse bronzées dépassant d'un short en satin trop court, c'est un groupe désormais ultra-sûr de lui et de ses effets qui déroule son unique album de groove volcanique : The Heat, Accelerate, Julia, etc. Ils peuvent bien jouer les chansons exactement comme sur disque et porter des costumes improbables, leur musique est une machine à danser imparable, et leur frontman un entertainer surmotivé, comme achèveront de le prouver en fin de set, les juste irrésistibles et déjà classiques Busy Earning et Time... Alors okay, on ne verra jamais Michael, ni aucun autre Jackson sur scène mais quand même, ceci en est un ersatz tout à fait acceptable, aussi sexy que réjouissant ! Ouf, fait chaud là non ?


Un rafraichissement plus tard, et il est temps de redescendre un peu en température. Que Mark Lanegan soit un survivant héroïque d'années d'excès (où un de ses meilleurs amis a rejoint le fameux Club des 27 déjà cité), un compositeur prolifique et stylé (plusieurs titres de son dernier album, mais pas le meilleur, vont être joués), accessoirement l'interprète de la plus belle comptine du monde avec les QOTSA, c'est un fait... D'ailleurs il s'était révélé totalement fascinant, en jouant pratiquement dans le noir, ici même il y a 3 ans. On aura toutefois plus de mal à être captivé cette fois-ci, la faute d'abord à un mixage pas génial où sa voix rocailleuse et fascinante n'est pas suffisamment mise en valeur. Et ensuite à une application trop littérale du nom de son groupe, Mark Lanegan Band : pas un regard, pas un échange avec eux (et guère plus avec nous, d'ailleurs) : le chanteur semble un peu en pilotage automatique, et les autres aussi, même sur ses tubes historiques (The Gravedigger, Hit the City etc.). C'est évidemment un peu problématique pour ambiancer un concert, heureusement sauvé par quelques passages plus dansants (en particulier la fameuse Ode to Sad Disco). Rien d'inoubliable cependant : un jour sans ?


Avouons qu'on s'amusera davantage, après un petit temps d'adaptation nécessaire à leur son et à leurs compositions assez originales et parfois dissonantes (l'un des deux chanteurs est un peu juste, ou plutôt pas vraiment juste), aux Parquet Courts ! En voilà un groupe qu'on a complètement raté à sa sortie et pourtant qui s'amuse à tous les quatre, joliment éclairé et sonorisé, à revisiter un post-punk qui a deux fois son âge... Et qui peut aussi envoyer sans crier gare du rock'n'roll de fonds de potards, avec une énergie jubilatoire, avant de finir sans concession avec un morceau aussi long que calme... En outre, son public s'est étoffé joliment en cours de set de toutes les personnes, nous y compris, qui ne comprennent pas ce qu'on peut bien trouver à Alt-J, et ne se sont donc pas pressées de courir vers la grande scène... Et au final, le groupe finit ovationné et manifestement adopté par le plus grand nombre. A revoir sans fautes, mais si possible après les avoir un peu travaillés au sillon !


On finit cette journée bien remplie par un tour aux Chemical Brothers, déjà re-re-revus cet été, et vraiment pour accompagner encore quelques instants nos amis les plus motivés... Pas besoin d'être devin pour imaginer que le light show et la setlist seront identiques, commençant d'ailleurs par les mêmes titres (Do It Again, Hey Boy hey Girl, Go, Swoon, ...), et que le tout finira donc par Block Rocking Beats... Il faut néanmoins le reconnaitre, le son paraît ici 15 à 20 % plus puissant qu'aux Eurockéennes - la forme plus encaissée de ce site peut-être ? Donc oui, ça vous râcle efficacement les côtelettes, vous en avez les dents qui claquent, les yeux qui sèchent dans leurs orbites et les fesses qui disent bravo, mais quand même, nos réserves sur la datation de ces compositions "so 1995" n'ont pas changé... On laissera donc les jeunes générations qui n'y étaient pas en profiter, en exprimant quand même un sérieux doute sur le respect de la législation sonore ("105 dB en tout point de la salle" ? ha, ha...). Allez, si c'est trop fort, c'est sûrement qu'on doit être trop vieux, pas vrai ?


Après un passage anecdotique à N'To, électro sympa qu'on pourra sans doute recroiser à Marseille, rideau sur un (comme toujours) super sympathique festival de fin d'été, où il fait bon vivre à condition de n'avoir pas trop soif, et où on est jamais être trop secoué par la programmation, toujours chargée au ras de la gueule de valeurs sûres et enthousiasmantes. Il y a quelques années, on y faisait des queues homériques aux toilettes et on ne les fait plus : il doit donc y avoir moyen aussi de régler les queues aux bars, par une simple augmentation de leur efficacité et/ou de leur capacité... A l'an prochain avec cette amélioration espérée, donc !

Longue vie à Rock en Seine !

Photos de Kadavar & Jungle par Nicolas Joubard, de Pond, Last Train, Mark Lanegan & Parquet Courts par Victor Picon, de Fuzz par Boris Allin, de Chemical Brothers par Olivier Hoffschir. Merci !

------------------
Flashback : Chroniques de notre passage aux éditions 2004, 2005, 2006, 2007, 2009, 2011, 2012 & 2014 du Festival Rock en Seine !

Rock en Seine : les dernières chroniques concerts

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) en concert

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, le 26/08/2017
Mémorable concert de PJ Harvey en tête d'affiche sur la grande scène du festival Rock en Seine, dans le toujours très agréable parc de Saint-Cloud... Dès son apparition sur... La suite

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016) par Stéphane Pinguet
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante,... La suite

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Le samedi, c'était par ici ! On commence (mal) notre journée clodoaldienne en ratant (la faute à un repas en terrasse bien trop sympa) les Blues Pills hélas programmés à une... La suite

Cassius (Festival Rock en Seine 2016) en concert

Cassius (Festival Rock en Seine 2016) par lol
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Rien n'est plus galvaudé que le label "french Touch" quand on parle d'électro. S'il est souvent accolé au premier péquin français qui fait de la musique avec un ordinateur,... La suite

Fuzz (Ty Segall) : les dernières chroniques concerts

Interview de Ty Segall pour la sortie de l'album Freedom's Goblin en concert

Interview de Ty Segall pour la sortie de l'album Freedom's Goblin par Pierre Andrieu
Los Angeles, le 06/02/2018
En grande forme sur scène l'été dernier avec son nouveau groupe The Freedom Band puis cet automne sur les cinq (oui, 5 !) nouveaux titres dévoilés avant la sortie de l'album... La suite

Interview avec Ty Segall à l'occasion de la sortie fin janvier 2017 de son nouvel album éponyme en concert

Interview avec Ty Segall à l'occasion de la sortie fin janvier 2017 de son nouvel album éponyme par Pierre Andrieu
Los Angeles, le 16/03/2017
Que demande le peuple rock 'n roll de France ? Un nouveau skeud de Ty Segall tous les 3 mois, voire tous les 6 mois à l'extrême limite ? Pas la peine de stresser mesdames et... La suite

Fuzz - Ty Segall, Charles Moothart & Chad Ubovich - (Festival Rock en Seine 2015) en concert

Fuzz - Ty Segall, Charles Moothart & Chad Ubovich - (Festival Rock en Seine 2015) par Pierre Andrieu
Domaine national de Saint-Cloud, le 30/08/2015
Fuzz Comme à La Route du Rock quinze jours plus tôt au début d'une fraîche soirée de rêve présentant également Wand, Thurston Moore, Algiers et Timber Timbre, mais... La suite

Thurston Moore, Fuzz, Wand, Timber Timbre, Algiers, The Notwist, Sun Kil Moon (La Route du Rock Collection été 2015) en concert

Thurston Moore, Fuzz, Wand, Timber Timbre, Algiers, The Notwist, Sun Kil Moon (La Route du Rock Collection été 2015) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 14/08/2015
Encore une très bonne édition de La Route du Rock, avec quatre jours permettant de plonger dans un grand bain de musique indé classieuse, du 13 au 16 août 2015, à quelques... La suite

Kadavar : les dernières chroniques concerts

Kadavar + Witchfinder en concert

Kadavar + Witchfinder par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 22/03/2018
C'est une petite Coopé très bien remplie qui accueille le jeudi 22 mars - à initiative de l'asso Black Owl - un plateau bien lourd et très gras réunissant les locaux de... La suite

Levitation France 2014 : Allah-Las, The Soft Moon, Moon Duo, Joel Gion, Loop, The GOASTT, Woods, Kadavar, POW !, The Asteroid #4, Christian Bland, Spindrift, Aqua Nebula Oscillator, JC Satan, Orval Carlos Sibelius, Holy Wave, White Hills, Eagles Gift, Quilt  en concert

Levitation France 2014 : Allah-Las, The Soft Moon, Moon Duo, Joel Gion, Loop, The GOASTT, Woods, Kadavar, POW !, The Asteroid #4, Christian Bland, Spindrift, Aqua Nebula Oscillator, JC Satan, Orval Carlos Sibelius, Holy Wave, White Hills, Eagles Gift, Quilt par Pierre Andrieu
Le Chabada, Angers, le 20/09/2014
Gros week-end de concerts psyché à l'occasion du festival Levitation France, les 19 et 20 septembre à Angers, dans l'enceinte du Chabada. Pour cette version européenne (et... La suite

Last Train : les dernières chroniques concerts

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017)   en concert

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017) par Lily Rosana
Aix-Les-Bains, le 13/07/2017
"Les 15 ans de Musilac !", "Déjà !" diront les musilakiens de la première heure. "Seulement !" crieront les gourmands. J'ai eu la chance de pouvoir être spectatrice des 4 jours... La suite

Muse, The Lumineers, Aaron, Lia, Grand Blanc, Courtney Barnett, Last Train, The Deaf (Paléo Festival 2016) en concert

Muse, The Lumineers, Aaron, Lia, Grand Blanc, Courtney Barnett, Last Train, The Deaf (Paléo Festival 2016) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 19/07/2016
Nous voilà ici, de retour en Suisse, pour assister au Paléo 40+1 !!! La barre des 40 est passée, et l'ambiance du Paléo est toujours présente. On y retrouve aussi pas mal de... La suite

(mes) Eurockéennes 2016, 1/2 : Last Train, Elle King, The Inspector Cluzo, Allah Las, Bibi Bourelly, Beck, Otherkin, Air, Foals en concert

(mes) Eurockéennes 2016, 1/2 : Last Train, Elle King, The Inspector Cluzo, Allah Las, Bibi Bourelly, Beck, Otherkin, Air, Foals par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 02/07/2016
Il en a fallu, des amitiés fidèles depuis nos lointaines études, des tentes défoncées puis des hébergeurs adorables et constants, des déménageurs compatissants, des mamans... La suite

(mon) Download Festival 2016 : Lofofora, Strange Bones, Trivium, New Years Day, Children of Bodom, Sabaton, Rival Sons, Volbeat, Last Train, Megadeth, Rammstein en concert

(mon) Download Festival 2016 : Lofofora, Strange Bones, Trivium, New Years Day, Children of Bodom, Sabaton, Rival Sons, Volbeat, Last Train, Megadeth, Rammstein par Philippe
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 12/06/2016
Arrivée en France du Download Festival, le gros machin metal de Live Nation, donc ? Personne n'est dupe, ce n'est pas de la philanthropie, l'idée est évidemment d'aller empiéter... La suite

Mark Lanegan : les dernières chroniques concerts

Mark Lanegan Band en concert

Mark Lanegan Band par Samuel C
Café de la Danse - Paris, le 25/11/2017
Deux légendes vivantes qui ont définitivement marqué les grandes décennies noisy et (post) grunge ont foulé les planches du Café de la Danse en moins d'une semaine. Thurston... La suite

Main Square Festival 2017 - jour 3 : RADIOHEAD, SAVAGES, LEMON TWIGS, MARK LANEGAN, LA FEMME, SEASICK STEVE, SPOON en concert

Main Square Festival 2017 - jour 3 : RADIOHEAD, SAVAGES, LEMON TWIGS, MARK LANEGAN, LA FEMME, SEASICK STEVE, SPOON par Xavier Averlant
La Citadelle d'Arras, le 02/07/2017
Le troisième et dernier jour du Main Square festival est placé sous le signe des groupes "à guitares"... MARK LANEGAN On commence l'après midi avec l'ex Screaming... La suite

Mark Lanegan en concert

Mark Lanegan par Charliii
La Péniche, Lille, le 04/05/2016
Pour la troisième fois en moins d'un an, on retrouve l'infatigable Mark Lanegan. En août, il avait rempli le Grand Mix à Tourcoing, une salle dont la taille lui convenait très... La suite

John Cale présente l'album The Velvet Underground and Nico (+ invités : Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective)  en concert

John Cale présente l'album The Velvet Underground and Nico (+ invités : Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective) par lol
Philharmonie de Paris , le 03/04/2016
Comme pour beaucoup de monde, le Velvet Underground est à mes yeux un groupe majeur, qui a bousculé et changé la face du rock en y transfigurant son côté obscur, arty et... La suite

Parquet Courts : les dernières chroniques concerts

A.Savage (Parquet Courts) + Jack Cooper (Ultimate Painting) en concert

A.Savage (Parquet Courts) + Jack Cooper (Ultimate Painting) par Titouan Massé
Le Pop-up du label, Paris, le 26/01/2018
20h20, il y a du monde qui attend le concert d'A.Savage (échappé du groupe Parquet Courts) devant le Pop Up du Label mais on rentre rapidement, juste à temps pour choper une bonne... La suite

The Jesus And Mary Chain, Arab Strap, Parquet Courts, The Black Lips, Cold Pumas, Temples (La Route du Rock Collection été 2017) en concert

The Jesus And Mary Chain, Arab Strap, Parquet Courts, The Black Lips, Cold Pumas, Temples (La Route du Rock Collection été 2017) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 19/08/2017
Après une énorme première soirée au Fort de Saint-Père pour La Route du Rock Collection été 2017, avec des prestations mémorables de PJ Harvey, Thee Oh Sees, Idles et Car Seat... La suite

Shellac, Ty Segall & The Muggers, Dinosaur Jr, Algiers, The Mystery Lights, Nots, Metz, Cavern Of Anti-Matter, Quetzal Snakes, Parquet Courts, Girl Band, Dirty Fences, Steve Gunn, Daddy Long Legs, Dilly Dally (This Is Not A Love Song Festival 2016) en concert

Shellac, Ty Segall & The Muggers, Dinosaur Jr, Algiers, The Mystery Lights, Nots, Metz, Cavern Of Anti-Matter, Quetzal Snakes, Parquet Courts, Girl Band, Dirty Fences, Steve Gunn, Daddy Long Legs, Dilly Dally (This Is Not A Love Song Festival 2016) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 05/06/2016
Prog démente, site impeccable (superbe salle, jardin éphémère avec deux scènes extérieures bucoliques), soleil garanti, tarifs modérés, le This Is Not A Love Song Festival,... La suite

Parquet Courts (Festival Rock en Seine 2015) en concert

Parquet Courts (Festival Rock en Seine 2015) par Pierre Andrieu
Domaine national de Saint-Cloud, le 30/08/2015
Parquet Courts Début de soirée particulièrement excitant sur le scène Pression Live au festival Rock en Seine, avec un set sec comme un coup de trique et aussi... La suite

Pond : les dernières chroniques concerts

Bror Gunnar Jansson + Whitney + Frank Carter & The Rattlesnackes  + Pond + Black Angels + Teenage Fanclub (This is Not a Love Song - J3) en concert

Bror Gunnar Jansson + Whitney + Frank Carter & The Rattlesnackes + Pond + Black Angels + Teenage Fanclub (This is Not a Love Song - J3) par g
Nimes, le 11/06/2017
THIS IS NOT A LOVE SONG. ... But This a (good) live song. Dimanche, 11 juin 2017. Nous avons raté les jours un et deux mais les retours, glanés de ci, de là sur le site sont... La suite

Pond en concert

Pond par Yogui
La Maroquinerie, Paris , le 01/03/2015
Rendez-vous à la Maroquinerie le 1er mars pour découvrir le groupe Pond en live... Les Australiens m'avaient déjà séduit avec leur album Hobo Rocket, mais leur dernier opus,... La suite

The Chemical Brothers : les dernières chroniques concerts

(mes) Eurockéennes 2015, 1/2 : Grunge, Ibeyi, Seasick Steve, The Bawdies, Etienne Daho, Bo Ningen, Sleaford Mods, Major Lazer, Foxygen,  Chemical Brothers en concert

(mes) Eurockéennes 2015, 1/2 : Grunge, Ibeyi, Seasick Steve, The Bawdies, Etienne Daho, Bo Ningen, Sleaford Mods, Major Lazer, Foxygen, Chemical Brothers par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 04/07/2015
Et soudain, le doute saisit le chroniqueur, déferlant sur son esprit tel une armée grimaçante et marronnasse de Wildlings revenus d'entre les morts, franchissant le Mur écroulé... La suite

Festival de Nimes : The Do + Crystal Castles + Metronomy + Chemical Brothers en concert

Festival de Nimes : The Do + Crystal Castles + Metronomy + Chemical Brothers par Yann B
Arènes - Nimes, le 06/07/2011
Seule virée à Nîmes cette année pour nous, mais d'importance, puisque ce concert constitue mon cadeau d'anniversaire, avec les maîtres anglais de l'electro en tête d'affiche. ... La suite

Main Square Day 1 : Limp Bizkit, Queens of the Stone Age, Eels, Selah Sue, Beady Eye, Warpaint, Shaka Ponk...  en concert

Main Square Day 1 : Limp Bizkit, Queens of the Stone Age, Eels, Selah Sue, Beady Eye, Warpaint, Shaka Ponk... par Boby
Citadelle, Arras, le 01/07/2011
Back to the roots pour la 7 éme édition du Main Square. Si les dernières années le Main Square avait pu habituer à une programmation dont le line up donnait des allergies... La suite

(mon) Rock en Seine 2004 : The White Stripes, Archive, Sonic Youth, Muse, Buck 65 ... en concert

(mon) Rock en Seine 2004 : The White Stripes, Archive, Sonic Youth, Muse, Buck 65 ... par Philippe
Paris, parc de Saint-Cloud, le 27/08/2004
Le petit dernier des festivals avait bien une affiche qui justifiait le déplacement de loin, pour un amateur de rock. Bonne surprise : accès en métro super facile et fléché, le... La suite

Ty Segall And The Freedom Band : les dernières chroniques concerts

Interview de Ty Segall à l'occasion de la sortie de l'album <i>Joy</i>, enregistré en duo avec White Fence en concert

Interview de Ty Segall à l'occasion de la sortie de l'album Joy, enregistré en duo avec White Fence par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 20/07/2018
De passage au This Is Not A Love Song Festival pour promouvoir l'excellent album "Freedom's Goblin" avec un concert flamboyant sur la grande scène plantée devant la salle de... La suite

Ty Segall And The Freedom Band + Mike Donovan en concert

Ty Segall And The Freedom Band + Mike Donovan par Lebonair
Le Bataclan - Paris, le 14/06/2018
Parmi nos chouchous à Concertandco depuis quelques années, on retrouve naturellement le jeune Californien Ty Segall. Le chanteur, guitariste, batteur, multi-instrumentiste ultra... La suite

Ty Segall And The Freedom Band (TINALS This Is Not A Love Song Festival 2018) en concert

Ty Segall And The Freedom Band (TINALS This Is Not A Love Song Festival 2018) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 02/06/2018
Habitué du This Is Not A Love Song Festival de Nîmes (où il a déjà joué moult fois, à notre plus grande joie d'ailleurs !), Ty Segall a une fois de plus fait un crochet par... La suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall en concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall par Philippe
Paloma, Nîmes, le 02/06/2018
Le vendredi, c'était par ici ! Deuxième journée et pas la moindre à TINALS, qui se joue encore une fois des nuages vaguement menaçants qu'on aperçoit ici ou là pendant la... La suite

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) en concert

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, le 26/08/2017
Mémorable concert de PJ Harvey en tête d'affiche sur la grande scène du festival Rock en Seine, dans le toujours très agréable parc de Saint-Cloud... Dès son apparition sur... La suite

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco en concert

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2017
Hélas, trois fois hélas, l'été se termine déjà, puisque son marqueur de fin, le toujours aimable festival Rock en Seine (15 ans déjà ! on a pas vu le temps passer depuis les... La suite

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Le samedi, c'était par ici ! On commence (mal) notre journée clodoaldienne en ratant (la faute à un repas en terrasse bien trop sympa) les Blues Pills hélas programmés à une... La suite