Accueil Stephen Malkmus & The Jicks en concert
Lundi 22 janvier 2018 : 12429 concerts, 24817 chroniques de concert, 5195 critiques d'album.


L'ex guitariste chanteur et songwriter de Pavement, Stephen Malkmus, revient en 2014 - après la reformation scénique de son mythique combo - avec son autre groupe, The Jicks, pour poursuivre ses aventures avec un album, Wig Out At Jagbags (lire la chronique du disque ici) et des concerts... www.facebook.com/pages/Stephen-Malkmus-The-Jicks

Stephen Malkmus & The Jicks : vos chroniques d'albums
Site

Stephen Malkmus & The Jicks en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Stephen Malkmus & The Jicks : l'historique des concerts

Di.

24

Août

2014

Rock en Seine en concert
Rock En Seine 2014: Queens Of The Stone Age, Lana Del Rey, Janelle Monae, Airbourne, Warpaint, Selah Sue, , Thurston Moore, Kavinsky, Tinariwen, Stephen Malkmus, Brody Dalle, Cloud Nothings, Feu! Chatterton, Petit Fantome, Forever Pavot, T.i.t.s., La Roux Rock en Seine | Stephen Malkmus & The Jicks | Queens Of The Stone Age | Feu! Chatterton | Tinariwen | Brody Dalle | Kavinsky | Thurston Moore | Cut Copy | Forever Pavot | Blood Red Shoes | La Roux | Airbourne | Jeanne Added | Warpaint | Janelle Monae | Selah Sue | Petit Fantôme | Lana Del Rey | Cloud Nothings | T.I.T.S | The Fat White Family
Parc de Saint Cloud - St Cloud (75)

Di.

02

Fév.

2014

Stephen Malkmus & The Jicks Bitterzoet - Amsterdam (Hollande)

Sa.

01

Fév.

2014

Stephen Malkmus & The Jicks L'Orangerie - Bruxelles

Sa.

25

Janv.

2014

Stephen Malkmus & The Jicks Le Fri-son - Fribourg (Ch)

Sa.

18

Janv.

2014

Stephen Malkmus & The Jicks Divan du Monde - Paris 18ème (75)

Di.

12

Août

2012

La Route du Rock en concert
Mazzy Star, Stephen Malkmus And The Jicks, Colin Stetson, The Walkmen, Cloud Nothings, Judah Warsky, Hanni El Khatib, Chromatics La Route du Rock | Stephen Malkmus & The Jicks | The Walkmen | Chromatics | Colin Stetson | Hanni El Khatib | Cloud Nothings | Mazzy Star | Judah Warsky
Fort de saint pere - Saint pere marc en poulet (35)

Ma.

24

Avril

2012

Stephen Malkmus & The Jicks + Michael Hurley / Carte Blanche La Gaîté Lyrique - Paris 3ème (75)

Sa.

21

Avril

2012

Stephen Malkmus & The Jicks : les dernières chroniques concerts 4 avis

La Route du Rock 2012 : The XX, The Walkmen, Mazzy Star, Hanni El Khatib, Lower Dens, Chromatics, The Soft Moon, Spiritualized, Dominique A, Alt-J, Ela Orleans, Willis Earl Beal, Stephen Malkmus & The Jicks, Colin Stetson, Mark Lanegan...

Critique écrite le 16 août 2012, par Clement Chevrier

Fort de Saint-Père, Saint-Malo 10, 11 et 12 août 20

La Route du Rock 2012 : The XX, The Walkmen, Mazzy Star, Hanni El Khatib, Lower Dens, Chromatics, The Soft Moon, Spiritualized, Dominique A, Alt-J, Ela Orleans, Willis Earl Beal, Stephen Malkmus & The Jicks, Colin Stetson, Mark Lanegan...  en concert

Suite à une longue ascèse festivalière due à nombre de raisons croisant l'écœurement Live Nation, l'excitation des plus modestes qu'a pu susciter en moi la suprématie actuelle du régime de la hype, ainsi qu'une patience de plus en plus mesurée à l'égard du bovinisme absolu du festivalier lambda, j'ai regoûté, en bonne compagnie et le goût de l'interdit en bouche, aux joies du camping crade et de sa glacière tiède, de la nourriture invariablement avariée et de la bière juste mauvaise. La Route du Rock se distingue, ni néo-festival de hipster, ni barnum improbable, et sa programmation a pour elle de ne jamais la tenir bien loin de l'accident de trésorerie, signe qualitatif certain. Reste qu'elle n'est évidemment pas à l'abri de ce qui la fait vivre, son public, et quelques sales paires de grosses lunettes, shorts tailles hautes et autres uniformes de la semaine se sont unis aux pantacourts, t-shirts détournant des logos et drapeaux bretons pour nous rassurer : il faudrait composer avec le contingent de congénères majoritaires spectacularisés au possible. Sept heures de route, un montage sans trainer du campement sonorisé par les sympathiques Yeti Lane qui sans bouleverser, s'étaient révélés assez agréables en première... Lire la suite

Stephen Malkmus And The Jicks + Weird Dreams

Critique écrite le 19 novembre 2011, par Pierre Andrieu

La Gaîté Lyrique, Paris 16 novembre 2011

Stephen Malkmus And The Jicks + Weird Dreams en concert

Très belle soirée à la Gaîté Lyrique (Paris) en compagnie de Stephen Malkmus And The Jicks, absolument parfaits dans leur rôle de branleurs indie rock lors de la présentation en live de leur dernier album Mirror Traffic... Sur scène, l'ex Pavement et son groupe s'amusent comme des gamins à jouer ensemble - et souvent admirablement faux - leur country pop rock slacker. Tout le contraire de la première partie, Weird Dreams, sinistre combo anglais de pop maniérée, poseuse et insipide, s'emmerdant fermement à ânonner scolairement leur pénible revival eighties, uniquement réservé à ceux qui suivent aveuglément - sans écouter, juste parce que ça fait trop cool de " liker " - les avis de Pitchfork, et de leur " brillants " suiveurs français, Les Inrocks ou Magic. Après la première partie poliment applaudie par le public, c'est une véritable ovation qui accueille l'arrivée de Stephen Malkmus And The Jicks sur les planches de la Gaîté Lyrique, une excellente salle de 700 places permettant de bien voir les artistes où que l'on soit placé, d'avoir quasiment l'impression d'être sur scène grâce à une scénographie abolissant les rideaux sur les côtés de la scène et... d'en prendre plein les oreilles ! Entre deux bonnes rigolades entre... Lire la suite

Pavement + The National

Critique écrite le 10 mai 2010, par pierre

Le Zénith de Paris 7 mai 2010

Pavement + The National en concert

Magistral plateau indie rock américain au Zénith de Paris le vendredi 7 mai avec les excellents New Yorkais de The National, de sortie pour la promotion de leur nouvel opus High Violet, et les mythiques Californiens de Pavement, très récemment reformés pour une tournée coïncidant avec la parution d'un foisonnant Best Of, Quarantine The Past... Malgré quelques craintes initiales sur la qualité du son (le zénith n'est pas connu pour avoir la meilleure acoustique de France), la durée des concerts (ces gens-là ont ils envie de jouer ou de cachetonner ?) et l'ambiance (ces hordes de trentenaires et de quadras réunis au même endroit, ça fait un peu peur !), toutes les réticences ont été balayées une à une par deux concerts de très haut niveau... The National Dans un Zénith qui commence tout juste à se remplir, le groupe The National arrive sur la pointe des pieds, sans doute impressionné de devoir jouer dans une si grande salle en première partie de ses héros de Pavement. Le son est approximatif, ça sature et l'on se demande si les new Yorkais vont réussir à se mettre dans le bain assez rapidement pour séduire le public et le faire réagir. Fin du suspens dès le deuxième morceau, l'un des meilleurs d'High Violet, Anyone Ghost,... Lire la suite

Muse + Stephen Malkmus + The Divine Comedy + Tahiti 80 + JJ72 (Le Printemps de Bourges 2001)

Critique écrite le 23 avril 2001, par Pierre Andrieu

Bourges L'Igloo 18 avril 2001

Le concert de Bonnie Prince Billy étant annulé (quel dommage !), c'est JJ72, un groupe irlandais, qui débute la soirée pied au plancher. JJ72 Ils sont invités par Muse sur cette mini tournée européenne, il y a pas mal de similitudes entre les deux groupes : ils sont trois, ils sont jeunes, ils font du rock, le chanteur a une voix haut perchée et joue de la guitare de manière énergique. Si leur prestation a duré seulement 40 minutes, ils ont eu le temps de montrer qu'ils avaient de l'avenir. Enfin, s'ils n'attrapent pas la grosse tête avec les louanges des journaux anglais... Les titres les plus accrocheurs et énervés (October swimmer, Undercover angel, Oxygen, Long way south, Snow) ont bien sûr été joués mais le chanteur a aussi interprété tout seul à la guitare folk deux chansons calmes (Willow, Improv) assez réussies. Tahiti 80 Puis Tahiti 80 fait son apparition sur la scène du bien nommé Igloo. Ces jeunes français dont le fan club japonais est déjà conséquent jouent une pop qui donne envie de bouger son corps, ils sont souriants, détendus et sont appréciés par la plupart du public. Tahiti 80 bénéficie de la présence d'un bassiste aux cheveux frisés qui se déhanche lascivement sur tous les titres : il a le rythme dans... Lire la suite

Stephen Malkmus & The Jicks : les chroniques d'albums

Stephen Malkmus & The Jicks : Wig Out At Jagbags

Chronique écrite le 09/01/2014, par Pierre Andrieu

Stephen Malkmus & The Jicks : Wig Out At Jagbags

Après avoir reformé Pavement sur scène en 2010 et avoir fait paraître le très bon album Mirror Traffic en 2011 avec son nouveau combo, The Jicks, Stephen Malkmus enchaîne en sortant début 2014, Wig Out At Jagbags, un nouveau bon cru fleurant bon l'indie rock nonchalant, léger et inspiré... Éternellement cool semble-t-il, le leader, guitariste et songwriter de Stephen Malkmus & The Jicks s'attache à offrir à ses fans des morceaux en forme d'hymnes juvéniles à la décontraction, à la fainéantise et à l'avachissement contre-productif... Attention, cela ne veut pas dire que le disque est bâclé, bien au contraire, Malkmus maîtrisant toujours l'art et la manière de trousser des tubes sans avoir l'air d'y toucher : on pense aux super jouissifs et très rafraîchissants Shibboleth, Lariat, Cinnamon and Lesbians, entre autres... Si l'on a un jour été séduit au plus haut point par l'indie rock intelligemment dissonant de Pavement - ou pas d'ailleurs, on peut commencer avec la discographie du doué Stephen en 2014 ! -, impossible de ne se laisser tenter par cette collection de chansons capable de faire rocker, de... Lire la suite

Stephen Malkmus & The Jicks : Mirror Traffic

Chronique écrite le 14/11/2011, par Pierre Andrieu

Stephen Malkmus & The Jicks : Mirror Traffic

Après la brève, jouissive (quels concerts !) et lucrative (on imagine... ) reformation scénique de Pavement, Stephen Malkmus retrouve son groupe The Jicks pour un excellent album produit par Beck - déjà à l'œuvre sur le bon disque solo du Sonic Youth Thurston Moore - et sonnant souvent comme... du Pavement grand cru. L'inspiration est là, la qualité des morceaux en témoigne parfaitement, et la troupe semble s'éclater à sortir le grand jeu génialement brouillon comme d'éternels ados : voix trainante qui déraille merveilleusement, solos de guitare joyeusement bordéliques, six cordes désaccordées comme il se doit, structures déglinguées avec maestria, compositions punk donnant envie de partir en vrille ou ayant l'allure de classiques suivant l'itinéraire bis de la country folk pop. Stephen Malkmus & The Jicks jouent donc aux chiens fous lâchant les chevaux dissonants tout en se recadrant un peu... Lire la suite