Accueil Chronique de concert (mes) Eurockéennes 2010 1/3 : Baroness, The Dead Weather, The Black Keys, Kasabian, Charlotte Gainsbourg, Jay-Z, Infectious Grooves, Hot Chip, The Subs
Mercredi 21 novembre 2018 : 12143 concerts, 25253 chroniques de concert, 5234 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mes) Eurockéennes 2010 1/3 : Baroness, The Dead Weather, The Black Keys, Kasabian, Charlotte Gainsbourg, Jay-Z, Infectious Grooves, Hot Chip, The Subs

(mes) Eurockéennes 2010 1/3 : Baroness, The Dead Weather, The Black Keys, Kasabian, Charlotte Gainsbourg, Jay-Z, Infectious Grooves, Hot Chip, The Subs en concert

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert 2 juillet 2010

Critique écrite le par


22 ans déjà que la presqu'Ile du Malsaucy, paisible base nautique, se transforme au début de l'été en un formidable écrin pour amateurs de musique vivantes - de notre petite expérience de festivals, on n'en connaît pas de plus agréable, mieux organisé et sonorisé, ou même plus écologique... Incomparable par exemple avec l'invraisemblable bordel qu'a représenté le chaotique festival Sonisphère, il y a 15 jours en Suisse. La météo 2010 est optimiste, presque trop : après 17 participations d'affilée (pas mal non ?), on a acquis une assez bonne connaissance du surprenant micro-climat qui peut régner sur la zone - pas question de sortir sans être couvert !


L'affiche de cette année donne franchement envie, même privée de méga-star internationales. Il faut dire que la pieuvre Live Nation et son ex-égérie/harpie France Leduc sont occupés à les truster, les étoiles, à coups de millions (littéralement volés dans les poches de leur public) vers Arras depuis quelques années et, avec un peu de chance, pour la dernière fois en 2010 (la chose partant sérieusement en c... aux dernières nouvelles). Rien de grave : si on aurait pu avoir l'usage éventuel des flamboyants Rammstein, il n'y a rien d'autre sur l'affiche ultra-mainstream de là-bas qui va nous manquer ici. Y'a-t-il encore quelqu'un en France qui n'ait pas vu Gossip en concert ?


Ici par contre, et comme à l'accoutumée, du sérieux faisant référence en sa catégorie, de la découverte de l'année à confirmer, de l'inédit amené à percer ici... et quelques stars radio-formatées que personne ne nous obligera à aller voir ou revoir (Mika, Jay-Z, Missy Elliott ou les BB Brunes...). On embarque donc sous un soleil de plomb avec la banane et raisonnablement excité, ne serait-ce que parce que l'affiche de ce vendredi comporte (comme l'an passé mais dans un autre gang), la plus énorme bombe atomique femelle du rock ! Et au fait, non, ce n'est pas Lady Gaga...


Ayant raté (sans même se forcer) les fatigants BB Brunes (bientôt renvoyés à leurs études, puisqu'il paraît que Telephone se reforme...), et aussi les relativement inconsistants (sur disque) Two Door Cinema Club, on commence par hésiter entre le metal étrange - tantôt sludge ou hardcore, tantôt mélodieux voire prog - de Baroness et les belles promesses de Sophie Hunger, qui joue ce jour avec des bons (Piers Faccini) et des mauvais (Patrick Watson) amis. Ce sera finalement Baroness, menés par un barbu à l'air un peu zombie, avec un gros son inégal, quelques beaux morceaux instrumentaux où l'on reconnaît Bullet Psalm et plus loin, Bullet Lament, comme sur leur déconcertant Blue album, entre de longues plages pensives et un peu zarbi. Egalement un bon passage sur Swollen & Halo et ses accents discoïdes. Bien pour se dégourdir les oreilles et transpirer un bon coup au soleil couchant, mais au final un peu moins intéressant que Kylesa l'an passé.


Fan au delà de l'imaginable des deux membres principaux du groupe, l'incendiaire Allison Mosshart et le très hot Jack White, on a pas hésité l'an dernier à monter à Paris voir un trépidant concert de The Dead Weather à l'Olympia. Ce n'est pas parce que le super-groupe a sorti un deuxième album un peu feignant (petit travers de Jack White, déjà vu pour The Raconteurs) qu'on va bouder notre plaisir de les revoir - et d'accueillir pour la première fois, c'est à peine croyable d'avoir une lacune pareille à réparer... Jack White aux Eurockéennes de Belfort !


Bien entendu, ce dernier arrive presque en catimini derrière la bombe sus-citée, pour débuter par un bien saignant 60 Ft Tall. Les déhanchés de la Belle n'ont d'égale que l'énormité du son blues dégagé par le gang d'oiseaux de nuit, un peu pâle dans ses fringues noires mais bien décidés à imprimer leur marque sur cette première journée du festival. Essayez seulement de résister à Hang you up from the Heaven, éructée par une panthère punk et ébouriffée ! L'excitation demeure même quand Jack White vient chanter un blues, pendant que Dean farfise à qui mieux mieux et que Jack n° 2 (Greenhonres/Blanche/Raconteurs) honore sa belle Gretsch blanche de coups de reins rageurs. So far from your heaven ou Cut like a Buffalo, you choose ?


Le mélange, agrémenté de sa Créature est chaud bouillant, au point qu'on envie notre camarade cameraman, aujourd'hui affecté à la grande scène, payé pour reluquer Allison en somme, griffant sauvagement une guitare rectangulaire ou se penchant en arrière à en tomber (mâtin, quelle souplesse !) pour mieux vociférer des insultes et parfois, des cochonneries... gargl. 4 fois qu'on la voit, et le shoot est toujours aussi intense...


Le groupe part ensuite dans son deuxième album, pour du plus rapide - les jambes filiformes de la chanteuses virevoltent sur les baffles et (un peu) dans notre esprit... Quand elle commence I'm Mad, on comprend bien que c'est au sens "fâché" du terme - ouch, ca dépote ! Blue Blood Blues est du même tonneau, on frôle la surchauffe dans le public. Une minuscule pause nous est accordée par Jack quand il présente les musiciens et leur état d'origine aux USA - avant un Die by the Drop très White Stripes...


Aux jumelles, on peut confirmer que la Déesse se met bien en transe, les joues en feu, sans tricher ni surjouer, quand elle harangue ce malheureux New Pony, et plus encore quand elle pourrit son interlocuteur sur la phénoménale Treat me like your Mother, à ce jour leur tube le plus intersidéral ! Le concert se poursuit dans une tonalité un peu plus calme, d'un blues lent (Will there be enough Water ?) où Mr White lâche sa batterie pour son étrange guitare difforme, de laquelle il sort un de ces soli mortels dont il a le secret, et ensuite chanter en duo avec Allison, dans le même micro.


Scène musicalement torride, au point qu'un spectateur monte on ne sait commment jusque sur la scène les prendre en photo de plus près, avant de se faire jeter (pas trop méchamment, Jack le remercie même d'être passé !) Le set se finit comme il se doit d'une tuerie noisy avant leur sortie, poing dressé et clope au bec : ils sont bien la classe incarnée, des concerts comme ça, on s'en roulerait par terre de plaisir ! Et en plus un concert de The Dead Weather, c'est presque aussi long en festival qu'en salle, alors que demande le peuple ?


Si l'on a pu penser à tort que leur blues fonctionne aussi sur le public grâce à leurs looks, leurs dégaines et leus belles gueules, on constatera juste après que ce n'est pas si déterminant que ça... On on avait pas revu les bluesmen rigoristes et néanmoins jouissifs des Black Keys depuis bien 5 ans à Marseille. De quoi être impatient - l'échappée solo du nègre blanc Dan Auerbach (à découvrir !), jouant en leur faveur plus qu'un dernier album un peu plus coloré que les précédents, mais parfois dilettante...


Bref les deux zigues sous chapîteau, aussi no-look que d'habitude, sont en effet en train de rendre dingues les spectateurs, alors qu'il n'y a pas grand chose à voir : le pouvoir sexuel et magnétique du Blues, ne passerait donc que par les oreilles ? On est en tout cas conforté qu'il est bien pertinent de continuer à la suivre sur Concertandco, cette musique centenaire, avec ses jeunes et moins jeunes pousses (The Legendary Tigerman, Seasick Steve, Björn Berge, etc, etc.), puisqu'elle continue à rendre les gens euphoriques, voire un peu, euh, tarés. L'arrivée de deux compères en plus, si elle n'est pas déterminante, fait encore gonfler leur son énormissime (le superlatif est ici de rigueur), qui envoûte littéralement l'assistance. Dan chante comme une quincagénaire plantureuse, Patrick tabasse comme un grizzli, et ça sonne à vous en faire vibrer la terre entière...


Leurs nombreux albums ne sont pas de ceux dont on retient les titres : pas reconnu grand-chose à part Howling for You, très groovy. Peu importe : les gens heureux et saoûls (dont nous faisons partie), trépignent, des odeurs de fumées clandestines, des Bob l'Eponge et des bulles de savon envahissent l'espace, on pardonne même volontiers à un crétin à guitare gonflable d'en faire des tonnes. Un signe ne trompe pas : il fait beau mais quand même, on sue encore à 21 h 15... Le public s'est un peu clairsemé mais une bonne partie est restée, prisonnière de la vibration, et il a eu raison : leur formidable Your Touch, proprement mortelle, achève de ravager l'assistance de bonheur. Heureusement qu'il n'y a pas un troisième concert de blues d'affilée, il est temps de se réhydrater !


Après eux, les membres de Kasabian auront bien du mal à retenir autant notre attention. Rien de mauvais dans leurs prestation de pop-rock poseur, connotée électro-pop, d'autant que leurs albums sont bons (depuis leur hit Shoot the Runner, raté hélas ce soir) et que la part belle est faite à leurs titres les plus dansants. Peut-être un peu de mégalomanie à déplorer quand même chez le chanteur, quelque part entre Robbie Williams (pour l'attitude) et Billy Corgan (pour la voix). Après avoir reconnu quelques titres de la dernière livraison (Fast Fuse, efficace, Take Aim appuyée de trompettes, assez prenante aussi), l'intérêt finit par décroître.


On file donc faire un petit tour au village pro, taper la causette avec l'excellent photographe Andy Trax, et goûter un sympathique burrito... L'ambiance un peu trop "passe-droit" à notre goût (de quelle profession au juste sont tous ces jeunes gens qui flânent ici ?), et surtout le fait que les conférences sont toutes passées, font qu'on ne s'y éternisera pas trop - on entend en repassant le titre Fire, vraiment bien quand il est servi avec un gros son. Une prestation très/trop carrée d'un groupe sans doute taillé pour les stades (on leur donnerait bien volontiers la place des épuisants Muse dans ce genre), et qui a en tout cas largement convaincu les aficionados du groupe.


Place à un concert sur lequel on misait beaucoup, celui de la jolie et grande actrice Charlotte Gainsbourg, dont le petit filet de voix a été admirablement mis en valeur par Air, puis par Beck sur deux disques très réussis. Hélas sur scène, dès IRM, on constate que sa voix est largement couverte par la batterie et la basse : on l'entend à peine ! Le public est d'abord très chaleureux - après tout, comme elle l'annonce, c'est seulement son premier festival français, et puis c'est quelqu'un que tout le monde aime bien - mais il l'écoutera ensuite donc de moins en moins. Le brouhaha ne trompe pas, il est pourtant rare sous ce chapiteau...


Il faut dire que les titres pop (Heaven can Wait, Dandelion ) comme les titres doux (Time of the Assassins ou l'épatante - sur disque - Chat du café des artistes) ne se sortent décidément pas de ce son déplorable, qui semble avoir été réglé expressément pour couvrir l'actrice. Perturbée par le trac, elle rate un départ, puis son groupe de baltringues massacre horriblement l'Hôtel Particulier de Melody Nelson (quand on pense à quel point c'est bien produit sur disque...), avant qu'elle se languisse dans une chanson lente et interminable. C'est donc de loin, assis dans l'herbe avec une bonne bière qu'on entendra une reprise sans intérêt de Couleur Café. A revoir peut-être dans quelques années, après beaucoup de travail et le recrutement d'un ingénieur du son...


L'heure et notre ébriété avançant, nous avons de toutes façons besoin de nous faire un peu souffler dans les bronches par un truc plus punchy. On accorde donc quelques minutes à ce qui a coûté le plus cher à l'organisation cette année. Et pourtant dieu sait qu'on en a rien, mais alors rien à foutre vraiment, du hip-hop de Jay-Z (artiste certes moins ridicule et déplaisant que Kanye "Jackass" West venu nous les briser en mode auto-tune l'an passé). Il s'avère pourtant que cette fois-ci, le show est de qualité, vrai groupe, flow puissant et archi-carré, images assez magnifiques : du travail de pro, qui fait toaster des milliers de personnes enchantées - c'est sans doute mieux si on connaît déjà... A écouter à l'occasion sur disque !


On a quand même plutôt envie d'aller faire un tour sur la plage, voir un groupe qui a bercé (enfin, si on peut dire) nos années étudiantes, les Infectious Grooves (qui ont été, bonne idée, déplacés à cette heure-ci). Et non de dieu, ça groove ! Le toujours gracieux Mike Muir, qui a gardé son look (T-shirt de basket trop grand, iroquois et foulard juste au dessus des yeux), agite ses gros bras en gambadant sous une tenture "Suicidal Tendencies" à tête de mort. Il gueule comme aux plus beaux jours, entourés de musiciens hors pairs, salaces et funky, par exemple un bassiste phénoménal, ou le gratteux de Suicidal qui vient faire un coucou. Et jouer une fausse reprise de Michael Jackson, qui en est une vraie de Led Zeppelin, mais en version piment rouge et chaud du chili...


(Désolé pour la photo, ces gens bougent beaucoup...) La petite foule assemblée pogote et slammme joyeusement, tandis qu'on réécoute des vieux titres oubliés dont, évidemment, la fameuse Violent & Funky. Pour finir, on reprend avec plaisir, dans un final déchaîné, We're the Infectious à l'invitation du sympathique Cyco Miko. Leur notoriété et leur côte ont peut-être baissé avec les années, pas leur motivation à maintenir haut la flamme de la fusion, genre qu'ils ne sont plus très nombreux à porter. Amusant d'imaginer qu'un ancien gars de ce gang joue maintenant avec Metallica dans des stades, pendant qu'ils font les fous sur la plage. En tout cas chapeau les mecs, voilà une jolie claque qui nous a bien remis d'aplomb !


Hélas, il n'y a plus grand-chose à voir ce soir. Les Hot Chip cumulent les handicaps d'un look kitsch (dans le genre nerd-issime) et d'une musique kitsch 80's (relativement inécoutable à notre goût) - en principe il est de bon ton de n'afficher que l'un de deux à la fois - mais il se trouve qu'ils ont plutôt bonne presse sur scène. La voix post-Jimmy Sommerville du chanteur est aussi horrible que sur disque et les looks aussi affreux, mais il faut avouer que certains boum-boum sont diablement efficaces. Leur électro-rock est à la fois putassier et moins pénible que prévu, on s'en lasse quand même après quelques minutes.


Le final de cette longue journée (lever, 6 heures...) avec The Subs, nous laissera peu de souvenirs : électro jouée par des punk bicolores, voix et guitares, un masque sur la tronche du chanteur, un laser... c'est punchy et pas désagréable, mais pas très marquant - ils nous accompagneront en tout cas jusqu'à la voiture. Quant à Missy Elliott, il semble évident qu'elle se débrouillera sans nous... d'autant qu'on lira le lendemain qu'elle a proprement salopé le travail. Une première journée charmante, mais dont les deux concerts de blues auront quand même été le point culminant. On attendra donc le lendemain avec impatience.


En bonus, notre photo : le type que tout le monde voulait embrasser, et celui que tout le monde voulait taper... Devinez lequel est notre ami ?

(Photos par Andy Trax, illustrations par Philippe, quelques vidéos par ici)

Le samedi, c'est par !

> Réponse le 16 juillet 2010, par Joanna

Yes, les Dead Weather c'était de la balle, du blues gras avec des looks gothiques, moi j'en redemande ! Contrairement à toi, j'ai découvert le groupe sur scène ce jour-là - grosse claque ! Sinon bravo pour les photos qui retranscrivent bien la sensualité du groupe !  Réagir

> Réponse le 20 juillet 2010, par Flanbelge

Ouais, mais au Main Square au moins, après s'etre fait faire les poches avant et pendant, (achat de tickets bière forcé par 4 minimum), on peut se faire péter la gueule pour rien, par des vigiles ! Ca c'est punk ! c'est la voix du Nord qui raconte : http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Arras/actualite/Secteur_Arras/2010/07/10/article_un-festivalier-du-main-square-roue-de-co.shtml  Réagir


Les Eurockéennes De Belfort : les dernières chroniques concerts

Alice in Chains - Dead Cross - Seasick Steve (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Alice in Chains - Dead Cross - Seasick Steve (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 08/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 8 juillet 2018 En ce dimanche ensoleillé et dernier jour des Eurockéennes, on est allé chercher le calme dans le coeur de Belfort. La ville... La suite

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 7 juillet 2018 BCUC - Chapiteau Greenroom - 17h30 18h30 Pour notre premier concert de la journée, on a choisi le... La suite

(mes) Eurockéennes 2018, 2/2 : BCUC, Touts, Caroline Rose, At the Drive in, Queens of the Stone Age, Viagra Boys en concert

(mes) Eurockéennes 2018, 2/2 : BCUC, Touts, Caroline Rose, At the Drive in, Queens of the Stone Age, Viagra Boys par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 07/07/2018
Retour en goguette et sans trop de pression, après un délicieux repas entre amis (dont certains ont du repartir élever leurs heureusement adorables enfants), pour un deuxième et... La suite

Prophets Of Rage - Nine Inch Nails - FFF  (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Prophets Of Rage - Nine Inch Nails - FFF (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2018
La 30ème édition des Eurockéennes de Belfort s'est clôturée nous concernant le dimanche peu avant minuit par la magnifique et chaleureuse prestation du vieux bluesman... La suite

Baroness : les dernières chroniques concerts

(mon) Hellfest 2018, 3-3 : Orden Ogan, The Good the Bad & the Zugly, The Lords of Altamont, L7, Tombs, Nebula, Les Sheriff, Arch Enemy, Megadeth, Baroness, Alice in Chains, Iron Maiden, Amenra, Carpenter Brut en concert

(mon) Hellfest 2018, 3-3 : Orden Ogan, The Good the Bad & the Zugly, The Lords of Altamont, L7, Tombs, Nebula, Les Sheriff, Arch Enemy, Megadeth, Baroness, Alice in Chains, Iron Maiden, Amenra, Carpenter Brut par Philippe
Hellfest, Clisson, le 03/07/2018
Troisième jour de festival après une nuit un peu courte, la fatigue commence quand même à se faire sentir (et nos chaussures, aussi...), dans ce "Vietnam pour quadras émasculés"... La suite

B.B Brunes + Baroness + The Dead Weather + The Black Keys + King Midas Sound + Charlotte Gainsbourg + Jay Z + Infectious Grooves en concert

B.B Brunes + Baroness + The Dead Weather + The Black Keys + King Midas Sound + Charlotte Gainsbourg + Jay Z + Infectious Grooves par Vv
Eurockéennes de Belfort, le 02/07/2010
Bienvenu dans un Vortex. Une spirale violette virevolte dans les espaces infinis de l'univers. Je ne sais pas vraiment comment j'ai flotté jusqu'à lui, et ne suis pas plus sur du... La suite

Charlotte Gainsbourg : les dernières chroniques concerts

Charlotte Gainsbourg, Protomartyr, King Tuff, Phoenix, The Lemon Twigs, Superorganism (La Route du Rock 2018) en concert

Charlotte Gainsbourg, Protomartyr, King Tuff, Phoenix, The Lemon Twigs, Superorganism (La Route du Rock 2018) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 19/08/2018
Dernière salve de concerts pour la collection été 2018 de La Route du Rock, le "plus petit des grand festivals" (selon l'édito du programme officiel de cette édition), avec de... La suite

Björk et Charlotte Gainsbourg - Festival We Love Green 2018 en concert

Björk et Charlotte Gainsbourg - Festival We Love Green 2018 par Samuel C
Bois de Vincennes - Paris, le 03/06/2018
Björk est à la fois une artiste, une icône et un univers propre. Son premier album a été publié alors qu'elle avait 12 ans. Rapidement, elle deviendra l'ambassadrice de son... La suite

Charlotte Gainsbourg, Alela Diane, Concrete Knives, Jacuzzi Boys, Avalanche Quartet, Jessica 93, Cabbage, Queen Zee, Dream Wife, Make-Overs, Theo Lawrence & The Hearts, Zeal & Ardor (Printemps de Bourges 2018) en concert

Charlotte Gainsbourg, Alela Diane, Concrete Knives, Jacuzzi Boys, Avalanche Quartet, Jessica 93, Cabbage, Queen Zee, Dream Wife, Make-Overs, Theo Lawrence & The Hearts, Zeal & Ardor (Printemps de Bourges 2018) par Pierre Andrieu
Bourges, le 29/04/2018
Du 24 au 29 avril 2018, la 42ème édition de l'inamovible raout berruyer du Printemps de Bourges a fait péter le record de fréquentation, avec 80 000 spectateurs... On... La suite

Charlotte Gainsbourg (Printemps de Bourges 2018) en concert

Charlotte Gainsbourg (Printemps de Bourges 2018) par Pierre Andrieu
Palais d'Auron, Bourges, le 26/04/2018
Très en forme sur cette nouvelle tournée et toujours aussi craquante avec son look d'éternelle adolescente en Jean, Charlotte Gainsbourg a joliment pris la suite de son père,... La suite

Hot Chip : les dernières chroniques concerts

Yo La Tengo, Hot Chip, The Knife, Warpaint, Jagwar Ma, The Haxan Cloak, Savages, Mac Demarco, No Age, Connan Mockasin, Colin Stetson, Panda Bear, Danny Brown, Majical Cloudz, Omar Souleyman, Youth Lagoon, Pegase (Pitchfork Music Festival Paris 2013) en concert

Yo La Tengo, Hot Chip, The Knife, Warpaint, Jagwar Ma, The Haxan Cloak, Savages, Mac Demarco, No Age, Connan Mockasin, Colin Stetson, Panda Bear, Danny Brown, Majical Cloudz, Omar Souleyman, Youth Lagoon, Pegase (Pitchfork Music Festival Paris 2013) par Audreymllr
Grande Halle de La Villette, Paris, le 02/11/2013
Troisième édition du Pitchfork Music Festival Paris, qui a une fois de plus investi la Grande Halle de la Villette pour trois nuits de concerts, du 31 octobre au 2 novembre... La suite

R.E.M., Tricky, Dirty Pretty Things, Hot Chip, Narrow Terence, These New Puritans, Plain White T'S, Kaiser Chiefs, Apocalyptica (Rock en Seine 2008) en concert

R.E.M., Tricky, Dirty Pretty Things, Hot Chip, Narrow Terence, These New Puritans, Plain White T'S, Kaiser Chiefs, Apocalyptica (Rock en Seine 2008) par Pierre Andrieu
Domaine de Saint-Cloud, Paris, le 28/08/2008
Grâce au show impeccable des vétérans de REM, la journée du 27 août restera en tête comme un excellent moment pour les festivaliers réunis au Domaine de Saint-Cloud à... La suite

Lcd Soundsystem + Rinocerose + Hot Chip par Sami
Site du Pont du Gard, le 24/07/2005
Alors que Marseille redevient ville morte jusqu'à fin Septembre * ... les jeunesses d'Avignon et Montpellier avaient rendez-vous sur la plage du très beau site du Pont Du Gard pour un concert gratuit (eh oui) pour une triple affiche réunissant des groupes de musique plus ou moins électronique. Au départ un peu chiche et dispersée, la foule fut... La suite

Infectious Grooves : les dernières chroniques concerts

B.B Brunes + Baroness + The Dead Weather + The Black Keys + King Midas Sound + Charlotte Gainsbourg + Jay Z + Infectious Grooves en concert

B.B Brunes + Baroness + The Dead Weather + The Black Keys + King Midas Sound + Charlotte Gainsbourg + Jay Z + Infectious Grooves par Vv
Eurockéennes de Belfort, le 02/07/2010
Bienvenu dans un Vortex. Une spirale violette virevolte dans les espaces infinis de l'univers. Je ne sais pas vraiment comment j'ai flotté jusqu'à lui, et ne suis pas plus sur du... La suite

Hellfest 2010 - Day 1 : Sepultura, Deftones, Fear Factory, Sick Of It All, Mass Hysteria, Finntroll, Arch Enemy, Walls of Jericho, Infectious Grooves, ... en concert

Hellfest 2010 - Day 1 : Sepultura, Deftones, Fear Factory, Sick Of It All, Mass Hysteria, Finntroll, Arch Enemy, Walls of Jericho, Infectious Grooves, ... par Boby
Clisson, le 18/06/2010
Hellfest Day 01 - Nul enfant éventré, aucun loup garou, pas même un petit vampire à la twilight , pas déçu mais presque... Où sont tous ces montres aux pouvoirs ésotériques... La suite

Infectious Groove en concert

Infectious Groove par Gandalf
Le Moulin à Marseille, le 16/04/2008
Ah que je les aime ces soirées ! D'abord des potes de plusieurs horizons (lycée, metalleux, LiveinMarseille crew, dj du Trolley, connaissances diverses...). Vous y ajoutez quelques... La suite

Reperkusound : Sick of it all - Born from pain - Eths - Infectious Grooves - Psykup par ratmort
eurexpo lyon, le 25/04/2008
Psykup, toujours aussi bon au fil des albums , le son tabassait tout comme leur prestation, une évolution constante au fils des ans qui fait bien plaisir. Born from pain, j'ai été très agréablement surpris par leur prestance scénique diabolique. carré, dynamique, énervé, ils en faut pas plus pour convaincre les 2 hardcoreux que nous... La suite

Jack White : les dernières chroniques concerts

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) en concert

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) par Pierre Andrieu
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 08/07/2018
Les Nuits de Fourvière ont eu droit à un grand Jack White le 8 juillet ! Venu pour présenter son dernier disque en date, l'ambitieux et un peu délicat à appréhender au début... La suite

Jack White en concert

Jack White par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 04/07/2018
Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après... La suite

Jack White - concert exclusif France Inter en concert

Jack White - concert exclusif France Inter par Samuel C
Studio 104 (Radio France) - Paris, le 29/03/2018
"Il y a 15 ans était écrit le dernier grand hymne rock" rappelle avec passion Michka Assayas, en introduction du concert de Jack White, tandis que quatre roadies au look... La suite

Jack White en concert

Jack White par Boby
Le Transbordeur - Lyon , le 04/09/2012
Tout bleu, trop puissant, okay, Jack White est un génie ! Annoncée depuis mi juillet, la seule date de Jack White en septembre en France n'aura pas mis longtemps à être comble.... La suite

Jay Z : les dernières chroniques concerts

B.B Brunes + Baroness + The Dead Weather + The Black Keys + King Midas Sound + Charlotte Gainsbourg + Jay Z + Infectious Grooves en concert

B.B Brunes + Baroness + The Dead Weather + The Black Keys + King Midas Sound + Charlotte Gainsbourg + Jay Z + Infectious Grooves par Vv
Eurockéennes de Belfort, le 02/07/2010
Bienvenu dans un Vortex. Une spirale violette virevolte dans les espaces infinis de l'univers. Je ne sais pas vraiment comment j'ai flotté jusqu'à lui, et ne suis pas plus sur du... La suite

Kasabian : les dernières chroniques concerts

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) en concert

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 21/07/2018
Le festival Samedi 21 juillet débutait la seconde édition de la version française du Lollapalooza. Cet événement est porté par le tourneur Live Nation et accueille des... La suite

Depeche Mode, Black Rebel Motorcycle Club, Kasabian, Portugal. the Man (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 1) en concert

Depeche Mode, Black Rebel Motorcycle Club, Kasabian, Portugal. the Man (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 1) par Coline Magaud
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 21/07/2018
La deuxième édition de la version française du grand festival américain lollapalooza se déroulait le week-end des 21 et 22 juillet à l'Hippodrome de Longchamp à Paris. Une... La suite

Kasabian en concert

Kasabian par Samuel C
Zénith - Paris, le 11/11/2017
Parfois, on néglige un groupe ou un artiste, pleinement reconnu par ses pairs, sans raison réelle : Arctic Monkeys par exemple (vus très tardivement à l'occasion de l'édition... La suite

Kasabian  en concert

Kasabian par Lebonair
Le Zénith, Paris, le 07/11/2014
Exactement trois années après, je retrouve Kasabian en live à Paris et toujours dans cette même salle du Zénith. Cette année, juste avant à la sortie de leur 5ème et dernier... La suite

The Black Keys : les dernières chroniques concerts

The Black Keys + The Kills + Harold Martinez (Festival de Nîmes 2014) en concert

The Black Keys + The Kills + Harold Martinez (Festival de Nîmes 2014) par Pierre Andrieu
Arènes de Nimes, le 15/07/2014
Grosse soirée rock 'n roll blues dans le superbe cadre des arènes romaines à l'occasion du festival de Nîmes le 15 juillet 2014 avec par ordre d'apparition, le... La suite

(mes) Eurockéennes 2014, 2/2 : Uncle Acid & the DeadBeats, DakhaBrakha, Biffy Clyro, Volbeat, Goat, A Tribe Called Red, Robert Plant & the Sensational Space Shifters, Ghost, The Black Keys en concert

(mes) Eurockéennes 2014, 2/2 : Uncle Acid & the DeadBeats, DakhaBrakha, Biffy Clyro, Volbeat, Goat, A Tribe Called Red, Robert Plant & the Sensational Space Shifters, Ghost, The Black Keys par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 06/07/2014
Le samedi, c'est par là ! Mauvaise nouvelle pour commencer : on a pas assez trainé au barbecue du dimanche pour rater comme prévu les abominables chevelus d'Uncle acid & The... La suite

Rock en Seine 2012 - Jour 2 : The Black Keys, Noel Gallagher, Agoria, Eagles Of Death Metal, The Temper Trap, Speech Debelle en concert

Rock en Seine 2012 - Jour 2 : The Black Keys, Noel Gallagher, Agoria, Eagles Of Death Metal, The Temper Trap, Speech Debelle par Fredc
Domaine National de Saint-Cloud, Saint-Cloud, le 25/08/2012
SAMEDI 25 AOÛT 2012 Temps : Plutôt beau, rares averses en soirée, très froid la nuit. On a vu : Speech Debelle, Of Monsters And Men, Ed Sheeran, The Temper Trap, Eagles... La suite

(mon) Rock en Seine 2012, 2/2 : Maximo Park, Caravan Palace, dEUS, Bass Drum of Death, The Bewitched Hands, Eagles of Death Metal, The Black Keys, Mark Lanegan  en concert

(mon) Rock en Seine 2012, 2/2 : Maximo Park, Caravan Palace, dEUS, Bass Drum of Death, The Bewitched Hands, Eagles of Death Metal, The Black Keys, Mark Lanegan par Philippe
Parc de Saint-Cloud, Saint-CLoud, le 25/08/2012
Le premier jour, c'était par ici ! Deuxième et pour nous, dernier jour de ce Rock en Seine 2012 : le dimanche n'a pas retenu notre attention au point qu'on pose une RTT pour... La suite

The Dead Weather : les dernières chroniques concerts

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) en concert

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) par Pierre Andrieu
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 08/07/2018
Les Nuits de Fourvière ont eu droit à un grand Jack White le 8 juillet ! Venu pour présenter son dernier disque en date, l'ambitieux et un peu délicat à appréhender au début... La suite

Jack White en concert

Jack White par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 04/07/2018
Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après... La suite

Jack White - concert exclusif France Inter en concert

Jack White - concert exclusif France Inter par Samuel C
Studio 104 (Radio France) - Paris, le 29/03/2018
"Il y a 15 ans était écrit le dernier grand hymne rock" rappelle avec passion Michka Assayas, en introduction du concert de Jack White, tandis que quatre roadies au look... La suite

The Dead Weather en concert

The Dead Weather par lol
Bataclan, Paris, le 30/06/2010
Les deux dernières années auront vu la recrudescence d'un phénomène apparu dans les années 70 : Le supergroupe. Le supergroupe est un rassemblement d'individualités marquantes... La suite

The Subs : les dernières chroniques concerts

Oh! Tiger Moutain, Skip the Use, Gablé, Cascadeur, Hyphen Hyphen, the Death Set, Death in Vegas, Toxic Avenger, Rafale, Yuksek, the Subs, Housse de Racket, Mondkopf, Arnaud Rebotini ... (Marsatac 2011 - jour 3) en concert

Oh! Tiger Moutain, Skip the Use, Gablé, Cascadeur, Hyphen Hyphen, the Death Set, Death in Vegas, Toxic Avenger, Rafale, Yuksek, the Subs, Housse de Racket, Mondkopf, Arnaud Rebotini ... (Marsatac 2011 - jour 3) par Pirlouiiiit
Friche Belle de Mai, Marseille, le 01/10/2011
Bon maintenant je me sens obligé de compléter puisque contrairement aux précédents chroniqueurs je ne peux pas supporter de faire des choix comme eux (aller voir un tel ou un... La suite

Travesti Monsters Party speciale Star Wars en concert

Travesti Monsters Party speciale Star Wars par Vilay
Bikini, Ramonville, le 07/05/2010
Une fois de plus, les prods du possible auront tenu leur pari en blindant le bikini. Pour ceux qui ne connaissent pas le principe, il est toujours le même. Il suffit d'arriver... La suite

Health + LoneLady + Teenage Bad Girl + The Subs + Gazelle + Koudlam (Printemps de Bourges 2010) en concert

Health + LoneLady + Teenage Bad Girl + The Subs + Gazelle + Koudlam (Printemps de Bourges 2010) par Pierre Andrieu
Le 22, Bourges, le 15/04/2010
Soirée éclectique au "22" (deux salles en une où les concerts s'enchaînent à un rythme effréné) le jeudi 15 avril pour le Printemps de Bourges 2010, avec toute une flopée... La suite

Winter by Marsatac : The Subs + Zombie Nation + Clara Moto + Dj Agoria en concert

Winter by Marsatac : The Subs + Zombie Nation + Clara Moto + Dj Agoria par carole
Espace Julien - Marseille, le 26/02/2010
Alors s'il y avait bien un soir où faire des entrées risquait d'être pas gagné d'avance c'était bien ce vendredi...des gens partout, tous les bars ouverts, des sets dj en veux-tu... La suite

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert : les dernières chroniques concerts

Alice in Chains - Dead Cross - Seasick Steve (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Alice in Chains - Dead Cross - Seasick Steve (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 08/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 8 juillet 2018 En ce dimanche ensoleillé et dernier jour des Eurockéennes, on est allé chercher le calme dans le coeur de Belfort. La ville... La suite

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 7 juillet 2018 BCUC - Chapiteau Greenroom - 17h30 18h30 Pour notre premier concert de la journée, on a choisi le... La suite

Prophets Of Rage - Nine Inch Nails - FFF  (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Prophets Of Rage - Nine Inch Nails - FFF (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2018
La 30ème édition des Eurockéennes de Belfort s'est clôturée nous concernant le dimanche peu avant minuit par la magnifique et chaleureuse prestation du vieux bluesman... La suite

Prophets Of Rage, Nine Inch Nails, Beth Ditto... (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Prophets Of Rage, Nine Inch Nails, Beth Ditto... (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Samuel C
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2018
Les Eurockéennes célébraient leur 30ème édition du 5 au 8 juillet derniers. Un événement incontournable en France où s'est produite la très grande majorité des artistes en... La suite