Accueil Chronique de concert (mes) Eurockéennes 2009 3/3 : Glasvegas, Gojira, Sliimy, Phoenix, Zone Libre vs Casey, Tinariwen, Charlie Winston, Slipknot
Samedi 6 juin 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mes) Eurockéennes 2009 3/3 : Glasvegas, Gojira, Sliimy, Phoenix, Zone Libre vs Casey, Tinariwen, Charlie Winston, Slipknot

(mes) Eurockéennes 2009 3/3 : Glasvegas, Gojira, Sliimy, Phoenix, Zone Libre vs Casey, Tinariwen, Charlie Winston, Slipknot en concert

Presqu'Ile du Malsaucy, Evette Salbert 5 Juillet 2009

Critique écrite le par

Pour le samedi c'est par ici !


Troisième et dernière journée sans grosse pression - l'essentiel de ce qu'on voulait voir cette année est déjà passé. Cela étant, l'an dernier déjà, le dimanche avait réservé son lot de confirmations et de bonnes surprises. Une fois écartée une vague menace d'orage, c'est sous un soleil de plomb qu'on gagne le site, hélas trop tard pour assister au set de Rodrigo y Gabriela, à notre désespoir : le couple mexicain de guitaristes diaboliques semble avoir fait sensation... Heureusement le volume sonore de la grande scène nous permettra d'entendre des extraits de leurs intros et reprises de Metallica, et leurs tubes Diablo Rojo et Tamacun, enflammés d'un duende irrésistible. Espérons qu'ils repassent un de ces jours faire saigner leurs doigts en France ...


En tout cas on est arrivé pile à l'heure pour découvrir ce que vaut Glasvegas sur scène, eux dont l'album n'a pas fait plus d'un tour complet sur notre platine... Il s'avère que sur scène, c'est pire encore : leur rock boursouflé et vain, est en outre assez mal interprété et lourdingue, à l'instar de la batteuse, qui joue debout avec la grâce d'un plantigrade. Nos oreilles en prennent pour leur grade avec ce groupe qui jouit d'une incroyable et presque suspecte indulgence dans les médias (PS : voir par exemple l'involontairement hilarant compte-rendu par la très bouchée Busty dans Rock'n'Folk d'août 2009).


Le chanteur - il faut bien appeler ça comme ça, puisqu'il a le micro principal - n'a à proposer qu'une vague ressemblance avec Joe Strummer, un débardeur atroce et une voix hors de rythme comme de tonalité : dans le genre, le groupe est encore nettement pire que les Killers, un exploit ! Les écossais semblent d'ailleurs faire largement chier leur maigre public - à oublier très vite donc, c'est d'ailleurs ce qu'a fait l'ensemble des médias objectifs qu'on a eu l'occasion de consulter. Bon, disons que cela fait 4 chômeurs de moins au Royaume-Uni, quoi...


Direction le bar de la grande scène donc, pour un Picon servi en terrasse, au son de l'ambiance afro/zouk/funky qui vient de la loggia. On va y retrouver les français metalleux engagés de Gojira, à peine aperçus avant Metallica à Arras. Très bien exécutée, leur musique aux accents "death" (tout le monde en noir et cheveux longs, Flying V et autres guitares pointues en bandoulière) est certes aussi légère qu'un champ de menhirs. Appuyée par un batteur qui semble avoir 3 ou peut-être même 4 pieds, elle tape en tout cas au fond du bide et sonne un peu comme par moments comme du Young Gods... en beaucoup plus méchant.


La voix plus ou moins vocodée selon les titres, le chanteur Joe Duplantier, son frère et ses potes, réussissent le prodige de mettre une ambiance plutôt festive, d'autant que le son est très bien réglé malgré le vent latéral. On remarque avec surprise que certains beats sont samplés - on se demande bien pourquoi. Et on finit par conclure que ce groupe, idéal pour échauffer les kids venus voir le "Noeud Coulant", sonne tout de même à la longue peu varié pour le prophane. On profitera donc de la fin de leur set pour retourner faire un tour au village pro, à la recherche des accréditeurs perdus.


L'occasion de goûter un burrito-frites plutôt sympa et de boire un coup à la fraîche, au bord de l'étang du Malsaucy. On comprend mieux pourquoi les journalistes "pros" (type Inrock'n'Folk) semblent parfois (souvent) n'avoir fait qu'une apparition aux concerts, tant l'endroit incite à la flânerie et au flirt... Toujours pas moyen d'attraper nos deux oiseaux des relations presse mais on assistera, en consolation, à un petit bout de conférence de presse détendue de Charlie Winston, le consensuel héros de ces dames et de France Inter. Il a beau avoir l'air d'un authentique hobo à la Seasick Steve autant que moi d'un fan de Michel Sardou, il faut avouer qu'il est très sympathique et souriant, et qu'il affiche un amour sincère pour la chanson française (époque Gainsbourg !) dont il revendique d'ailleurs l'influence.


Retour aux affaires sans tarder (hey, on ne s'appelle pas Basile Farkas, la chronique d'Eurockéenne est une chose sérieuse !), pour un rendez-vous sur le littoral avec le grand Sliimy, assez prometteur sur son premier disque. Pas encore grande bête de scène, où il semble toutefois déjà plutôt rodé et bien accompagné, il interprête un peu trop fidèlement à l'album ses chansons de pop rafraichissante comme I'm waiting for ou Magic Game...


Peu après, le grand zigue sautille et minaude sur Wake Up, cabotine sur sa britneyenne reprise de Womanizer au fil de chorégraphies rigolotes. Au bout d'un moment on finit toutefois par être déconcentrés, aussi bien par nos grands verres que par les jolies filles en soutien-gorge qui abondent sur la plage décidément torride - tout à fait l'image du festival de Roskilde au Danemark, tel que décrit par Pierre Andrieu ! On laissera le grand avatar stéphanois de Prince jusqu'à une prochaine fois, espérant qu'il arrivera à s'y lâcher encore un peu davantage.


C'est le moment de retrouver les Phoenix, pas révolutionnaires mais très plaisants en disque, qui vont jouer en premier Lisztomania avec le son le plus fort (donc le plus désagréable !) de la journée. Mauvais point, ils sont 6 en vrai et non pas 4 (détail furieusement horripilant qui permet généralement de séparer les groupes de poseurs avec le melon, des autres). On est pas fan non plus de leur look propret et leurs coupes de popeux londoniens - finalement c'est encore le batteur rebeu inconnu qui a l'air le plus normal.


Mais une fois passée ces premières mauvaises impressions, des bouchons dans les oreilles, le groupe s'avère agréable à écouter, dansant même, du moins quand ils ne s'égarent pas dans les titres moins efficaces de leurs anciens albums. Les titres du dernier, comme When the Lights are coming Out ou Die & Succeed pourraient vraiment être très efficaces avec un son mieux réglé et à la hauteur de leurs productions. On les quitte donc sans trop de regrets sur l'ancienne Love like a Sunset : au final, le groupe propose de la bonne came, mais rien de franchement révolutionnaire. Et puis il semble que la fin a été plus orientée vers les premiers albums, qu'on avoue ne pas tous connaître.


Pas de quoi en tout cas rater davantage de l'Angle Mort, projet rock-rap très sombre, puisqu'on est prêt à un nouveau coup de boule rotatif avec Zone Libre vs Casey & Hamé. En fait ce dernier est remplacé ici (sans dommages) par un certain B. James - Sarko aurait-il fini par réussir à le faire coffrer après tant d'années de harcèlement abusif ? En tout cas le groupe Zone Libre composé de vrais morceaux de Noir Désir, Yann Tiersen et Sloy, était déjà formidable tout seul - des concerts soniques instrumentaux, passionnants de la première à la dernière note.


Il assure donc idéalement la basse rythmique et électrique furieuse dont a besoin pour s'exprimer Casey-puisque-je-vous-dis-que-c'est-une-fille, la rappeuse la plus terrifiante de l'hexagone, une putain de gonzesse à côté de qui même Joeystarr a l'air d'un cowboy Playmobil. On ne voit objectivement qu'elle sur la scène, sa diction vociférante et féroce (Je sais, je traîne, je sens, je gêne !), ses dents quand elle gronde et ses spasmes - c'est à peine si l'on trouve le temps de regarder l'excellent Serge Teyssot-Gay faire des sauts de cabri en maltraitant sa gratte, Marc Sens jouer de la sienne avec des baguettes, et le très kraftwerkien (par le look) Cyril Bilbeaud tabasser ses futs avec constance.


On ne les connaît qu'en live et on redécouvre leurs textes noirs, groovy et fascinants (J'attends mon heure), scandés avec une rage puissante : le remplaçant est plus virulent encore que Hamé, et la hargne de la fille à elle toute seule aurait déjà de quoi faire fuire un bataillon de CRS en carapaces ! Le groupe termine sur un rap-metal qui ferait passer les Cypress Hill pour d'aimables crooners, et un instrumental assez mortel des rockeurs seuls. Au final, un projet très ambitieux et scotchant, autant en plein jour devant un public non fan que dans une salle pleine de supporters : assurément la claque de la journée !


Enième retour à la plage en passant au large de Charlie Winston, pour rejoindre les anciens guerriers et aujourd'hui bluesmen touaregs de Tinariwen, et leur musique qu'on écoute régulièrement depuis des années, en ayant toujours oublié de les chroniquer. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ils ne sont pas les seuls bluesmen du désert - on a découvert il y a un moment déjà leurs collègues non moins intéressants du duo Toumast. Dans leurs beaux costumes, les messieurs enturbannés s'avèrent aussi attachants que prévu, développant un son qui a repris l'hypnose du gnawa autant que l'essence du blues. Certains d'entre eux font des petites danses, et une sorte de transe exotique et douce s'empare des jambes du public, qui les accompagne en ondulant.


Certains morceaux plus punchy (enfin, tout est relatif !) feront même franchement danser et applaudir tout le monde en rythme, notamment quand ils s'aventurent à un morceau presque rap avec des parties en français. Au niveau des titres, impossibles à retenir d'ailleurs, je ne reconnais que la vibrante Ahimana - on reste en tout cas intrigué et conquis par la transe qu'arrivent à développer ces musiciens modestes et doués, par leurs chansons simples et répétitives.


C'est assis autour de quelques belles parts de vous-savez-très-bien-quoi-à-force qu'on écoutera ensuite d'une oreille la fin du concert de Charlie Winston, sans même rater le tube Like a Hobo, qui déclenche une tempête sous la grande tente où une foule compacte exulte. Sur scène, le garçon danse bien et fait le beau gosse, mais il ne se passe quand même rien de bien passionnant, tout comme dans sa musique finalement. Au risque de se faire des ami(e)s, on précisera qu'il ne semble pas toujours chanter très juste, et qu'on nous a cafté qu'il avait joué deux fois le même titre dans son set - la honte ! Un peu trop consensuel en somme, pour ne pas dire surestimé. Ca sent l'artiste qui va faire pschitt une fois disparu des écrans télé.


On en a pas tout à fait fini, puisqu'il nous reste à voir les grand-guignolesques Slipknot, dont on avait fait l'effort de chroniquer le premier LP paru il y a tout juste 10 ans, puisqu'ils avaient été très bons en concert ici-même il y a 5 ans. Leur set commence devant une foule survoltée (d'après les T-shirts, pas mal de jeunes gens sont là pour eux) par un atroce titre de hard FM (du Motley Crüe peut-être ?), selon la même technique que Tricky hier. Puis des lumières-poursuite illuminent joliment le public surexcité, avant que les 8 sinistres clowns masqués prennent possession des lieux, à la suite de leur batteur aux doigts crochus.


On remarque que pas mal de masques ont changé depuis la dernière fois, et globalement en moins sinistre, comme celui, lisse et interrogatif (très Pink Floyd the Wall) du chanteur. Musicalement, c'est toujours aussi furieux et barré, selon les moments plutôt thrash ou plutôt death metal, aux accents jungle/électro (ils ont un DJ), qui pourrait fatiguer à la longue s'ils n'étaient pas aussi sympas à regarder et avec un son vraiment génial (et moins casse-tronche que Phoenix, un comble !). Le tout est en effet assez ludique, les musiciens effectuant force pitreries et autres tabassages de futs à la batte de base-ball.


Et puis surtout, le groupe sonne vraiment bien, notamment grâce à l'apport périodique des deux percussionnistes en plus du batteur (enfin, quand ils ne sont pas occupés à se balancer comme des fous sur leurs instruments de travail), ou encore d'un guitariste (à Flying V évidemment) et d'un bassiste groovy : sales gueules ou pas, ça reste assez musical et certains titres sont même plutôt marquants, comme Dead Memories que je découvre. Dans la veine nu-metal, la construction des titres est souvent assez surprenante, il n'y a pas de trop long soli - en somme c'est tout à fait bien, punchy et dansant, comme dans notre souvenir de 2004, voilé à travers des nappes de poussière rouge !


Un point en amélioration tout de même : le chanteur a sans doute pris confiance et n'éprouve plus le besoin de faire aussi peur que LeatherFace, il est au contraire très sympa, nous insulte gentiment sur Psycho Social, nous remercie, nous fait hurler avec lui (un People = Shit ! repris en choeur) et nous félicite pour notre belle humeur... En somme un frontman tout à fait agréable, si on l'imagine sans son masque, et qui s'y entend pour mettre le feu et faire bondir 20 000 personnes - et encore, on n'ose imaginer comment ça doit vibrer et sonner dans les villages avoisinants, les dentiers doivent en sauter des tables de nuit !


On aura d'ailleurs droit à un rappel qui se finit en faisant accroupir tout le monde afin de mieux hurler la très excitante Jump da Fuck up !. Jump the fuck up ? Yes we can ! Et dire qu'on ne pensait pas forcément rester tout le concert, on a encore pris une bien belle gifle qui concluera idéalement ces trois jours ! On laissera en effet conclure monsieur Laurent Garnier sans nous, lui qui ne nous a guère passionnés la dernière fois sous l'ex-chapiteau de la Loggia. On suivra donc le mouvement massif de sortie de la foule, laissant les passionnés d'électro les plus hardcore écouter le set qui conclut cette édition.


Rideau sur cette 21ième édition des Eurockéennes (ah... 21 ans, quel bel âge, j'étais jeune et c...), à la programmation sur le papier plus modeste que la précédente, et qui a attiré pratiquement autant de monde (plus de 31 000 personnes par jour en moyenne). Il faut croire que les gens viennent aussi par simple fidélité pour les Eurockéennes en tant que tel : le site où l'on peut (selon les années) s'asseoir ou patauger presque partout, l'absence de police visible dans l'enceinte et une sécurité bon enfant, l'ambiance d'écoute plutôt respectueuse, l'accueil du public par les bénévoles, le professionnalisme et un très bon son offert aux petits, comme aux grands groupes... Tout ça, et puis...


Peut-être aussi que cette année, ils étaient quand même venus pour le fute rose à Wampas et le slip bleu à King Khan, l'oeil noir d'Allison Mosshart et la robe multicolore de Karen O, les piercings de Keith Flint et le torse chantant de Tricky, la coupe en pétard de Nneka et les mêches sur les yeux de la chanteuse de Kylesa, le costard de John Stargasm et celui de Sliimy, la chemisette de Yuksek et celles des Phoenix, les casquettes des Birdy Nam Nam et de Mlle Ting Ting, à moins que ce soit pour les biceps de Joe Duplantier et ceux de Casey... Autant de personnages souvent hauts en couleur qui ont encore une fois fait de ce week-end le plus beau du mois de juillet.


On concluera donc comme d'habitude, Longue Vie aux Eurockéennes ! Et à l'année prochaine...

Les vraies Photos sont par Andy Trax et les illustrations par Philippe !
Petites Vidéos du dimanche en ligne par ici !

-----------------------------
Flashback : Chroniques des Eurockéennes 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003.... et plus anciennes encore (sans discontinuité, exigez la qualité !) à partir de 1994 !

> Réponse le 17 juillet 2009, par Denis

En effet Rodrigo y Gabriela tout à fait excellent, bien dommage de l'avoir raté ! Merci pour la chronique sympa et éclectique.  Réagir


Les Eurockéennes de Belfort : les dernières chroniques concerts

Kraftwerk (Eurockéennes de Belfort 2005) en concert

Kraftwerk (Eurockéennes de Belfort 2005) par Pierre Andrieu
Presqu'île du Malsaucy, le 08/05/2020
Les quatre informaticiens allemands de Kraftwerk nous avaient fait très fort impression lors des dernières Trans Musicales de Rennes, ils ont réitéré leur robotique performance... La suite

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2019
Malgré la fatigue cumulée depuis jeudi, on est tout de même monté en régime au fil du week-end. Au programme, on retrouve notamment à l'affiche Stray Cats, Christine and the... La suite

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2019
Dans l'ambiance orageuse, bouillante et poussiéreuse d'un Malsaucy qui a fait le plein ce samedi, ceux sont les filles qui furent à l'honneur lors de cette troisième journée... La suite

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 05/07/2019
John Butler Trio Grande Scène 19h15 20h15 Pour leur seconde journée, les Eurockéennes de Belfort font le plein. Sur la grande scène, en tout début de soirée, John Butler... La suite

Casey : les dernières chroniques concerts

6ème continent : Expeka trio : Casey - Troupé - Wa en concert

6ème continent : Expeka trio : Casey - Troupé - Wa par pirlouiiiit
La Meson, Marseille, le 11/11/2018
Le contexte : Ce concert est un des 68 évènements du festival Jazz Sur La Ville. Et c'est, en plus de la Meson, à l'émission "Le Coton Club" et Stéphane Galland que l'on doit ces... La suite

Martin Mey / Casey en concert

Martin Mey / Casey par Ysabel
Théatre des Salins : Martigues, le 11 Avril 2013
Acte 2 de la saison, pour les Soirées Incisif du Théâtre des Salins de Martigues. On retrouve la belle salle en béton ciré Du Bout De La Nuit, avec son fond de scène en brique... La suite

Casey + L'addition en concert

Casey + L'addition par Audrey H
Fuzz Yon, La Roche sur Yon, le 21/12/2012
Et ça commence, pour moi, par un retour aux sources après plus de 10 ans où je n'avais pas mis les pieds dans cette salle. Nous voilà au Fuzz'yon, en Vendée! Je redécouvre les... La suite

Charlie Winston : les dernières chroniques concerts

Charlie Winston + Naya en concert

Charlie Winston + Naya par Lionel Degiovanni
Paloma, Nîmes, le 15/11/2018
Quelques jours après Camille, retour sur Paloma pour voir un artiste anglophone qui ne dévisse que très rarement son chapeau de sa tête. Il s'agit de Charlie Winston. Je l'avais... La suite

Robert Plant and The Sensational Space Shifters, Charlie Winston, Sianna, Yellow Teeth, Joan Baez, Rootwords (Paléo Festival de Nyon 2015)  en concert

Robert Plant and The Sensational Space Shifters, Charlie Winston, Sianna, Yellow Teeth, Joan Baez, Rootwords (Paléo Festival de Nyon 2015) par Lionel Degiovanni
Paléo Festival, Nyon, le 25/07/2015
Pour démarrer ce samedi au Paléo Festival de Nyon 2015, je commence avec du rap. Une fois n'est pas coutume. Il s'agit là de Sianna. Sianna On est ici dans la caricature... La suite

Ardeche Aluna festival 2015 : Deluxe, Charlie Winston, Ina-Ich, Leventon, famille Chedid en concert

Ardeche Aluna festival 2015 : Deluxe, Charlie Winston, Ina-Ich, Leventon, famille Chedid par Lionel Degiovanni
Aluna, Ruoms, le 19/06/2015
Pour cette édition de l'Aluna festival, je n'aurai pas pu, hélas couvrir les 3 jours, faute de temps ! Hé, oui, pas toujours évident d'être disponible pour des festivals qui... La suite

Charlie Winston + Tom Baxter en concert

Charlie Winston + Tom Baxter par Julyzz
le Casino de Paris, le 19/09/2012
Le Casino de Paris affiche complet ce soir pour Charlie Winston.C'est lui en personne qui vient annoncer sa première partie. Il est fier de présenter Tom Baxter, son frère... La suite

Glasvegas : les dernières chroniques concerts

The Glums + Glasvegas en concert

The Glums + Glasvegas par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 14/05/2009
Du bon et du moins bon à la Coopérative de Mai en ce jeudi soir pluvieux : la soirée commence avec un réjouissant set de pop anglaise des Glums, avant de tourner au cauchemar... La suite

OASIS + Glasvegas en concert

OASIS + Glasvegas par magiclilive
Paris Bercy, le 03/03/2009
Après un bon kilomètre de queue, du jamais vu pour un petit gars de province comme moi, nous franchissons enfin les portes du Palais Omnisports de Paris Bercy. La fouille... La suite

Gojira : les dernières chroniques concerts

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... par Eric Freydefont
Clisson, le 23/06/2019
55 000 pass 3 jours pour le Hellfest 2019 écoulés en 2 heures ! Ce n'est pas rien, d'autant que la majeure partie de la programmation était inconnue au moment du fait. C'est... La suite

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... par Pipoulem
Clisson, le 23/06/2019
Retour sur le plus gros festival metal de France, le Hellfest. Habituellement le festival se déroule sur trois jours vendredi/samedi/dimanche. Mais cette année nous avons... La suite

Gojira en concert

Gojira par Lebonair
Olympia, Paris, le 01/04/2017
Le groupe de metal français Gojira est passé deux fois à l'Olympia à Paris les 1er et 2 avril dernier et cerise sur le gâteau, celui de ce soir affichait complet et le second... La suite

Hellfest 2016 3ème jour (Tarja, Gojira, Bling Guardian, Slayer, Amon Amarth, Megadeth, Ghost, Black Sabbath, King Diamond) en concert

Hellfest 2016 3ème jour (Tarja, Gojira, Bling Guardian, Slayer, Amon Amarth, Megadeth, Ghost, Black Sabbath, King Diamond) par Abigail Darktrisha
Clisson, le 19/06/2016
TARJA 15h50-16h40 En ce 3ème et dernier jour c'est un peu plus tard dans la journée que débutera pour nous les festivités avec le métal symphonique Finlandais de Tarja... La suite

Phoenix : les dernières chroniques concerts

Charlotte Gainsbourg, Protomartyr, King Tuff, Phoenix, The Lemon Twigs, Superorganism (La Route du Rock 2018) en concert

Charlotte Gainsbourg, Protomartyr, King Tuff, Phoenix, The Lemon Twigs, Superorganism (La Route du Rock 2018) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 19/08/2018
Dernière salve de concerts pour la collection été 2018 de La Route du Rock, le "plus petit des grand festivals" (selon l'édito du programme officiel de cette édition), avec de... La suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Chorale La Paloma, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall en concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Chorale La Paloma, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall par Philippe
Paloma, Nîmes, le 02/06/2018
Le vendredi, c'était par ici ! Deuxième journée et pas la moindre à TINALS, qui se joue encore une fois des nuages vaguement menaçants qu'on aperçoit ici ou là pendant la... La suite

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017)   en concert

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017) par Lily Rosana
Aix-Les-Bains, le 13/07/2017
"Les 15 ans de Musilac !", "Déjà !" diront les musilakiens de la première heure. "Seulement !" crieront les gourmands. J'ai eu la chance de pouvoir être spectatrice des 4 jours... La suite

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire en concert

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 09/07/2017
Le samedi, c'était par ici ! Pour commencer sous des nuages antipathiques, après les anecdotiques Rocky et leur belle chanteuse, on est assez content de pouvoir retourner voir... La suite

Sliimy : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2009, 3/3 : Macy Gray, Sliimy, Anything Maria, Eagles of Death Metal, Les Petits Pois (aka Them Crooked Vultures), MGMT, Klaxons, the Prodigy en concert

(mon) Rock en Seine 2009, 3/3 : Macy Gray, Sliimy, Anything Maria, Eagles of Death Metal, Les Petits Pois (aka Them Crooked Vultures), MGMT, Klaxons, the Prodigy par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 30/08/2009
La veille par ici ! Après un bout d'après-midi passé à observer des gens se jeter dans la Seine (ce qui est certes interdit au festival Rock en Seine, mais pas au Triathlon de... La suite

Festival Les Eurockéennes de Belfort 2009 - jour 3 : Stuck In The Sound, Rodrigo Y Gabriela, Staff Benda  Bilili, Gojira, Sliimy, Phoenix,  Slipknot, Laurent Garnier en concert

Festival Les Eurockéennes de Belfort 2009 - jour 3 : Stuck In The Sound, Rodrigo Y Gabriela, Staff Benda Bilili, Gojira, Sliimy, Phoenix, Slipknot, Laurent Garnier par Tribukao71
Presqu'ile de Malsaucy, Belfort, le 05/07/2009
Troisième et dernier jour ! le temps commencent à se couvrir... mais finalement il ne pleuvra pas non plus ce dimanche ! le temps de se lever, de manger, de se doucher et... La suite

Sliimy + Carly Sings en concert

Sliimy + Carly Sings par AndyTrax
Poste à Galène - Marseille, le 30/05/2009
Le soirée commence avec Carly Sings. C'est une fille, elle est seule et ne fait pas trop de bruit, je veux dire par là qu'il était parfois difficile d'entendre ses chansons à cause... La suite

Sliimy (Printemps de Bourges 2009) en concert

Sliimy (Printemps de Bourges 2009) par Pierre Andrieu
Le Palais d'Auron, Bourges, le 24/04/2009
Un concert millimétré, très attendu par les fans d'électro pop ‘n folk reggae soul (ouf !), qui a laissé les autres un peu perplexes au Printemps de Bourges : celui du... La suite

Slipknot : les dernières chroniques concerts

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Slayer, Slipknot, Gojira, Slash, Daughters, Phil Anselmo & The Illegals, Uncle Acid and the Deadbeats, Kvelertak, All Them Witches, Behemoth, Amon Amarth, Kiss, Rob Zombie, Sabaton, Kvelertak, Sisters of Mercy... par Eric Freydefont
Clisson, le 23/06/2019
55 000 pass 3 jours pour le Hellfest 2019 écoulés en 2 heures ! Ce n'est pas rien, d'autant que la majeure partie de la programmation était inconnue au moment du fait. C'est... La suite

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... en concert

Hellfest et Knotfest 2019 : Kiss, Slayer, Slipknot, Tool, Rob Zombie, Dropkick Murphys, Slash, Gojira, Sick Of It All, Sabaton, Dagoba, Kvelertak, Sisters of Mercy, Mass Hysteria... par Pipoulem
Clisson, le 23/06/2019
Retour sur le plus gros festival metal de France, le Hellfest. Habituellement le festival se déroule sur trois jours vendredi/samedi/dimanche. Mais cette année nous avons... La suite

Sonisphere Festival 2011 : Slipknot, Airbourne, Gojira, Mastodon, Dream Theater, Bukowski, Symfonia, Bring Me The Horizon,  en concert

Sonisphere Festival 2011 : Slipknot, Airbourne, Gojira, Mastodon, Dream Theater, Bukowski, Symfonia, Bring Me The Horizon, par Abigail Darktrisha
Snowhall Parc, Amnéville, le 08/07/2011
Après le Hellfest il y a trois semaines, me voici de nouveau sur la route pour un autre festival Français : le fameux festival itinérant Sonisphere dont les affiches varient... La suite

Festival Les Eurockéennes de Belfort 2009 - jour 3 : Stuck In The Sound, Rodrigo Y Gabriela, Staff Benda  Bilili, Gojira, Sliimy, Phoenix,  Slipknot, Laurent Garnier en concert

Festival Les Eurockéennes de Belfort 2009 - jour 3 : Stuck In The Sound, Rodrigo Y Gabriela, Staff Benda Bilili, Gojira, Sliimy, Phoenix, Slipknot, Laurent Garnier par Tribukao71
Presqu'ile de Malsaucy, Belfort, le 05/07/2009
Troisième et dernier jour ! le temps commencent à se couvrir... mais finalement il ne pleuvra pas non plus ce dimanche ! le temps de se lever, de manger, de se doucher et... La suite

Tinariwen : les dernières chroniques concerts

Tinariwen en concert

Tinariwen par Lebonair
Le Trianon Paris, le 11/03/2014
Les Touaregs de Tinariwen, qui ont récemment sorti un nouvel album, le très réussi "Emmar", sont passés par le Trianon à Paris le 11 mars 2014. Retour sur un voyage qui fut... La suite

Paléo Festival 2014 : + Placebo + The National + Woodkid + Tinariwen + Silver Firs + Gautier Capuçon & le concert européen + James Vincent McMorrow +  Chico Trujillo +  Hollysiz + Tweek en concert

Paléo Festival 2014 : + Placebo + The National + Woodkid + Tinariwen + Silver Firs + Gautier Capuçon & le concert européen + James Vincent McMorrow + Chico Trujillo + Hollysiz + Tweek par Lionel Degiovanni
Nyon (Suisse ) , le 27/07/2014
Pour le Dimanche au Paléo festival de Nyon, on démarre notre chronique avec Tinariwen qui est un groupe très surprenant, pour nous. C'est un mélange entre la musique Touareg et le... La suite

Mars Red Sky / The Octopus / Fredo Viola/ Tinariwen/ The Jim Jones Revue (Festival les Rendez-Vous des Terres Neuves) en concert

Mars Red Sky / The Octopus / Fredo Viola/ Tinariwen/ The Jim Jones Revue (Festival les Rendez-Vous des Terres Neuves) par alexis
Rendez-Vous des Terres Neuves, Bègles, le 08/10/2011
Les sangliers sont lâchés à Bègles le 8 octobre 2011... Mars red sky, premier groupe à passer est le seul pour qui ça valait le coup de se déplacer, prise directe avec le... La suite

Zone Libre : les dernières chroniques concerts

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) en concert

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) par Philippe
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2016
Programmation un poil hétéroclite ce soir pour le Festival Avec le Temps, dont on peut tout de même saluer un petit regain d'audace, malgré qu'ils ont inexplicablement raté les... La suite

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) en concert

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) par Vand
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2016
Une paye que je n'avais pas foutu les pieds à l'Espace Julien ! Totalement séduit par l'idée de (re)voir Zone Libre sur mes terres (pour rappel, la dernière fois c'était ici), je... La suite

Zone Libre vs Casey : les dernières chroniques concerts

Zone Libre + Solat en concert

Zone Libre + Solat par Lacrymoboy
Salle des Terres Blanches - Bouc Bel Air, le 05/11/2011
Bon allons à l'essentiel : Sous une pluie certaine direction Bouc-Bel-Air pour ce concert organisé par Aix'qui (Tour du Pays d'Aix). L'accueil est sympa (même la sécurité fait... La suite

Zone Libre vs Casey & B.James + Jesus is my girlfriend en concert

Zone Libre vs Casey & B.James + Jesus is my girlfriend par Mystic Punk Pinguin
Passagers du Zinc - Avignon (84), le 23/04/2011
Direction Avignon pour le concert de Zone Libre vs Casey et B. James. Zarb' qu'ils ne repassent pas par Marseille, les deux concerts précédents, de même que ceux de Casey en solo,... La suite

Zone Libre & Casey & B. James + Stone Black en concert

Zone Libre & Casey & B. James + Stone Black par Rockrollpadawan
L'Affranchi - Marseille, le 21/11/2009
Rien à dire. Y être et voir ça ! C'est sans doute la seule chose pertinente qu'on puisse dire après ce concert de l'Angle Mort. Une guitare, une basse, du flow, du rap, du rock,... La suite

Presqu'Ile du Malsaucy, Evette Salbert : les dernières chroniques concerts

Kraftwerk (Eurockéennes de Belfort 2005) en concert

Kraftwerk (Eurockéennes de Belfort 2005) par Pierre Andrieu
Presqu'île du Malsaucy, le 08/05/2020
Les quatre informaticiens allemands de Kraftwerk nous avaient fait très fort impression lors des dernières Trans Musicales de Rennes, ils ont réitéré leur robotique performance... La suite

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2019
Malgré la fatigue cumulée depuis jeudi, on est tout de même monté en régime au fil du week-end. Au programme, on retrouve notamment à l'affiche Stray Cats, Christine and the... La suite

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2019
Dans l'ambiance orageuse, bouillante et poussiéreuse d'un Malsaucy qui a fait le plein ce samedi, ceux sont les filles qui furent à l'honneur lors de cette troisième journée... La suite

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 05/07/2019
John Butler Trio Grande Scène 19h15 20h15 Pour leur seconde journée, les Eurockéennes de Belfort font le plein. Sur la grande scène, en tout début de soirée, John Butler... La suite